Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

04 avril 2008

La Graine et le mulet (Abdellatif Kechich)

                                La Graine et le mulet

                           (un film d’Abdellatif Kechich)

 

 

            Quand, au début du mois de décembre 2007, j’ai découvert la photo (ci-jointe) d’une scène de ce film dans le nouvel Observateur, je n’ai même pas pris la peine de lire l’article qui l’accompagnait. Certes, je ne suis absolument pas cinéphile ; mais j’avoue avoir eu un sentiment de rejet pour une histoire que j’imaginais forcément trop « typée ». « Une histoire de beurre ! » me suis-je certainement dis inconsciemment. Ô préjugé, quand tu nous tiens !

            La_Graine_et_le_mulet

            Abdellatif Kechich, j’en ai vaguement entendu parler sur les ondes des radios et télés. « L’Esquive » ? J’en ai entendu parler aussi. Un peu plus d’ailleurs. Mais jamais je n’aurais été capable de rapprocher le nom de l’homme et le film.

 

            Après l’Esquive (que je n’ai pas vu) sorti en 2003 et qui a obtenu quatre Césars, Abdellatif Kechich vient de sortir depuis le 12 décembre 2007 « La Graine et le mulet. » Un film magnifique couronné à Venise par le prix spécial du jury avec en prime une standing ovation que j’estime tout à fait méritée.

 

            « La Graine et le mulet » est une peinture sociale qui rend hommage à la génération de ces Français immigrés dont le besoin et le désir de réussir sont confrontés à la dure réalité de la société française : chômage, misère, administration tatillonne…

 

            Le film commence comme un reportage sur les mœurs d’une famille française d’origine maghrébine. C’est ensuite la quête du père (Habib Boufares) qui voulait ouvrir un restaurant qui va lui conférer son caractère émouvant qui lui a valu dix minutes d’applaudissements à Venise et le prix de la meilleure actrice à Hafsia Herzi, splendide dans son rôle.

 

            Outre le suspense captivant des derniers instants du film, deux scènes longues mais magnifiques en font un merveilleux bijou. A voir absolument ! Vous aurez alors l’explication du titre que je refuse de vous dévoiler. Que d’autres s’en chargent.

 

            Abdellatif Kechiche donne la preuve par ce film qu’il est absolument un grand cinéaste. Bravo monsieur !     

 

 

Raphaël ADJOBI

 

Posté par St_Ralph à 17:13 - Arts, culture et société - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire