Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

08 novembre 2017

Marianne et le garçon noir (Léonora Miano)

                        Marianne et le garçon noir

                                           (Léonora Miano)          

Léonora Miano

            Avec Marianne et le garçon noir, Léonora Miano emprunte le chemin de la littérature noire-américaine faite de récits douloureux du corps des Noirs livré en pâture aux policiers blancs ou aux discours méprisants ; ces récits qui suscitent la passion des lecteurs français qui devraient par conséquent savoir qu'ici comme là-bas le Noir se heurte au même plafond de verre et aspire à la même liberté et à la même fraternité. Les neufs intervenants auxquels elle donne la parole, nous disent unanimement – en des termes différents – que La France sera résolument engagée dans la voie de la construction de la fraternité nationale « le jour où les descendants des inventeurs de la race consentiront à questionner leur héritage en la matière, et les raisons qui justifièrent, de la part de leurs aînés, cette fracturation du genre humain ». Et ils ajoutent : « Il ne suffit pas de clamer l’inanité de la notion de race. Il est nécessaire de savoir à quels besoins répondait son élaboration et, surtout, de quels fardeaux elle leste le legs culturel et politique auquel on ne souhaite pas renoncer » (Léonora Miano, p. 20).

            En effet, la France ne peut dire vouloir construire une fraternité nationale avec sa population noire tout en chérissant son passé colonial et en maintenant les règles anciennes qui établissent encore son empire sur certaines contrées de l’Afrique. Car le traitement que la France réserve à l’Afrique influe lourdement sur sa politique sociale et humaine à l’égard de sa population noire. C’est ce même regard de mépris plein du sentiment de suprématie blanche qu’elle porte sur l’Afrique qui anime ses relations avec ses citoyens noirs. D'autre part, l’ensemble des rédacteurs de ce livre semblent dire aux Africains – et j’espèrent que ceux-ci en prendront rapidement conscience – qu’aussi longtemps qu’ils ne seront pas capables de transformer leur regard sur eux-mêmes et leurs relations avec les autres régions du monde, le sort des Afro-descendants de France et d’ailleurs sera le mépris de leurs gouvernants et d’une grande partie de leurs concitoyens blancs. Oui, qu’ils sachent que l’image catastrophique véhiculée par l’Afrique collera toujours à la peau des Afro-Européens, où qu’ils se trouvent (Wilfried N’Sondé, p. 201-202). Car ici, « la première chose qu’on voit de toi, c’est ton enveloppe, ton corps. Et on projette des tas de choses dessus » (Yann Gaël, p. 227).    

            Chacun des intervenants qui prennent la parole après Léonora Miano livre le récit d’une ou plusieurs expériences – personnelles ou non – accompagnées de profondes réflexions sur l’état de la société française où les Noirs se demandent chaque jour comment vivre dans « cette France du XXIe siècle qui a conservé les codes du XVIIIe » (Amzat Boukari-Yabara, p. 103). Et ce sont assurément les multiples réflexions qui font de cette œuvre un très bel essai. Même les derniers textes qui se drapent d’un manteau poétique gardent ce ton de vérité lancée à la France blanche et à ses gouvernants. Chers compatriotes blancs, cessez de nous répéter « masquez cet esprit critique qu’on vous a inculqué […] cachez ce corps qu’on vous envie que tant d’autres travaillent à imiter eh bien cachez-le vous cachez-vous pour le confort de tant d’autres diluez-vous donc dissolvez-vous […] on est ici né nais-y ici mais si renais-y plus blanc plus écarlate que l’on te pardonne de n’être pas comme nous […] ». Surtout ne me dites plus « pensez donc comme moi que je puisse avoir raison de vous » (Yann Gaël, p. 103).

Raphaël ADJOBI    (Cliquez sur ma photo pour me contacter)

Titre : Marianne et le garçon noir, 267 pages ;

Auteur : Ouvrage collectif sous la direction de Léonora Miano

Editeur : Pauvert, 2017.

Posté par St_Ralph à 17:07 - Littérature : essais - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires

    Je e sens que ça va remuer. Et j’aime ça . Merci raph !

    Posté par Atto, 09 novembre 2017 à 18:31
  • Tout à fait d'accord avec toi, cher Atto ! Un livre plaisant que les Afro-descendants ou Afro-Européens et la diaspora africaine devraient lire sans modération. A offrir aux Noirs d'Afrique et à leurs gouvernants qui n'ont pas les moyens de s'offrir un livre. Pour le temps, dites-leur de moins danser et de lire plus ! Nous danserons après.

    Posté par St-Ralph, 09 novembre 2017 à 19:37
  • La prise de conscience n’a jamais quitté nos ancêtres. Fiers et dignes, ils se sont battus . Ils n’on Jamais laissé leurs bourreaux en paix . Ils nous ont légué un héritage incommensurable dont nous ne mesurerons jamais assez l’ampleur. Il faut donc reprendre le flambeau avec un peu plus de risque. Sinon cette cause commence notre propre survie, seront remises en cause avec tranquillité. Prenons exemple dur le jeune KEMI SEBA qui , avec une poignée de camarades se bat pour libérer l’afri De l’ouest du franc cfa . Je le dis parceque je reviens de vacances en Côte d’Ivoire, mon pays d’origine. Là bas , on peut voir toute la domination que certains lobbies exercent sur nous depuis des siècles. Les mêmes qui empêchent le débat, sur les réparations. De toutes les dominations, celle qui touchent à notre psychisme est la plus puissante, voire la plus dévastatrice. Dans ce pays , les étrangers, qui le dirigent , ne s’embaras Pas de scrupules. Le pire , c’est Sarkozy, qui les aide à s’installer, y vit avec des forces spéciales françaises. Les ivoiriens sont conscients qu’il va falloir agir . Mais la peur est trop forte. Pourtant nous sommes chez nous . Et c’est le drame de l’homme Noir . Nous ne savons pas nous organiser pour faire face . Ces lobbies agissent à découvert comme si ils étaient chez eux. Est-ce qu’ils peuvent le faire dans un pays du Maghreb ? Pourquoi ? C’est à cette question que nous devons répondre, aujourd’hui. Sans un mouvement d’ampleur , nous n’avancerons jamais. Je pense sincèrement que le moment est venu, d’ag Pour l’Afrique. Car tout part de là . Nous avons tous des idées . Alors trouvons le temps de créer une organisation politique diplomatique, scientifique, économique...que nous financerons par nos petits moyens pour agir dans nos pays. Car si nous ne le faisions pas , nous et nos enfants allons vivre ce que nos ancêtres ont vécu. Il ne faut pas croire les beaux discours sur les droits de l’homme. Ils servent à manipuler l’opinion pour mieux les piétiner . Ce n’est pas la Shoah qui risque de revenir,mais plutôt l’esclavage. Sachez une chose , nous ne pouvons compter que sur nous mêmes. C’est bien en Afrique qu’il faut commencer à agir. Prcequ’ils sont déjà entrain de recommencer. On ne le perçoit pas vraiment d’ici . Et le temps presse . Je vous invite donc à réfléchir. Qui veut prendre l’initiative de nous rencontrer physiquement ? Merci de votre compréhension.

    Posté par Atto, 10 novembre 2017 à 02:32
  • Merci, cher Atto, pour ce long discours qui me va bien parce qu'il me permet de lire l'actualité de la Côte d'Ivoire.

    Je sais que tout le monde n'est pas dans l'inconscience que vit la Côte d'Ivoire aujourd'hui. Je sais qu'il y a des flammes qui essaient d'émerger mais que l'on place sous les éteignoirs. Je sais aussi que le gros du troupeau se demande quelle botte il faut cirer pour avoir une place ; c'est tout !

    Le constat que je fais, c'est le manque de solidarité et surtout l'absence d'initiative révolutionnaire sous-marine : c'est-à-dire que ceux qui ont les moyens ne pensent qu'à faire la fête au lieu de subventionner des petites actions qui peuvent ronger l'édifice colonisateur et prédateur. Ceux qui soutiennent financièrement Kemi Seba pour que sa voix aille loin l'ont bien compris. Mais il n'y a pas que Kemi Seba. Il y a d'autres individus qui agissent dans d'autres domaines qu'il faut financer pour que leurs actions portent des fruits. C'est la conjugaison de tous ces efforts qui nous permettront de réussir. Les gouvernants africains n'ont jamais rien fait dans ce domaine alors que les pays arabes ruinent les sociétés de l'Afrique noire en finançant les musulmans quand ils veulent construire des mosquées ou prendre le pouvoir.

    Mon association a pris contact avec des officiels africains de France. Tous refusent de m'aider à œuvrer au changement du regard que les blancs portent sur nous dans les manuels scolaires.

    Posté par St-Ralph, 10 novembre 2017 à 14:49
  • Avant l'Africain, la figure de l'Autre menaçant était le Maure et surtout le juif (d'autant plus menaçant qu'il est l'autre ressemblant. Un Juif arabe ressemble à un Arabe un Juif Polonais ressemble à un Polonais etc). Cela fait en réalité "que" 500 ans que l'Africain est devenu du fait de sa différence si visible l'autre idéal. Les Européens n'étaient pas venus chercher des esclaves mais s'emparer de l'or. C'est la coïncidence de plusieurs événements qui a fait que l'Afrique est devenu un terrain de défoulement et un réservoir humain : l'esclavage inter africain ( revente de prisonniers, mais l'auto subordination des plus vulnérables auX plus puissants sans l'idée de chosification l'esclave est celui qui travaille pour un autre etc ), la découverte des Amériques, la décimation des Indiens, les difficultés adaptation des déportés ou esclaves blancs dans les plantations, (+l'impossibilité à se fournir des esclaves en Europe qui se défend renforcé son unité autoour de la chrétienté) . Dans de nombreux territoires ( Ghana Angola Kongo Dahomey Soudan) Des Africains ont chassés livrés des personnes à la même couleur de peau à des personnes d'autres couleurs sans que cela ne leur posent de questions. Imaginons des hommes blancs livré des femmes et des enfants blancs à des Noirs longtemps sans que cela ne les travaille de l'interieur. Certains diront que les Africains ne sont pas racistes mais où est le bon sens... Pourquoi ne pas mettre toute son énergie à repousser l'envahisseur plutôt que d'essayer d'en faire un partenaire commercial qui finit par vous assujettir et de surcroit vous méprise vu l'étendu de votre servilité et manque de bon sens. Les Africains les Noirs en général font tout le contraire de ce qu'il faut faire en cas d'oppression et tombent dans tous les pièges tendus : internalisation de l'infériorité et retournement de la violence sur soi et les siens, revendications et négociations bruyantes au lieu de s'organiser en silence de favoriser discrètement les nôtres et tous les domaines (y compris amoureux),consolider la vraie famille noire ( pas la famille noire vendue par la télé c'est un homme noir et femme blanche avec des métis.). Les hommes noirs ont une part de responsabilité importante leur manque de fermeté leur dispersion et par intuition ( Même les vieux chefs d’État africain ont ce besoin maladif de s'afficher avec la femme à la peau blanche) sa sexualité et son racisme internalisé déstabilisent le groupe diffuse la méfiance du mépris. Le problème de l'homme noir c'est qu'il pense à l'envers et met les autres avant les siens. Je me demande si a l’intérieur ils ne sont pas juste comme notre Mickaël Jackson

    Posté par assia, 14 décembre 2017 à 17:17
  • Assia, il faut absolument revoir vos connaissances sur l'esclavage. vous récitez des bêtises apprises dans des manuels français quand vous dites que les Africains se vendaient entre eux leurs prisonniers. vos parents et vous êtes allés vérifier ça en Afrique ? Ce sont les Africains qui vous l'ont dit ?

    Je vais te donner l'occasion de réfléchir au lieu de répéter des bêtises ! Sous l'occupation nazie, qui livraient les juifs aux Allemands ? Réponse : les Français ! Qui livraient d'autres Français aux Allemands pour les faire travailler en Allemagne pour entretenir ainsi leurs machines de guerre ? Les Français ! Qui profitaient du chaos pour s'enrichir ? Les Français ! Revois ton histoire de France avant de parler de l'Afrique sous la prédation esclavagiste des Européens : https://www.youtube.com/watch?v=I2Ry-bsx2E8

    Pour terminer répondez à cette question : est-ce que le fait que les Français aient collaboré aux crimes nazis justifie les crimes commis par ces derniers ? Maintenant, êtes-vous capable d'affirmer que les nazis n'ont rien fait de grave puisque ce sont les Français qui leur livraient les juifs ? Ils se posaient beaucoup de questions les Blancs qui livraient d'autres Blancs pour être gazés ? Je reprends votre question imbécile qui témoigne que vous n'êtes qu'un gamin inculte : "Pourquoi ne pas mettre toute son énergie à repousser l'envahisseur plutôt que d'essayer d'en faire un partenaire commercial qui finit par vous assujettir et de surcroit vous méprise vu l'étendu de votre servilité et manque de bon sens" ?

    Quand vous aurez répondu à votre propre question, vous pourrez commencer à réfléchir sur les bêtises que vous avez écrites. Prends le temps de te cultiver en lisant quelques livres que conseille mon blog.

    Posté par St-Ralph, 17 décembre 2017 à 17:56
  • Les nazis sont coupables. Mais les Français, qui ont fait du zèle trahi livré "leurs frères" par stratégie politique ou simple cupidité, ont aussi leur part de responsabilité. Les résistants ne sont pas voilés les yeux et ont essayé de comprendre les mécanisme de la déliquescence, le pourquoi de l'effondrement. Ils ont essayé d'y remédier en travaillant sur la formation des hauts fonctionnaire, l'éducation des citoyens etc Il y a eu une période dite d'épuration où les collaborateurs ont été fusillés, mis au ban . Les femmes ont été tondues pour avoir eu des relations, leurs enfants ont été rejetés. Le sentiment anti-allemand était très fort et il a fallu presque un demi siècle pour les relations des deux pays reviennent à la normal.
    Et pourtant cela a duré 6ans...pas 400 ans. Quand on veut la liberté on ne discute pas surtout quand on agresse, on ne valorise pas le métissage ( au Sénégal les signares se prennent pour des grandes dames, en Afrique centrale les descendants des portugais se désignent comme la fine fleur du pays etc). On se montre ferme menaçant on ne tortille pas. Comment expliquez vous le chef d'Etat africain alors qu'il vient d'obtenir son indépendance pose sur le trône une femme blonde comme si c'était sa seule priorité ? Est ce l'attitude d'un homme traumatisé par la colonisation ou esclavage ? A votre avis pourquoi les blancs ne restent pas dans les pays arabes pour partager le métisaage-c'est-lavenir et déguerpissent ? En terre arabe les gens peuvent s'entretuer mais quand vient un étranger ils sont unis contre l'étranger.
    Dans les pays anglophones comme le Ghana des responsables politiques se sont excuses pour la complicité.
    J'aime bien votre blog mais je suis désolé les hommes noirs sont auto destructeurs. Ils tirent des buts contre leurs camps à cause de cela l'Afrique est devenu un réservoir. Nos richesses profitent aux autres. Même en minorité en Afrique les blancs se regroupent et dominent.

    Il y a un sérieux problème. Les actes contredisent les paroles

    Posté par assia, 23 décembre 2017 à 03:13
  • Tu es un ignorant de l'Histoire de France. Ceux appelés "résistants" ont tué combien d'Allemand ? Réponse : ZERO !! Où Leclerc et de Gaulle ont-ils pu constitué une armée dite française. Pauvre ignorant comme tes parents, la réponse est en Afrique !

    Si tous les collabos avaient été éliminés, tes parents et tes grands-parents l'auraient été. Regarde sur Internet les recherches qui montrent que les collabos vivent tranquillement parmi nous, que la loi française interdit de dire publiquement leur nom. Lit "Et la lumière fut" de Jacques Lusseyran qui démontre le mythe de la résistance français.

    Les personnes dangereuses sont celles qui ne savent pas qui parlent comme si elles savaient ! Surtout ne dites pas que vous aimez mon blog ! J'ai l'impression d'entendre ceux qui disent qu'ils ne sont pas racistes parce qu'ils écoutent Sidnet Betchet.

    Inutile d'aller plus avant !

    Posté par St-Ralph, 06 janvier 2018 à 11:37

Poster un commentaire