Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

27 mai 2010

Journal d'un négrier au 18è siècle (William Snelgrave)

             Journal d’un négrier au 18è siècle 

Journal_d_un_n_grier            Il est vivement conseillé à tous ceux qui entreprendront la lecture de ce livre de passer outre la très longue « introduction » de Pierre Gilbert S. J. Son parti pris révisionniste pourrait les détourner d’un livre riche d’enseignements. Il est visible en effet que Pierre Gilbert est de cette école de propagandistes chargés de soulager la conscience européenne du poids de la traite atlantique en faisant des Africains les principaux acteurs et bénéficiaires de ce commerce. Aussi ne retient-il du « Journal » du négrier William Snelgrave que les éléments qui servent son école.

            L’intérêt essentiel que l’on peut retenir de ce livre est qu'il est l'oeuvre d'un acteur du commerce triangulaire dont le témoignage nous permet de saisir l'atmosphère ordinaire qui entourait au 18 è siècle la traite négrière sur le continent africain. Les négriers y vivaient de longs mois ou de longues années en bonne entente avec les Africains. Blancs et noirs s’invitaient et passaient des soirées dans de longues discussions. Mais, comme le narrateur, les négriers ne cessaient de se lamenter quand, pour cause de paix, leurs voisins ne venaient point vendre des ennemis capturés. Aussi, il me semble une erreur de prêter foi à la peinture apocalyptique de la côte de Guinée – même sous le règne du roi des Dahomès – qu'avance l'auteur pour justifier le commerce dans lequel il est impliqué. D'ailleurs, quand il dit que les gouvernants européens devraient encourager les chefs africains à tirer « un profit considérable » des prisonniers qu'ils font à la guerre, le lecteur voit clairement qu'il est animé d'un sentiment mercantile et non pas philanthropique. Pourtant, c’est cette peinture d’une Afrique trop barbare et pleine de prisonniers et d’esclaves que reprendront en chœur tous les révisionnistes de la traite négrière. A ceux-ci, on peut donc être tenté de poser cette question : si l'esclavage sauve des vies, pourquoi tant d'hommes ont-ils été inutilement brûlés, décapités, fusillés en Europe à travers des siècles alors qu'ils auraient pu servir d'esclaves ?

           Il convient tout simplement de noter que les populations africaines dont parle ce témoin du 18è siècle avaient derrière eux déjà plus de deux siècles de commerce esclavagiste avec les européens. Le fait qu'ils avaient des fusils à la main et faisaient provisions de prisonniers montre clairement que cette peinture n’était nullement celle d’une Afrique exempte d’influence européenne. C’est plutôt celle d’une Afrique déjà devenue un vrai marché aux esclaves au point de faire de ses habitants des gens entreprenants, capables de marchander de pied ferme - mais point d'égal à égal - avec les négriers. Tout lecteur notera également que les sentiments chrétiens que l’auteur dit animer les Européens dans de nombreuses pages ne sont point crédibles du fait qu’il s’est rendu lui-même coupable – et de sang froid - du crime le plus horrible que contient son livre. Crime inhumain - preuve de la barbarie des négriers - adroitement repris par Olivier Merle dans son livre Noir négoce. Car il ne faut pas perdre de vue que si les européens refusaient aux Africains le droit d'être cruels, ils se réservaient cette marque comme la qualité essentielle pour discipliner ceux qu'ils voulaient dominer ou asservir.

Raphaël ADJOBI

Titre : Journal d’un négrier au XVIIIè siècle (251 pages).

Auteur : William Snelgrave

Editeur : Gallimard, 2008.

Posté par St_Ralph à 23:24 - Littérature (Essais, romans) - Commentaires [9] - Permalien [#]