Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

28 juillet 2008

L'autobiographie d'une esclave

Autobiographie_EsclaveL’autobiographie d’une esclave

                                                   (Roman)

L’introduction de ce livre répond à une interrogation incontournable pour quiconque entreprend de se plonger dans la littérature noire américaine. Quel est le premier roman noir et qui en est l’auteur ?

L’on y découvre qu’aux Etats-Unis, au mois de février, le peuple noir de ce pays célèbre l’héritage afro-américain et encourage sa sauvegarde par des séminaires et commémorations diverses, des conférences et des cérémonies solennelles en hommage à leurs ancêtres dont les sacrifices ont permis d’obtenir la liberté dont ils jouissent aujourd’hui. Et durant ce mois est organisée une vente aux enchères de « documents imprimés, manuscrits et témoignages divers de l’héritage culturel afro-américain ». C’est au cours de la manifestation de 2001 qu’un professeur d’Harvard fait l’acquisition d’un manuscrit original présenté comme « une biographie romancée, rédigée dans un style fleuri, censée raconter l’histoire de la vie et de la fuite d’Hannah Crafts, mulâtresse née en Virginie ».

L’acquéreur de ce manuscrit voit tout de suite l’intérêt que l’on peut tirer de ce manuscrit s’il s‘avérait qu’il n’a jamais été publié et si sa narratrice était noire. Car ce qui est vrai aux Etats-Unis, c’est que « la littérature noire » des récits d’esclavage comme la Case de l’oncle tom (Beecher Stowe) était le fruit du travail des blancs. Il savait que les textes rédigés à la main par les Noirs aux XIXè siècle sont excessivement rares. Les nombreux récits d’esclavage, les autobiographies et les pamphlets de cette époque étaient écrits grâce à l’intervention de rédacteurs ou d’éditeurs abolitionnistes. Surtout les œuvres de fiction éditées et diffusées avant la fin de la guerre de Sécession l’ont été par les membres du mouvement abolitionniste blanc.

L’Intérêt du Livre

L’intérêt de ce livre réside donc dans le fait qu’il est de manière incontestable l’œuvre romanesque d’une esclave mulâtre rédigée de sa propre main dans les années 1850. C’est l’authentique production d’une esclave nourrie de la littérature romanesque du XIXè siècle. La narratrice emprunte les descriptions particulièrement frappantes de la pauvreté et du dénuement à ses lectures livresques. Ses nombreuses références aux textes bibliques témoignent par ailleurs de l’esprit anglican qui dominait la littérature américaine.

Ce livre est donc l’occasion de pénétrer directement dans l’esprit d’une esclave en fuite et lire sa vision de la société. La manière de caractériser l’intimité entre les blanches et les noires laisse croire que seule une noire ayant connu la servitude est capable de tant de justesse. Elle est également très franche au sujet des sentiments que lui inspirent les autres esclaves. Elle est fidèle quant à la manière des Afro-américains de se parler entre quand les blancs ne les entendent pas. Enfin, ses propos sur l’esclavage sont d’une franche simplicité. Ainsi, elle estime que « le plus grand fléau de l’esclavage c’est son caractère héréditaire ». Ce qui l’emmène à juger scandaleux le mariage entre les esclaves. D’autre part, il faut connaître la servitude pour écrire «  ceux qui s’imaginent que les plus grands maux de l’esclavage résident dans la souffrance physique n’ont pas une idée juste et rationnelle de la nature humaine. »  Les péripéties de sa fuite nous éclairent sur la manière dont les noirs vivent leur condition d’esclave.

Raphaël ADJOBI

Auteur : Annah Crafts
Titre : Autobiographie d'une esclave
Edition : Petite Bibliothèque Payot
             (traduit de l'anglais)

Posté par St_Ralph à 17:24 - Littérature (Essais, romans) - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires

    Naître et mourir esclave est sans nul doute la pire des abominations qu'un être humain peut subir. L'idée de ne jamais avoir le loisir de controler sa vie, de lui donner un sens me terrifie.
    Je partage donc l'avis de l'auteure sur l'aspect héréditaire de l'esclavage. En revanche j'avoue que je n'arrive pas à faire le lien avec le caractère scandaleux du mariage entre esclave

    Merci St-Raph pour la découverte.

    Posté par Djé, 30 juillet 2008 à 15:32
  • Enfin un écrit d'une esclave, preuve pour ceux qui pensent que les noirs à cette époque n'avaient pas conscience de leur état d'esclaves,pour justifier l'esclavage, qu'il n'en était rien.
    Elle a sans doute raison de considérer comme scandaleux le mariage entre esclaves, car de ce fait cela crée une classe sociale des esclaves ou il n y'a aucun moyen d'echapper, même par le mariage. Les esclaves reste prisonnier ainsi de leur condition.
    Un livre à inclure dans nos programmes scolaires pour mieux faire prendre conscience de ce drame aux jeunes.

    Posté par aÏda, 30 juillet 2008 à 21:13
  • Bonjour Raphael,

    Merci pour ce sujet.
    A propos de récits d'anciens esclaves, il y a celui d'Olaudah Equiano que j'espère lire un de ces quatre.
    Un article sur Grioo.com
    http://www.grioo.com/info200.html

    @ bientôt

    Posté par Gangoueus, 04 août 2008 à 15:14
  • Merci Gangoueus !

    Merci Gangoueus pour ce livre que tu m'indiques. J'espère qu'il est traduit en français. Je tâcherai de me le procurer.

    Djé,

    Si l'auteur est contre le mariage des esclaves qu'il trouve scandaleux, c'est tout simplement comme dit Aïda parce que les esclaves perpétuent ainsi la condition d'esclave. Si les esclaves se multiplient, il ne font qu'enrichir les maîtres.

    Posté par St-Ralph, 22 août 2008 à 18:47
  • Excellent

    Merci pour ton commentaire sur mon blog, ça me touche que mon travail puise intéresser. Je remarque que le tien n'est pas différent du mien sauf qu'il est moins axé sur la littérature africaine. je prendrais le temps de lire tous tes articles et te donner mes impressions. Bonne continuation! A bientôt

    Posté par Fatsy, 15 octobre 2008 à 09:06
  • A bientôt Fatsy

    J'ai effectivement trouvé ton blog très intéressant parce que tes lectures sont plus axées sur l'Afrique, alors que les miennes touchent les livres qui ont le Noir comme sujet.

    Posté par St-Ralph, 16 octobre 2008 à 09:36
  • Bonjour, je recherche un extrait en version original mais je ne trouve pas, savez-vous où je peux en trouver un?

    Posté par elisa, 22 novembre 2014 à 15:21
  • Elisa, pour une version originale, je crois qu'il faudra te tourner vers l'Angleterre ou les Etats-Unis d'Amérique. A moins de trouver une librairie spécialisée à Paris.

    Posté par St-Ralph, 22 novembre 2014 à 18:26

Poster un commentaire