Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

19 avril 2018

L'Histoire n'est pas une science (une réflexion de Raphaël ADJOBI)

                           L'Histoire n'est pas une science

Jean-Baptiste Belley

            L'histoire, contrairement à ce que certains tentent de nous faire croire, n'est pas une science mais un récit. Un récit dont le contenu peut varier d'un narrateur à l'autre. Même quand deux récits sont identiques, parce qu'ils ont le même contenu, l'éloquence ou le style du narrateur peut conduire le public à préférer l'un à l'autre. Mais dans ce cas, on ne parle que de différence de forme. Quand la différence se situe dans le contenu, alors la question de la vérité se pose. Pour trancher entre le vrai et le faux, il est nécessaire de recourir aux faits.

            En effet, au commencement du récit historique, il y a les faits. Ce sont eux qui structurent le discours. Tenir compte de tous les faits essentiels participe à l'établissement de la vérité. En d'autres termes, si deux personnes entreprennent la rédaction d'une même histoire, pour parvenir à la même vision des choses ou à des visions très voisines, elles doivent impérativement intégrer les mêmes faits à leur récit. Le non-respect de cette disposition primordiale condamne les deux rédacteurs à aboutir à des visions différentes, pouvant être très éloignées l'une de l'autre mais aussi très éloignées de la vérité. C'est d'ailleurs la première forme de falsification de l'histoire.

            La deuxième forme de falsification du récit historique - une forme très grossière - consiste à substituer certains faits ou certains personnages par d'autres. C'est ce qui arrive quand l'on s'oblige à attribuer à un peuple des faits très anciens pour le grandir dans la conscience commune.

            La dernière forme de falsification - celle-ci très répandue - réside dans l'interprétation. En effet, ce qui dispose de nombreux individus à falsifier les faits tient à la tendance naturelle de l'homme à interpréter tout ce qu'il voit. Nous interprétons ce que nous voyons avant même de le découvrir dans tous ses aspects. Nous anticipons pour ainsi dire la connaissance de l'autre. Nous forgeons des connaissances avant "La" connaissance. Cette inclination naturelle de l'homme à l'interprétation - le grand défaut des voyageurs et donc des récits de voyage - est la source des nombreuses erreurs qui deviennent des mensonges quand on n'a pas le courage de les corriger parce qu'ils sont passés dans les canaux officiels de l'enseignement.

            Afin de ne pas exposer son travail aux erreurs de l'interprétation, l'association La France noire s'est contentée de n'y souligner que les faits historiques qui structurent la traite négrière et l'esclavage des Noirs dans les Amériques ; des faits qui, d'une part, laissent apparaître des résistances à la chasse à l'homme en Afrique ; des faits qui, d'autre part, montrent des luttes pour échapper aux entreprises de déshumanisation que les Européens avaient mises en place dans le Nouveau Monde. Une fois que chacun aura pris connaissance de ces faits, il pourra librement former son propre jugement. Et l'objectif de notre association, La France noire, c'est d'apprendre aux jeunes générations à regarder, à découvrir tous les faits que ne montrent pas les manuels scolaires afin que leur opinion soit la plus proche possible de la vérité.

            Tenir compte, par exemple, de tous les faits qui structurent l'histoire de l'esclavage depuis la Révolution française nous conforte dans l'idée que son abolition en 1848 n'est pas le fait de quelques volontés blanches philanthropes mais avant tout la réalité de luttes constantes des populations noires avec des leaders cultivés et amoureux des libertés et des règles d'équité prônées par les institutions françaises. En d'autres termes, les faits montrent que l'absence de figures noires dans les manuels d'histoire est une injustice, un choix politique discriminant. Pour paraphraser John E. Wideman (Ecrire pour sauver une vie, Gallimard 2017) disons que comme toutes les vérités, nos héros se valent jusqu'à ce que le pouvoir en choisisse quelques uns pour servir ses exigences. 

Raphaël ADJOBI

* Reprise interdite ; article L111-1 du Code de la Propriété Intellectuelle (CPI)

Posté par St_Ralph à 17:29 - Histoire - Commentaires [2] - Permalien [#]

07 avril 2018

Alassane Ouattara ou la parfaite incarnation de Monsieur Thôgo-gnini de Bernard Dadié

                                           Alassane Ouattara

          ou la parfaite incarnation de Monsieur Thôgo-gnini

                                              de Bernard Dadié

Ouattara et les rois ivoiriens

            Au début des années 70, Monsieur Thôgo-gnini, la pièce de théâtre de Bernard Dadié publiée en 1966 - qui fut présentée au festival d'Alger l'année suivante - connut quelque succès. A cette époque, dans le gros village de Bonoua, la petite troupe de collégiens et de lycéens qui - à l'imitation de leurs aînés - avait fait du recueil des pièces du "Cercle populaire ivoirien" leur bréviaire, avait découvert avec délectation le verbe frondeur de Bernard Dadié contre les nouveaux collaborateurs nègres des Européens. J'étais de ces jeunes là.

            Quand en 2011, je vis Alassane Ouattara du haut de son piédestal, droit comme un i, déployer son bras dans toute sa longueur - comme pour tenir des ennemis à distance - tendre sa main aux rois Akans qui, dans une profonde génuflexion la prenaient à tour de rôle dans un geste de soumission, j'ai tout de suite reconnu Monsieur Thôgo-gnini, le personnage de Bernard Dadié ! L'inculture et la fanfaronnade s'accomplissent toujours dans l'arrogance et le mépris !

            Dans la tradition Akan - et dans bien d'autres traditions ivoiriennes, et peut-être africaines - quelque soit son rang, on ne laisse jamais un vieil homme qui vous tend la main accomplir la totalité de sa génuflexion en signe de respect de votre titre. Cette politesse s'avère encore plus grande quand il s'agit de l'hommage d'une autorité à une autre. En interrompant le geste de soumission, celui qui reçoit les honneurs montre son humilité ; il montre qu'il se satisfait de l'intention de celui qu'il accueille. Quelle magnanimité dans cette tradition ivoirienne !

            Le jour de son intronisation - et cela s'est répété par la suite à chacune de ses rencontres avec les rois ivoiriens - notre homme a tenu à faire savoir à tous qu'il n'était pas Alassane Dramane Ouattara mais "Monsieur le président". Comme Thôgo-gnini, il fallait donner du "Monsieur le président" dans le ton et le geste qui ne peuvent traduire qu'une profonde et totale soumission bien évidente pour tous.        

            En effet, pour lui, "Monsieur le président" n'est pas un titre ; c'est un nom qui représente le prestige, la notoriété, l'accession à la civilisation. Les autres devaient le savoir très vite et fortement. Lui savait bien que ce nom chargé de notoriété, il ne le doit à personne, du moins à aucun Ivoirien. Comme Monsieur Thôgo-gnini "il s'est fait tout seul ! à la force du poignet ! - et des bombes de ses amis Blancs* - Un nom qui a l'infini mérite de lui donner la grisante sensation d'être au-dessus des siens dans la mesure où il le rapproche du Blanc" (Koffi Kwahulé, Fiche de lecture).

              La fragmentation de l'identité de Ouattara

            Il faut comprendre que sous le modèle de Monsieur Thôgo-gnini qui se voulait à la fois lion, panthère, léopard, Alassane Ouattara s'est présenté aux Ivoiriens sous une multitude d'identités : Ivoirien, demi-Ivoirien, Burkinabé, demi-Burkinabé, Français etc... Tantôt il est né à Dimbokro, tantôt à Kong, tantôt à Sindou. Comme le personnage de Bernard Dadié, il se perd dans ses contradictions et ne permet ainsi à personne de savoir sa vraie identité. Le premier sens du mot Thôgo-gnini est bien chercher un nom ou son nom. Ouattara a effectivement passé sa vie à se chercher un village, et finalement à se chercher un nom qui ne l'attache à aucun. Un nom transcendant, sans aucune attache ethnique comme les autres Ivoiriens, sans aucune attache religieuse, historique. Oui, sa vrai identité, sera désormais "Monsieur le président". Sans passé, il ne peut être regardé que comme le présent et l'avenir.

            Toutefois, retenons que le nom malinké Thôgo-gnini reprit dans les autres langues ivoiriennes a pris le sens de délateur ; c'est-à-dire qui ne prononce le nom de l'autre que pour ternir sa réputation et renforcer par la même occasion la sienne. Durant plus de dix ans, il a consacré son énergie à salir Laurent Gbagbo ; et une fois que ses amis Français ont défait ce dernier, il a pris soin de le faire déférer devant la Cour pénale internationale en l'accusant de crime contre l'humanité. Un Thôgo-gnini cherche toujours sa gloire dans la chute de l'autre parce qu'il n'a pas d'identité ou de valeur propre à montrer. Les nombreux voyages en France, les serrements de mains blanches, les invitations de ministres et de députés français aux nombreux galas et autres fêtes que son épouse organise à Abidjan ou à Paris vont tous dans le même sens : installer le nouveau nom et la nouvelle notoriété de "Monsieur le président" dans la conscience collective.

            Quand il estime que c'est chose faite, comme Monsieur Thôgo-gnini, Dramane Ouattara impose le mal sans se retourner. Plein de certitudes, il n'hésite jamais. Il fait construire des prisons d'un type nouveau à Abidjan pour enfermer ses nombreux ennemis imaginaires. Il ne se pose jamais de question. Il parle et agit en son nom et tout lui obéit : on assassine, on matraque, on se suicide. Le pouvoir se confond à sa personne, l'espace ivoirien tout entier se confond à sa propre histoire.

                    Un nouvel homme dans le regard du Blanc    

            Mais Alassane Ouattara prend également grand soin à montrer aux Ivoiriens que la puissance tient aussi à l'argent qui va bien sûr de pair avec l'amour de la compagnie des Blancs. Comme Monsieur Thôgo-gnini, il tient à avoir le monopole du café, du cacao, de l'huile de palme... les produits qui alimentent l'économie française en même temps qu'ils appauvrissent aujourd'hui les Ivoiriens. Il autorise même ses amis Blancs à s'accaparer des quartiers pauvres d'Abidjan pour leurs rêves de cités urbaines futuristes, et les terres des planteurs pour des cultures nouvelles dont a besoin l'Europe ou pour enfouir les déchets toxiques français. Vous l'aurez compris : le couronnement de Dramane Ouattara est avant tout pour le peuple ivoirien une tragique confiscation du pouvoir et des biens locaux.

            Quand les autres chefs d'Etat africains francophones parlent d'une nécessaire autonomie monétaire , il est le seul à clamer que "le Franc Cfa est notre monnaie", que "nous sommes autonomes" ! Il est le seul à nier l'histoire de cette monnaie, le seul à nier qu'elle est la propriété et donc l'instrument de la France pour contrôler les économies africaines et par voie de conséquence les politiques de développement des Africains francophones. Comme Monsieur Thôgo-gnini, "Monsieur le président" est le seul à s'affubler d'une valeur étrangère par souci d'être blanc. Un esclave de maison qui connaît le confort aux côtés de son maître envisage rarement d'autres voies d'épanouissement.  

            Paradoxalement, plus Dramane Ouattara se rapproche des Français et leur permet d'avoir la mainmise sur la Côte d'Ivoire, plus il se sent en sécurité. Il a si bien intériorisé le regard de l'homme blanc que sa couleur de peau semble lui peser lourdement. Cette peau qui lui rappelle constamment cette Afrique qu'il méprise, cette Côte d'Ivoire qui ne lui sert plus à rien, cette peau est devenue une source d'insécurité. Alors non seulement il est plus souvent en France qu'en Côte d'Ivoire, mais quand il y est il invite régulièrement ministres et députés français à le rejoindre pour qu'il n'ait pas le sentiment d'avoir quitté la France.

            Ce que Dramane Ouattara ne voit pas, c'est que ce nom, "Monsieur le président" arraché avec violence et qui fait sa notoriété, est devenu aliénant puisqu'il n'est reconnu par personne d'autre que lui ; pour les Ivoiriens, il demeure celui qui cherche son nom, ou encore le délateur ou traitre ! Par ailleurs, en s'achetant pour ainsi dire une place parmi les Blancs - n'existant donc  qu'aux yeux des Blancs parce qu'ils sont les seuls à le reconnaître - Dramane Ouattara se présente à nous comme un fruit qu'on attend qu'il soit mûr pour le cueillir. Exactement comme Monsieur Thôgo-gnini à la fin de la pièce de Bernard Dadié.

            S'il ne voit pas ce qu'il représente aux yeux des Ivoiriens, on peut croire que Dramane Ouattara sait qu'il n'est pas aimé d'eux. Le nom - "Monsieur le président" - qu'il a arraché à force de longues luttes et qu'il a misé dans le pacte avec l'Occident l'a irrémédiablement éloigné des Ivoiriens. La prise de conscience de ce sentiment est sans doute pour beaucoup dans sa farouche recherche de la proximité des Blancs. Il doit sûrement, comme Monsieur Thôgo-gnini, pour se donner un peu de contenance ou d'assurance, se répéter souvent : "Moi, Dramane ouattara, je ne suis peut-être pas aimé, mais je suis craint, respecté [pas sûr]. Eh oui, je puis impunément faire ce qui me plaît. Demain, vous serez nombreux à être condamnés à vivre pour payer des dettes. C'est moi Dramane Ouattara qui vous le dis."

            Et c'est vrai, l'ami des Blancs, le collaborateur des anciens colonisateurs ou néo-colons fait ce qu'il veut : il signe des contrats très avantageux pour eux, il leur concède des pans entiers de l'économie et des travaux publics condamnant ainsi les générations futures à être dépendantes des Français durant des décennies et des décennies. En effet, non seulement les futures générations ne pourront pas entretenir tout ce qui se construit - et qui tombera donc en ruine - mais encore elles ne pourront même pas disposer de terres pour se nourrir ou se loger parce que les étrangers se les accapareront en paiement des dettes contractées par Ouattara. Oui, "demain, vous serez nombreux à être condamnés à vivre pour payer des dettes". C'est Dramane Ouattara qui vous le dit !

* L'expression n'est pas de Koffi kwahulé mais de moi.

Raphaël ADJOBI        

Posté par St_Ralph à 18:49 - Réflexions - Commentaires [0] - Permalien [#]