Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

28 juin 2010

Homme Invisible, pour qui chantes-tu ? (Ralph Ellison)

        Homme invisible, pour qui chantes-tu ?

 

            Homme_invisibleLire ce classique de la littérature noire américaine, c'est plonger au coeur des Etats-Unis des années trente sortant fraîchement du bain de l'esclavage. Volumineux et passionnant de la première à la dernière page, Homme invisible, pour qui chantes-tu ? est assurément un « pavé » magnifique qui mérite - sans exagération aucune - d'être classé au rayon des romans exceptionnels. Un roman au souffle puissant, franc et dur. Le lecteur ne peut en ressortir qu'éprouvé, haletant comme ayant été constamment au bord de l'asphyxie.

            A quatre vingt-cinq ans, le narrateur décide de revenir sur sa vie qu'il comprend avoir été vécue sous le sceau de l'invisibilité. Tout le livre se présente d'ailleurs comme une définition puis une ample explication de cette invisibilité. C'est sans doute pour cette raison que son nom n'est jamais prononcé dans le roman qui s'organise en deux étapes.

            Dans le premier mouvement, les actions se situent dans le sud esclavagiste où étudie le jeune homme tendu vers un avenir glorieux comme on gravit une montagne les yeux rivés sur son sommet. Ce qui domine ce moment du récit et semble lui conférer sa trame essentielle, c'est le sentiment de honte du Noir qui l'anime. Aussi, seule l'aspiration vers ce que l'homme blanc proposait lui semblait, ainsi qu'aux autres étudiants noirs, l'idéal aimé, « aimé comme les vaincus en arrivent à aimer les emblèmes des conquérants ». On comprend donc que le héros ne cherche que sa réussite personnelle pour sortir de « cette île de honte ». Pour y parvenir, il est prêt à suivre « cette voie étroite et rectiligne » tracée devant les étudiants noirs par les blancs. Puisque tout ce qui se faisait dans le sud américain d'alors était fait sous le regard et la bienveillance de l'homme blanc, que tout s'accomplissait comme devant un tribunal, comme si le ciel « était l'oeil injecté de sang d'un homme blanc », il choisit de croire à « la main toute de bienveillance tendue pour aider les pauvres êtres ignorants que sont les Noirs à sortir de la fange et des ténèbres ». On n’est pas loin d'un certain mysticisme si ce n'est pas une théorisation de l'infériorité du Noir par rapport au Blanc. Jusqu'où peut-on s'humilier pour atteindre son but, peut se demander le lecteur ?

            Même quand un incident le précipitera hors de l'université et qu'il se retrouvera dans la zone nord des Etats-Unis où la rencontre brutale avec la relative liberté qui y règne lui donnera l'impression d'être un chien errant, il gardera cette foi chevillée au corps. Ce changement d'espace géographique et d'habitudes radicalement opposées à celles du sud constitue pour ainsi dire le deuxième mouvement du roman. Quand la terre semblera se dérober sous ses pieds, alors qu'on l'attend revenir de ses illusions, son talent d'orateur le raccroche à d'autres illusions. Le lecteur suit alors ses péripéties en ayant constamment le sentiment que le drame n'est pas loin. On a sans cesse l'impression qu'on est dans le souffle d'une tempête ou d'un cyclone et que tôt ou tard (mais plutôt tôt que tard), l'irréparable s'accomplira. A aucun moment, l'auteur ne laisse au lecteur le temps de reprendre son souffle. La chaîne des événements dans lesquels le héros est régulièrement plongé le fait vivre comme en apnée.

            Finalement, quand nourri d'une multitude d’expériences on prend conscience que l'on est invisible, que ceux qui « s'approchent de vous ne voient que votre environnement, eux-mêmes, ou les fantasmes de leur imagination, tout et n'importe quoi, sauf vous », que faites-vous ? Notre héros pense qu'il est alors temps de profiter de cette invisibilité ! A cette pensée, le lecteur jubile et s'attend à une revanche sur la société. Mais c'est à ce moment là, au moment où il lance son défi à la face de la société à la manière de Rastignac dans le père Goriot, qu'il ne maîtrisera plus rien. Il sera alors emporté par le flot des événements qu'il sera loin de comprendre tout à fait.         

            Il semble que le livre n'a pas rencontré l'approbation de bon nombre d'écrivains noirs américains parce que, selon l'éditeur, il suivait trop étroitement les canons de la littérature blanche forcément anglo-saxonne. A vrai dire, il faut se demander si cette désapprobation ne viendrait pas du fait que l'auteur étale trop ouvertement le complexe d'infériorité que nourrissait le Noir vis à vis du Blanc. A moins que ce soit la révélation des stratégies que développaient les Noirs opprimés.  Car face à cette domination blanche, les Noirs instruits construisaient parallèlement une sorte de pouvoir souterrain. Dans la première partie du roman consacrée à la vie du héros étudiant, est en effet développée toute une philosophie du pouvoir individuel selon les Noirs. Tous ceux qui semblaient de parfaits modèles d'humilité et de soumission se révélaient, loin des yeux des Blancs, de parfaits stratèges pour accéder au pouvoir ou le conserver. Ainsi, certains portraits apparaissent même effrayants parce que constituant une vraie personnification de l'hypocrisie. C'est sans doute la révélation de tout cela qui ne fut pas du goût de certains lecteurs noirs du début du XX è siècle.

Raphaël ADJOBI

Titre : Homme invisible, pour qui chantes-tu ? (614 pages)

Auteur : Ralph Ellison

Editeur : Bernard Grasset ; collect. Les Cahiers Rouges.

Posté par St_Ralph à 13:42 - Littérature (Essais, romans) - Commentaires [14] - Permalien [#]

18 juin 2010

Félix Eboué, le deuxième homme de l'appel du 18 juin 1940

Félix Eboué, le deuxième homme de l’appel du 18 juin 1940

       ou le héros Noir chassé de l’histoire de la résistance française 

F_lix_Ebou__et_de_Gaulle            Rares sont les Français de ce XXI è siècle qui connaissent le nom de Félix Eboué. Parmi les élèves, étudiants et même les enseignants, rares sont ceux qui, dans un manuel scolaire ont eu l'occasion de découvrir son image ou lire des textes parlant de son rôle dans l’histoire de la France. Pourtant, sans cet homme, il est certain que la place du Général de Gaule et celle de la France résistante auraient connu tout un autre visage dans l’Histoire de la deuxième guerre mondiale. 

Pour comprendre cela, il convient de restituer quelques faits. Quand la France a été défaite en un mois par l’armée allemande (10 mai 1940, elle envahit la France par les pays voisins du nord et entre dans Paris le 14 juin), dès le 16 juin, on discute au sein du gouvernement sur la continuation ou non de la guerre en constituant un front en Afrique du Nord. Mis en minorité, Paul Reynaud, chef du gouvernement et partisan de la continuation, démissionne. Le même jour, le maréchal Pétain, favorable à l’armistice, est nommé à sa place et le lendemain, le 17 juin, annonce officiellement aux Français l‘arrêt des combats et demande l’armistice à l’ennemi.

            Le Général Charles de Gaulle qui était secrétaire d’état à la défense dans le gouvernement de Paul Reynaud, s’était envolé pour Londres dès le lendemain de la démission de ce dernier. Partisan de la poursuite de la guerre comme l’ancien chef du gouvernement, le 18 juin, c’est-à-dire au lendemain du discours du maréchal Pétain demandant l’armistice, il lance à la radio londonienne un appel aux Français pour la poursuite du combat, pour le refus de la défaite.

            On parle alors de la France Libre. Ce terme qui va plus tard couvrir une multitude de Français de la France métropolitaine comme un manteau de gloire n’avait pas en fait le sens qu’on lui donne aujourd’hui. Il ne désignait pas les rares Français qui avaient réussi à fuir vers l'Angleterre, ni ceux qui vivaient dans la zone non occupée par les Allemands appelée « Zone libre.» « Tous les Français libres » dont parle de Gaulle dans un discours prononcé le 22 juin, sont tous ceux qui dans leur esprit et dans leur cœur aimeraient continuer le combat pour la libération de la France. Dans la réalité, cette France libre n’existait pas territorialement ni militairement. La France Libre n’était qu’une idée, une notion abstraite, un slogan de ralliement. 

     Félix Eboué concrétise la « France Libre » de Gaulle

            C’est exactement le 26 août 1940 que la « France Libre » va enfin avoir un sens concret ! Et cela grâce à un homme : Félix Eboué ! C’est cette étape importante de l’histoire de la seconde guerre mondiale que tout le monde doit retenir, parce qu'elle a fait du général de Gaulle, aux yeux des Anglais et des Américains, un chef militaire pour la reconquête de la France. Oui, c'est elle qui lui a conféré toute sa légitimité.

            Devant les nombreux appels au ralliement lancés depuis Londres, les gouverneurs des colonies sont obligés de choisir entre le pouvoir de Pétain et la rébellion incarnée par de Gaulle. Ayant constaté que l'armistice signé respectait la souveraineté de la France sur ses colonies et ses protectorats, les gouverneurs des colonies et les généraux restent fidèles à Pétain et à Vichy. Aussi, le contact pris avec le Résident général du Maroc Charles Noguès par de Gaulle échoue. Quand Félix Eboué avertit son supérieur Boisson à Dakar de son choix, celui-ci le menace de représailles pour son indiscipline. Une fois sa décision officialisée le 26 août 1940, il est relevé de ses fonctions et sera frappé plus tard d’une condamnation à mort par le gouvernement de Vichy. Au Gabon, le Gouverneur Masson se rallie à de Gaulle puis à Pétain et finit par se suicider comme pour fuir ses responsabilités.  

La_France_Libre             Aiguillonnés par le ralliement du Tchad avec Félix Eboué, le Congo-Brazzaville, l’Oubangui-Chari (actuelle Centrafrique) et le Cameroun, arraché par les armes aux partisans de Vichy par le général Leclerc, suivent. Grâce à Félix Eboué en liaison avec les représentants de Charles de Gaulle envoyés en Afrique (René Pleven, Leclerc), la France Libre a désormais un territoire et une armée de nègres aux pieds nus qui donnent de la consistance au maigre effectif de soldats blancs de l’Afrique Equatoriale. De Gaulle, exilé en Angleterre, peut alors, en septembre 1940, poser les pieds à Brazzaville sur un sol où il n'est pas étranger, un sol qui appartient à l'empire français. Il peut enfin participer militairement à la reconquête de la mère patrie. Sa légitimité peut désormais convaincre Roosevelt qui hésitait à lui donner sa confiance. Séduit par le patriotisme de Félix Eboué, le 12 novembre 1940, Le général de Gaulle le nomme gouverneur général de l'Afrique équatoriale française et membre du Conseil de défense de l'empire. Brazzaville devient la capitale de tous les territoires de la France Libre.  

de_Gaulle___Brazza_2            Il convient donc une fois pour toute, que tous les Français retiennent et enseignent que c'est en Afrique, avec Félix Eboué, que s'est joué l'histoire de Charles de Gaulle et celle de la participation des Français (majoritairement noirs au départ) à la libération de la mère patrie. C’est en Afrique que la France libre est passée de l’abstrait au concret.  A juste titre, le 13 juillet 1942, elle change de nom et devient la France combattante. Et c'est Eboué qui fera construire des routes pour permettre en janvier 1943 à la colonne Leclerc de remonter rapidement vers le Tibesti puis vers la France !

            De Gaulle n’oubliera jamais tout ce que fit cet homme. Dès novembre 1940, il crée l'ordre de la libération, avec rang unique de compagnons, en vue de célébrer ceux qui auront oeuvré à chasser l'ennemi nazi. Eboué fait partie de la première promotion, signée le 29 janvier 1941, avec quatre autres compagnons. Ce qui en dit long sur la reconnaissance de son rôle crucial dans l'organisation de la libération de la France. « Félix Eboué, grand Français Africain, est mort à force de servir. Mais voici qu’il est entré dans le génie même de la France », proclama-t-il à sa mort survenue le 17 mai 1944.

            Aujourd’hui, on ne cite plus Félix Eboué dans les commémorations officielles de la résistance. Dans les manuels scolaires, on ne le cite plus. En France, excepté sans doute la Guyane sa terre natale, on n'écrit plus sur l’homme. Les deux derniers livres sur lui datent des années 1950. Le dernier travail universitaire est d'un anglais (Brian Weinstein, Oxford University, 1972). C'est Benoît Hopquin qui, récemment, lui a rendu un vibrant hommage en retraçant sa vie et ses combats dans son livre Ces Noirs qui ont fait la France.  Peu de Français savent que Félix Eboué est le premier résistant à dormir au panthéon depuis 1949 en reconnaissance de ce qu’il a fait pour la France ? Heureusement que ceux qui l’ont côtoyé ont reconnu sa valeur. Aujourd’hui, pas un seul homme politique n'aurait l'idée de lui proposer le panthéon. Tous des ingrats et parfois même ignorants de l'histoire de la France ! Aussi je dis aux Noirs de France, mêlez-vous de votre histoire, de l’histoire de vos grands-pères et de vos ancêtres. Mêlez-vous de l’écriture de l’histoire de la France et ressuscitez la mémoire des vôtres qui en sont injustement écartés.

°Photo n°1 : Félix Eboué, gouverneur du Tchad accueillant le général de Gaulle à l’aéroport de Brazzaville en septembre 1940.

°Photo n°3 : Arrivée du général de Gaulle à Douala le 8 octobre 1940 ; à sa droite, le général Leclerc, commissaire général du Cameroun.   

Raphaël ADJOBI                   Faites un don ou ahérez à l'association La France noire

 

Posté par St_Ralph à 17:17 - Actualités françaises - Commentaires [12] - Permalien [#]

11 juin 2010

Le diable dévot (Libar M. Fofana)

                                            Le diable dévot 

                           ou les mésaventures du sexe féminin

                                   en Afrique noire musulmane

Le_diable_d_vot            Dans le monde musulman en général, le regard de l'homme de ce siècle sur la femme reste encore singulier.  On peut même se demander s'il y a eu des évolutions dans ce domaine depuis les siècles passés. En tout cas, les récits que nous découvrons ça et là nous surprennent toujours parce qu'ils semblent sortir de la nuit des temps. Le Diable Dévot de Libar M. Fofana s'inscrit parfaitement dans le même esprit.

           Mamadou Galouwa, surnommé l'imam fatwa (ce qui veut tout dire !), est sûr d'être en parfait accord avec les volontés d'Allah. l'érudition et la piété qu'il ne manque pas d'étaler dans ses sermons et dans la vie quotidienne ont fait de lui un être à part devant les hommes et sans doute devant Dieu. Mais voilà : un imam n'est accompli qu'après un voyage à la Mecque d’où il revient auréolé du titre de hadji. Et pour lui déplaire, un jeune imam ayant accompli ce pèlerinage espère prendre sa place. Pour le tirer d'affaire, un riche octogénaire de son village lui propose un billet en échange de la main de sa fille Hèra, âgée de treize ans. En un mot un pacte avec le diable.

            Cette proposition n'enchante guère Mamadou Galouwa ; mais il ne peut repousser davantage le séjour à la Mecque au risque de perdre sa place. Heureusement pour lui, il est convaincu d'une chose : son "salut" viendra de la chair de sa fille. Le lecteur peut alors avec raison se demander lequel du riche tentateur et du père d'Héra, l'imam dévot, est le diable personnifié ? 

            L'histoire pourrait se terminer sur les délibérations intérieures et la décision finale de Mamadou Galouwa. Mais il semble que le but recherché par l'auteur est de plonger le lecteur au coeur de la sexualité de la femme dans le monde musulman. Car c’est finalement la jeune Héra qui semble l'héroïne du roman. C'est en fait l'histoire de son sexe qui nous est narrée ; ses mésaventures étant intimement liées à la vie de son sexe. Aussi bien dans son combat pour un idéal social que dans ses rêves d'amour, son sexe ne cessera de faire l'objet des plus grandes dissertations.

            Ce qui retient l’attention dans ce livre, c’est l’inégale beauté du style entre le début et la fin : soigné et profond quand il s’agit de peindre les cœurs, les âmes ou interpréter les pensées des personnages, il devient moins agréable - disons quelconque - quand l’auteur multiplie les dialogues ou accélère les actions relatant la vie d'Hèra. Même si les mésaventures du sexe de celle-ci sont très instructives et la rendent attachante, ce sont les pages consacrées à l’imam dévot qui sont les plus belles d’un point de vue stylistique. Toutefois, le lecteur ne peut à aucun moment perdre de vue le réalisme cru, la peinture violente de l’étonnante cruauté des sentiments masculins faits de sordides calculs dans lesquels le cœur et l’âme de la femme ne sont jamais pris en compte. On croit avoir tout dit sur les astuces de l’homme pour s’approprier le sexe de la femme et voilà qu'on en découvre encore avec le diable dévot.

Raphaël ADJOBI

Posté par St_Ralph à 20:05 - Romans africains - Commentaires [11] - Permalien [#]

02 juin 2010

Cannibale (Didier Daeninckx)

                               Cannibale (Didier Daeninckx)

Avez-vous déjà lu un livre ayant pour sujet ou cadre des actions l'exposition coloniale de 1931 à Paris ? Voici un roman qui va vous plonger au coeur de cette célébration de la France comme puissance coloniale. Cette fête qui aurait pu faire prendre conscience de la dimension de l'autre dans la grande France fut en réalité une véritable mascarade où les noirs ont joué les sauvages, les cannibales. Des acteurs qui bien souvent travaillaient dans l'administration de leur pays.               

 

Cannibale            Lors de l'exposition coloniale de 1931, parmi les « pièces exotiques » que Paris voulait offrir en spectacle à toute la France, figuraient des gens venus de la lointaine Nouvelle Calédonie. Outre le rôle singulier qui leur était assigné dans leur cage au zoo, certains parmi cette population vont bientôt être choisis pour servir de monnaie d'échange dans un arrangement entre Paris et un cirque allemand de Francfort.

            Quand la séparation du groupe est décidée, Gocéné, à qui est promise la belle Minoé, fille du chef de Canala, va tenter l'impossible pour la retrouver afin que le serment fait à son père de ne jamais la perdre de vue durant leur séjour parisien soit respecté. Aidé de son ami Badimoin, il se lance dans une aventure rocambolesque qui nous découvre le Paris des années 30 mais aussi l'atmosphère de l'exposition coloniale et la volonté des autorités françaises d'imprimer dans l'esprit de leurs concitoyens l'image du noir cannibale et arriéré alors que le commun des Parisiens ne retient de ces évadés noirs que l'étrangeté de leur peau quand ce n'est pas l'indifférence qu’il leur témoigne.

            Ce petit livre peut être considéré comme une adroite vulgarisation d'un événement qui fut une preuve internationale du traitement inhumain dont la France s'est rendue coupable à l’égard de ses colonisés pour flatter son orgueil et que politiques et historiens tentent par le silence de ranger aux rayons des oubliettes de notre histoire. Parmi les éléments qui relèvent de la réalité historique, outre le prêt de Kanak à un cirque allemand pendant l'exposition coloniale de Paris, on peut noter qu'au nombre des Kanak exposés, figurait le grand-père du footballeur français Christian Karembeu. Je lui souhaite de lire ce livre comme un hommage rendu aux siens et à son grand-père en particulier.

                                             ° Lire aussi "Du cannibalisme" : http://raphael.afrikblog.com/archives/2012/11/19/25620905.html 

Raphaël ADJOBI

Titre : Cannibale (108 pages)

Auteur : Didier Daeninckx

Editeur : Gallimard ; collect. Folio.

Posté par St_Ralph à 18:37 - Littérature (Essais, romans) - Commentaires [36] - Permalien [#]