Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

04 juillet 2017

La reine Ginga, et comment les Africains ont inventé le monde (José Eduardo Agualusa)

                                          La reine Ginga

                  et comment les Africains ont inventé le monde

                                 (José Eduardo Agualusa)

La reine Ginga

            En 1620, à vingt et un ans, le père Francisco José de Santa Cruz quitte son Pernambouc natal (une province du Brésil) pour rejoindre les frères jésuites à Sao Salvador du Congo dans la lointaine Afrique qui a vu naître sa grand-mère. Huit ou neuf mois après son arrivée, il entre comme secrétaire au service de dona Ginga, sœur du roi du Dongo, celle qui deviendra bientôt la « fameuse reine d’Angola qui terrorisait les Portugais ».

            Ce livre est une très belle immersion  dans les relations houleuses et belliqueuses que les royaumes portugais et hollandais ont entretenues au Brésil et en Angola à partir de la fin du XVIe siècle. En effet, s’il est vrai que ce récit se veut une histoire romancée de la vie politique de la reine Ginga et de ses relations avec les Portugais et les Hollandais qui se disputaient l’Angola durant son règne, il est surtout l’histoire de la colonisation de deux continents dont l’un est transformé en pourvoyeur de captifs et l’autre en broyeur d’esclaves.

            Les lecteurs apprécieront la distance constante que prend le narrateur par rapport aux préjugés européens sur l’Afrique et les Noirs. On pourrait croire que sous sa peau blanche, les sangs noir de sa grand-mère et indien de sa mère entretiennent en lui le scepticisme et le rationalisme et surtout un humanisme digne de celui de Montaigne qu’il lit avec délectation. Cependant, il est plaisant de constater que seules la sincérité et la pureté de son cœur le dirigent en toutes circonstances. 

            Grâce à l’absence de cupidité en son cœur – chose rare à une époque où négriers et « religieux ne s’intéressaient qu’au nombre de pièces qu’ils pouvaient rafler et envoyer au Brésil » - son regard distancié lui permet de se poser des questions pertinentes avec beaucoup de candeur et aussi de garder l’esprit analytique pour une meilleure connaissance de la réalité. Ainsi, les lieux communs sont éclairés et pulvérisés par des faits historiques et les discours coloniaux perdent tout leur sens devant les dictons et les fables qui rythment la pensée africaine qu'il découvre.

            On peut croire qu’en choisissant un héros candide et non point cupide, José Eduardo Agualusa a voulu aller au plus près de la vérité historique avec ce livre. Une belle façon de se débarrasser de l'habituel discours colonialiste européen. On y trouve d’ailleurs un très beau conte qui est une excellente réponse à tous les Européens qui, hier comme aujourd’hui, « pensent qu’ils ont le devoir de sauver l’Afrique », à tous les hommes politiques qui se font les fiers héritiers du colonialisme français au point de réclamer en ce XXIe siècle l’enseignement de ses prétendus bienfaits.

Raphaël ADJOBI

Titre : La reine Ginga, et comment les Africains ont inventé le monde, 232 pages

Auteur : José Eduardo Agualusa

Editeur : Editions Métailié, 2017.

Posté par St_Ralph à 16:24 - Littérature : romans - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire