Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

27 avril 2010

Quand les Etats-Unis inventaient l'égalité (image)

        Quand les Etats-Unis inventaient l'égalité

 

Aparteid_aux_USA            

 

            Ce que le génie de l'Amérique blanche trouva de mieux à proposer pour rendre la fin de l'esclavage équitable pour tous, fut de décréter que les citoyens de ce pays devaient vivre « égaux mais séparés ». Les blancs annoncèrent donc aux noirs « qu'ils étaient libres, unis aux autres hommes de leur pays dans le domaine du bien commun, mais séparés d'eux comme le sont les doigts de la main dans le domaine de l'organisation sociale... »  (Ralph Ellison, Homme invisible, pour qui chantes-tu ?).

 

            Un simple regard sur cette photo et vous avez la parfaite illustration de ce que les Blancs de ce pays entendaient par « égaux » (pour aller à la guerre par exemple) « mais séparés » (dans le domaine de l'organisation sociale comme les lieux du savoir, des loisirs, et même des besoins naturels urgents). Mais il fallait bien comprendre qu'égalité ne voulait pas dire égalité de traitement ! Ah, ça, non ! Comme quoi, les notions abstraites telles que la liberté, l'égalité, la fraternité, sont bien relatives. Aussi, lorsqu'elles sont publiquement proclamées, cela ne veut point dire qu'elles sont acquises ; cela veut dire qu'elles sont à conquérir. 

 

Raphaël ADJOBI           

Photo : Elliot ERWITT/USA

 

Posté par St_Ralph à 17:56 - Réflexions - Commentaires [7] - Permalien [#]

11 avril 2010

Noir Négoce (Olivier Merle)

                                              Noir négoce

                                                                            (Olivier Merle)

Noir_n_goce

            On peut croire d'emblée qu'avec ce livre Olivier Merle signe l'un des plus beaux romans sur l'esclavage. C'est, sûrement, le roman que tous ceux qui se piquent de littérature aimeraient écrire sur le sujet. Dans Noir négoce, il reprend les arguments européens essentiels avancés pour justifier la traite négrière, mais également les lois et les sentiments méprisants qu'ils ont générés, afin de les analyser au regard d'une raison non intéressée par ce commerce. On imagine aisément que ce livre a nécessité une abondante documentation au point où l'on peut se demander s'il faut le qualifier de roman documentaire ou de documentaire romancé.

            Le 17 novembre 1777, Jean-Baptiste Clertant, alors âgé de 18 ans, fraîchement sorti de l'Ecole d'hydrographie du Havre et donc la tête pleine de la science de la navigation, embarque sur l'Orion appartenant à l'armateur Dumoulin, en qualité de second lieutenant. Malgré son érudition, c'est donc avec « beaucoup d'inexpérience, d'insouciance, d'enthousiasme et de confiance dans la vie » - et cela est fort heureux pour le lecteur - que le jeune homme va parcourir la route du commerce dit triangulaire. Voilà donc notre Candide au pays de l'esclavage !

            Sur l'Orion en partance pour les côtes africaines, la présence de deux anciens esclaves noirs devenus marins et la rudesse dont ils sont l'objet susciteront chez le jeune homme ses premières interrogations et des réflexions sur le racisme à l'égard des noirs. « Mais est-ce qu'on sait pourquoi les Noirs sont noirs, et pas blancs comme tout le monde ? » La réponse de son interlocuteur est cinglante : « Et sait-on pourquoi les Blancs sont blancs et pas noirs comme tout le monde ? » Vous l'aurez compris : dans ses premières pages, le livre tente subtilement de poser les bonnes questions sur le racisme anti-noir qui était, jusqu'au 18è siècle, l'oeuvre exclusive des élites politiques et commerçantes. Le commun du peuple vivant dans la presque totale ignorance du commerce des nègres et encore plus des théories qui le soutiennent, lorsqu'il voyait un noir ne retenait que l'étrangeté de la couleur de sa peau ; il ne disait point : « tiens, voilà un meuble ! » Ce sont bien les élites qui ont fait des Noirs des meubles et ont obligé le peuple à le croire par un enseignement régulier de génération en génération.

            Le contact avec l'Afrique va permettre à Jean-Baptiste Clertant de découvrir une réalité insoupçonnée : comment on passe du statut d'homme à celui de l'animal aux yeux des autres hommes. Réalité faite d'ingénieuses brutalités et de mépris devant lesquels les Européens tentent de se donner bonne conscience en récitant leurs théories comme des incantations qui transforment leur inhumanité en masque de philanthrope ou en bouclier nécessaire contre une éventuelle agression de la marchandise à convoyer. Il découvre en effet que « les tenants de l'esclavagisme possédaient des arguments, organisés suivant une véritable théorie raisonnée, éloignée de toute improvisation ». Ici, le héros formule des questions - notamment sur les fournisseurs locaux, ou comment mettre fin à la traite - et aboutit à des réponses que chacun peut soumettre à sa propre réflexion afin d'asseoir son propre jugement plutôt que de parler sous le patronage de prétendus spécialistes des traites négrières.

            Car que savaient-ils de l'esclavage et de l'état d'esclave, ces raisonneurs ? Et qu'en savons-nous ? Savez-vous comment vivaient les quatre cents ou cinq cent esclaves rangés comme des cuillères pendant quatre ou cinq semaines à bord d'un navire négrier avant l'abordage des côtes antillaises ou américaines ? Savez-vous comment les négriers vivaient pendant cette traversée et quels étaient les rapports qu'ils entretenaient avec la marchandise humaine qu'ils transportaient ? Sur cent esclaves embarqués, savez-vous combien mouraient à cause des conditions insalubres et étaient jetés à la mer pour nourrir les poissons ? Pour cela, il vous faut embarquer avec le héros et vous imaginer dans les conditions de vie des esclaves et découvrir en même temps la mentalité et les habitudes des négriers.

            L'arrivée aux Antilles enseignera à Jean-Baptiste Clertant les tractations qui régissent ce commerce mais lui fera découvrir surtout les inégalités établies entres les gros békés ou grands blancs, les petits blancs et les "gens de couleurs", c'est à dire tous ceux qui ont un soupçon de sang noir ou blanc dans les veines. Quant au nègre, « non [...], le nègre n'est pas sur l'échelle sociale des êtres humains » ! Le héros a tout lieu de croire que ce qui se peignait sous ses yeux était étranger à la société des hommes et qu'il découvrait « les us et coutumes de créatures d'une autre planète plutôt que ceux de territoires appartenant aux royaumes de France ».

            Nourri de toutes ces expériences, y compris celle de l'amour, à son retour en France après six mois d'absence, Jean-Baptiste Clertant va se placer du côté de ceux qui combattent les lois et les primes versées aux armateurs pour les inciter à convoyer les africains vers les colonies.

            Ceux qui agitent la contribution des africains à la traite atlantique comme un étendard qui confère innocence et bonne conscience devraient lire ce livre et se voir de bon biais, comme dirait Montaigne. Dans tout complot criminel, l'instigateur qui est également pourvoyeur de l'arme et le bénéficiaire final du crime est plus durement puni par rapport à son complice rabatteur. Aussi, on ne peut mettre sur le même pied d'égalité l'avidité et le projet destructeur préparé et nourri en Europe qui a permis de stimuler l'esprit de quelques chefs africains, et le rôle que ceux-ci ont joué contre les leurs. Appartient-il aux Allemands d'aujourd'hui de juger du degré de complicité des Français qui ont collaboré aux forfaits nazis ? Il me semble indigne que des Européens se permettent de montrer du doigt les rabatteurs africains. A ces esprits imbus de bonne conscience, je destine ces mots du livre : « La traite n'est que la conséquence de l'esclavage des noirs en Amérique, et non point l'inverse. [...] Si vous cessez d'aspirer d'un côte, ça cesse de se vider de l'autre ». Il fallait donc que l'aspirateur cessât de fonctionner.

 

RaphaëlADJOBI

Titre : Noir négoce (396 pages)

Auteur : Olivier Merle

Editeur : Editions de Fallois, février 2010.

Posté par St_Ralph à 10:37 - Littérature (Essais, romans) - Commentaires [10] - Permalien [#]

03 avril 2010

Discours sur le colonialisme (Aimé Césaire)

                 Discours sur le colonialisme

                                     (Aimé Césaire)                                      

J'avoue n'avoir jamais tenu ce livre entre les mains quand j'étais élève ou étudiant. C'est un certain complexe mais aussi un devoir que je me suis imposé qui m'ont conduit à sa lecture. J’attends vos avis sur le livre. J'attends, surtout, de ceux qui l'ont étudié sur les bancs du lycée ou de l'université qu’ils me fassent connaître ici le souvenir de leur lecture de l'oeuvre et les analyses qu'ils ont retenues de leurs enseignants.

 

Discours_sur_le_colonialisme

            A la manière de Jean-Jacques Rousseau réfutant l'idée selon laquelle les sciences et les arts ont contribué à rendre l'homme meilleur dans son Discours sur les sciences et les arts, puis dénonçant les fondements de l'inégalité dans les sociétés humaines dans De l'inégalité parmi les hommes, dans le Discours sur le colonialisme, Aimé Césaire se fait le critique violent de l'impérialisme européen et de la mise en place d'un colonialisme destructeur.

 

            Ce que Césaire trouve de plus détestable, ce sont les pensées qui accompagnent cette entreprise. Ce qu'il dénonce par dessus tout, c'est cette suffisance de la pensée européenne telle qu'elle est exprimée par ceux qui veulent asseoir sa suprématie sur les contrées dites exotiques dans les domaines de la civilisation et de la culture. Ce qui surprend tout d'abord, c'est le caractère moderne des propos de l’auteur. Ceux dont il dénonçait les pensées mystificatrices et racistes ont aujourd'hui des continuateurs auxquels l'on peut rappeler le contenu de ce discours. Ce qui surprend ensuite, c'est le ton : un véritable cri contre l'injustice ; cri qui apparaît d'autant plus violent que les faits et les propos racistes dénoncés sont insupportables.

 

            Césaire fait donc défiler les penseurs européens propagateurs des théories basées sur la supériorité de la race blanche comme devant le trône de la raison humaine et prononce pour chacun un jugement sans appel, clair et rationnel. Il ne manque pas non plus d'énumérer la cohorte de personnes qui, nourries par ces théories, ont piétiné l'Afrique et l'ont marquée de leurs mauvais exemples.

 

            La dernière partie de ce discours faisant la critique de la notion de « nation » et évoquant implicitement l'idée d'immigration à travers l'histoire, ne peut que laisser dans l'esprit du lecteur l'image de la fourmilière dans laquelle vient marcher le promeneur qui se fait ensuite envahir tout le corps par les fourmis. Le promeneur inconscient oublie toujours que les fourmilières, telles qu'on les voit dans les champs, sont des organisations structurées qui ont un commerce réglementé à l'intérieur mais aussi avec l'extérieur. En mettant le pied sur elles et en détruisant leur organisation, il engendre un mouvement d'éparpillement qu'il est fort difficile - pour ne pas dire impossible - d'endiguer.

 

Raphaël ADJOBI         

 

Titre : Discours sur le colonialisme (74 pages)

           (suivi de Discours sur la Négritude)

Auteur : Aimé Césaire

Editeur : Présence africaine (1955 et) 2004.

Posté par St_Ralph à 14:04 - Littérature (Essais, romans) - Commentaires [15] - Permalien [#]