Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

17 septembre 2020

La sonate à Bridgetower (Emmanuel Dongala)

               La sonate à Bridgetower

                                     (Emmanuel Dongala)

La sonate à Bridgetower

          Ce roman sur la vie musicale européenne de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe révèle l’indéniable talent d’Emmanuel Dongala : un excellent narrateur qui parvient à faire oublier au lecteur qu’il parcourt avec lui les archives d’une époque. En effet, jamais il ne donne l’impression de se livrer à une reconstitution de faits historiques. Le doute reste permanent. Cette belle et agréable fiction est pourtant construite à partir des éléments de la vie d’un jeune garçon de la société musicale européenne du siècle des Lumières. A ceux qui pourraient penser au chevalier de Saint-Georges, disons qu’ils doivent désormais retenir qu’à l’époque du célèbre violoniste métis français il y avait aussi le jeune Autrichien métis George de Bridgetower.

          Au XVIIIe siècle, parmi les petits génies de la musique, il n’y avait pas que Mozart ! C’était même une mode de repérer de petits génies pour les concerts privés qu’organisaient de riches aristocrates. Et le père du petit Mozart, qui avait très tôt compris que son fils était un prodige et «l’avait traîné avec lui et l’avait exhibé dans les grandes cours européennes en exploitant pécuniairement son talent», était considéré comme le modèle à suivre par Frédérik le père du jeune George Bridgetower. Sûr du talent de son fils qui a été l’élève de Haydn, en 1789, il décide de tenter sa chance à Paris. Il sait que le talent seul suffit rarement à rendre un homme célèbre au point de lui permettre de vivre de son art. Il lui faut aussi des connaissances, à défaut de mécènes. D’autre part, partant du principe que «pour réussir dans un pays étranger, il fallait être lisse, il fallait raboter toute rugosité héritée de ses origines», lui, le valet de confiance et interprète auprès d’un prince serait «Frédérik de Augustus Bridgetower, prince d’Abyssinie, envoyé plénipotentiaire auprès du prince Nikolaus Esterhazy en son château d’Einsenstadt en Autriche».

          Très vite, le jeune George triomphe à Paris où - selon la jeune reine Marie-Antoinette - pour la passion de la musique «on se divise, on s’attaque, comme si c’était une affaire de religion». Il y rencontre le brillant chevalier de Saint-George avec qui il joue, fait la connaissance de célèbres musiciens et compositeurs, des hommes de science, des femmes et des hommes de lettres allant à contre-courant des idées communément admises ; des pages magnifiques sur la vie culturelle parisienne que les lecteurs apprécieront. Mais voilà que la Révolution de 1789 oblige le père et le fils à gagner l’Angleterre. Autre lieu, autres mœurs ; cependant le succès est toujours au rendez-vous. Mieux, voilà que le prince de Galles se fait le mécène du jeune George. Malheureusement, cette alliance inespérée devient bientôt pour Frédérik de Augustus Bridgetower une source de désespoir parce qu’il voit ce fils qu’il avait choisi d’élever pour réaliser son rêve, «celui dont le talent devait le sortir des expédients auxquels le sort avait voulu le condamner» lui échapper. La rupture devient inévitable. Mais comment le jeune George peut-il continuer à grandir à l’ombre du prince de Galles quand la santé de sa mère décline ? Il rentre en Autriche, lie une belle amitié avec le fantasque Beethoven qui l’introduit dans le milieu musical viennois. Pour sceller leur amitié musicale, Beethoven compose pour lui la sonata mulattica.

          A première vue, le lecteur pourrait se contenter de dire qu’avec La Sonate à Bridgetower, Emmanuel Dongala réalise un passionnant récit de la vie artistique d’un prodige noir au XVIIIe siècle. Selon nous, ce serait un tort de s’arrêter à cette première perception. Ce livre est en réalité la peinture de la vie culturelle d’une époque où la présence des Noirs dans les milieux aristocratiques européens interroge les consciences du fait de l’opposition des sentiments autour de la question de l’esclavage de leurs semblables dans les colonies des royaumes. Ainsi, malgré toutes les belles rencontres que fera George Bridgetower, un exemple concret l’obligera à retenir cette amère leçon que de nombreux Noirs et métis devront méditer : en Europe, un Noir qui de son vivant surpasse tous les Blancs dans l’art qu’il exerce ne survit pas dans la mémoire de leurs descendants ; dès sa mort, la société ne manque pas de le ranger au nombre des curiosités exotiques. Quand le lecteur découvre l’exemple qui illustre cette leçon et qu’il prend la peine de sonder les pages de l’histoire des nations européennes, il ne peut s’empêcher de donner raison à George et de croire aussi que c’est là le message de cette injustice faite aux Noirs célèbres à leur époque que l’auteur aimerait que chacun retienne.

Raphaël ADJOBI 

Titre / La Sonate à Bridgetower, 425 pages

Auteur : Emmanuel Dongala

Editeur : Acte Sud 2017 – coll. Babel n° 1600.

What do you want to do ?
New mail
What do you want to do ?
New mail
What do you want to do ?
New mail

Posté par St_Ralph à 20:43 - Littérature : romans - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

  • J'étais sûre que tu apprécierais ce roman... que je n'ai toujours pas lu, pourtant il a rejoint ma pile depuis de longues semaines. Dans tous les cas j'avais cette conviction qu'il te plairait, et qu'il me plairait aussi.
    J'aime particulièrement, dans tes billets, la manière dont tu fais converger l'ensemble vers une conclusion qui fait prendre de la hauteur.

    Posté par Liss, 18 septembre 2020 à 19:54
  • Et je l'ai beaucoup apprécié. Magnifique, tout simplement. Je conseillerai ce livre à tous les collègues des établissements qui recevront notre exposition sur les Noirs illustres. Je suis déjà emballé par "Le feu des origine".

    Posté par St-Ralph, 18 septembre 2020 à 21:09

Poster un commentaire