Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

05 octobre 2017

Entretien avec Mouélé Kibaya (auteur du blog Le pangolin)

                       Entretien avec Mouélé Kibaya

                            (auteur du blog Le Pangolin)     

 Mouélé Kibaya fait partie des premiers blogueurs que j'ai appris à connaître grâce à la fois au contenu de ses productions et à ses commentaires sur mes articles. Mais c'est sur Facebook que j'ai découvert son talent d'architecte d'un genre particulier. Curieux, j'ai voulu savoir pourquoi il n'exerce pas son talent dans la voie la plus commune et la plus sûre. Notre entretien, que je vous livre ici, le montre convaincu de la nécessité pour l'Afrique de construire avec des matériaux écologiques comme par le passé pour des raisons simples et convaincantes.

photo blog               

1. Compte tenu de ta très longue absence sur ton blog, je formule ma première question partiellement au passé et partiellement au présent : derrière le blog Le Pangolin, qui était Mouélé Kibaya dans le quotidien ?  Qui est Mouélé kibaya aujourd'hui ?

Qui suis-je ?  Je suis originaire de Pointe-Noire au Congo. Dans le quotidien, je suis architecte dplg et enseignant en génie civil. Du fait de mon enfance entre un grand-père rebelle à la colonisation française  et un père travaillant dans une société française, amoureux de la langue française, je suis arrivé à l’écriture ; pas dans la fiction, pour l’instant. Je me définis en tant que penseur de notre société. J’ai publié en 1995 un premier essai intitulé  « La nouvelle utopie africaine » aux éditions Bajag-Meri.

 http://lepangolin.canalblog.com/albums/4_eme_de_couverture_la_nouvelle_utopie_africaine_/photos/14201660-premiere_de_couverture_la_nouvelle_utopie_africaine.html

D’autres écrits attendent d’être édités et je continue d’écrire. Le blog faisait partie de cette activité.

Aujourd’hui je suis un passeur de conscience et d’action. Évidemment, de part ma déformation intellectuelle et professionnelle, j’ai envie de partager tout ce que je trouve utile pour une prise de conscience des miens ; j’ai nommé les Africains.

2. Quelle(s) leçon(s) retires-tu de ton expérience de blogueur ? Pourquoi y avoir mis un terme ?

Non je n’y ai pas mis un terme. C’est le temps qui me manque, du fait des multiples occupations. A partir de 2009 je me suis embarqué dans un projet fou : celui de la terre, de l'argile pour laquelle il y a eu des guerres au Congo. La terre argileuse est l’avenir du monde. Or, il se trouve qu’il vient à manquer dans certains pays. En tant qu’architecte , avec l’université de Toulouse dans le cadre du programme n+2i des écoles d’ingénieurs et une entreprise de fabrication des machines, nous avons entrepris le travail de caractérisation des terres argileuses dans une partie du terroir du Niari au Congo pour aboutir à un objet : la brique BTC . Cela pour répondre aux défis de la construction écologique  accessible au plus grand nombre.

Après près de trois ans de recherche et de réflexion, on devrait créer une société tête de file d’une nouvelle filière. Je suis encore dans cette démarche.

Alors quelle expérience de blogueur ? Il faut dire que j’étais parmi les premiers à donner dans la réflexion tout comme le blog de Gangeous, Liss Kihindou et le tien. Ne pas  faire du journalisme, prendre son temps pour réfléchir sur l’Afrique et les Mondes. Et je me réjouis d’avoir influencé certains points de vue ou action. C’est pour cela que j’estime qu’il me faut passer à une autre dimension.

Pour cette raison j’ai déplacé l’espace d’action sur l’outil qui atteint plus de monde : facebook. Faire passer le maximum d’informations de façon brute pour que chacun prenne ce qu’il veut prendre, si ça peut aider à prendre conscience et à aller vers plus d’autonomie, tant mieux. Mais il sied de préciser que le blog demeure l’outil le plus efficace pour la réflexion car le lecteur fait la démarche de venir sur votre espace ; ce qui n’est pas le cas de facebook qui est excessivement intrusif. Bien sûr, les gens ont la possibilité de vous bloquer. Facebook  n’est pas propice à la réflexion. C’est un format de journal, donc pour former une opinion pas des convictions, à mon avis.

3. Les images que tu publies désormais sur Facebook témoignent de ta volonté d'apparaître comme un bâtisseur d'une Afrique écologique dans le domaine de l'habitat. Est-ce bien cela ou faut-il voir une autre volonté derrière ces images ?

En effet, sur facebook, c’est une volonté de passer le message écologique, car c’est la voie de non-soumission au capital qui a réduit depuis plus de 6 siècles maintenant l’Africain en esclavage. Ce que je publie c’est pour inciter les gens à devenir autonomes et riches. Riches dans tous les sens, c’est-à-dire point de vue cultuel, culturel, économique, sanitaire etc.…

4. Comment les gouvernants perçoivent-ils tes projets très différents des normes occidentales adoptées à travers le monde entier ?

Pour l’heure, les gouvernants africains n’ont rien compris aux enjeux mondiaux. Mais il faut vite préciser qu'il existe une différence de vision entre l’espace français et les autres pays d’Afrique. Un pays comme le Rwanda, en dépit de ce que l’on peut dire, est en avance sur plusieurs points en matière d’écologie et des enjeux de survie pour nous Africains. Cela commence par une démarche écologique, lire le grand livre de la nature.

On doit revenir à la vérité écologique qui habitait nos ancêtres. Ils ne consommaient que ce que la nature pouvait renouveler. Le drame de l’espace francophone c’est que les gouvernants et les élites souffrent d’une pathologie grave due à la philosophie coloniale française dite de l’assimilation mutée en intégration. Cette philosophie nie l’humanité aux Africains. C’est ce qui explique les dictatures féroces dans ces territoires.

Comme mes projets sont très différents des normes, il me faut assumer la marginalité avec tout ce qui va avec. Et puis il ne faut pas oublier que depuis le début des génocides, l’occident traque tout ce qui peut faire tomber leur paradigme. Il y a des lobbys du capital qui veillent. Le capital est bâti sur le sang des Africains. Il s’agit d’un combat d’enculturation pour une prise de conscience sinon on va disparaître non pas par des guerres mais par la technologie et la science.

Pour conclure, dans mon cas, les gouvernants du Congo m’ignorent, tant mieux car cela me permet de rester en vie. 

5. Comment les populations de ton pays - et peut-être aussi des autres pays africains - réagissent-elles à tes réalisations ?

Les populations réagissent de différentes façons. Tout dépend du niveau de connaissance et des pratiques culturelles. C’est surtout l’ignorance qui domine. Il nous faut un travail d’enculturation. Atteindre le subconscient. En ce qui concerne la terre, construire en terre est synonyme de pauvreté dans la conscience collective. Et donc l’acceptabilité devrait passer par les leaders d’opinion et les pratiques des gouvernants. Par expérience, c’est par faute de connaissances et de déficit identitaire que ce genre de projet ne devient pas la norme.

Au Congo, dans la ville de Loubomo ainsi que sa région, on a l’habitude de construire en terre. c’est au niveau du coût de la construction que la différence se fait. Il faut un effet de masse.Dans d’autres pays, cela dépend du niveau d’assimilation à la culture française ou belge.Les pays anglophones ont un bon accueil ainsi que le Rwanda.

Les Anglophones sont pragmatiques ; mais il faut se méfier des apparences car ce sont des enjeux économiques colossaux. Comme en France le lobby du ciment veille, en Afrique nous avons Dangoté avec ces cimenteries partout.

6. Les réseaux sociaux ont-ils contribué à dynamiser le secteur qui est le tien aujourd'hui ? En d'autres termes, y a-t-il une prise de conscience autour d'un habitat mieux adapté à l'Afrique grâce aux nouvelles techniques de communication ?

Pas encore, car c’est un problème d’enjeux économiques et culturels. L’habitat avant d’être un enjeu sociétal et culturel est un enjeu économique. Je m’explique : construire en terre avec une conception adaptée au climat africain a un impact énorme sur l’économie et le modèle social. Prenons le cas de notre brique, que les ouvriers appellent affectueusement "la brique climatisée". On n'a pas besoin de climatiseur quand il fait chaud ou froid ; la température est constante. Tout le monde sait les dangers de la climatisation : au niveau sanitaire c’est un nid de virulentes bactéries en milieu tropical humide ; au niveau du portefeuille elle est énergitivore, 2500 w à 5900 w pour le faire tourner. L'option de climatiser une maison oblige à calfeutrer les pièces, créant ainsi de l'humidité. Donc on cultive des micro champignons aux murs de la maison ce qui engendre la pollution de l’air vicié non renouvelé. Par ce choix la demande d’électricité explose.

Donc faire prendre conscience autour d’un habitat mieux adapté à l’Afrique est un enjeu  de survie. Selon moi, Facebook peut permettre d’inscrire dans le subconscient la nécessité d’une nouvelle conscience autour d’un habitat adapté à l’Afrique car il s’agit d’atteindre un grand nombre de personnes. 

7. Que penses-tu de la place qu'occupent actuellement les réseaux sociaux en Afrique ? Précisément, que penses-tu des blogueurs africains ?

Les réseaux sociaux ont tout accéléré. Je dis toujours, avant Internet, une génération mettait 25 à 30 ans à mourir, avec Internet cela a été réduit à 15 ans ; et avec les réseaux sociaux, on peut avancer le chiffre de 5 ans. Le Kenya vient de donner le top. On oublie vite que le processus de la fin des dictatures en Afrique a débuté il y a à peine 27 ans. Mais ces dix dernières années le processus s’accélère et échappe aux usurpateurs.

L’Afrique est en train de refaire son unité spatiale. Tout ce qui se passe chez le voisin est instantanément relayé à la seconde près dans toute l’Afrique et le monde.

Les blogueurs africains ont été des pionniers. Maintenant, il faut qu’ils évoluent dans de grands espaces et surtout qu'ils s’imposent sur la toile. La mission n’est pas achevée, mais ne fait que commencer car il faut investir le terrain.

Je te remercie Raphaël 

Entretine réalisé par Raphaël ADJOBI

 

 

Posté par St_Ralph à 12:51 - Portraits, entretiens - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    J'ai l'impression de découvrir Kibaya Mouélé pour la première fois, alors que je le croise souvent ici, au détour d'un article, à travers ses commentaires. L'interview permet de mieux faire connaissance avec lui. Un éveilleur des consciences.
    Merci à vous deux de nous offrir cette édifiante conversation.

    Posté par Liss, 12 octobre 2017 à 21:57
  • Très intéressants ses propos sur la place des constructions en terre dans les enjeux économiques qui pèsent sur l'Afrique.

    Posté par St-Ralph, 13 octobre 2017 à 14:25

Poster un commentaire