Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

05 février 2018

Je ne suis pas une héroïne (Nicolas Fargues)

                          Je ne suis pas une héroïne

                                      (Nicolas Fargues)

   ou quand un Blanc se fait l'avocat des femmes noires                          

Je ne suis pas une héroïne

            C'est le livre des défis ! Quand un homme entreprend d'écrire un récit à la première personne en se mettant à la place d'une femme, c'est déjà troublant. Si en plus de cela, cet écrivain est un Blanc et la femme une Noire, le trouble nous conduit à redoubler d'attention pour ne pas perdre pied. Une plongée étourdissante dans la peau et l'esprit d'une jeune française noire de son époque, voilà donc l'incroyable prouesse narrative que nous propose Nicolas Fargues.

            A la fin de l'année 2017, Amandine Gay a fait entendre la voix des femmes noires vivant dans une France dont la norme est la couleur blanche, grâce à son film-documentaire Ouvrir la voix. Avec Je ne suis pas une héroïne, Nicolas Fargues lui emboîte le pas pour souligner lui aussi que les institutions de notre pays et le regard de la majorité blanche ne portent pas sur nos compatriotes noires les mêmes jugements que sur les femmes blanches, ne les renvoient pas aux mêmes références culturelles, sociales, humaines. En d'autres termes, les Français blancs peinent à voir dans une femme noire française une femme tout court.

            Comme pour illustrer sa pensée, à travers les récits amoureux de la jeune Gérald, Nicolas Fargues nous livre une somme de clichés et de préjugés dont est accablée la femme noire française ou belge ; des lieux communs chosifiants et animalisants que nos compatriotes blancs gagneraient à découvrir pour se voir de bon biais, comme dirait Montaigne. D'autre part, il n'a pas échappé à l'auteur que, "La France ayant du mal à reconnaître et à intégrer ses minorités, il était devenu plus naturel pour un jeune Français noir de cette génération dite consciente de s'identifier à la langue des Droits civiques américaines qu'aux valeurs prétendument inclusives de la République".

            Je ne suis pas une héroïne est, de toute évidence, un roman politique sur l'identité française ; et pour cette raison, il mérite l'attention d'un très large public. Si à trente ans, les rencontres amoureuses de Gérald sont souvent blanches, c'est parce qu'elle vit dans une société majoritairement blanche et surtout parce qu'elle s'est hissée à un niveau intellectuel où l'homme noir est une denrée rare. Ceux qui verraient dans ce constat un souci d'intégration se trompent ; de même qu'ils se trompent quand ils taxent de communautaristes les Noirs rejetés à la périphérie des grandes villes. La politique assimilationniste du pouvoir blanc doit prendre conscience que l'identité française ne consiste pas à faire de la couleur blanche la norme pour tous mais à respecter la diversité nationale.

Raphaël ADJOBI

Titre : Je ne suis pas une héroïne, 263 pages

Auteur : Nicolas Fargues

Editeur : P.O.L., 2018   

Posté par St_Ralph à 14:05 - Littérature : romans - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire