Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

28 novembre 2017

Ecrire pour sauver une vie, Le dossier Louis Till (John Edgar Wideman)

                             Ecrire pour sauver une vie

                                            Le dossier Louis Till

                                            (John Edgar WIDEMAN)

Ecrire pour sauver une vie

            Qui est Louis Till ? Réponse : c’est un de ces nombreux soldats noirs-américains engagés sur les champs de bataille, en Europe, durant la seconde guerre mondiale et qui ont fini exécutés par leur propre hiérarchie parce qu’ils ont été accusés d’avoir violé une Blanche. L’écrivain français Louis Guilloux, qui avait servi d’interprète dans ces nombreux procès ayant abouti à la condamnation des Noirs, évoquait ce sujet dans son livre OK, Joe ! ; un témoin de ces procès au dénouement connu d’avance auquel l’Américaine Alice kaplan avait rendu hommage dans The interpreter.

            Pourquoi John Edgar Wideman revient-il sur la sentence qui a condamné à mort Louis Till si nous la savons inique au même tire que tous les autres ? Y a-t-il des éléments nouveaux qui appelleraient à la révision de son procès ? Non ! L’auteur revient sur le procès et la mort de Louis Till pour essayer de comprendre la logique implacable qui structure la pensée de l’Américain blanc dès lors qu’il y a dans son récit la présence ou la marque d’un Noir. C’est aussi pour extirper de son être la place prise par cet homme et son fils et se sauver lui-même en les oubliant. Car ce livre est aussi le récit de sa propre vie bercée par ces deux noms de l'histoire américaine.

            Figurez-vous qu’en 1955 – dix ans après l’exécution de son père en Europe – « Emmet Till, âgé de quatorze ans […], prit un train à Chicago pour aller voir de la famille dans le Mississipi. Quelques semaines plus tard, un autre train rapportait sa dépouille. Emmet Louis Till avait été assassiné parce qu’il était noir et avait prétendument sifflé une femme blanche ».

            Plus d’un demi-siècle s’est écoulé depuis cet événement, mais le visage d’Emmet Till continuait de hanter l’auteur parce qu’il avait alors, comme la victime, quatorze ans.  Mais plus que cela, c’est le lien logique que le juge et le « jury d’une blancheur immaculée » ont établi entre le crime de viol qui a condamné le père en 1945 et le prétendu sifflet qui a abouti au lynchage du fils qui n’arrête pas d’ébranler John Edgar Wideman. Tel père, tel fils, avaient donc conclu les Blancs. Jugement logique et imparable !

            Pour John Edgar Wideman, le jugement de Louis Till – comme le sort infligé à son fils – est comme « n’importe quel bon roman à l’ancienne. Il se déploie peut-être d’un bout à l’autre du monde connu, mais au moment de la scène finale, l’intrigue est résolue, les comptes réglés, l’ordre rétabli, les personnages ont ce qu’ils méritent ». Ce qui veut dire que l’histoire est racontée par quelqu’un qui a tout dirigé de la seule façon possible afin qu’elle se termine « comme elle est censée se finir dès le premier mot de la première page ».

            John Edgar Wideman arrive donc à cette conclusion que « le crime de Till est un crime d’existence […]. Que Louis Till enfreigne ou pas la loi, la justice considère son existence comme un problème. Louis Till est une mauvaise graine qui, tôt ou tard, éclatera et en sèmera d’autres. Till nécessite une action préventive ». C’est pourquoi, selon lui, l’armée a entrepris plutôt une mission qu’une enquête. Pour les Blancs, la peau noire est intimement liée au viol. Elle est le moteur « prévisible de la concupiscence et de la violence bien connues qui bouillonnent […] dans le sang noir des soldats de couleur[…] Tous les individus noirs de sexe masculin étant coupables de vouloir violer les femmes blanches, aucun soldat noir pendu par les agents ne pouvait être innocent ». Parce que la peau noire et le viol constituent "une rébellion de pulsions ataviques incontrôlables", on comprend pourquoi « d’un bout à l’autre des Etats-Unis, les tribunaux continuent encore et toujours à relaxer des assassins comme si les vies noires auxquelles ils ont mis fin ne comptaient pas ».

Raphaël ADJOBI

Titre : Ecrire pour sauver une vie, le dossier Louis Till, 224 pages

Auteur : John Edgar Wideman

Editeur : Gallimard, 2016, traduction de Catherine Richard-Mas.

Posté par St_Ralph à 16:03 - Littérature : romans - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    Fort , c’est fort . Cher Raph, tu nous « gâtes « encore une fois , d’une de ces pépites , dont toi seul , a le secret. J’emploie ce mot à desseins. Avec toi , j’apprend Bcp. Et je pense que nous apprenons tous, bcp . Sur nous mêmes. Je sais que le racisme. Et là , ce mot, n’est plus assez fort pour décrire, la cruauté du blanc , cette personne qui se dit civilisé. Mais pour qui , j’éprouve, parfois de la pitié . Tellement, ses agissements interrogent . Oui je me demande, ce qui se serait passé, si l’école, la religion etc... toutes ces institutions, n’avaient pas existé. Dans ce roman, c’est son crétinisme qui apparaît autant que l’émotion, qui saisit. On voit bien que tous ces grands principes qu’on évoque chaque fois que nous sommes menacés , en terme de liberté etc , viennent de loin. De l’egypte Antique . Ils ne sont pas de leur monde . Et que l’arbre à palabre est plus grand et plus fort que tous les principes démocratiques que l’on nous sert. Car , de toute l’histoire nous n’avons jamais cherché à dominer qui que ce soit . Non pas que la barbarie, n’existe pas chez nous . Mais de façon quasi systématique? Aucune ampathie . Que de brutalité. Je me demande combien de livres va t on écrire, pour nous réveiller ? Nous avons du chemin à faire , y compris moi-même, pour arriver à agir. Pour nos enfants qui sont nés ici , cela devient un devoir.
    Merci , mon cher Raph.

    Posté par Atto, 28 novembre 2017 à 18:24
  • De toutes les façons , je partage souvent avec mes enfants . Ma grande, vient d’achete Black Boy . Et je crois savoir que c’edt Par elle, que je vais devoir passer pour lire , tout ce que tu nous proposes. Parce que, elle en a fait toute une liste . Encore merci.

    Posté par Atto, 28 novembre 2017 à 18:28
  • Merci Atto ! Tes mots me vont droit au cœur. Oui, "cela devient un devoir" ! Mais sommes-nous combien à nous le dire et à nous donner les moyen de le mettre en marche. Le peu que nous faisons, chacun à son niveau, pour conscientiser en agissant dans des noyaux actifs, fera avancer la machine. Mais combien sommes-nous à le faire, à agir dans notre propre famille, autour de nous ?

    Non, l'histoire ne nous donne pas la preuve que l'Africain a cherché à dominer d'autres peuples du monde par cupidité. Pour ce qui est de la démocratie, il faudra visiter les savoirs africains pour découvrir comment nos ancêtres gérait équitablement la société. Merci pour tes mots gentils.

    Posté par St-Ralph, 28 novembre 2017 à 19:01

Poster un commentaire