Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

06 juin 2007

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

Ne_tirez_pas_sur_l_oiseau_moqueur        Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur

 

 

                        (Roman de Harper Lee)

 

Ce roman est à inscrire au nombre des plus belles narrations de la littérature du XXè siècle. Il y a des livres qui rencontrent indiscutablement l’unanimité des lecteurs. Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur est de ceux-là.   

            Ce qui fait le charme du livre, c’est avant tout le style de la narration : il est empreint d’une fraîcheur due au fait que tout est mené sous le point de vue d’une enfant d’à peine neuf ans mais qui est pleine d’humour. Cet humour tient d’ailleurs à la naïveté ou à l’innocence du regard de l’enfant qui ne peut que surprendre les adultes que nous sommes. Et cette naïveté ou innocence va admirablement servir le sujet de ce livre qui est tout simplement une évidente et affreuse injustice qui ne sera présentée que dans la deuxième partie du roman..

            Le sujet du livre : Dans les années 30, dans une petite ville d’Alabama nommée Maycomb, le père de la petite Jean Louise est commis d’office pour défendre un jeune noir accusé du viol d’une jeune blanche de 19 ans. Atticus Finch, cet avocat intègre et rigoureux qui élève seul ses deux enfants, Jem et Scout (Jean Louise), va tenter d’accomplir sa tâche tout en essayant de préserver l’innocence de ses enfants confrontés aux préjugés et au mensonge des blancs.             

            Si donc ce livre est une véritable peinture du monde de l’arbitraire qu’était cette Amérique dans laquelle étaient perdus les noirs et contre laquelle ils mèneront leurs plus grandes luttes dans les années 60, il se veut également le témoignage d’une profonde humanité qu’un père veut laisser croître dans le cœur de ses enfants. En effet, cette relation entre Atticus Finch et ses enfants, ressemble beaucoup plus à une éducation à la Jean-Jacques Rousseau dans laquelle l’on laisse faire la nature ; ce qui aux yeux du commun des hommes ressemble plutôt à un manque d’éducation. C’est donc bien avec l’innocence de leur cœur que Jem et Scout découvrent l’injustice des hommes et non point avec les idées de leur père.

 

Titre : Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur

 

Auteur : Harper Lee

 

Edition : Le livre de poche

 

Raphaël ADJOBI

Posté par St_Ralph à 18:02 - Littérature (Essais, romans) - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires

    Je viens de finir ce livre.
    Je suis d'accord avec vous. En effet je le conseille à tous, et en particulier aux enfants dès qu'ils sont assez grands pour lire un si gros roman, en les aidant à le décrypter.
    Toutefois, tout est dans mon titre (ainsi que dans la postface de I. Hausser) : ce livre ne fait malheureusement pas l'unanimité. Je pense pas qu'on en serait encore là, aujourd'hui, sinon.

    Posté par Romain, 19 juillet 2009 à 15:05
  • Merci Romain

    Merci de laisser ici votre avis sur le livre. Il contribuera certainement à inciter d'autres à le lire.
    J'ai en effet, lu sur d'autres blogs des avis étonnants du genre "on n'y apprend rien", "un livre pour enfants". Ne retenir de ce livre que les jeux des enfants, c'est le réduire à néant. J'ai été surpris de constater chez certains blogueurs une abstraction totale de la peinture sociale de l'époque et même l'aspect "éducation" du livre. Et la fraîcheur qui s'en dégage n'est-elle pas un vrai bonheur ?

    Posté par St_Ralph, 19 juillet 2009 à 16:16
  • un régal

    Bonjour, je suis en pleine lecture de ce roman et meme si je n'en suis qu'a la.première partie, je suis fasciné par la force du récit. J'adore la naiveté de Scout et sa façon de nous faire partager son univers. Passionné de culture americaine, je retrouve ici une parfaite évocation d'une société sudiste en pleine segregation. C'est selon moi un roman à découvrir absolument, pour la subtilité avec laquelle l'auteur dénonce les abus de cette époque, et une certaine vision de l'American Way of Life

    Posté par Damien, 05 mai 2011 à 13:15
  • Ton commentaire me fait plaisir, Damien. comme toi, c'est la naïveté ou l'innocence de Scout et la subtilité de l'auteur que j'ai appréciées. Oui, c'est un roman à découvrir absolument. Bonne suite de lecture.

    Posté par St-Ralph, 05 mai 2011 à 18:27
  • Voilà un livre qui parait vraiment passionnant. merci Raphaël

    Posté par kaizersoze14, 07 juin 2007 à 03:09
  • Merci Kaize...

    Merci d'être passé Kaize. Ce livre est en effet passionnant. J'ai beaucoup ri malgré le caractère grave du sujet. Il semble que l'auteur n'a écrit que ce seul roman.

    Posté par St-Ralph, 07 juin 2007 à 10:16
  • Je note ce livre dans ma déjà trop longue liste de livre à acheter. Je l'ai souvent vu en librairie d'ailleurs. les nombreux avis que j'ai lu sur la blogosphère sont très enthousiaste.

    Posté par La liseuse, 27 juin 2007 à 18:59
  • Des livres à lire...

    Liseuse, j'ai vu que ton blog est déjà bien nourri alors que le mien n'est qu'à ses premiers romans. Cependant, tu fais bien de compter ce livre au nombre de tes prochaines lectures.

    Posté par St-Ralph, 27 juin 2007 à 21:19

Poster un commentaire