Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

08 novembre 2018

L'Europe et l'immigration africaine : ouvrons les yeux sur l'origine du mal !

                   L'Europe et l'immigration africaine :

                ouvrons les yeux sur l'origine du mal !

            Il ne suffit pas de pointer du doigt la gestion des pays africains par des "dictateurs" pour comprendre la fuite des populations de ce continent vers l'Europe ; même si l'on souligne que ces gouvernants sont installés par les puissances européennes. D'ailleurs, avez-vous remarqué qu'aucun dirigeant européen n'a élevé la voix pour affirmer que les gouvernants africains sont responsables de la fuite de leurs ressortissants vers l'Europe ? Non, ils savent qu'ils ne peuvent pas pousser trop loin la mauvaise foi. Il convient donc de montrer clairement l'origine du mal pour comprendre cette attitude.   

Mine d'uranium en Afrique

            Disons d'emblée qu'au lieu d'attaquer le ventre des femmes comme le fait le président français, il est absolument nécessaire pour les pays européens de faire un état des lieux de leur présence en Afrique  : présence militaire et présence affairiste. Les dirigeants européens ne peuvent pas continuer à mentir à leurs populations en ne parlant que de politique à mettre en place pour juguler l'immigration ou pour savoir quelle catégorie d'immigrants doit être acceptée ou repoussée. La vraie question est : que se passe-t-il en Afrique ? En d'autres termes, quelle est la réalité du terrain qui pousse les populations les plus pauvres à fuir les pays africains ? Les Européens peuvent-ils agir sur cette réalité ?

            Pour aller plus loin, une remarque essentielle s'impose : en Europe on ne cesse de faire réciter à la jeunesse que "tout corps plongé dans un liquide subit, de la part de celui-ci, une poussée exercée du bas vers le haut et égale, en intensité, au poids du volume de liquide déplacé". Toutefois, cette vérité élémentaire n'est jamais associée à la vie ordinaire des nations. La jeunesse européenne étudie-t-elle les relations que leurs différents pays entretiennent avec l'Afrique ? Non ! Sait-elle ce que font les entreprises de leurs pays en Afrique ? Non ! Sait-elle à quoi servent les armes que fabriquent leurs pays et les armées qui stationnent un peu partout en Afrique ? Non ! Si le mot "géopolitique" est absent du vocabulaire du commun des Français, c'est parce que notre régime politique nous a rendu ignorants de la politique étrangère de notre pays. En effet, dans ce domaine précis, tous nos députés sont des incompétents parce que la politique étrangère de la France est le domaine réservé du président de la République. Les populations françaises n'ont donc aucune chance d'être informées de la source du mal de l'immigration africaine qui les frappe. Quel constat affligeant pour une république dite démocratique !    

            Alors il convient de dire à tous que les terres africaines sont un peu partout confisquées par les entreprises européennes - que protègent leurs armées - pour extraire des métaux précieux, faire des forages pour le pétrole, installer d'immenses plantations d'ananas, de bananiers, d'hévéa pour le caoutchouc nécessaire à la fabrication des pneumatiques ; des plantations qui accaparent les terres  pour toutes les sortes de produits nécessaires aux industries européennes ou à la consommation des populations. Ces entreprises retournent les terres, les rendent improductives ou  les  polluent tout simplement. Les rivières et les fleuves sont çà et là changés en dépotoir de produits industriels obligeant les populations à ne plus boire leur eau et à ne plus consommer les poissons qui hier étaient leur source de nourriture. C'est le cas du fleuve Bandama en Côte d'Ivoire. Ce fleuve a changé de couleur pour la simple raison que les industries européennes et chinoises qui fouillent la terre à la recherche de l'or déversent le cyanure nécessaire au travail de ce métal dans son cours. C'est aussi le cas en Guinée. Et c'est ce qui pourrait arriver en Guyane avec le projet français "la Montagne d'or" (France info *). Sur douze ans, quarante-sept mille tonnes de cyanure seront déversées dans les eaux et les terres de ce département français où la population n'est pas majoritairement blanche. L'aire d'exploitation sera une fosse large comme trente-deux fois le stade de France (BFMTV pour L'Express, 11/05/2018). Cet exemple vous donne une idée de l'immensité des terres arrachées par chaque entreprise aux populations africaines pour les besoins de l'Europe.

            Dans de nombreuses grandes villes africaines, comme Abidjan, les autorités détruisent les habitations des pauvres afin de confier les terrains aux entrepreneurs européens pour des projets immobiliers que les Africains n'ont pas les moyens d'occuper. On comprend aisément que ces projets sont destinés à accueillir les riches populations qui pourraient venir d'Europe. Mais le plus important pour les capitaux européens, c'est de réaliser des ouvrages ; en d'autres termes, le plus important pour eux est d'endetter les pays africains en réalisant des travaux dont ils n'ont aucune utilité dans l'immédiat. Comment l'Afrique paiera-t-elle ces dettes ? Bien simple : en cédant ses terres regorgeant de ressources minières à l'Europe ! Et que deviennent les populations qui cèdent leurs terres ?  A chacun de formuler une réponse.  

            En mettant tous ces petits soucis les uns à côté des autres, on arrive à ce théorème d'Archimède cité plus haut : le corps européen plongé dans le bain africain subit, de la part de celui-ci, une poussée exercée de l'Afrique vers l'Europe et égale en nombre d'immigrants, au poids de la population appauvrie et déplacée. Ce facteur-là, si l'Europe ne le retient pas dans la recherche des solutions pour arrêter l'immigration des populations africaines, elle pourra continuer longtemps à discourir. Ces immigrés économiques n'ont rien à perdre ! Donc ils n'ont pas peur de la mort. Il y a sur cette terre des milliers de jeunes Africains qui sont capables de vous crier à la face : "s'en fout la mort !"

            Deux solutions s'offrent aux Européens. Ceux qui n'ont pas de cœur et ont toujours bonne conscience de leurs actions de rejet violent de l'autre peuvent rejeter les immigrés à la mer.  Bien sûr, nous crierons tous au scandale, mais au bout de quelques jours nous aurons tout oublié. Ceux qui ne supportent pas de voir l'autre souffrir peuvent les accueillir puis les renvoyer chez eux. Mais pour que ce retour soit définitif, il faudra que cette dernière catégorie d'Européens accepte de remettre en question la belle vie qu'elle mène et qui n'est possible que grâce à l'expropriation et à l'appauvrissement bien organisés des populations africaines. Dans tous les cas, personne ne doit perdre de vue qu'entre 1850 et 1950, plusieurs millions d'Européens ont fui la misère de leur continent pour s'installer en Afrique, dans les Amériques, en Australie et sur d'autres îles de l'océan Indien. Cela non plus n'est pas enseigné aux jeunes générations qui, hier, croyaient - avant l'avènement de Mandela au pouvoir - que les Sud-Africains étaient blancs, et qui croient aujourd'hui que les Australiens et les populations des Amériques ont toujours été blanches. 

* France info   /  BFMTV pour L'Express

° Complément de lecture : William Morris

Raphaël ADJOBI 

Posté par St_Ralph à 19:32 - Actualités Monde - Commentaires [0] - Permalien [#]