Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

15 juin 2007

Strange Fruit (Une analyse de Raphaël ADJOBI)

Billie_Holiday                Strange fruit

 

                  (Un fruit étrange)

    

Les arbres du sud portent un fruit étrange.

 

Du sang sur les feuilles, du sang sur les racines,

 

Un corps noir se balançant dans la brise du Sud.            

 

Etrange fruit pendant aux peupliers.

 

 

Scène pastorale du vaillant Sud.

 

Les yeux exorbités et la bouche tordue, 

 

Parfum de magnolias, doux et frais.

 

Puis une odeur soudaine de chair brûlée.

 

 

Voici un fruit à picorer par les corbeaux

 

Que la pluie fait pousser, que le vent assèche.

 

Pourri par le soleil, il tombera de l’arbre.

 

Voilà une étrange et amère récolte !

 

              Abel Meeropol         

 

Lynchage_1

            Strange Fruit est un poème qu’il faut lire en ayant à l’esprit un paysage rural semé de champs de coton qui laissent voir ça et là quelques arbres isolés ou quelques bosquets procurant un peu de fraîcheur. Il faut imaginer qu’au siècle dernier, dans les années 30, au plus fort des lynchages dans les campagnes américaines, quand un promeneur empruntait une route serpentant dans ce paysage de rêves, au détour d’un chemin, il n’était pas rare qu’il voie suspendu à un arbre un étrange fruit. Un fruit noir qui ensanglantait les feuilles et les racines de l’arbre qui le portait. 

            Ce fruit étrange dont il est question désigne les corps des victimes noires des lynchages que l’on pendait aux arbres quand elles n’étaient pas brûlées vives. Ces images, Abel Meeropol, un enseignant juif d’origine russe, les avaient découvertes par le biais des photographies que les familles blanches s’adressaient sans vergogne et sur lesquelles on les voyait rayonnantes à côtés de leur victime. Choqué par cette pratique, il écrivit et publia un poème (Bitter Fruit) sous le pseudonyme de Aka Lewis Allan. Il en fera par la suite une chanson et la proposera à la chanteuse noire américaine de jazz et de bleues, Billie Holiday. Celle-ci, déjà célèbre, chantera pour la première fois ce texte, devenu Strange Fruit, au Café Society, seul club antiségrégationniste de New York.

            Dans une mise en scène sobre avec le public plongé dans le noir et un faisceau de lumière éclairant la silhouette de Billie Holiday, celle-ci chanta d’une voix déchirante accompagnée des seules notes d’un piano. A la fin de sa prestation, le public désorienté garda un silence de mort. Puis, un spectateur osa battre des mains entraînant peu à peu le reste du public dans un tonnerre d’applaudissements. Depuis, cette chanson compte parmi les réquisitoires artistiques les plus vibrants contre le lynchage couramment pratiqué dans le Sud et l’Ouest des Etats-Unis. Seize ans avant que Rosa Parks ne devienne célèbre en refusant de céder sa place dans un bus en Alabama, grâce à « sa voix déchirée et déchirante », Billie Holiday a permis à ce poème de faire prendre conscience du racisme et du pouvoir de l’art dans le combat pour les droits des noirs.

            Voilà donc une œuvre que les écoliers noirs d’Afrique et d’ailleurs devraient étudier afin de ne jamais oublier ce qu’ont vécu ceux qui ont quitté brutalement la terre d’Afrique pour l’Amérique lointaine. Et il faut qu’ils sachent aussi que si l’on ne pend pas toujours des noirs, aujourd’hui on plastique leurs maisons, on les abat toujours au fusil, et on les frappe jusqu’à ce que mort s’ensuive à la batte de base-ball. Ainsi, entre 1980 et 1986, on a recensé cent vingt et un meurtres imputables à l’ultra droite américaine (source : Centre du renouveau démocratique, basé en Alabama). Les morts motivées par la haine raciale n’ont donc pas disparu du sol américain.   

 

Raphaël ADJOBI

 

(Bibliographie : Article de Dirk Ingo Franke publié par Arte.tv. / Article de Jeannine Dath pour Théâtre Varia / Articles de Torpedo et Wikipedia / Photos : Wikipédia et Afrostyly)         

Livres à retenir : 1) Without Sanctury, Le lynchage aux Etats-Unis en cent trente photographies. 2) Freedom, histoire photographique de la lutte des Noirs américains, édit. Phaiton, 2003. 3) L’empire du mal, dictionnaire iconoclaste des Etats-Unis ; auteur : Roger Martin, éditions Cherche-Midi, 2005. 

 ° L'histoire d'une autre chanson célèvre sur l'esclavage : Amazing Grace

               Strange Fruit

 

Southern trees bear strange fruit,                       
Blood on the leaves and blood at the root,             
Black bodies swinging in the southern breeze,
Strange fruit hanging from the poplar trees.

Pastoral scene of the gallant south,
The bulging eyes and the twisted mouth,
Scent of magnolias, sweet and fresh,
Then the sudden smell of burning flesh.

Here is the fruit for the crows to pluck,
For the rain to gather, for the wind to suck,
For the sun to rot, for the trees to drop,
Here is a strange and bitter crop
.

Composed by Abel Meeropol (Aka Lewis Allan)

        Originally sung : Billie Holiday

 

 

Posté par St_Ralph à 23:28 - Littérature (Essais, romans) - Commentaires [32] - Permalien [#]

Commentaires

  • Etrange,en effet et douloureux. Je pense que l'Amérique a été, de tous les pays esclavagistes, le pays où les noirs ont le plus souffert.Et parmi ces fruits, il y'avait aussi des enfants noirs condamnés à la peine de mort! Je pense qu'on devrait faire plus de recherche sur ces enfants.Les noirs n'ont pas le droit d'ignorer leur histoire!

    Posté par aÏda, 14 juin 2008 à 16:01
  • Des enfants noirs aux Etats-Unis...

    Parmi les victimes des lynchages, il y avait beaucoup d'enfants noirs. Je crois que les Noirs américains sont conscients de la sauvegarde de leur histoire. Ce sont plutôt les Noirs d'Afrique qui me font peur par leur manque de volonté politique de se tourner résolument vers leur passé et son enseignement. Je veux parler précisément des hommes politiques. C'est des Etats-Unis que nous viennent les meilleures recherches sur le passé des Noirs. Nous pouvons donc leur faire confiance.

    Posté par St-Ralph, 16 août 2008 à 14:27
  • Merci

    Merci pour cette traduction claire de ce poème tres beau en anglais et encore plus interressant et sensibleen français.
    Je suis en 1ere S et ma professeur nous a proposer ce poème pour nous parle des "Africa's Américan".
    Je trouve que ne pas oublier le passé c'est un moyen de ne pasrefaire les memes erreurs et de les faire connaitre. Et espérer que les mentalité vont changé pour une "paix bienfaisante".

    En tout cas merci pour cette traduction qui m'a permis de mieux comprendre ce tres joli poeme.

    Posté par Clément, 29 janvier 2009 à 16:43
  • Merci

    Merci pour cette traduction claire de ce poème tres beau en anglais et encore plus interressant et sensibleen français.
    Je suis en 1ere S et ma professeur nous a proposer ce poème pour nous parle des "Africa's Américan".
    Je trouve que ne pas oublier le passé c'est un moyen de ne pasrefaire les memes erreurs et de les faire connaitre. Et espérer que les mentalité vont changé pour une "paix bienfaisante".

    En tout cas merci pour cette traduction qui m'a permis de mieux comprendre ce tres joli poeme.

    Posté par Clément, 29 janvier 2009 à 16:43
  • Merci Clément !

    Merci d'être passé Clément. Et surtout merci d'avoir laissé ce message pour dire que ma traduction t'a aidé à mieux saisir la dimension du message de ce texte.

    Posté par St-Ralph, 25 février 2009 à 18:50
  • Merci!

    Merci pour la traduction de ce poème, et surtout pour les explications très interressantes qui suivent. Je suis en 3ème et mon prof d'anglais nous a fait écouter cette chanson, et j'ai été choquée que des gens puissent prendre plaisir, rire, se mettre sur leur 31 pour voir des gens être pendu. Cela dénonce bien la cruauté humaine. Moi, je pleurerais même si mon pire ennemi était pendu. Je ne souhaite donc ce triste sort à personne. Je trouve aussi révoltant la haine rencontrée à l'égard des Noirs! Merci encore.

    Posté par rOubi, 21 mai 2009 à 12:00
  • Merci Miss Roubi

    Merci pour ce message franc que j'ai senti venant du fond de ton coeur. Comme moi, tu n'es pas indifférente aux images qui témoignent de la cruauté bestiale de l'être humain. Oui, le dimanche après le culte, certains Blancs avaient l'habitude d'aller à la chasse au nègre qu'ils pendaient ou rôtissaient en famille tout en se faisant photographier le sourire aux lèvres. Aujourd'hui, ces images font le tour du monde et montrent que ceux qui se croyaient meilleurs que les autres étaient en réalité les moins humains.
    Encore merci pour ton commentaire dont la sincérité m'a vraiment fait plaisir. je suis heureux de savoir que ma traduction est claire et mon analyse intéressante. Bon courage et bonne fin d'année scolaire.

    Posté par St-Ralph, 22 mai 2009 à 22:24
  • Je suis d'accord avec vous, j'espère également que les gens prennent conscience & que tout ceci ne sera pas répété...

    C'est étrange d'aller pendre des gens après le culte, non?

    Il est important d'en parler et de ne pas prendre ça à la légère.



    Merci encore.

    Posté par rOubi, 26 mai 2009 à 11:48
  • Find designer clothes: Plenty by Tracy Reese, RaMona LaRue, Robin's Jeans, Rough Roses, Simdog, Splendid, True Religion, V i X S

    I was looking for women Steven by Steve Madden and was wondering if Elizabeth and James is the best designer for women Steven by Steve Madden?

    Posté par GoofflurnBure, 20 mars 2010 à 08:23
  • merci !!!!

    bonjour et merci pour votre article que je me permets d'utiliser pour un cours en terminales. je suis prof d'anglais & j'aime beaucoup étudier ce poème, son contenu, sa forme. merci pour votre contextualisation historiquedu poème, très utile.

    Posté par funfunfun, 14 septembre 2010 à 13:30
  • merci !!!!

    bonjour et merci pour votre article que je me permets d'utiliser pour un cours en terminales. je suis prof d'anglais & j'aime beaucoup étudier ce poème, son contenu, sa forme. merci pour votre contextualisation historiquedu poème, très utile.

    Posté par funfunfun, 14 septembre 2010 à 13:31
  • Merci à toi, Funfunfun !!

    Sincèrement merci, cher(e)collègue, pour avoir laissé trace de ton passage. C'est une noblesse d'âme que de dire sa reconnaissance à ceux qui nous ont apporté quelque chose ou dont nous admiront le travail.

    Posté par St-Ralph, 14 septembre 2010 à 14:49
  • Savez vous s'y il y a une reprise de cette chanson mais en poeme par naturelement un poete mais FRANCAIS mon professeur de langue nous le demande !!!! Merci .... par ailleurs tres beau site et touchante traduction

    Posté par Lou, 28 novembre 2010 à 16:28
  • Je me permet de rajouter que sans votre traduction je n aurais pas saisi la valeur morale de cette chanson qui me semble sanglante et qui me touche personnelement je n ai que 12 ans mais il me semblent vraiment comprendre ( grace a votre traduction ) le message de cette chanson osé vraiment je le repete touchante ou plutot troublante je suis sincerement desole de mes fautes d'orthographe !! Ceci n'est pas mon vrai mail et nom ce n'est pas a cause de vous mes je me mefis
    sur internet

    Posté par Lou, 28 novembre 2010 à 16:35
  • je suis aussi un garcon !

    Posté par Lou, 28 novembre 2010 à 16:36
  • A propos de la chanson !

    Bonjour Lou.

    Il y a certes des reprises de cette chanson, mais je n'en connais pas en français. Je sais qu'elle a été reprise en anglais par Barbara Hendricks. Si tu ne trouves pas la version de Billie Holiday, tu peux avoir celle de Barbara Hendricks.

    Quant à ta méfiance sur internet, tu as bien raison. De toutes les façons, tant que tu n'acceptes pas les propositions de rencontre des internautes, tu es en sécurité. Pour ce qui concerne tes fautes, tu es jeune et tu as l'avenir devant toi pour progresser. Tu vois, moi aussi je fais des fautes d'inattention. Dans mon commentaire précédent, j'ai écrit "nous admiront" au lieu de "nous admirons". Que tes fautes de t'empêchent pas d'être curieux. Sois curieux et cultive-toi.

    Posté par St-Ralph, 28 novembre 2010 à 19:28
  • Strange fruit

    Bonjour,
    J'ai choisis "strange fruit" pour mon épreuve histoire des arts à l'oral, pensez-vous que je puisse utilisé les informations de ce site?
    Merci.

    Posté par Léa, 18 juin 2012 à 15:39
  • Bonjour Léa,
    Les informations, oui ! Mais ne manque pas de citer ta source ; sourtout si tu retiens quelques phrases ou expressions de cet article. Si c'est l'article entier qui doit te servir de support, il est évident que le nom de l'auteur ne doit absolument pas disparaître. Les enseignants apprécient l'honnêteté des élèves qui citent leurs sources.

    Bon courage !

    Posté par St-Ralph, 18 juin 2012 à 17:52
  • poeme lynchage

    escuser moi je dois faire un poème sur le lynchage des homes noirs avez vous une idée

    Posté par minaas, 28 mars 2013 à 19:43
  • Merci,

    Je dois étudier cette oeuvre pour l'Histoire des Arts et j'avoue que la première fois que je l'ai entendu en classe j'ai été bouleversée par la voix de Billie Holyday et la force sentimentale que degage ce texte!!J'ai du l'écouter des millions de fois depuis c'est pour cela que je te remercie de la traduction et d'avoir expliqué d'ou vraiment venait le texte.Merci!
    La traduction que j'ai faite ou trouver n'ai pas exactement la meme mais elle ressemble beaucoup a la tienne.

    Posté par Elisa, 10 avril 2013 à 18:55
  • Stange Fruit

    Salut j'ai besoins d'aide en histoires des arts j'ai choisi Stange fruit mais je sais pas comment le présenter.
    Es-que quelqu'un pourrai m'aider ?
    Merci d'avance !

    Posté par rina, 13 avril 2013 à 21:20
  • Stange Fruit

    Salut j'ai besoins d'aide en histoires des arts j'ai choisi Stange fruit mais je sais pas comment le présenter.
    Es-que quelqu'un pourrai m'aider ?
    Merci d'avance !

    Posté par rina, 13 avril 2013 à 21:20
  • commentaire

    je suis d'accord avec tout cela , mais maintenant c'est l'inverse qui se passe (pas de lynchage bien sur) ,des blanc s'aveturant dans un quartier qui craint se fera directement emmerder voir tabasser, le racisme c'est pas dans un seul sens comme beaucoup de gens le pense.

    Posté par pseudo, 28 mai 2013 à 21:49
  • Belle traduction

    Ta traduction est pas mal par contre "gallant South" se traduit plus par sud gallant que sud vaillant car le sud des états unis à cette epoque etait considéré comme un endroit très gallant, très bourgeois, de plus, le contraste en est que plus fort! sinon merci pour ces explications!

    Posté par Mlle Lélé, 31 janvier 2016 à 10:05
  • Merci pour cette traduction qui va me permettre de faire le lien avec mes terminales...Nous sommes allés voir l'expo 'the color Line' au Quai Branly en décembre et ils veulent maintenant retranscrire cette expo au lycée. Les images terribles de lynchages sont parmi celles qui les ont le plus marqués et la chanson de Billie Holiday fait partie des éléments clés qu'ils veulent mentionner... Lest we forget...

    Posté par sophie, 02 janvier 2017 à 12:24
  • Merci Sophie !

    Chère collègue, merci pour ton commentaire qui n'apparaît malheureusement pas sur le site alors qu'il est bien mentionné "édité". Je suis content de savoir que ma traduction de la chanson et mon analyse participent au travail que vous faites avec vos élèves de terminale.

    Posté par St-Ralph, 04 janvier 2017 à 10:37
  • L'article est très bien !

    Cependant j'émets une objection : pourquoi est-ce que ce sont "les écoliers noirs d’Afrique et d’ailleurs" qui devraient l'étudier ? Pourquoi pas tous les écoliers blancs et noirs ? Il me semble que cela ne relève pas seulement d'une "histoire des noirs" (parce qu'en plus être noir ne veut pas dire venir d'Afrique et ne désigne pas forcément une identité commune), mais l'Histoire, et donc elle devrait englober tout le monde.

    Voilà, je tenais juste à faire cette petite remarque, parce que pour moi, ça m'a laissé sur une note étrange.

    Posté par Mathilde, 20 juin 2018 à 14:15
  • Merci Mathilde !

    Ton commentaire datant du 20 juin 2018 est placé au milieux de ceux enregistrés entre 2007 et 2017 ! Étrange !

    Bien sûr que tout le monde peut étudier cette œuvre, Mathilde. Et d'ailleurs en France, beaucoup de professeurs d'anglais l'étudient avec leurs élèves. C'est aussi la raison pour laquelle je m'adresse aux enseignants et aux élèves d'Afrique où je suis sûr qu'ils sont très nombreux à ne pas la connaître.

    Posté par St-Ralph, 20 juin 2018 à 17:51
  • M'y Comment

    Hier dans le journal télévisé, une macabre nouvelle: Une personne s'est fait BATTRE et a été aspergé d'essence pour ensuite etre allumé pour en faire UNE TORCHE HUMAINE. Ceci, pour avoir volé un DVD a 18 000 Fcfa.

    A quand ce monde pacifique ?

    j'aime bien votre façon de ne pas nous faire oublier le passé. Peut-etre est-ce de cette façon que vous allez modeler notre futur.


    Bravo, pour vos écrits

    Posté par Richafrik, 21 juin 2007 à 14:24
  • Et ça continue...

    Merci d'être passé Richafrik. Bien sûr, les sévices continuent ! On voit bien que dans bon nombre de pays à majorité blanche, on éprouve moins de scrupules à pratiquer aujourd'hui encore le lynchage des noirs.
    Merci pour le petit mot sur la qualité de mon blog.

    Posté par St-Ralph, 22 juin 2007 à 11:04
  • Drôle de Fruit

    Drôle de Fruit!

    Les arbres du Sud nourrissent un drôle de fruit,
    Avec leurs feuilles et leurs racines gorgées de sang ;

    On y voit un corps noir flotter dans la brise du Sud,
    Suspendu aux branches des peupliers.

    Une image pittoresque de ce Sud si héroïque:
    Alors que ce malheureux est tout défiguré,
    Il plane un doux et frais parfum de magnolia;
    Puis, cette soudaine odeur de chair rôtie!

    Oui, on trouve chez nous ce fruit offert aux corbeaux,

    Proliférant sous la pluie,
    Desséché par le vent ;
    Grillé au soleil
    Et cueilli des arbres ;

    Voilà une bien étrange et amère récolte !


    (version surréaliste de Benga NDJEME)

    Posté par Benga NDJEME, 10 juillet 2007 à 07:00
  • merci Benga !

    Merci Benga pour ta version du texte. Non ! elle n'est pas suréaliste. Elle est aussi réaliste que les autres. Le texte que j'ai donné ici est la fusion de deux textes. J'ai voulu garder les termes qui m'ont semblé plus claires et plus expressives. Merci pour ton passage.

    Posté par St-Ralph, 27 juillet 2007 à 13:33

Poster un commentaire