Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

10 mai 2014

Paroles de liberté (Christiane Taubira)

                                   Paroles de liberté

                                         (Christiane Taubira)  

numérisation0002

           Jamais en France une personnalité politique n'a cristallisé autant de haine raciale que Christiane Taubira. Dès son entrée au gouvernement en 2011, on a eu le sentiment que tout le racisme diffus qui s'insinuait dans les médias et les couloirs des réunions politiques avait trouvé en sa personne l'ancre à laquelle il fallait se fixer pour enfin avoir un sens. Et en moins de deux ans, elle est devenue le bouc émissaire de la frange de la France qui s'est déclarée ouvertement raciste.  

            Mais cette dame de qualité et de grande envergure intellectuelle n'en est pas à ses premières égratignures racistes. Le parcours scolaire et estudiantin qu'elle nous livre ici en témoigne. Malheureusement, on ne s'habitue pas au racisme. « Il reste et restera toujours à essayer de percevoir l'intensité de la brûlure qu'inflige la blessure percée à vif par la parole raciste. Elle frappe au mitan du coeur, elle incise l'esprit, entame la confiance, consume l'estime de soi. Elle percute celle ou celui qui la reçoit en plein plexus, l'étourdit, le fait chanceler, un temps, ou longtemps, avant qu'il sache s'il tient encore debout ou s'il s'ébranle dans un lent effondrement. Cette blessure est à chaque fois personnelle et nouvelle ». Non, vraiment, on ne s'habitue pas à la blessure raciste parce qu'elle est chaque fois nouvelle et chaque fois vous touche personnellement. 

            Mais voilà : celui qui veut sortir de l'enfer ne doit pas craindre d'en braver les flammes. Cependant, qui connaît la porte de sortie de l'enfer ? Il faudra sans doute nous convaincre que nous sommes condamnés à éteindre les flammes de l'enfer plutôt que de chercher à en sortir. En tout cas, parvenue dans les hautes sphères de la politique nationale, elle s'est rendue compte que sa candidature aux élections présidentielles à la tête des Radicaux de gauche n'a pas suffi pour faire d'elle une Française à part entière. Pour les journalistes français, et certainement pour beaucoup d'autres, elle fut la candidate des minorités.

            Devenue ministre, toutes les décisions qu'elle prenait étaient présentées par ses nombreux détracteurs comme favorisant les délinquants des quartiers populaires et par voie de conséquence les Noirs et les Arabes. Une politique communautaire donc. Et quand elle porta devant l'Assemblée le projet de « mariage pour tous », on vit en elle la Noire, la sauvage qui venait détruire la société civilisée !

            Paroles de liberté vient donc rompre le long silence de celle qui semblait tout encaisser sans fléchir, voire indifférente à ce qui ressemblait à une vindicte populaire. Les paroles de Christiane Taubira sont franches et sans complaisance. Elle sait que si le public  - jusqu'aux enfants - s'est acharné à la dépouiller de tous ses attributs de représentante de la République pour ne voir en elle qu'une guenon - à laquelle on jette une banane et qu'on enjoint de rejoindre son arbre - c'est tout simplement parce que des hommes politiques hypocrites associés à de sulfureux et prétendus intellectuels l'ont sciemment jetée en pâture. Ces hommes et ces femmes n'ignoraient pas que « les actes de paroles sont souvent l'expression de rapports de forces et leur efficacité dépend largement de l'autorité sociale du locuteur » ; ils savaient que tôt ou tard, leurs propos produiraient les fruits nauséabonds qu'ils nourrissaient dans le fond de leur cœur sinistre. Eux qui détiennent l'autorité de la parole publique savaient qu'en accusant, en dénonçant, en stigmatisant, en menaçant, en parlant de « Kärcher, racaille, cambrioleurs-nés, voleurs et violeurs pourrissant la vie de bonnes gens en banlieues », tôt ou tard, des hommes, des femmes et des enfants se lèveraient pour fouler au pied les dernières précautions et exprimeraient publiquement leur haine raciale et n'épargneraient même pas une personnalité de l'Etat.   

            Dans ce livre, Christiane Taubira parle à chaque citoyen français à cœur ouvert. Elle sait que sa position de femme politique parvenue aux hautes sphères des affaires de l'Etat ne la met pas à l'abri des quolibets de ceux qui cultivent avec arrogance leur entre-soi blanc. Aussi, une bonne moitié de ce livre attire l'attention de chacun sur les principes fondateurs de la bonne sociabilité. Pour elle, la République ne peut être réellement sociale que lorsque « les institutions enfin [...] se surveillent d'être justes, équitables et décentes [...] qui n'humilient aucun citoyen et ne se hasardent à humilier personne nulle part dans le monde ». 

Raphaël ADJOBI

Titre : Paroles de liberté, 138 pages.

Auteur : Christiane Taubira

Editeur : Flammarion, mars 2014

Posté par St_Ralph à 22:21 - Littérature politique - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire