Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

08 août 2018

Le pénalty et le compteur du buteur (par Raphaël ADJOBI)

            Le pénalty et le compteur du buteur

Souvenir d'une lecture de mon enfance que je cite de mémoire (CE2 ? CM1 ?) :

"La fin de la dernière prolongation approchait et ni l'une ni l'autre des deux équipes n'avait ouvert la marque. A certains mouvements du public, on voyait que des spectateurs quittaient leur place pour gagner la sortie. La foule croyait donc au match nul. [...] Je venais d'être mis en possession du ballon dans la surface de réparation lorsque mon adversaire direct me chargea assez rudement. Poussé par je ne sais quel sentiment, je simulai la chute brutale et restai étendu sur le terrain. Le coup de sifflet qui retentit alors glaça le sang de nos adversaires et dut pénétrer comme un stylet dans le cœur de leurs ardents supporters. Quand je me relevai, l'arbitre montra de son indexe tendu la tache blanche du pénalty. Je devais donner le coup de pied de réparation". (Auteur non retrouvé).

un_p_nalty

Bien entendu, dans une école catholique, on ne pouvait tolérer une telle tricherie. Heureux hasard donc, le tireur du pénalty et le gardien de but sont de grands amis.  Aussi, le texte dit qu'à ce moment crucial du match, les deux amis se regardèrent longuement et "... mes yeux quittant ceux de Williamson lui indiquèrent le coin droit de la cage et je bottai". N'est-ce pas moralement beau ça ?

Mais ce n'est nullement du sens moral des tricheries qui occasionnent souvent les pénalty dont je voudrais vous entretenir. Je voudrais vous dire que sur les stades de football de mon enfance, le coup de pied de réparation appelé "pénalty" était toujours exécuté par le joueur ayant subi la faute ou ayant contraint l'adversaire à la provoquer. Aussi, je me demande depuis quand le choix de l'exécuteur de la sentence se porte-t-il délibérément sur le joueur le plus talentueux de l'équipe dans cet exercice.

J'avoue avoir toujours jugé moins dramatique pour le spectacle le fait que le pénalty soit exécuté par un autre joueur que celui sur lequel la faute a été commise ou dont le tire a provoqué la faute de main. Mais surtout, je trouve inadmissible que dans la concurrence au nombre de buts marqués le tireur de pénalty soit classé dans la même catégorie que ceux qui marquent des buts dans le feu de l'action. Pour moi, marquer cinq pénalty et marquer cinq buts dans l'action du jeu sont deux choses différentes témoignant de deux talents totalement différents. Si on y ajoute le fait que les pénalty sont souvent volontairement provoqués en l'absence de toute agression flagrante - comme c'est le cas dans le texte de mon enfance - on peut croire que le compteur de buts du tireur de pénalty a moins de valeur que celui des autres joueurs. C'est dire que pour moi, tous les buts ne se valent pas.  

Raphaël ADJOBI

Posté par St_Ralph à 16:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]