Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

14 mai 2018

La naissance et la construction de l'antiféminisme selon Simone de Beauvoir (une analyse de Raphaël ADJOBI)

 La naissance et la construction de l'antiféminisme

                                Selon Simone de BEAUVOIR

                                (Une analyse de Raphaël ADJOBI)         

Simone de Beauvoir

            Si un Juif peut rêver à une humanité tout entière juive, un Noir à une humanité noire, les prolétaires à un monde sans classe dirigeante, la femme ne peut rêver à l'absence de mâles. C'est dire que le lien qui l'unit à son oppresseur n'est comparable à aucun autre. Le couple homme-femme est fondamentalement uni : «aucun clivage de la société par sexes n'est possible» parce que la division homme-femme tient dans la biologie et non dans un phénomène de l'Histoire. Voilà ce que clame clairement Simone de Beauvoir dans l'introduction de son livre Le deuxième sexe.

            Mais alors, se demande-t-elle, pourquoi cette réciprocité, ce lien nécessaire de l'un à l'autre ne joue-t-il pas en faveur de la libération de la femme ? Pourquoi «le besoin biologique - désir sexuel et désir d'une postérité - qui met le mâle sous la dépendance de la femelle n'a pas socialement affranchi la femme » ?

            D'interrogations en interrogations et d'analyses en analyses, Simone de Beauvoir finit par croire que la laborieuse libération de la femme ne peut s'expliquer que par le rapport qui lie le maître et l'esclave. Alors que le maître ne passe pas son temps à réfléchir au besoin qu'il a de son esclave - «il détient le pouvoir de satisfaire ce besoin» - au contraire, par espoir ou par peur, l'esclave intériorise le besoin qu'il a du maître. Comme par rapport à l'homme «la femme a toujours été, sinon l'esclave, du moins sa vassale», il apparaît «économiquement [que] les hommes et les femmes constituent presque deux castes». Ce qui revient à dire que «refuser d'être l'Autre, refuser la complicité avec l'homme, ce serait pour elles renoncer à tous les avantages que l'alliance avec la caste supérieure peut lui conférer». Alors, plutôt que d'user de «la prétention de tout individu à s'affirmer comme sujet, qui est une prétention éthique», la femme fuit sa liberté et se constitue en chose. Elle choisit la voie de l'aliénation et devient «la proie de volontés étrangères». Ce choix, selon Simone de Beauvoir, c'est la voie de la facilité : «on évite ainsi l'angoisse et la tension de l'existence authentiquement assumée». En d'autres termes, «[la femme] se complaît dans son rôle de l'Autre». Résultat : «l'action des femmes n'a jamais été qu'une agitation symbolique ; elles n'ont gagné que ce que les hommes ont bien voulu leur concéder ; elles n'ont rien pris : elles ont reçu».

            Puis, Simone de Beauvoir en vient à se demander depuis quand a commencé cette soumission de la femme à l'homme. Elle imagine que, comme toute dualité, la dualité des sexes a sûrement commencé par un conflit ; un conflit d'intérêt, évidemment. Et c'est vrai que le constat est clair : «partout, en tout temps, les mâles ont étalé la satisfaction qu'ils éprouvent à se sentir les rois de la création» tout en soulignant «l'imbécillité et la fragilité» de la femme. Et partant de cette suprématie, ils en ont fait un droit avec ses règles qu'ils tournent en principes naturels. C'est ainsi qu'à travers les siècles «législateurs, prêtres, philosophes, écrivains, savants se sont acharnés à démontrer que la condition subordonnée de la femme était voulue dans le ciel et profitable à la terre». Cette attitude de l'homme à l'égard de la femme est en effet ce que l'on retrouve dans toute relation entre dominants et dominés : «qu'il s'agisse d'une race, d'une caste, d'une classe, d'un sexe réduits à la condition inférieure, les processus de justification sont les mêmes». A ce stade de la réflexion de l'auteur, le lecteur ne peut que penser aux multiples théories religieuses, philosophiques, scientifiques inventées par les Blancs pour justifier la déportation des Noirs et leur mise en esclavage dans les Amériques.

            D'ailleurs, dans son analyse, Simone de Beauvoir établit des analogies entre la place que le racisme des Blancs assigne au Noir et celle que l'antiféminisme des hommes indique à la femme. Dans les deux cas, une place inférieure leur est attribuée, et ils doivent y rester. Et parce que «quand un individu ou un groupe d'individus est maintenu en situation d'infériorité» on admet qu'il EST inférieur, on entre dans un cercle vicieux que beaucoup de personnes aimeraient voir se perpétuer. Car, affirme Simone de Beauvoir, «un des bénéfices que l'oppression assure aux oppresseurs, c'est que le plus humble d'entre eux se sent supérieur». Ainsi, de même que l'on voit autour de nous de "pauvres Blancs" se consoler de ne pas être noir ou se montrer dédaigneux, arrogants et méprisants devant tout interlocuteur noir, «de même le plus médiocre des mâles se croit en face des femmes un demi-dieu». Oui, le sentiment de supériorité crée un comportement spécifique ; surtout chez ceux qui souffrent d'une certaine infériorité dans leur caste : «nul n'est plus arrogant à l'égard des femmes, agressif ou dédaigneux, qu'un homme inquiet de sa virilité». 

Le deuxième sexe

            Il y a certes beaucoup d'hommes qui ne considèrent pas, en leur âme et conscience, la femme comme une inférieure ; et il y a beaucoup de Blancs qui ne «posent» pas le Noir comme inférieur. Toutefois, remarque Simone de Beauvoir, de nombreuses circonstances ont montré que tous ces hommes «pénétrés de l'idéal démocratique pour (...) reconnaître en tous les êtres humains des égaux» ont cédé un jour à leur complexe de supériorité. En effet, «il faut beaucoup d'abnégation pour refuser de se poser comme le Sujet unique et absolu» par rapport auquel l'Autre doit se définir. «C'est ainsi que beaucoup d'hommes affirment avec une quasi bonne foi que les femmes sont les égales de l'homme et qu'elles n'ont rien à revendiquer, et en même temps : que les femmes ne pourront jamais être les égales de l'homme et que leurs revendications sont vaines». Aussi, de même que les Noirs se méfient des Blancs qui ont beaucoup de sympathie pour eux, elle estime que les femmes doivent se méfier des hommes qui se déclarent féministes ; car, malgré leur sympathie, ils ne connaissent jamais bien la situation concrète des femmes. Non, de même qu'aucun Blanc ne sait en quoi le fait d'être des Noirs aura-t-il affecté la vie des Noirs, de même aucun homme ne sait «en quoi le fait d'être des femmes aura-t-il affecté [leur] vie».

            Comment sortir de cette situation quand on sait qu'il est «impossible de traiter aucun problème humain sans parti pris ; [sachant que] la manière même de poser les questions, les perspectives adoptées, supposent des hiérarchies d'intérêts» ? La réponse de l'auteur se réfère au point de vue le plus souvent adopté qui est l'intérêt général, le bien public. Puisque «chacun entend par là l'intérêt de la société telle qu'il souhaite la maintenir ou l'établir», il faut se résoudre à assurer «le bien privé de chacun», clame-t-elle. Car, «c'est du point de vue des chances concrètes données aux individus que nous jugeons les institutions».

            Simone de Beauvoir veut que l'on retienne qu'un être libre est un «sujet [qui] se pose concrètement à travers des projets comme une transcendance, (qui) n'accomplit sa liberté que par son perpétuel dépassement vers d'autres libertés». Et elle ajoute, comme une mise en garde : «chaque fois que la transcendance retombe en immanence, il y a dégradation de l'existence en soi, de la liberté en facticité». 

Raphaël ADJOBI                       

Auteur : Simone de Beauvoir

Titre : Le deuxième sexe, Tome 1, 408 pages.

Editeur : Gallimard, Collection folio essais, mai 1986.

Posté par St_Ralph à 20:14 - Littérature : essais - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire