Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

30 mars 2013

France : les industries agroalimentaires empoisonnent les Antillais au sucre !

                   France : les industries agroalimentaires

                       empoisonnent les Antillais au sucre !  

numérisation0009

            Le mercredi 27 mars, les radios françaises annoncent que les boissons rafraîchissantes et les produits laitiers destinés aux départements d'Outre-mer contiennent deux fois plus de sucre. Elles expliquent que c'est, pour les industriels, une manière habile de rendre les Antillais dépendants de leurs produits sans se soucier de l'obésité que cet état de chose provoque chez cette population. Quant à l'industrie agroalimentaire, elle prétend qu'elle n'a fait que s'adapter au goût des Antillais qui, selon elle, aiment manger et boire très sucré. 

            Après les plats cuisinés à la viande de cheval à la place de la viande de boeuf, voilà donc l'empoissonnement de consommateurs français au sucre. Dans le premier cas, il s'agissait d'une simple tromperie sur la marchandise, donc un délit, et dans le deuxième cas une atteinte à la santé d'autrui, donc un crime. Et puisque ce crime vise une catégorie de la population, on peut même parler d'acte ségrégationniste, raciste ; même si dans l'affaire, quelques Blancs ont certainement consommé ces produits. Quelques sacrifiés. 

            Durant de nombreuses années, en France métropolitaine, les associations n'ont cessé de dénoncer l'ajout d'alcool et de produits spéciaux aux boissons qui ont la préférence des jeunes. Elles savaient que les fabricants rusaient ainsi afin de les rendre progressivement dépendants des boissons hautement alcoolisées quand ils seront adultes. Une campagne  a vite été menée pour prévenir les familles ; et l'état a tiré l'oreille aux industriels. Les distributeurs automatiques de sodas et de barres chocolatées ont donc disparu des collèges et de bon nombre de lycées en prévention de l'obésité et de l'addiction à l'alcool.

            De toute évidence cette campagne de santé auprès des familles et les lois imposées aux établissements scolaires et aux industries agroalimentaires n'ont pas été jugées applicables aux Antilles. Pire, devant l'impunité, les industriels ont choisi le sucre plutôt que l'alcool européen - le rhum est indétrônable aux Antilles - pour poursuivre leur sale besogne là-bas. Et pendant que les Antillais, perfusés au sucre grossissaient comme des immenses ballons - multipliant les maladies cardiovasculaires et le diabète - de nombreux métropolitains cherchaient l'explication de ce phénomène dans la proximité de leurs moeurs alimentaires avec celles des Américains.

            A vrai dire, les causes profondes de cette propension à l'obésité des Antillais - surtout des Antillaises - étaient connues depuis 2011. Des particuliers avaient révélé la teneur excessive de sucre dans le pain et les croissants et avaient jeté un doute sur la formation des boulangers. A quel crime les poussait-on ? Très vite, on s'était rendu compte que les produits alimentaires venus de France avaient une teneur en sucre deux fois supérieure à ceux consommés en métropole. Le député de la Guadeloupe, Victorin Lurel - aujourd'hui ministre - avait alors proposé une loi pour ramener ce taux au même niveau que dans l'hexagone. Mais comme à Paris rien n'est urgent quand il s'agit des Antilles, il a fallu attendre la crise de la viande de cheval à la place de la viande de boeuf pour qu'en mars 2013 les chaînes nationales reconnaissent enfin que les criminels ne sont point les Américains mais bien les industriels français. 

Raphaël ADJOBI 

Posté par St_Ralph à 06:35 - Actualités françaises - Commentaires [7] - Permalien [#]

Commentaires

  • Cherchez la preuve...

    Mon cher St-Ralph,

    Le 23/02/2013, j'assistais à une réunion publique à l'occasion du Black Month Hystory. Parmi les intervenants,, il y avait un député européen, du territoire guadeloupéen, Jean-Jacob Bicep. Il a notamment évoqué le cas d'un poison qui depuis très longtemps, fait des ravages aux Antilles, provoquant ainsi plus de cancers de la prostate que dans le reste de la France: le chlordécone. Les planteurs de bananes en sont friands.

    Ce produit est interdit aux USA depuis 1976, mais pas en France.
    Cela au moins, je le savais. Mais quelle n'a pas été ma surprise d'apprendre une nouvelle honteuse, cela va sans dire.

    Monsieur le député nous a appris ce jour-là, en effet, que des ignames venues des Antilles, arrivées à Bordeaux avaient été examinées et déclarées impropres à la consommation... en Métropole! Je précise: interdits à la consommation en Métropole, mais pas ailleurs, en France.

    Si on cherche des preuves d'extermination des Noirs, pas besoin d'aller plus loin...

    @+, O.G.

    Posté par Obambe GAKOSSO, 03 avril 2013 à 16:11
  • Mon cher Obambé,

    Merci pour le témoignage. Les lecteurs apprécieront. Ce que tu dis me rappelle l'histoire de la pomme de terre ivoirienne déclarée impropre à la consommation en Côte d'Ivoire. Tout a été fait pour tuer dans l'oeuf cette culture dans le pays. Heureusement que les Ivoiriens n'ont jamais fait des pommes de terre une nécessité. Ils avaient l'igname. Ce sont les coopérants, alors nombreux dans le pays, qui ont continué à acheter des pommes de terre françaises dans les grandes surfaces du pays qui les vendaient à prix d'or. L'importateur français ne voulait tout simplement pas de concurrent !

    Posté par St-Ralph, 03 avril 2013 à 17:43
  • Pas juste les Antilles...

    Cher Raphaël,
    Juste quelques lignes pour rappeler que les départements français les plus touchés par l'obésité sont la Réunion, la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane tous producteurs de sucre. Le plus touché est La Réunion où les noirs représentent 50% de la population. Je précise le pourcentage car tu suggères que les 5% de blancs qui peuplent les Antilles sont sacrifiés d'où on peut déduire qu'on cherche à faire de même pour la population noire.
    On notera que les 3/4 des habitants des Iles Samoa (USA) sont obèses (record du monde) et il n'y a pas de population d'origine africaine.
    Tahiti est très touchée aussi par l'obésité.
    Le sucre fait moins grossir que le gras, les lipides, dont les insulaires sont consommateurs.
    Le chlordécone a été interdit aux Antilles en 1990 mais utiilisé par les planteurs jusqu'à 2005 ! Plusieurs députés antillais s'étant opposés à son interdiction. Les Antilles françaises se fournissent aussi dans les iles voisines anglophones...

    Posté par Alenya, 05 avril 2013 à 10:01
  • Bonjour Alenya,

    As-tu vu beaucoup d'obèses en Côte d'Ivoire où on mange gras ? Si beaucoup de femmes antillaises sont corpulentes comme les ivoirennes, elles ne sont pas obèses ! Ne confond pas l'obésité et la corpulence. L'obésité commence dès l'enfance. Ses signes sont très dstincts de la corpulence de certaines personnes.

    Pourquoi me sers-tu des statisques ? C'est pour me dire que parce que les Antillais sont gros, les industriels français ont raison de mettre plus de sucre dans les produits qu'ils leur vendent ?

    Tes arguments rappellent ceux que les négriers Européens utilsaient pour justifier l'esclavage des Noirs. Ils disaient qu'ils ne commettaient pas de crime en mettant les Noirs en esclavage dans le Nouveau Monde parce que les Africains pratiquaient aussi l'esclavage. De même tu penses que mettre plus de sucre dans les aliments vendus aux Antillais n'est nullement criminels puisqu'ils mangent déjà gras et que le gras fait grossir. Bravo comme argumentation !

    De quel droit les industriels décident-ils de ce qui est bon pour les Antillais quand eux-mêmes estiment qu'il ne veulent pas qu'on les trompent de la sorte ? Manger du cheval à la place du boeuf est-il plus criminel que que ce que fait l'agroalimentaire dans les Antilles ? Et pourtant, cela a été jugé un scandale impardonnable. A vrai dire, en France, tout ce qui touche les nègres est pardonnable. C'est cet esprit-là que je combast sans cesse. Rien d'autre.

    Posté par St-Ralph, 10 avril 2013 à 07:19
  • Ah bon...

    Cher Raphaël,
    je m'étonne de ta réponse. Mes arguments rappellent ceux des négriers ?
    Tu fais un sacré raccourci.
    Je me rends compte que tu as changé depuis le début que je lis ton blog, tu transposes inconsciemment les méfaits de l'homme blanc vis-à-vis de l'homme noir il y a 200 ans à la période où on vit aujourd'hui....
    Si demain un pont s'écroule aux Antilles tu vas écrire que les industriels qui l'ont construit n'ont pas mis du bon ciment parce qu'il y a plus de voitures conduites par les noirs qui l'empruntent chaque jour. Désolé, tu en es là aujourd'hui et tu n'es pas le seul, je lis d'autres blogs tenus par des africains.
    Je voulais juste signaler un fait avéré: le sucre fait deux fois moins grossir que le gras.
    En plus la majorité des yaourts et produits laitiers distribués aux Antilles sont fabriqués aux Antilles.
    Merci de prendre connaissance de l'article rattaché à ce lien :
    http://www.guadeloupe.franceantilles.mobi/actualite/education-sante-environnement/la-socrema-defend-nos-produits-laitiers-23-04-2012-167112_26.php?pc=1

    Posté par Alenya, 11 avril 2013 à 23:17
  • Une seule question, Alenya

    Ce que je dis n'est ni fonction de la couleur de la peau ni fonction de mon origine africaine mais de ma vision du mon monde et des relations entre les humains. Mais vues sur ce type de sujet correspondent parfaitement à celle de l'abbé Grégoire qui n'est ni Noir ni Africain.

    Dans cette affaire, la seule question qui mérite réponse est celle-ci : pourquoi les industriels blancs mettent-ils plus de sucre dans les produits destinés aux Antillais ? Et selon ton exemple, je te poserai la même question : si les ingénieurs qui construisent les ponts aux Antilles ne veulent pas que l'on les accuse de racisme ou d'assassinat prémédité, pourquoi choisiraient-ils de mettre moin de ciment dans la constuction des ponts aux Antilles que dans ceux construit en métropole ?

    J'attends tes réponses. Je veux comprendre. Dois-je me contenter de l'affirmation selon laquelle les Blancs savent mieux ce qui convient aux Noirs et que ces derniers n'ont rien à dire parce qu'ils ne savent pas produire ce qu'on leur propose ?

    Posté par St-Ralph, 12 avril 2013 à 23:38
  • et MacDo alors, ils comptent pour du beurre ?

    Vingt et un ans qu'ils sont installés dans l'Ile. J'ai moi-même fréquenté celui de la rue Frébault qui ouvre jusqu'à minuit et il était plein à cette heure là... On y allait en sortant du magnifique ciné Rex.
    Enfin, il était plein à l'époque où j'habitais la Guadeloupe. Aujourd'hui 8 McDonalds dont à Pointe-à-Pitre, davantage à Fort-de-France et d'autres fast-foods aussi.
    Suivre le lien : [url=http://www.guadeloupe.franceantilles.fr/actualite/economie-consommation/mcdonald-s-deja-20-ans-de-guadeloupe-165942.php]McDonald's Guadeloupe[/url]

    Posté par Alenya, 14 avril 2013 à 14:13

Poster un commentaire