Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

10 février 2020

Maboula Soumahoro et les immigrés européens : histoire d'un débat autour de l'identité française (Raphaël ADJOBI)

      Maboula Soumahoro et les immigrés européens

           Histoire d'un débat autour de l'identité française

Maboula Soumahoro et les Européens

          En novembre 2019, sur la chaîne de télévision nationale LCI, il a été donné au public français un spectacle édifiant quant à la place que de nombreux Français blancs assignent aux Français noirs dans leur conscience. En moins de deux minutes, deux envolées patriotiques de deux intervenants blancs dévoilèrent avec assurance la barrière que leur communauté avait dressée dans la société pour rendre toujours plus difficile l'épanouissement des Noirs sur le territoire français ; barrière toujours dénoncée par les Noirs mais dont l'existence était toujours niée par les officiels de la République et la grande majorité de la population blanche française. 

          Devant le discours critique de madame Maboula Soumahoro contre le racisme en France, Monsieur Francis Szpiner - fils d'immigrés polonais - sûr d'incarner la France qu'il n'a jamais imaginée que blanche s'écria à deux reprises : «Je n'aime pas que l'on insulte MON PAYS !» Oui, vous avez bien lu. Au regard de la réalité quotidienne, les Français noirs ont clairement conscience qu'ils sont pour leurs compatriotes blancs des étrangers, voire des immigrés qu’il faut rappeler à l'ordre, à qui il faut faire comprendre qu'il y a des limites à ne pas franchir. En ce mois de novembre 2019, cette vérité toujours niée venait d'être clamée et assumée sur la place publique ! Oui, en France, une personne blanche peut critiquer la République ; pas un Noir. Et ce jour-là, sur le plateau de la chaîne de télévision, nombreuses étaient les têtes - surtout masculines - qui avaient approuvé la franche indignation de Francis Szpiner ne supportant pas la critique de son pays par une Noire.

         A peine Madame Maboula eut elle le temps de dire qu'elle avait le droit de dire ce qu'elle voulait de son pays - parce que la France est aussi son pays - qu'Alain Finkielkraut prit la parole pour lui dispenser une leçon d'intégration qu'il jugeait opportune : «Où avez-vous fait vos études ? lui lança-t-il. Je suis un enfant de parents immigrés russes et juifs. Je suis reconnaissant à la France.... Je suis heureux d'habiter un pays qui a à m'offrir une culture aussi admirable. C'est une gratitude que d'autres peuvent exprimer avec moi». Au regard des visages illuminés qui accompagnaient ce discours, on peut dire que le public était de cet avis. Seules deux dames virent dans les deux discours une insulte à l'origine africaine de Madame Maboula Soumahoro.

          Cet événement public et médiatique mérite que l'on s'y arrête et l'analyse à l'aune de certains pans de l'histoire de France, parce que - répétons-le - il est l'expression publique d'une réalité quotidienne constamment niée. En effet, combien d'analyses écrites, de reportages sonores ou filmiques ont essayé de faire comprendre à tous - et surtout à nos gouvernants - que les jeunes Noirs et Maghrébins disent être rejetés par la population française blanche et par les responsables des institutions françaises parce qu'ils sont considérés comme des étrangers indésirables en cette terre de France ? Ce qui suppose bien entendu qu'ils sont différemment traités dans tous les domaines, et donc qu’il y a en France des injustices fondées sur la couleur de la peau. Et c'est exactement ce qu'Alain Finkielkraut et Francis Szpiner viennent de confirmer de façon très éclatante en novembre 2019 dans leurs propos rapportés plus haut. Quiconque nierait l'absence de lien entre le traitement infligé à certains individus et l'image que nous avons d'eux dans notre imaginaire collectif est un imbécile. Oui, la manière de voir l'autre influence notre comportement à son égard. Pour ces deux hommes blancs, cette femme noire est une éternelle étrangère parce que justement noire et donc ne pouvant avoir le droit de dire certaines choses sur la France. Pour Alain Finkielkraut, Maboula Soumahoro est une immigrée incapable de s'intégrer et par-dessus tout ingrate vis-à-vis de la France qui lui a permis de faire des études dans la belle langue française. Et pour Francis Szpiner, comme le fera remarquer une dame prenant conscience de la limite fixée à certains, «ici (en France), tout n'est pas dicible par tout le monde».

                         Comment en sommes-nous arrivés là ?

          En ce début du XXIe siècle, ce moment de télévision nous a clairement montré l'esprit de la grande majorité des Français blancs à l'égard de leurs compatriotes noirs : ceux-ci sont pour eux d'éternels immigrés sommés de dire leur reconnaissance à la France lorsqu'ils parviennent à franchir les multiples barrières dressées sur leurs parcours scolaires et sociaux comme autant de bains purificateurs vers la nationalité française qu'ils n'auront, en définitive, jamais pleine et entière.

          Devant ce triste constat, nous sommes en droit de nous poser cette question : comment en sommes-nous arrivés là ? Comment, malgré les discours clamant la cohésion sociale, comment après les prétendus programmes ou projets pour nous apprendre à mieux vivre ensemble, sommes-nous parvenus à la fin de la deuxième décennie de ce XXIe siècle avec une population blanche incapable de voir la population française noire comme partie intégrante de l'histoire de France ?

          La réponse à cette question est simple : cette population blanche a manqué d'instruction sur des pans entiers de l'histoire de France ! Elle est victime de la culture de l'ignorance pratiquée par l'enseignement français sous la houlette de nos hommes politiques et des concepteurs des manuels scolaires qu’ils influencent. En effet, nos élus et nos gouvernants n'ont jamais pris en compte la dignité de l'autre dans leurs multiples projets et programmes pour une plus grande cohésion sociale entre les Français. Dans la prise des décisions concernant les populations noires, ils n'ont jamais tenu compte du fait que pour respecter la différence de l'autre, il faut apprendre à le connaître. Ils semblent tous avoir oublié que c'est l'étrangeté, l'inconnu, l'ignorance, qui suscite la crainte ou la peur de l'autre et conduit à son rejet. Pourquoi ces Noirs et ces Maghrébins sont-ils d'éternels immigrés aux yeux des Français Blancs ? Pourquoi sont-ils sur le sol français alors qu'ils ne partagent pas la même blanchité que les autres et la même parenté continentale ? Le fait que la République a laissé s'installer dans l'esprit de la très grande majorité de la population blanche l'idée que les Noirs et les Maghrébins sont des immigrés au même titre que les descendants des Hongrois, des Russes, des Polonais, des Italiens, des Espagnols et des Portugais est la preuve irréfutable qu'elle a failli à son devoir : le devoir d'informer, de former sa population de manière continue dans les savoirs historiques qui ont construit la France plurielle d'aujourd'hui.

C'est tardivement, seulement depuis 2008 - suite à la loi dite Christiane Taubira de 2001 reconnaissant l'esclavage des Noirs dans les Amériques et l'océan indien comme crime contre l'humanité - que l’Education nationale a daigné introduire le passé esclavagiste de la France dans notre enseignement ; et cela sans même mettre l'accent sur le fait que depuis 1848, nul ne peut se permettre de dire que la France est un pays de Blancs ! Or l'enseignement de l'Histoire n'est utile et nécessaire que lorsqu'elle permet de comprendre le présent. Déjà, en 1802, la citoyenneté française des Noirs des colonies américaines acquise en 1794 avait été remise en question par Napoléon Bonaparte. C'est dire qu'il y a plus de deux siècles que les Noirs, bien qu'appartenant aux terres de la France, ont une histoire houleuse avec leur pays par le caprice de certains Blancs.

           On peut signaler aussi l'absence du passé colonial de la France dans notre enseignement. Jamais on n'a enseigné dans nos écoles, collèges, lycées et universités, qu'en participant aux côtés d'autres pays européens au partage des terres et des populations du continent noir, la France a fait - pendant près d'un siècle - de plusieurs millions d'Africains des sujets français. Oui, des territoires africains ont été des territoires français et leurs populations des Français ! Malheureusement, cette vérité de l'histoire n'a jamais été enseignée dans nos établissements. Cette carence de notre système pédagogique est donc à l'origine de l’ignorance de ces pans entiers de notre histoire ; une ignorance qui entretient à son tour de manière violente le rejet des Noirs aussi bien dans les discours politiques que dans l'espace public. Quelle honte pour la République de laisser les descendants d’immigrés européens dont les terres des aïeux n'ont jamais appartenu à la France, dont le sang des aïeux n'a jamais été exigé comme prix de leur fidélité à la mère patrie, déverser la haine que véhicule leurs clameurs patriotiques douteuses sur ceux dont les parents, les grands-parents et les arrière-grands-parents ont constitué la fondation de la France de la Ve République ! On peut dire que c'est l'ignorance de l'histoire de France avant les années 1960 qui conduit un immigré hongrois, russe, polonais, italien, portugais ou espagnol à se permettre de lancer à un Noir : «Pourquoi tu viens chez nous ? » ou «Je ne permets pas que l'on insulte mon pays ! ». A l'ignorance s'ajoute aussi une vérité sur laquelle l'attention de tous les citoyens doit être attirée : la prééminence de la couleur de la peau qui fonde la conviction de ces immigrés européens n'ayant aucun passé esclavagiste ou colonial avec la France ! Pour eux, la société française est blanche à l'image de leur propre blanchité. Cette caractéristique qui contribue à l'organisation de la société française laisse croire à n'importe quel immigré blanc de n'importe quelle époque qu'il est plus français que n'importe quel Noir !

           Force est de constater que l'enseignement de l'histoire de France tel qu'il est pratiqué conduit inéluctablement au rejet des Noirs et apparaît donc comme un outil de division plutôt que d'acceptation mutuelle des différentes composantes de la nation. Si l'histoire de France incluant les Noirs est absente dans notre enseignement, cela veut évidemment dire pour chaque enfant - qui sera un adulte demain - que les Noirs sont étrangers à l'histoire de France. Notre pays ne peut à la fois enseigner l'exclusion - par omission - à travers les manuels scolaires et chanter l'intégration. Nier cette incohérence c'est manquer de bon sens. En s’appuyant sur le fait que «le modèle républicain, fondé sur l’égalité formelle des citoyens, refuse toute distinction», écrit Nicole Lapierre, nos gouvernants demeurent aveugles sur la différence et donc «aveugles aux injustices fondées sur la couleur de la peau ou sur tout autre signe de différence visible». Elle ne manque pas de leur rappeler qu’ils ne doivent pas oublier qu’ «il ne peut y avoir d’intégration réussie que si la promesse d’égalité est tenue» (Faut-il se ressembler pour s’assembler ? Seuil 2020). En d’autre termes, comme le dit si bien Simone de Beauvoir, «c’est du point de vue des chances concrètes données aux individus que nous jugeons nos institutions» et non du point de vue de l’idée parfaite que nous en avons.

Raphaël ADJOBI

Posté par St_Ralph à 19:49 - Arts, culture et société - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire