Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

15 février 2018

LES NOIRS, clichés et préjugés de l'époque coloniale à nos jours (Serge Bilé et Mathieu Méranville)

                                               LES NOIRS

                                        Clichés et préjugés

                             de l'époque coloniale à nos jours

                            (Serge Bilé et Mathieu Méranville)

Les Noirs, clichés et préjugés

            Parmi les grands propagateurs des clichés et préjugés sur les Noirs en Europe, il faut compter tous ceux qui un jour, dans leur lumineuse imbécillité, ont pu dire ou écrire que les peuples qui se contentent du nécessaire grâce à une industrie appropriée sont des sauvages, des paresseux aux mœurs volages et à l'intelligence limitée. Et dans cette longue liste des personnes qui ont forgé la dizaine de clichés méprisants proposés dans ce livre, vous serez peut-être très surpris de compter de nombreux penseurs réputés mais dont la raison se fourvoyait allègrement au sortir des limites de la France.

            En effet, ce qui frappe dans les discours qui ont servi de base aux clichés et préjugés attachés à la femme et à l'homme noirs, c'est chaque fois la grande liberté du ton, l'assurance de celui qui a le droit pour lui et qui juge sans retenue l'humanité au regard des règles de son petit coin d'Europe. Et c'est avec raison que Serge Bilé et Mathieu Méranville nous montrent avec insistance comment, loin du poids de l'église catholique qui les a pétris de la crainte du châtiment divin, et loin de la chasteté prônée par l'ère victorienne, les Noires aux seins nus étaient apparues aux colons et aux voyageurs blancs comme des femmes volages et eux comme les innocentes victimes qui succombaient à leur chair. Laissant libre cours à leurs fantasmes qui les poussaient à des comportements d'animaux, ces Européens ont chargé les Noirs de tous les maux : femmes lubriques, hommes au sexe surdimensionné qui rend l'Afrique dangereuse pour la femme blanche. Ce chapitre du livre, très riche en informations historiques, séduit par la perspicacité des analyses quant à la cohérence du comportement sexuel du colon aussi bien en Afrique qu'aux Amériques.

            C'est bien connu, pour les Européens, tous les Noirs se ressemblent, physiquement et moralement, ils sont laids, ce sont de grands enfants qui n'ont pas d'Histoire, moins intelligents et donc incapables de rien inventer, ils ne sont que bons en sport. En s'appuyant sur l'Histoire justement pour expliquer les sources de tous ces préjugés qui survivent encore avec force en Europe, les deux auteurs révèlent parfois des vérités troublantes parce que jamais enseignées. Savez-vous par exemple que l'empire colonial français a été réalisé par les tirailleurs sénégalais ? Savez-vous qu'en Europe, si se laver a longtemps été considéré comme la meilleure façon de se rendre malade, des mesures étaient prises pour sanctionner ceux qui allaient se baigner dans les rivières ? On comprend alors pourquoi les Noirs qu'ils voyaient souvent se baigner étaient considérés comme des sauvages, des êtres sales. On découvre aussi que quand le Blanc reconnaît quelque qualité au Noir, il prend soin de sauvegarder la suprématie de sa race en lui interdisant de se mesurer à lui. C'est le cas en sport, notamment en boxe où les Noirs n'ont pu concourir avant 1910. Quant à l'absence de cyclistes ou de jockeys sur les pistes et les hippodromes d'Europe et d'Amérique, les raisons ne peuvent que soulever le cœur du lecteur.            

            Avec beaucoup de probité par rapport à leurs sources, Serge Bilé et Mathieu Méranville nous montrent que les mots ont une histoire et un sens ; ils nous montrent que les clichés et les préjugés dont nos compatriotes blancs sont loin d'ignorer la portée blessante sont le fruit de constructions volontaires, d'interprétations dues à l'ignorance, et surtout des répétions sans preuve à travers les époques. Ils nous font par exemple voir, avec beaucoup d'adresse, comment tout en se prélassant pour ainsi dire dans son hamac durant des siècles pendant que le Noir le nourrissait de son travail quotidien, le colon blanc a réussi à faire passer ce dernier pour un paresseux aux yeux de la postérité. Evidemment, presque toujours, il manque à celui qui profite du travail de l'autre assez d'intelligence pour lire dans son manque d'ardeur à l'ouvrage la marque de la résistance de l'esclave à l'inhumanité de son maître.

Raphaël ADJOBI

Auteurs : Serge Bilé & Mathieu Méranville

Titre : Les Noirs, clichés et préjugés de l'époque coloniale à nos jours, 247 pages.

Editeur : L'Archipel, octobre 2017

Posté par St_Ralph à 16:10 - Littérature : essais - Commentaires [2] - Permalien [#]

05 février 2018

Je ne suis pas une héroïne (Nicolas Fargues)

                          Je ne suis pas une héroïne

                                      (Nicolas Fargues)

   ou quand un Blanc se fait l'avocat des femmes noires                          

Je ne suis pas une héroïne

            C'est le livre des défis ! Quand un homme entreprend d'écrire un récit à la première personne en se mettant à la place d'une femme, c'est déjà troublant. Si en plus de cela, cet écrivain est un Blanc et la femme une Noire, le trouble nous conduit à redoubler d'attention pour ne pas perdre pied. Une plongée étourdissante dans la peau et l'esprit d'une jeune française noire de son époque, voilà donc l'incroyable prouesse narrative que nous propose Nicolas Fargues.

            A la fin de l'année 2017, Amandine Gay a fait entendre la voix des femmes noires vivant dans une France dont la norme est la couleur blanche, grâce à son film-documentaire Ouvrir la voix. Avec Je ne suis pas une héroïne, Nicolas Fargues lui emboîte le pas pour souligner lui aussi que les institutions de notre pays et le regard de la majorité blanche ne portent pas sur nos compatriotes noires les mêmes jugements que sur les femmes blanches, ne les renvoient pas aux mêmes références culturelles, sociales, humaines. En d'autres termes, les Français blancs peinent à voir dans une femme noire française une femme tout court.

            Comme pour illustrer sa pensée, à travers les récits amoureux de la jeune Gérald, Nicolas Fargues nous livre une somme de clichés et de préjugés dont est accablée la femme noire française ou belge ; des lieux communs chosifiants et animalisants que nos compatriotes blancs gagneraient à découvrir pour se voir de bon biais, comme dirait Montaigne. D'autre part, il n'a pas échappé à l'auteur que, "La France ayant du mal à reconnaître et à intégrer ses minorités, il était devenu plus naturel pour un jeune Français noir de cette génération dite consciente de s'identifier à la langue des Droits civiques américaines qu'aux valeurs prétendument inclusives de la République".

            Je ne suis pas une héroïne est, de toute évidence, un roman politique sur l'identité française ; et pour cette raison, il mérite l'attention d'un très large public. Si à trente ans, les rencontres amoureuses de Gérald sont souvent blanches, c'est parce qu'elle vit dans une société majoritairement blanche et surtout parce qu'elle s'est hissée à un niveau intellectuel où l'homme noir est une denrée rare. Ceux qui verraient dans ce constat un souci d'intégration se trompent ; de même qu'ils se trompent quand ils taxent de communautaristes les Noirs rejetés à la périphérie des grandes villes. La politique assimilationniste du pouvoir blanc doit prendre conscience que l'identité française ne consiste pas à faire de la couleur blanche la norme pour tous mais à respecter la diversité nationale.

Raphaël ADJOBI

Titre : Je ne suis pas une héroïne, 263 pages

Auteur : Nicolas Fargues

Editeur : P.O.L., 2018   

Posté par St_Ralph à 14:05 - Littérature : romans - Commentaires [0] - Permalien [#]