Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

01 mars 2015

Ta main blanche sur mon épaule ou la prière du nègre Banania (poème)

                  Ta main blanche sur mon épaule

                         (ou la prière du nègre Banania)

 

MARCOUSSIS 2003

   

                        Pose ta main blanche sur mon épaule

                        Et de ma mémoire efface Aimé Césaire

                        Pour qu’à jamais je ne songe

                        Au Discours sur le colonialisme.

 

                        Pose ta main blanche sur mon épaule

                        Et de ma face noire fais un masque blanc

                        Pour que, fier, je puisse braver Fanon !

 

                        A ton ombre tutélaire, je veux marcher.

                        Offre-moi ton bras séculier pour que brille

                        Dans mes yeux la flamme insolente

                        Capable d’écarter de mon chemin la foule nègre.  

 

                        Pose ta main blanche sur mon épaule

                        Et fais de moi un nègre de maison

                        Contre les nègres marrons de ce nouveau siècle !

 

                        Demain, contre ta face je m’inclinerai

                        Les bras chargés des chaînes d’antan

                        Liant les cortèges des chants plaintifs

                        De ceux que j’aurai pour toi arrachés à la terre d’Afrique.

 

                        Pose ta main blanche sur mon épaule

                        Et scelle indéfiniment le pacte

                        Cher à mon cœur de nègre de maison.

 

                                  Raphaël ADJOBI

                                (Le 28 février 2015)

 

Posté par St_Ralph à 10:06 - Arts, culture et société - Commentaires [6] - Permalien [#]

Commentaires

  • Echo

    Quand les mots seront posés, nous n'auront plus à les souffrir, enfin, j'espère !
    Excellent poème.

    Posté par kinzy, 11 mars 2015 à 15:29
  • Merci d'être passée, Kinzy ! Amitiés.

    Posté par St-Ralph, 16 mars 2015 à 19:55
  • Triste tableau qui présente les choses telles qu'elles sont ! Au lieu d'arracher sa liberté d'esprit, liberté de penser, au lieu de s'affranchir de toutes les diktats qui lui sont imposés, l'homme noir se complait dans une srvilité culturelle, économique, sociale !
    Texte fort, Saint Ralph !

    Posté par Liss, 03 mai 2015 à 12:53
  • Merci, Liss. Mieux qu'une longue narration, la poésie synthétise admirablement une vérité que l'on aimerait pouvoir faire tenir dans la paume d'une main afin de la rendre visible à tous les regards.

    Posté par St-Ralph, 04 mai 2015 à 22:05
  • Emotion et réalisme

    J'ai lu avec beaucoup d'émotion ce poème dont chaque rime nous renvoie de manière cuisante à la triste réalité de ce que vit aujourd'hui notre Afrique ce merveilleux continent.
    Une Afrique hier vaillante et fière de ses fils tels que Soundjata, Samory Touré qui ont livré d'âpres combats contre l'envahisseur.
    L'Afrique pourra-t-elle retrouver un jour sa dignité ? Nous disons oui car aujourd'hui s'élèvent partout de vaillants combattants pour lui redonner ses lettres de noblesse. Ces nouveaux combattants se battent non pas avec des armes comme autant des barbares mais avec le verbe et les idées comme les dignes héritiers non de Voltaire et de Molière mais d'Aimé Césaire, de Frantz Fanon pour ne citer que ceux-là.
    Chapeau bas pour ce poème qui interpelle.
    Amélie.

    Posté par Amélie, 03 juillet 2015 à 01:48
  • Merci de tout cœur, chère Amélie.
    Je vois que tu as été séduite par la portée très générale de ce poème qui peint effectivement une réalité africaine. Tu as tout à fait raison : ce n'est pas vers Molière ou voltaire qu'il faut nous tourner pour réagir mais vers fanon et Césaire.

    Posté par St-Ralph, 03 juillet 2015 à 09:53

Poster un commentaire