Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

04 mai 2007

L'Afrique dans le débat des présidentiables

photo_Raph_Moy

    L’Afrique et les présidentiables

            Dans le débat des présidentiables, l’Afrique a été limitée par Sarkozy au Darfour et à la nécessité de juguler le flux des miséreux Africains vers la France qui ne peut pas supporter toute la misère du monde. Très brièvement Ségolène Royale a évoqué les souffrances matérielles qui poussent les jeunes à partir contre la volonté de leurs parents. Mais pas un mot du rôle que l’un ou l’autre pourrait jouer par le biais de la politique de la France dans le développement de l’Afrique. Pas un mot non plus de la responsabilité de la France dans ce qui se passe dans les pays francophones, hier ses anciennes colonies, aujourd’hui un marché juteux pour ses entreprises.       

            Décidément, la politique étrangère de la France demeurera à jamais la chasse gardée de l’Elysée et des sociétés françaises. Il n’est point nécessaire que le peuple sache ce que la France y fait. Son armée peut tuer, égorger, violer, et ses entreprises piller, voler, polluer dans le silence et l’ignorance totale du peuple français. 

            Les minorités françaises non plus n’ont guère retenu leur attention. C’est par le biais du mot délinquant qu’ils ont pensé à eux. Et ceux-ci à leurs yeux ne méritent que plus de sévérité et de discipline pour justifier les allocations qui leur sont octroyées. Aucun projet spécifique pouvant permettre à la jeunesse des banlieues de se reconnaître dans les desseins de la République n’a été évoqué. Elle n’a même pas eu droit aux fausses promesses pour donner ses voix.

            Mon Dieu ! Qu’en ce bas monde certains sont si peu de chose aux yeux de la France !   

 

Raphaël ADJOBI

   

 

Posté par St_Ralph à 00:43 - Actualités françaises - Commentaires [2] - Permalien [#]

28 avril 2007

Sarko ou Ségo, qui choisir ?

Sarko_et_S_go

  Sarko ou Ségo, qui choisir ?

            Le fait qui rend ce deuxième tour des élections présidentielles françaises intéressantes réside essentiellement dans la nouveauté et la jeunesse des candidats. Ils nous font oublier la vieille France où nous retrouvons à chaque élection présidentielle les vieux leaders des partis. D’autre part, le taux de participation record au premier tour qui risque de ne pas se reproduire au second tour suscite des craintes, voire des peurs.

            Mais l’intérêt doit maintenant céder le pas au choix définitif. Et devant ce choix, je me demande sincèrement sur lequel des deux candidats se reporteront la majorité des votes des minorités françaises et particulièrement ceux des Afro français.

            En politique intérieure, le passé africain de Ségolène Royal n’est nullement un atout avantageux pour elle. Les noirs et les autres minorités savent qu’elle ne leur apportera rien de nouveau. Ses propos sur la diversité des citoyens français restent vagues et ne sont point accompagnés de propositions concrètes pouvant retenir notre attention. Elle est restée et reste sourde aux propositions du CRAN (Conseil Représentatifs des Associations Noires) notamment sur 1) la création d’un corps des inspecteurs des discriminations ; 2) l’attribution préférentielle des marchés publics aux entreprises dirigées par des minorités ou embauchant plus de 50 % de personnels issus des minorités ; 3) la mise en place d’internats de réussite éducative ; 4) le versement d’une prime d’éloignement aux ressortissants des DOM travaillant en métropole, à l’instar de celle versée aux métropolitains travaillant dans les DOM.   

            Par contre, si Nicolas Sarkozy n’a pas donné de réponses à ces différentes propositions, il a pour les minorités françaises un projet clair et net connu de tous : la discrimination positive ! Ce n’est certes pas une proposition qui aura l’effet d’un miracle, mais elle aura l’avantage d’être essayée. Cette mesure permettra à la France de rejoindre enfin les Etats-Unis, l’Angleterre et le Brésil qui vient récemment de choisir cette solution contre les discriminations. Avant Sarkozy, aucun parti politique, aucun homme politique n’a pris de résolution franche en vue de rendre visible les minorités françaises dans les administrations et dans les appareils politiques. Déjà, son comité de soutien ou de campagne est pourvu d’un grand nombre de jeunes issus des minorités noire et arabe. Aux Antilles, il n’a pas dépêché des blancs métropolitains pour diriger sa campagne ; il a confié cette tâche à ceux qui sont originaires de ces régions.

            Malheureusement pour Nicolas Sarkozy, certaines de ses idées et ses méthodes brutales font peur. Son déterminisme biologique inquiète. Il pense, comme nombreux de ses amis à droite et à l’extrême droite, que l’on naît génétiquement bon ou mauvais ; que certaines personnes naissent avec des gènes qui les portent à mal agir. << Il pense que nous naissons bons ou mauvais et que quoi qu’il arrive, quoi qu’on fasse, tout est déjà réglé par nature. >> (Michel Onfray, in Nouvel Observateur du 26 avril au 2 mai). Nous avons tous été émus par les propos droitistes sur les mauvais gènes des jeunes des banlieues ou des enfants violents des classes maternelles ; ce qui faisait penser au besoin de stérilisation de certaines familles d’immigrés afin d’épurer la population française. Pour lui donc, l’attitude négative des jeunes vis à vis de l’état n’a aune relation avec leur misère sociale : le chômage massif et la pauvreté des familles, la discrimination… Pour lui, certains sont nés bons et excellents, d’autres méchant et mauvais. Rien ne sert de chercher à aller contre cela. Il suffit de maintenir les choses en place par la force et la brutalité si nécessaire.          

En politique extérieure, Nicolas Sarkozy ne fera absolument rien de nouveau pour l’Afrique. Il reprendra purement et simplement en main le système d’exploitation Françafrique qui rend opaques les relations entre les gouvernants africains et l’Elysée tuant ainsi les espoirs d’indépendance économique des jeunes Africains. Lors d’un récent séjour privé en France, le Président Bongo avait reçu la visite de Sarkozy afin de s’assurer de la pérennité du système dont il est l’un des maillons forts. La Côte d’Ivoire pourrait ainsi revoir les rebelles et Alassane Ouattara, l’ami de Sarkozy, regonflés à bloc pour éloigner les espoirs d’une paix civile dans ce pays. Pour Sarkozy, comme pour George Bush, le monde doit être gouverné par les systèmes financiers. Et ce système doit s’appuyer sur quelques individus à travers le monde.

            Avec Ségolène Royal, certains dirigeants africains, sûrs jusque là du soutien sans faille de Paris,  – parce qu’ils font ce que celui-ci leur demande – commenceront à trembler. En effet, Si les socialistes n’ont pas démantelé le système Françafrique sous François Mitterrand, ils nous ont permis d’en saisir le caractère financier occulte. A l’époque, le système a beaucoup vacillé avec l’affaire ELF ; et on peut espérer que Ségolène Royal le laissera mourir de sa propre mort. Les régimes africains pourraient ainsi évoluer vers plus de transparence et plus de responsabilité.

            J’ose donc espérer que les minorités françaises, et surtout les Afro français, sauront aller au-delà des gesticulations tentatrices pour sauver les principes humains qui s’opposent au mépris de l’homme.

Raphaël ADJOBI

Posté par St_Ralph à 13:41 - Actualités françaises - Commentaires [4] - Permalien [#]

12 avril 2007

Pourquoi Hitler admirait Napoléon

      Pourquoi Hitler admirait Napoléon

 

                                                                                                                                                                                   Raph_31_Mars_07

 

            L’amour des Français pour Napoléon est bien connu. Différents sondages le place parmi les personnalités historiques qu’ils préfèrent. Depuis plus d’un siècle, les historiens de la République et les hommes politiques n’ont de cesse de le glorifier contribuant ainsi  à le populariser. 

            Mais depuis quatre ou cinq ans, la belle machine de propagande semble manquer d’entrain. Tout le monde sait que pour la grandeur de la France – et aussi pour sa gloire personnelle – Napoléon s’était lancé avec violence dans la conquête de l’Europe. Mais aujourd’hui, plusieurs pays européens - notamment l’Espagne qui a souffert des massacres napoléoniens - se permettent de le rappeler aux français. Ainsi, de temps à autre, certains Allemands ne se privent pas de signaler à la France que Napoléon est un dictateur au même titre que Hitler. Aux français qui leur reprochent de célébrer la grandeur historique de leur dictateur, les groupuscules allemands nostalgiques du Führer répondent qu’ils ont Hitler et les Français Napoléon. Quelle injure ! Et les Espagnols n’oublient pas que leur guerre d’indépendance fut livrée contre Napoléon qui voulait installer son grand frère sur le trône d’Espagne. Chez eux, la toile de Goya, Tres de Mayo, qui relate la boucherie napoléonienne à Madrid est aussi célèbre que Guernica de Picasso.    

            Voilà donc Napoléon de plus en plus controversé au moment où l’Europe recherche plus de cohésion et des idéaux à partager.   

            Cependant, il me semble que ce n’est point le rapprochement de l’expansionnisme et la volonté de puissance de Napoléon de ceux de Hitler qui met le plus mal à l’aise historiens et hommes politiques français. S’il est vrai que les autres Européens se permettent sans ménagement de dire aux Français que leur idole est un dictateur sanguinaire comme tout autre, il me semble que le plus beau coup porté au petit homme vient surtout d’un courageux fils de la France. En effet, avec la publication de son livre Le Crime de Napoléon, Claude Ribble a révélé à la face de la France ce que tous les historiens et hommes politiques de l’hexagone ont caché au peuple depuis toujours. Désormais, le commun des français commence à se poser des questions. Grâce à Claude Ribble, les Français commencent à se demander si les Allemands n’ont pas raison de leur dire qu’ils doivent aussi avoir honte de leur dictateur. 

 

Napoléon le bourreau des noirs inspire Hitler

En effet, avant Hitler, Napoléon a commis l’impardonnable. Franchement, que resterait-il aujourd’hui de la renommée de Hitler et de l’histoire même de la seconde guerre mondiale si celle-ci s’était limitée à des tueries sur les différents fronts ? Je crois sincèrement que très vite les romans et les manuels d’histoire en auraient fait le tour, et l’opinion publique les aurait déjà classées comme un objet du passé qui ne doit pas interférer dans le présent. Mais si cette guerre et son acteur principal restent très vivants aujourd’hui encore dans la mémoire collective, c’est parce que des hommes, des femmes et des enfants ont été convoyés dans des lieux précis pour être gazés, pour connaître en masse une mort certaine. Cette guerre reste un événement affreux dans l’histoire de l’Humanité parce que des hommes, des femmes et des enfants ont été victimes d’un « programme » établi par les autorités supérieures d’une armée d’état. Et c’est véritablement le fait essentiel qui reste collé à Hitler comme un crime impardonnable.

Dès lors, on peut dire que, si Hitler était un fervent admirateur de Napoléon, ce n’était point pour son expédition en Egypte ni pour le code civil français dont il aurait été l’inspirateur, ni pour le charme des couleurs vives de l’uniforme de son armée. Son admiration pour Napoléon tient à son génie d’avoir inventé les chambres à gaz en Haïti et en Guadeloupe. Cette planification de la mort infligée aux noirs, et rapportée dans de nombreux récits des contemporains du petit dictateur, a séduit Hitler. Celui-ci tenait là, dans cette invention simple et radicale, la clef finale de son combat contre des gens qu’il n’aimait pas mais qui ne portaient pas des armes pour lui offrir le plaisir de les défaire. Napoléon Bonaparte est donc de ce point de vue le père spirituel de Hitler. D’ailleurs, en 1940, le Führer  est venu méditer longuement sur la tombe de son idole à Paris, aux invalides. Il a même poussé le zèle jusqu’à y faire inhumer, la même année, le fils de Napoléon, François Bonaparte (connu sous le nom de Napoléon II, « l’aiglon ») comme cadeau à la France.   

Mais combien de Français, combien d’Africains savent-ils cela ? Depuis toujours, les historiens français nous ont fait croire que c’est la volonté de puissance et les conquêtes de Napoléon qui ont séduit Hitler. Il m’a fallu lire le livre de Claude Ribbe pour  comprendre que cette admiration reposait sur l’invention d’une méthode diabolique ignorée jusqu’alors : confiner des hommes, des femmes et des enfants dans un espace et les asphyxier. Comme dirait Christophe Colomb, « c’est simple, mais il fallait y penser. »  

 

Raphaël ADJOBI

Posté par St_Ralph à 22:51 - Actualités françaises - Commentaires [72] - Permalien [#]

13 janvier 2007

Le chevalier de Saint-George, noir et célèbre sous Louis XVI

Chevalier_de_St_Georges

               Le chevalier de Saint-George

 

     Le noir oublié de l’histoire de France

 

 

En parcourant le journal français Le Nouvel Observateur, je suis tombé sur un article d’une demi-page intitulé « Le chevalier de Saint-George, un africain à la cour ». Je m’attendais à lire l’histoire d’un noir de peu d’importance qui ne pouvait retenir l’attention que par le pittoresque que sa présence à la cour de Louis XVI pouvait représenter. Bientôt surpris par le ton élogieux de l’article et des propos des contemporains de ce métis qui aurait connu la célébrité internationale au XVIII è siècle, je résolus de pousser plus loin mes investigations.

 

            Je tapai tout simplement « Le chevalier de Saint Georges » sur le moteur de recherches « Google » et une mine d’informations s’étala devant moi me faisant comprendre en quelques lignes que l’homme mérite assurément d’être connu des Français au même titre que ses illustres contemporains Jean-Philippe Rameau, Choderlos de Laclos, Beaumarchais, Voltaire,  et bien d’autres encore.

 

            Mais diable ! me disais-je, comment « … l’homme le plus accompli d’Europe pour l’équitation, la course, le tir, l’escrime, la danse et la musique » (John Adams, futur Président des Etats-Unis) est-il aujourd’hui inconnu des Français alors que le Chevalier d’Eon qui jouait les travestis a pris place dans la mémoire de ses compatriotes ? Comment ce métis français qui devint à 23 ans premier violon puis à 28 ans chef d’orchestre de la très prestigieuse société du « Concert des Amateurs », comment celui qui fut le préféré de Louis XVI pour diriger l’orchestre de l’opéra de Paris (L’Académie Royale de musique) – poste qu’il n’obtint finalement pas pour ne pas mécontenter certaines dames de la cour - passa-t-il inaperçu pendant tant de temps et reste aujourd’hui encore inconnu dans l’histoire de la France ?

 

            A ce moment précis me vint à l’esprit cette belle phrase qui orne la page d’accueil du blog d’un internaute :

 

            « Tant que les lions n’auront pas leurs propres historiens, les histoires de chasse glorifieront toujours le chasseur. »                  

 

 

            Certes, certains diront que Le Chevalier de Saint Georges n’était que le meilleur fleurettiste européen unanimement reconnu par ses adversaires y compris ceux qui disent avoir eu le dessus un jour. Antoine la Boëssière, son ami d’enfance et fils de son maître d’armes – Nicolas Texier de la Boëssière – le considère comme « l’homme le plus prodigieux qu’on ait vu dans les armes ». Henry Angelo, Maître d’armes italien installé à Londres parla de lui avec enthousiasme le considérant comme « le Dieu des Armes ».

 

Mais l’homme était surtout un musicien, un virtuose du violon qui excellait également dans la composition musicale. C’est avec ses qualités de violoniste, compositeur et chef d’orchestre qu’il joua un rôle remarqué dans la vie musicale de Paris. Deux ans après avoir pris la direction du « Concert des Amateurs », grâce à ses nombreux concertos pour violon et ses symphonies concertantes, « l’Almanach Musical » qualifia l’ensemble qu’il dirigeait de « meilleur orchestre symphonique à Paris, voire d’Europe ». Aujourd’hui, ça et là, on exhibe des preuves historiques pour affirmer que celui que l’on appelle dans le milieu musical le « Mozart noir » a inspiré le musicien autrichien qui était son cadet.

 

            Devant tant de gloire qui pouvait passer à la postérité, un homme – le plus avide de gloire que la France ait porté - ne pouvait rester insensible : Napoléon 1er. Si le chevalier de Saint Georges – qui reconquit à 15 ans le titre de noblesse perdu de son père en devenant gendarme de la garde du roi - fut un Colonel exemplaire, ce n’était sûrement pas ses qualités de soldat qui pouvaient le faire passer à la postérité puisque ce sont elles qui lui attirèrent les ennuis et précipitèrent sa mort le 10 juin 1799.  Ses talents de musiciens, si.

 

            Aussi, Napoléon, après avoir rétabli l’esclavage aux Antilles le 20 mai 1802, fit brûler toutes les œuvres de Saint Georges le même jour comme pour l’ensevelir une seconde fois. Il interdit par la suite aux « noirs et gens de couleur » l’entrée à l’armée, l’accès au territoire métropolitain, et le mariage entre les noirs et les blancs (8 janvier 1803). Ainsi, la destruction de ses œuvres et les lois raciales qui l’accompagnèrent ont conduit à l’oubli total le nom de l’un des hommes les plus célèbres du XVIIIè siècle.

 

            Le retour en grâce auprès des romantiques du XIX n’a pas suffi pour faire du chevalier de Saint Georges l’un des hommes illustres de la France. Et le XXè siècle marqué par la fièvre de la colonisation n’a pas permis la mise en valeur du talent d’un homme dont la couleur évoquait ceux à qui l’on déniait quotidiennement des qualités de génie. Il ne fallait donc pas s’attendre à ce que les Français blancs ressuscitent la mémoire du chevalier de Saint-Georges. Sa résurrection ne pouvait venir que de ces compatriotes afro français et de quelques français blancs désireux de réparer une injustice qui frappe un homme qui a fait la gloire de la France.

 

            Aujourd’hui plus que jamais, il appartient aux afro français et aux noirs d’ailleurs de s’approprier l’histoire du chevalier de Saint Georges afin que sa renommée grandisse et rayonne dans les cœurs et dans les mémoires. Ils ne doivent pas attendre que d’autres leur disent ce qui est bon pour eux. Qu’ils choisissent d’élever au rang du « plus grand » celui qu’ils veulent, même si cette personnalité déplaît à d’autres. Qu’ils deviennent les historiens de leur propre Histoire !

 

            Ne voit-on pas chaque jour les communautés blanches multiplier les expositions, les projections de films, les activités théâtrales et musicales – et cela jusque dans les écoles - pour faire acte de mémoire ? Ne voit-on pas les communautés blanches baptiser les rues de leurs cités des noms de personnes qui furent parmi eux des riches négriers, des esclavagistes, et des apôtres de théories racistes ? Ne les voit-on pas occulter les traits négatifs d’un tel pour ne souligner que l’aspect de son visage qu’ils jugent digne d’être montré au monde entier ? Ne les voit-on pas élever des statuts à la mémoire de leurs ancêtres dont parfois le seul nom est une injure à la mémoire d’autres peuples ?

 

            Je dis donc que les noirs se doivent aussi de ressusciter et célébrer leur passé pour ne pas l’oublier. Ils ne doivent point attendre que les blancs se chargent de louer un passé qu’ils pensent ne pas être le leur pour en tirer gloire. Il est certain que si les autorités de la communauté blanche ne participent pas ardemment à la résurrection de la mémoire du chevalier de Saint-Georges, c’est pour ne pas jeter des fleurs à la communauté afro française et aux noirs en général. Puisque la République ne veut pas s’approprier la gloire du chevalier de Saint Georges, cette tâche revient aux afro français comme un devoir, et un devoir de mémoire.

 

Raphaël ADJOBI    

                                                      Ecrit les 9 et 10 janvier 2007      

Posté par St_Ralph à 07:15 - Actualités françaises - Commentaires [13] - Permalien [#]

25 décembre 2006

« Indigènes », la France n’est pas cartésienne

photo_Raph_Moy

           Dans l’esprit de nombreux intellectuels et hommes politiques français, la France est drapée dans le magnifique manteau de la pensée de Descartes. On se plaît à affirmer avec beaucoup d’orgueil que l’esprit français est rationnel, cartésien.

Et c’est la même fierté qui enfle le cœur du français lorsqu’il affirme à haute et intelligible voix qu’il vit dans un pays de liberté, d’égalité et de fraternité, oubliant totalement que ces trois notions ne sont point une réalité concrète mais plutôt un idéal à atteindre. Oui, c’est se tromper par excès d’orgueil que d’affirmer avec les hommes politiques et les journalistes prétentieux que règnent en terre de France la liberté, l’égalité devant la loi et la fraternité entre les citoyens. Nul ne doit douter qu’au moment du choix de cette devise, ce ne soit point l’idée qui animait ses initiateurs. Plus humblement, les pères de cette devise fixaient au peuple français un idéal vers lequel ils voudraient qu’il tende en toute circonstance ; un idéal qui se voulait le moteur des actions.

Il est donc temps que le Français quitte cet air prétentieux qui le porte sans cesse à affirmer ce qu’il n’est point. Il faut se garder d’être ridicule à force de s’envoyer des fleurs ou de se tresser des lauriers. Être français ne signifie point que l’on est meilleur ou pire que les autres ; et surtout il ne faut point croire qu’être français signifie que l’on est rationnel dan sa manière de concevoir l’égalité ou la justice sociale. Être français ne signifie en aucune façon que l’on est cartésien du simple fait que Descartes est français.

Il me suffit, pour illustrer ma pensée, de rappeler ici les conséquences  de la sortie du film « Indigènes ». Quel homme politique, quel journaliste français, quel citoyen français ignorait – avant la sortie de ce film – que les Africains ont été nombreux à venir se battre pendant la deuxième guerre mondiale pour la libération de la France ? Quel homme politique, quel journaliste, quel citoyen français ignorait – avant la sortie de ce film – que ces Africains, une fois la guerre terminée se sont retrouvés avec des soldes dérisoires alors que les anciens combattants français étaient gracieusement récompensés ? Quel homme politique, quel journaliste n’a jamais entendu le cri de détresse des anciens combattants africains demandant justice par le versement d’une solde égale à cellle des anciens combattants français.

Face à leurs cris, face à leur douleur, face à leur misère, le prétendu esprit rationnel français est toujours resté aveugle et sourd. C’était à croire que si la raison n’a point de cœur, elle n’avait point d’yeux ni d’oreille non plus.

Puis sortit le film « Indigènes ». Lors de sa première projection, l’épouse du président de la République aurait été émue aux larmes et aurait dit à son illustre mari : « Jacques, il faut faire quelque chose ». Sitôt dit, sitôt fait. Les élus du peuple proclamèrent en grande pompe l’avènement de l’égalité des soldes entre tous les anciens combattants de la dernière guerre qui ont défendu la France sous sa bannière. Voilà enfin les anciens combattants africains Libres et Egaux avec les anciens combattants français.

Il me plaît de souligner ici combien il est regrettable que la raison soit incapable de reconnaître l’injustice là où le cœur la sent profondément. Il a suffi qu’une reine émue demande à son prince de satisfaire un de ses désirs pour que le sort de milliers d’anciens combattants privés de l’égalité devant la loi ait changé.

Sincèrement, il me semble que l’effet produit par la sortie de ce film peut être vu tout simplement comme la volonté de satisfaire le caprice d’une princesse que comme la juste et rationnelle réparation d’une injustice longtemps consciemment ignorée.

 

Raphaël ADJOBI

 

(Jeudi 26 octobre 2006)

Posté par St_Ralph à 18:47 - Actualités françaises - Commentaires [7] - Permalien [#]