Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

18 mai 2018

Qui veut la mort du Franc CFA ? (2e partie)

   Qui veut la mort du franc CFA choisit son arme             

Franc CFA

            Permettons-nous de dire ici aux diasporas africaines et aux mouvements progressistes militant pour l'indépendance totale de l'Afrique que l'analyse historique que nous venons de faire leur impose une réponse claire et nette à cette question : faut-il une rupture brutale avec le Franc CFA, cet outil de domination et d'exploitation qui permet à la France  de faire de ses prolétaires des propriétaires comme le souhaitait Victor Hugo, ou bien cheminer avec le détenteur de cette monnaie pour une sortie en douce de cet étau ? Tous ceux qui ont été attentifs à la manière sans cesse répétée de modifier l'ordre des choses sans rien changer à la destination du profit du travail des Noirs ont sûrement remarqué que la France a, à différents moments de son histoire avec eux, pensé à asseoir un subterfuge pour maintenir sa domination. Nous sommes donc certains que ceux-là sont très soucieux d'éviter un nouveau piège.

            Comment peut-on en effet ne pas être soucieux  devant les faits de l'histoire quand on envisage une rupture ou un changement profitable de la relation que l'on entretient avec celui qui a été votre maître, votre donneur de leçons, votre guide pendant plusieurs siècles ? Comment ne peut-on pas, au moment de faire sauter le dernier verrou de la domination du maître, au moment de se débarrasser de ce fameux Franc CFA, ne pas penser à ses propres aïeux, à ses pères, à tous ceux qui par excès de confiance ou de naïveté ont signé des accords prétendument bilatéraux avec la France ? Comment, à ce moment crucial du destin de l'Afrique francophone, ne pas penser à nos aïeux qui ont vu dans les traités qu'ils ont signés les moyens de soulager des souffrances par la jouissance de profits immédiats alors que les Français voyaient dans les mêmes contrats des projets et des profits pour 20, 30 ou 50 ans ? Comment balayer de notre mémoire les souvenirs amers de tous ceux qui ont pavoisé, arborant les dividendes immédiats des contrats signés avec la France, mais qui ont condamné les générations suivantes à vivre pour payer des dettes insondables ?

            Maintenant il convient de dire certaines vérités en nous appuyant sur les anciens dont la sagesse a trop longtemps été écartée du revers de la main par les plus entreprenants de nos pères, de nos aînés. C'est au regard de l'histoire de la relation entre le Noir et le Blanc que Richard Wright assure ceci : "Tu peux oublier l'homme blanc, tu peux essayer de construire un monde autour de toi, mais l'homme blanc, lui, ne t'oublie pas, il ne te laissera jamais échapper à son emprise" (Black boy). Que tous ceux qui peuvent contester ces dires par des preuves de l'histoire des Noirs d'Afrique et des Amériques nous en fassent la démonstration. Sinon, l'affirmation est à verser au débat sur le Franc Cfa comme un bel argument.

            S'il se trouve encore parmi les Africains de la diaspora et du continent des femmes et des hommes désireux de tenter une sortie de cette monnaie par des négociations avec la France - qui en est l'émettrice et la gérante - on ne peut que leur poser cette question : quelle est l'issue d'un débat de libération entre un prisonnier rentable et son geôlier ? J'en appelle à la pensée d'un autre sage, Frantz fanon : "s'il est une démarche stérile, c'est bien celle qui consiste pour un opprimé à s'adresser au cœur de ses oppresseurs : il n'est pas d'exemple dans l'histoire d'une puissance dominante qui ait cédé aux objurgations, si émouvantes ou raisonnables soient-elles, de ceux qu'elle écrasait ; contre des intérêts matériels, sentiments et bon sens ne sont jamais entendus" (Cité par Christiane Taubira dans la préface du Procès de l'Amérique de Ta-Nehesi Coates).

            Ce n'est donc pas en leur âme et conscience mais bien en connaissance de cause - pour ne pas dire en connaissance de l'histoire des faits - que les Africains doivent choisir la voie de sortie du Franc Cfa vers la liberté économique et la dignité.

            Il faudra sûrement retomber dans la fange et apprendre à s'en relever. Il faudra apprendre à marcher d'un pas moins assuré, tituber, trébucher, tomber, se relever, serrer les dents tout en gardant les yeux fixés vers les idéaux de liberté et de dignité qui présideront aux impératifs à mettre en place, posément, méthodiquement. Une vie qui commencera par la mise en place de tout ce qui pourvoira à leurs besoins réels. Seule la peur de la liberté, synonyme du vide et de l'inconnu, pousse l'esclave de maison à opposer la stabilité de sa condition aux aléas d'une vie de totale indépendance.  

Raphaël ADJOBI         (Accédez à la 1ère partie de ce texte)        

Posté par St_Ralph à 19:47 - Actualités Monde - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 mai 2018

Qui veut la mort du Franc CFA ? (1ère partie)

         Qui veut la mort du Franc CFA ? (1ère partie)

Franc CFA

            Dans les multiples cercles de réflexion des diasporas africaines, on ne cesse de tempêter depuis bientôt une décennie contre le Franc CFA, cette monnaie que la France a savamment imposée à ses colonies déclarées presque toutes  indépendantes en 1960. Rares sont ceux qui lui trouvent les vertus dignes d'un état libre et qui souhaitent sa pérennité. Par conséquent, très nombreux sont ceux qui voudraient la voir disparaître au nom de la dignité, de l'indépendance monétaire et de la  probité dans les relations bilatérales entre l'Afrique noire et la France. Malheureusement, le désaccord est très profond quant aux voies à emprunter pour y parvenir. Et c'est à ceux-là que s'adresse cette réflexion qui se veut une simple histoire éclairante en marge des débats techniques incompréhensibles au commun des hommes. La recherche de la dignité, de la liberté et de la probité peuvent en effet se passer des sciences techniques ; pour les atteindre, il suffit de placer l'humain au centre du débat et lire son histoire pour que tout s'éclaire.

            Il convient donc de voir ensemble comment depuis que le Français a soumis l'Africain, ce dernier est parvenu à des degrés de relatives autodéterminations sans jamais accéder à une totale liberté, et pourquoi le Franc CFA, devenu incompatible avec ses besoins actuels, lui apparaît comme le dernier verrou d'une soumission insupportable et avilissante en ce XXIe siècle.

                La violence à la dictature, l'évitement à la "démocratie"

            Avant le milieu du XIXe siècle, le souci majeur des Français était la déportation des populations africaines et leur mise en esclavage dans les colonies des Amériques et de l'Océan indien. L'abolition de cet esclavage en 1848 a été le résultat d'âpres négociations ayant finalement abouti à l'indemnisation financière des colons en échange de la liberté des Noirs. Mais voilà : dans les Amériques, "les anciens maîtres et les anciens esclaves vivent sur le même territoire. L'espace doit être partagé. C'est d'abord une injonction de la géographie. C'est un effet de l'histoire. C'est une obligation de la démocratie" (Christiane Taubira, préface du Procès de l'Amérique de Ta-Nehisi Coates, édit. Autrement, 2017). Malheureusement, ces impératifs géographique, historique et démocratique qui s'imposaient à la France seront évités. Partager la terre ? Procéder à des réformes agraires ? Ah non ! "Nous leur avons appris à travailler. Nous leur avons apporté la civilisation chrétienne et ils ont appris à parler la noble langue française au lieu de leur charabia africain. Nous sommes quittes", fut la réponse des colons.

            Il n'y aura donc pas de partage des terres entre ceux qui la travaillaient et ceux qui la géraient. D'un côté, les gérants blancs seront déclarés propriétaires au nom de la loi de la démocratie, et de l'autre les Noirs condamnés à monnayer leur force physique auprès des Blancs pour subsister au nom de cette même loi. En d'autres termes, l'abolition de l'esclavage s'est traduit concrètement par le versement d'une indemnité aux colons (propriétaires) pour qu'ils fassent passer les Noirs du statut d'esclaves à celui de salarié (prolétaires). voilà comment le législateur blanc a introduit dans la société biraciale française naissante une inégalité de fait basée sur la domination des Blancs et la soumission des Noirs ; état de chose criant dans les départements français majoritairement peuplés de Noirs.

            Une fois ainsi réglé le gênant problème de l'esclavage dans ses colonies, il restait à la France à gérer de manière profitable sa présence en Afrique ; et sans que cela puisse être considéré comme de l'esclavage. Une gestion devenue impérieuse depuis la perte de sa colonie américaine la plus rentable : Saint-Domingue, devenu Haïti en 1804. Sans tarder, elle instaure dans ses possessions africaines le travail forcé, officieusement d'abord puis officiellement par le code de l'indigénat adopté en juin 1881. Cet arsenal juridique répressif reposant sur une organisation quasi militaire du travail sera d'ailleurs imposé à l'ensemble des colonies françaises à partir de 1887. Même si le terme désigne en Occident la punition infligée en réparation d'un délit, sa généralisation aux populations des colonies ne choque pas les antiesclavagistes et les législateurs européens. Le mot esclavage susceptible de provoquer des controverses inutiles était évité. C'était l'essentiel. Et dans les faits, tout semblait leur donner raison : même s'ils étaient soumis aux contraintes physiques excessives sous les coups de fouets, les Africains ne changeaient pas de nom, les femmes n'étaient pas les objets sexuels des colons en vue d'une reproduction massive au bénéfice du travail, les couples n'étaient pas formés selon la volonté des maîtres, et les enfants n'étaient pas, comme les veaux, retirés aux couples pour être vendus à huit ou neuf ans. En un mot, la cellule familiale n'était pas constamment détruite par le colonisateur, et les traditions locales pouvaient se perpétuer.

            Cependant, comme dans l'état d'esclavage, le Noir ne tirait aucun profit du joug du travail forcé ; il n'avait aucun espoir d'épanouissement ou d'accession à un autre statut que celui de l'exécuteur des tâches imposées par le colon. C'est pourquoi, le temps passant, on en vint inéluctablement à juger le travail forcé humainement dégradant parce qu'impliquant l'absence de liberté, l'absence de l'engagement volontaire des Noirs qui y étaient soumis. Donc, au milieu du XXe siècle, c'est-à-dire un siècle après l'abolition de l'esclavage, le travail forcé était apparu aux yeux de l'élite africaine émergente comme un mal semblable à l'esclavage outre-Atlantique avec certaines rigueurs du Code noir en moins.

            A nouveau soumis à la pression des exigences extérieures, la France chercha, avec beaucoup d'application, le moyen d'octroyer aux Africains la liberté qui les maintiendrait volontairement dans la relation de dépendance qu'elle entretient avec eux. Une stratégie de servitude volontaire. Ainsi, au moment d'abolir le travail forcé, au moment de mettre fin au travail obligatoire sous le fouet du commandeur nègre à sa solde, la France va imposer aux populations de ses colonies africaines un projet que le génie allemand avait préparé pour l'exploiter quand elle était soumise  sous la botte nazie. Grâce à cette trouvaille, les Africains seront désormais libres de procurer à la France les denrées qu'elle ne produit pas mais qui sont nécessaires à sa consommation, et laisseront leurs pays ouverts aux produits de son sol et de son industrie, et cela à l'abri de toute concurrence étrangère.

            S'inspirant donc du génie allemand, selon Nicolas Agbohou (Le Franc CFA et l'Euro contre l'Afrique), la France inventa une monnaie dont elle est la garante, et comportant une clause extrêmement contraignante : plus de la moitié du fruit du travail et de la vente des produits de ses colonies sera déposée - pour ne pas dire confisquée - à la banque de France. Une belle façon de mieux dompter les humeurs autonomistes désagréables des africains. Enfin prête pour le grand changement, elle fit coïncider l'abolition du travail forcé (1945) avec l'institution du Franc CFA (1946). Par conséquent, l'avalanche des indépendances dans les années 1960 ne fut que la remise des clefs des champs à des gérants noirs avec un cahier des charges réglé comme du papier à musique ! Un acte hautement politique puisqu'il visait à cacher la main blanche derrière la marionnette noire visible de tous. Pour les yeux et pour la conscience de l'humanité, ce changement visuel n'est pas négligeable. Tous les conflits qui naîtront ensuite sur ces terres d'Afrique apparaîtront désormais aux communs des hommes comme des querelles de pouvoir entre les élites africaines, avec, bien entendu pour les plus avisés, quelques enchevêtrements des fils coloniaux qui les sous-tendent.

Raphaël ADJOBI

* Reprise interdite ; article L111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Posté par St_Ralph à 16:22 - Actualités Monde - Commentaires [2] - Permalien [#]

18 novembre 2017

De la traite et de l'esclavage des Noirs en Libye au XXIe siècle

   De la traite et de l'esclavage des Noirs en Libye

                                     au XXIe siècle

migrants-congo

            Le lundi 13 novembre 2017, j’ai eu l’honneur d’être l’invité de la section départementale d’un célèbre club service international pour donner une conférence sur « Les résistances africaines à la traite et les luttes des esclaves pour leur liberté dans les Amériques ».

            J’avais commencé mon exposé par une définition de l’Histoire qui passe parmi nous pour une science alors qu’elle est un récit dont le contenu s’éloigne de la vérité dès lors que le narrateur néglige ou travestit certains faits devant le structurer. Puis j'ai insisté sur l'immensité de l'Afrique qui est comparable aux Etats-Unis, l'Europe et la Chine mis ensemble. Par conséquent, avais-je dit, il convient de ne jamais la considérer comme homogène, physiquement et humainement. Ensuite, j’avais pris soin de délimiter les zones du continent africain qui connaissaient la pratique de l’esclavage comme l’Europe – le servage n’étant rien d’autre qu’un mot issu du latin désignant l’esclavage – avant de souligner que la zone forestière l'ignorait totalement. Pour preuve, j’avais fait remarquer à l’assistance que la fin de la traite négrière atlantique au milieu du XIXe siècle a coïncidé avec la fin de la traite et de l’esclavage dans cette partie de l’Afrique. Cela est un fait historique indéniable. A la fin du XIXe siècle, les déportations et les assassinats des chefs africains opposés à la colonisation européenne - avec son lot de travaux forcés - constituent des preuves supplémentaires de la non-pratique de cette forme d’asservissement de l'homme par l'homme dans la zone forestière africaine. 

                                Les foyers de l'esclavagisme africain

            Dès le lendemain de ma prestation, mon attention a été attirée par la vente aux enchères de migrants d’Afrique noire par des populations libyennes, blanches et arabes. C’est alors que m’est revenue avec violence ma réponse au doyen du public de la veille. Répondant à sa question sur l’esclavagisme que l’on dit exister aujourd’hui encore en Afrique, j’avais, à nouveau, clairement délimité les zones géographiques africaines où cette pratique était très ancienne et persiste encore : une zone qui part du Sahel jusqu'au nord du continent. J’avais alors avancé le cas de la Mauritanie où l'esclavagisme est courant en ce XXIe siècle et celui du Soudan où la traite a été constatée jusqu'au milieu du XXe siècle. J’avais alors parlé de l’expérience de Joseph Kessel et de son reportage pour le journal Le Matin en 1930. Le journaliste avait participé, au sud du Soudan, à la capture d'une bergère noire et témoignait des techniques mises en œuvre par les trafiquants pour se procurer la marchandise humaine qu'ils destinaient aux pays arabes d'Afrique du nord et du Moyen-Orient. Oui, l'esclavagisme est une pratique ancienne depuis le Sahel jusqu'au nord de l'Afrique où persiste encore en ce XXIe siècle ce que Malek Chebel appelle "l'esclavage de traîne" (1). 

 

eSNLiELSvuzqrJi-800x450-noPad

                       Ce qui se passe aujourd’hui en Libye n’est donc en vérité qu’une suite logique de l’histoire de l’Afrique : la persistance, dans sa zone islamisée, de la pratique de l’esclavage depuis le Moyen Âge ! N'oublions pas que Soundjata Kéïta l'avait aboli dans son empire au XIIIe siècle. Mais rien ne nous dit qu'il était parvenu à contrôler et maîtriser cette abolition. Tous ceux qui se vantent d’acheter et de vendre des Noirs sont issus de cette zone qui part du Sahel jusqu'au nord de l'Afrique. C'est dans cette zone sahélienne et nordique que l'on retrouve les confréries appelées "chasseurs traditionnels" qui ne sont rien d'autre que des chasseurs de gibier humain, des intermédiaires entre l'Afrique des forêts et le monde arabe.

                           Des chefs d'Etat africains sans réel pouvoir !

            Mais, après ce constat, la vraie question qui mérite d’être posée est celle-ci : que font les dirigeants africains dont les populations sont victimes de cette nouvelle traite et de ce nouvel esclavage ? C’est bien de montrer d'un doigt accusateur les Européens et les Arabes des siècles passés. C'est bien d'accuser les ancêtres de l'Afrique des forêts de ne pas avoir su lutter efficacement, pendant des siècles, contre les prédateurs européens et arabes. Maintenant qu’ils sont spectateurs de la répétition du même crime, que font-ils ?

            Retenons tous ceci : le mutisme des gouvernants africains devant le drame de leurs citoyens en exode massif vers des contrées lointaines - exode qui les expose à l’esclavagisme arabe connu depuis plusieurs siècles - témoigne de la vacuité de leur pouvoir. Certes, poussé par un journaliste, le président de l'union africaine a parlé. Mais que vaut la parole d'un président nègre ? Quel pouvoir a la parole d'un nègre ? « Tous les Noirs du monde actuel sont privés de pouvoir. Le pouvoir c'est tout simplement le contrôle de sa propre vie », le contrôle de la vie des siens pour un gouvernant !  « Si vous n'avez pas le contrôle (de votre vie et celle des vôtres), vous ne pouvez prendre vos responsabilités » (2). Oui, un président noir n’a aucun pouvoir devant ses pairs européens ou arabes. Un président noir est vide de toute substance valorisante pour les siens et pour la diaspora africaine.

Migrants

            Inutile de regarder du côté de la prétendue communauté internationale à la solde de l’Occident ; une communauté internationale qui n’est rien d’autre qu’un miroir aux alouettes pour les Africains. Elle est très douée pour les discours et pour détrôner un chef d’Etat nègre. Pour apporter une solution à une souffrance humaine, ses actions se limitent à des rassemblements chiffrés à des millions d’euros pour rédiger un discours final. En effet, on ne s’imagine jamais ce que cela coûte de réunir ces messieurs, de les loger durant des jours et des jours, les nourrir matin, midi et soir, leur assurer les voyages en avion pour les rassembler, les frais de carburant et les indemnités diverses pour produire un texte d’une page et un compte rendu de quelques dizaines de pages pour la postérité ! Assurément, les pauvres sont ingrats : ils ne savent pas apprécier le coût de tout ce que les puissants de ce monde font pour eux ! Assurément, les nègres sont des ingrats ! Il n’y a tout de même pas perte de gisements de pétrole dans cette affaire de vente de migrants noirs en Libye !

            Inutile de regarder du côté des médias français non plus. C'est la Corée que nous ne sommes pas capables de situer sur une carte qui les intéresse. Eux non plus d'ailleurs, mais en parler leur donne l'air d'être plus intelligents que nous. C'est pourtant la France qui a bombardé la Libye ! Mais une fois que les gouvernants français regardent ailleurs, nos journalistes déménagent pour ne pas rater l'actualité du président. C'est donc une journaliste américaine qui est venue leur montrer que la maison démocratique que la France dit construire en Libye grâce à ses amis au pouvoir brûle ! Pauvre France ! Pauvre Afrique ! Pauvre Afrique, l'obligée d'une pauvre France ! Les deux font la paire !

            Aux Français et aux Africains qui ne cessent de répéter qu'il faut tourner la page chaque fois que l'on évoque l'esclavagisme, je redis encore ceci : les peuples qui tournent les pages sombres de leur passé sans les lire, sans les enseigner, condamnent les générations futures à revivre les mêmes affreux événements.

(1) Malek Chebel : L'esclavage en Terre d'Islam, Fayard 2007.

(2) Nikki Giovanni, cité par Léonora Miano in "Marianne et le garçon noir", note p. 30).

Raphaël ADJOBI

Posté par St_Ralph à 15:56 - Actualités Monde - Commentaires [4] - Permalien [#]

25 juillet 2017

La ligne idéologique financière et colonialiste d'Emmanuel Macron enfin tracée !

    La ligne idéologique financière et colonialiste

                   d'Emmanuel Macron enfin tracée ! 

000_qf5z9_1_0

            Compte tenu de sa soudaine irruption sur la scène politique nationale puis internationale, nombreux sont les Français et les étrangers qui n’avaient aucune opinion sur M. Emmanuel Macron. Alors tous évitaient sagement de le juger avant de le voir à l’œuvre ou tout au moins de connaître ses pensées.

            Pendant la campagne présidentielle, la manière dont il avait fermement fait taire la polémique née à droite et à l’extrême-droite autour de sa déclaration selon laquelle la colonisation est un crime contre l’humanité avait séduit. En effet, après avoir ouvertement clamé que sa génération ne pouvait vivre à l’ombre d’un traumatisme qu’elle n’a pas connu, il avait ajouté avec une rare franchise que « la colonisation a entraîné la négation du peuple algérien ; que cela a produit une guerre qui n’était pas digne de la France ».

            Avec ces mots, Emmanuel Macron avait clairement semblé se situer aux antipodes des fiers héritiers du colonialisme français qui se croient obligés d’entretenir dans l’opinion publique une imaginaire supériorité sur les autres peuples. Dès lors, nous étions nombreux à penser que sa jeunesse serait pour notre pays un gage de probité intellectuelle et morale devant les drames humains, loin des discours coloniaux et paternalistes habituels.

            Mais voilà que très vite il aligne deux propos méprisants : « le kwassa-kwassa pêche peu ! il amène du comorien » et « dans une gare, on croise les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien ».

            Si l’évocation du « kwassa-kwassa (qui) amène du comorien » nous a renvoyés au drame de Mayotte depuis qu'elle est séparée des Comores et rattachée à la France, tout le monde a semblé tomber d’accord pour qualifier son propos de plaisanterie de mauvais goût. Mais quand Monsieur Macron a opposé ceux qui réussissent et ceux qui ne sont rien, il nous a clairement placés en face d’une idéologie financière selon laquelle celui qui génère de l’argent est intéressant, et celui qui ne rapporte rien, n’est rien !

            Comment peut-on en France se taire quand un président dit qu’il y a parmi nous deux catégories de personnes, celles qui réussissent et celles qui ne sont rien ? Comment peut-on ne pas être convaincu que quiconque est capable de mépriser l’autre avec une telle violence est prêt à tous les maux, à toutes les entreprises funestes ? Nous n’avons pas attendu longtemps pour être éclairés sur sa vision de l’humanité. C’est lors du G20 qu’il va montrer à la terre entière qu’à l’ENA, de génération en génération, tout le monde trempe ses lèvres dans la même coupe et en ressort avec la même ivresse colonialiste.

            Evoquant les problèmes de l’Afrique – à ses yeux insurmontables – M. Macron dit, dépité : « quand des pays ont encore aujourd’hui sept à huit enfants par femme, vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien ! »

            L’omniprésence militaire française dans les pays francophones et les multiples coups d’Etat orchestrés dans de nombreuses contrées d’Afrique pour piller sans résistance leurs matières premières ne seront-ils donc jamais dans la bouche d’un président français comme les freins au développement de ce continent ? A dire vrai, d’un gouvernant à l’autre, d’une génération à l’autre, on évite d’évoquer les nécessaires mesures décolonisatrices pouvant générer un essor économique de l'Afrique francophone hors du giron de la France, parce que les ressources de ces anciennes colonies, on y tient !

            Voici d’ailleurs clairement énoncés par Just-Jean Etienne Roy, en 1860, les principes essentiels de la colonisation sur les terres lointaines et auxquelles nos dirigeants jurent fidélité à tout jamais. Aucun de nous ne doit se permettre de les ignorer, car le sous-développement de l'Afrique n'est pas "civilisationnel" comme l'affirme M. Macron ; il n'est pas  une condition ou une situation propre à l'Afrique.

            Selon Just-Jean Etienne Roy, depuis la fin de l’esclavage en 1848, la gestion de ses colonies des Amériques et de l’océan indien puis celles conquises en Afrique ont inspiré à la France des mesures suprêmes : outre le fait qu’elles doivent être pour les « produits du sol et de l’industrie de la mère patrie des débouchés […] constamment ouverts », il faut « favoriser l’agriculture coloniale, c’est-à-dire les denrées destinées à la consommation de la métropole ; exiger de ces établissements (colonies) qu’ils ne vendissent leur récolte qu’à la métropole ; et enfin leur interdire d’élever les denrées récoltées à l’état de produit manufacturé ». En d’autres termes, éviter l’industrialisation et donc le développement de ces colonies.

            Voilà donc clairement ce que sont les pays africains pour la France et les règles immuables auxquelles elle les soumet et qui les empêchent d’être véritablement indépendants et développés. Voilà pourquoi le rapport Vedrine affirme sans vergogne que « l’Afrique est l’avenir de la France ». On oublie d’ajouter que dans ce cas, l’Afrique n’a pas d’avenir pour elle-même par la seule responsabilité de la France. Car on ne peut être à la fois esclave et libre.

            Occultant cette réalité de fait, aujourd’hui comme hier, on ressort l’argument compréhensible par le commun des Français - qu'on prend pour un imbécile prêt à tout croire - on clame haut et fort que le problème de l’Afrique, c’est sa surpopulation ; une surpopulation qui serait incompatible avec le développement économique ! Pour M. Macron, la liberté des peuples africains à disposer d’eux-mêmes coûterait trop cher à la France. Rectifions ici sa grosse erreur concernant le taux de fécondité des Africaines : la moyenne n’est pas de 7 à 8 enfants, mais de 5 enfants en Afrique subsaharienne et de 4,7 sur tout le continent. Les Africains ont bien compris que ce qui coûterait trop cher à la France si elle établissait des relations normales avec leur continent, ce n’est pas nourrir le trop grand nombre d’enfants noirs mais perdre les gisements de pétrole, de  minerais en tout genre ainsi que les immenses plantations d’hévéa bien utiles pour ses industries automobiles. Les Africains savent aussi que leur continent deviendra bientôt l'un des plus grands marchés au monde grâce justement à la croissance de sa population et à l'augmentation de son niveau de vie. Et alors, comme la Chine et l'Inde, elle échappera à la petite France dont la population aura beaucoup vieilli. Elle aura alors oublié les siècles où l'esclavage la vidait régulièrement de ses forces vives. Est-il nécessaire de rappeler à M. Macron que la natalité en France n'est sur une courbe favorable que grâce aux Dom-Tom et notamment à l'immigration de l'Afrique Subsaharienne ? Ne voit-il pas que la population des pays d'Europe occidentale qui n'ont pas de régions ultramarines vieillit plus vite que celle de la France ? N'entend-t-il pas que partout on assure que l'immigration est une chance pour l’Europe devenue la Vieille parce qu'elle n'a pas su se renouveler ? Pour paraphraser Françoise Vergès (Le ventre des femmes), disons simplement que ce qui pourrait être analysé comme un apport d'énergie, une espérance, est transformé en une menace et un péril parce que l'Occident a peur que l'Afrique lui échappe. Oui, le discours de M. Macron traduit bien cette idée que pour les intérêts des capitalistes occidentaux « la fertilité des femmes du tiers-monde équivaut quasiment à une menace terroriste ».    

Les outre-mer savent que ce discours cache un crime en marche

            Si les propos de M. Macron visaient directement l’Afrique, nos compatriotes des outre-mer ont dû sentir leur cœur saigner. En effet, ils ont sûrement été replongés dans les décennies qui ont suivi 1946, année où le classement des colonies en départements suscitait des débats sur le coût de l’égalité entre ces territoires qui venaient de sortir de l'esclavage et l’hexagone. A cette époque, les hommes politiques avaient passé leur temps à réfléchir aux moyens de préserver les intérêts de la France dans ses anciennes colonies sans les développer ; c’est-à-dire en les laissant jouer leur rôle de colonies comme défini plus haut.        

            Bientôt, l’origine de tous les problèmes ou difficultés économiques de ces colonies fut trouvée ; et l’île de la Réunion fut montrée du doigt avant les Antilles : « le problème n°1, c’est la démographie, le grand mal de ce pays », assura Michel Debré en 1969 avant de souligner plus tard (1974) « la fainéantise alimentée par la naissance d’enfants nombreux sur cette île de l’océan indien ». C’était, comme le montre excellemment Françoise Vergès dans Le ventre des femmes, le bel argument sans cesse répété « pour justifier le non-développement économique, (le) contrôle des naissances et (l’)organisation de la migration ».  

            Afin de guérir la Réunion et les Antilles du fléau de la surpopulation – ce mal imaginaire français – des solutions définitives furent préconisées : l’avortement forcé de milliers de femmes suivi de la ligature de leurs trompes, et l’émigration des populations de ces îles vers la métropole. L’histoire des enfants de la Creuse et du BUMIDOM est aujourd’hui entrée dans la mémoire collective comme un crime de l’Etat français. Mais ce que l’on n’a jamais dit, c’est que le vide créé dans ces îles a été comblé par une population blanche métropolitaine.

            Les propos de M. Macron rappellent donc étrangement ceux de M. Debré. Préparerait-il aussi l'immigration des populations africaines vers la France pour montrer qu'elle est généreuse ? De même que la question de la forte natalité dans les outre-mer aurait empêché la France de développer la Réunion et les Antilles, de même aujourd’hui cet argument sert de motif pour ne pas développer Mayotte et la laisser entre les mains des ONG qui en font peu à peu un paradis sexuel. Dans la même logique, la transformation de la démographie en « problème » central du sous-développement de l’Afrique voudrait permettre aux gouvernants français d’éviter d’affronter les questions politiques et sociales de ce continent. Et pourtant, ils savent comme nous qu’on ne peut à la fois entretenir une armée dans un pays étranger, battre la monnaie de ce pays pour mieux le confisquer, se mêler de la manière dont il doit être gouverné, et accuser la fécondité des femmes de le rendre inapte à toute forme de développement.

            Elle est absolument odieuse cette France de M. Macron qui fait du contrôle du ventre des femmes – pour reprendre l’expression de Françoise Vergès – l’argument essentiel de sa mainmise sur ces anciennes colonies. Elle n'est pas belle cette France qui pense que l'Afrique est juste bonne à traire, qu'il est impossible de la développer. N'oublions jamais que quand les gouvernants d'un pays commencent à pointer du doigt un mal imaginaire dans un corps étranger, le crime n'est pas loin.

                  Raphaël ADJOBI

avec la collaboration de Luis-Nourredine PITA

Posté par St_Ralph à 11:55 - Actualités Monde - Commentaires [6] - Permalien [#]

26 juin 2017

Quatre artistes congolais mourront-ils bientôt ?

Quatre artistes congolais (RDC) mourront-ils bientôt ?

                         ILS SONT LIBRES !! (2/07/2017)

19430021_307246266382213_675417159139396333_n

            Pour dénoncer les massacres dans deux régions de leur pays, quatre artistes de la République Démocratique du Congo se sont allongés sur un trottoir de la ville de Goma. Trois d'entre eux étaient couverts de peinture rouge symbolisant le sang des victimes.

            Cette simulation d'une mort violente n'a pas été du goût des représentants de l'autorité publique. Les quatre artistes ont été mis sous les verrous. Cependant, contre toute attente, les personnes chargées de les emmener leur ont laissé le temps de dénoncer l'injustice qui les frappe et aussi la complicité de tous ceux qui se contentaient de les filmer ou de les enregistrer sans rien faire et sans rien dire.

            C'est vrai qu'aujourd'hui, partout dans le monde, on préfère filmer une noyade plutôt que de plonger au secours de la victime ou appeler les pompiers ; on préfère filmer la voiture qui fonce sur un piéton plutôt que de l'alerter du danger ; on préfère filmer un animal qui dévore un enfant plutôt que de l'abattre.

            Si ces images doivent à leur tour déclencher des actions violentes contre l'injustice ou le crime, alors elles sont nécessaires. Si elles visent à récolter des indignations sans lendemain réparateur, alors les auteurs de ces images qui ne les exploitent pas dans leur plénitude apparaîtront sûrement comme des complices. Celui qui dénonce doit être le premier à agir ! Sinon, on comprend que sa seule ambition, c'est la recherche de la notoriété.

            Nous attendons que celui qui a publié cette scène organise le soutien populaire des artistes avant qu'ils ne connaissent la mort !  

Raphaël ADJOBI

Posté par St_Ralph à 22:15 - Actualités Monde - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 janvier 2017

Les ONG complices des dégâts écologiques et humains en Afrique et dans les pays non industrialisés

         Les ONG complices des dégâts écologiques et humains

                   en Afrique et dans les pays non industrialisés

ONG en action

            Tous les Français ont certainement remarqué que sur nos murs, ainsi que dans les publicités, l’image qui symbolise le mieux la pauvreté et la misère humaine est celle de l’homme, de la femme ou de l’enfant noir. Aussi, dans notre imaginaire collectif, tout Noir est pauvre et cherche en terre de France un refuge pour se relever de sa misère africaine ; même si ce Noir n’a jamais connu l’Afrique. « Un riche en Afrique est un pauvre en France », assurait avec beaucoup d’arrogance un animateur de radio de la fin des années 1970.

            Ce discours officiel – qui a peu à peu nourri le discours ambiant s’entendant jusque dans les coins les plus reculés de France où l’on n’a jamais vu un Noir posséder un logis – a donc fini par nous conforter dans l’idée que nous sommes riches et que par conséquent nous devons aider les « pauvres » Africains.

            Peut-on en toute logique s’élever contre une telle invitation, fruit du sentiment de solidarité ancré dans le cœur humain ? Il faut assurément avoir un cœur de pierre pour trouver à redire à une telle manifestation de l’amour de l’autre. C'est pourquoi, convaincue de l’approbation unanime, l’ONG Terre solidaire fait passer sur les ondes des radios une publicité rythmée par trois bruits caractéristiques suivis chacun par un discours explicatif pour nous amener à agir.  

            - Au bruit d’une bêche sur une terre aride, suivent ces paroles : « là, c’est Fatou (prénom féminin africain) qui bêche le seul lopin de terre qui lui reste après avoir été expulsée par une multinationale ».

            - Au bruit d’une tronçonneuse, on entend : « Là, c’est la tronçonneuse d’une multinationale qui…. » exploite la terre que Fatou a été contrainte de fuir. 

            - Au bruit d’un stylo grattant  nerveusement sur un papier, on entend : « Là, c’est mon stylo rédigeant un chèque….. ». Chèque bien sûr destiné à soutenir l’ONG Terre solidaire qui s’est fixé pour objectif d’aider Fatou à mieux vivre.

        La logique des ONG : vous faire payer les dégâts des multinationales

transparence-ong

            Je voudrais cependant rappeler aux cœurs généreux, à tous ceux qui ont le sentiment que nous devons aider les Africains, qu'il importe de prendre le temps d’analyser la logique qui structure les faits qui ont produit ce discours.

            Quelle est la logique des faits ? Vous avez d’un côté une ONG qui vous demande de l’aider à aider une femme privée de son bien, chassée de ses terres fertiles par une multinationale et obligée de labourer une terre ingrate pour y chercher une pitance incertaine ; de l’autre, la multinationale en train d’exploiter la forêt de laquelle a été chassée la femme. Ces faits, ce sont ceux pour lesquels des milliers de chèques sont signés en France. Maintenant, permettez-moi de vous poser cette question : quel devrait être votre vrai combat, le combat le plus naturel qui s’impose à vous ? Devez-vous continuer à signer des chèques pour exprimer votre générosité à l’égard d’une femme devenue pauvre parce que privée de son bien ou arrêter la main de l’usurpateur par une action énergique ?

            Pour vous aider à répondre à cette question, pour vous aider à comprendre qu’une action plus efficace que l’expression de la générosité par la rédaction d’un chèque est possible, préférable et plus raisonnable, je vous renvoie à l’histoire récente du combat d’une communauté indienne des Etats-Unis. Une réserve, où les Indiens ont été cantonnés depuis plus d'un siècle par la soi-disant générosité de l’Etat fédéral américain, était menacée par le passage d’un pipe-line appelé « le serpent noir » dans le langage imagé local. Les autorités américaines fermaient les yeux estimant le conflit d’ordre privé. Une journaliste alertée par la détermination d’une femme indienne à défendre les terres de ses ancêtres a porté l’affaire sur la place publique. Le soutien des artistes américains à la cause de cette réserve a fait le reste : le projet a été arrêté et des excuses publiques présentées à la communauté indienne lors d’une cérémonie dans la réserve (1).

            Cette histoire nous apprend que c’est la main criminelle qu’il faut arrêter ! Elle nous montre qu’il convient de réagir contre la volonté prédatrice des multinationales plutôt que d’attendre de réparer les dégâts qu’elles ont causés.

            Pour revenir à la publicité évoquée plus haut, disons de façon claire que tous les Français qui ont le sentiment d’être généreux en aidant une femme africaine paient en réalité les dégâts de la rapacité de leurs entreprises travaillant sous les Tropiques. Ceux qui font des chèques aux ONG pensant accomplir une bonne action sont en fait des naïfs que les multinationales abusent allègrement. Les  financiers de ces multinationales font une bonne affaire en créant des ONG chargées de récolter l’argent du contribuable français ou européen pour payer leurs crimes en Afrique et dans d’autres contrées du monde. Voilà la vérité que vous devez tous retenir !

                                         Des preuves à la pelle

            Vers la fin de l’année 2016, un chef nigérian a quitté la région qu’il administrait moralement et s’est rendu en Angleterre pour porter plainte contre la société anglaise exploitante du pétrole nigérian parce qu'elle polluait ses terres. Combien d’ONG européennes avaient auparavant alerté les autorités locales et anglaises des dégâts qui se commettaient ? Aucune ! Combien ont soutenu ce chef nigérian dans son combat ? Aucune ! Quand, quelques années auparavant, des populations du Ghana se sont rendues en Angleterre pour alerter les autorités de la pollution de leurs terres par une de leurs entreprises, combien d’ONG européennes ont soutenu ce combat ? Aucune ! Durant de nombreuses années, la société suisse Nestlé a vendu au Cameroun et aux autres pays francophones du lait composé uniquement de matière végétale qu'elle faisait passer pour du lait de vache sans être dénoncée par les ONG. Quand une entreprise camerounaise a porté plainte contre Nestlé, quelle ONG l'a-t-elle soutenue ? Aucune ! Et les terres polluées par l'usine Nestlé dans ce pays d'Afrique, qui s'en soucie ? Personne en France ou en Europe ! Toujours au Cameroun, qui se soucie des droits des pygmées Baka chassés de leurs forêts ancestrales pour laisser place aux safaris de chasse à l'éléphant qu'organisent là-bas les grandes familles européennes comme les Rothschild ? Personne en France ou en Europe !

Les Européens et la mort de l'Afrique

            Tous ces maux causés par les Européens ne rencontrent que le silence des citoyens de cette partie du monde. Les ONG moralisatrices sont incapables d’attaquer les personnes et les entreprises expertes dans le pillage des objets d’art qui nourrissent les musées, ni celles qui pillent les ressources minières polluant en même temps les sols et privant les populations d’eau potable et de terres cultivables. Pourtant, toutes les ONG européennes s’invitent régulièrement dans les débats électoraux africains, fournissent des informations aux gouvernants européens pour leur permettre de prendre des sanctions contre les élus qui ne respectent pas les règles occidentales. Pourtant, ces associations ou ONG attaquent sans cesse devant les tribunaux européens des autorités africaines qu’elles accusent de posséder en Europe des biens mal acquis ; en d’autres termes des biens achetés avec l’argent des contribuables africains. Pourtant, il est avéré que les ONG ont servi de point d'appui pour défaire les gouvernements de l'Europe de l'Est (anciens satellites de Moscou) et du Maghreb qui n'étaient pas favorables aux financiers occidentaux, tel George Soros.

            Ces accusations contre les autorités africaines mises à part, que faisons-nous avec nos ONG dans les pays non industrialisés sinon ce que nous faisons dans nos banlieues ou nos îles lointaines : mettre en place des jardins potager, proposer des jeux de société, un local pour écouter de la musique, organiser des séances de cinéma ou de vaccination, donner des cours d’alphabétisation… des activités ludiques et éducatives sensées aider les jeunes à sortir de leur « ennui » et les plus âgés à ne pas se sentir seuls au monde. Croyons-nous vraiment que c’est avec nos bénévoles, « ces jeunes, les théories plein la bouche et pas une once de courage dans la main » (Natacha Appanah, Tropique de la violence, édit. Gallimard) que nos ONG vont sortir les "damnés de la terre" de la misère ? Croyons-nous qu’en vaccinant quelques personnes, en partageant leur quotidien, leur musique, en plantant quelques arbres avec eux, cela suffit à leur faire oublier la misère, la crasse, la pollution ou les expropriations de leurs terres ? Non ! Comme le dit si bien un personnage du roman de Natacha Appanah « il n’y a pas de séance de cinéma ou de match de foot qui pourrait égaler le fait de posséder quelque chose, un objet qui ne soit rien qu’à soi » !

            Retenons donc que c’est le droit de posséder quelque chose qui lui est propre que revendique chaque individu, chaque peuple de la terre ! C’est parce que la communauté indienne des Etats-Unis d’Amérique ne voulait pas être privée de son bien et ne pas se retrouver dans le besoin d’être assistée ou de migrer vers d’autres contrées pour quémander la générosité des ONG qu’elle s’est battue avec le soutien des artistes de ce pays. N’attendons donc pas d’aider les expropriés et les immigrés. Empêchons les pays industrialisés de causer des dégâts sur leurs territoires, des dégâts sur leur mode de vie.

            Les ONG, ces Organisations dites non-gouvernementales, sont en réalité des structures créées et financées par les Etats, les multimillionnaires ou milliardaires et les dons des particuliers pour jouer le rôle qui était celui des missionnaires à l'époque de la colonisation des pays tropicaux. Elles accompagnent les prédateurs pour consoler la veuve et l'orphelin et les encourager à se contenter de ce qui leur reste tout en jouant l'espion au service des Etats qui les ont missionnées. Quant aux bénévoles européens, le seul bénéfice de leur engagement avec les ONG, c’est de faire une fois dans leur vie « l’expérience de la misère », c’est-à-dire se frotter aux plus pauvres pour se sentir utiles et savoir que la vie mérite d’être vécue. Quant aux populations africaines et de l'Océan indien prioritairement concernées par les actions des jeunes Européens bénévoles, elles ne cessent de se demander le but que poursuivent ces ONG chez elles.

(1) : Il semble que le nouveau président américain compte relancer le projet de pipe-line.                        

Raphaël ADJOBI

Posté par St_Ralph à 11:11 - Actualités Monde - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 juin 2015

L'Afrique noire et les Libanais

                        L'Afrique noire et les Libanais

10632606_1399582697008305_4753177586268932655_n

            Dans les années 60 et 70 à Abidjan, dans la communauté des Blancs que côtoyaient les Noirs, il y avait un groupe assez singulier qui retenait l'attention de tous : les Libanais et les Syriens. Des Blancs dont les manières étaient moins policées que celles des Français. Gros ou grassouillets pour la plupart et parlant fort comme les Noirs, ils étaient à la fois hautains et méprisants mais prêts à faire la courbette auprès de n'importe quel petit chef de service pour obtenir ce qu'ils voulaient pour la bonne marche de leurs affaires.   

            Vivant généralement loin des Français, ils prospéraient sur le terrain des Ivoiriens, c'est-à-dire dans le commerce populaire : magasins d'étoffes, épiceries, quincailleries... Aussi, leur univers ne se limitait pas, contrairement à celui des Français, aux grandes villes comme Abidjan, Bouaké et Yamoussoukro. Pour les Ivoiriens, c'étaient des Blancs qui n'étaient pas des Blancs ; même s'ils délaissaient parfois les camionnettes et roulaient dans de belles voitures comme les autres Blancs. Et dans ce domaine particulier, ils se distinguaient par leur goût pour les Honda et les Toyota alors que les Français roulaient en Renault et Peugeot.

            Force est de constater que les Ivoiriens ne se trompaient pas : les Libanais et les Syriens ne sont pas des Européens mais des Orientaux, des Arabes. Chrétiens ou musulmans, ce sont des peuples aux mœurs très éloignées de celles des Européens, s'agissant surtout de la manière dont ils considèrent la femme. Alors qu'en Europe et en Afrique des combats sont menés pour hisser celle-ci sur le même piédestal que l'homme sur le plan des droits civiques et de la considération publique, ces peuples véhiculent encore des habitudes d'un autre âge dans un monde hyper modernisé. Ces dernières années, l'indignation provoquée par le comportement des Libanais à l'égard des femmes noires a atteint un degré qui mérite qu'on s'y arrête. 

                           Derrière les murs des maisons libanaises,

                            la maltraitance des domestiques noires 

            Depuis que la communauté libanaise a commencé à s'étoffer dans leur pays, la manière particulière de gérer son personnel féminin n'a cessé d'intriguer les Ivoiriens. S'il n'était pas rare de voir les jeunes femmes noires promener des bébés libanais, il était presqu'impossible de les voir seules en ville ou chez elles. En d'autres termes, travailler chez un Libanais veut dire être à sa disposition dès les premières heures du jour jusque tard dans la nuit. Ces jeunes femmes n'ont donc jamais la possibilité de mener une vie familiale loin des murs du foyer libanais. Il faut accompagner le maître et la maîtresse dans tous leurs déplacements pour s'occuper de leur progéniture. Il faut les suivre à la plage et parfois même faire le voyage avec eux au Liban. Ce qui laisse imaginer la vie de prisonnières qu'elles doivent mener loin de leur pays d'origine.

            Cependant, c'est depuis ces deux ou trois dernières années que, grâce aux réseaux sociaux, les yeux des Ivoiriens comme ceux de tous les Noirs d'Afrique ont commencé à pénétrer dans ces foyers libanais où évoluent quotidiennement les jeunes femmes noires qui leur servent de domestiques. C'est donc depuis peu que les Libanais suscitent l'indignation générale chez les Africains parce que le phénomène d'emprisonnement et de maltraitance qu'ils infligent aux femmes noires n'est plus un secret pour personne. Cette indignation est d'autant plus grande que les auteurs de ces violences jouissent d'une totale impunité dans leur pays et ne suscitent aucune réaction officielle dans les états africains. 

            En effet, les témoignages et les images de violence à l'encontre des femmes noires qui circulent sur les réseaux sociaux sont indignes d'un peuple quelque peu civilisé avec un gouvernement et des tribunaux comme le Liban. Comment peut-on accepter qu'un homme frappe une femme et la dénude publiquement sans soulever l'indignation dans son pays ? Comment des êtres humains peuvent-ils enchaîner une femme, la dénuder et s'amuser à lui brûler le sexe avec un briquet sans provoquer une condamnation officielle ? Comment accepter qu'un homme vive impuni après avoir jeté une jeune femme par la fenêtre du troisième ou quatrième étage d'un immeuble ? Comment peut-on supporter que des hommes maltraitent des femmes au point de les rendre folles au sens propre ? Comment peut-on accepter qu’une fois cet objectif atteint ils les renvoient vivre errantes et dénudées dans leur pays d’origine ?

            Tous ceux qui ont vu ces images ont crié « trop, c'est trop ! » Il est donc temps qu'une action énergique soit menée ; une action retentissante qui interpelle ce peuple aux mœurs singulières se situant à la marge de l'humanité. A force de vivre dans un pays qui n'a jamais connu autre chose que la guerre, les Libanais auraient-ils tous perdu la raison ? Non, il ne faut pas leur chercher des excuses. Il est temps que les Africains s'organisent pour mener partout dans leurs pays des actions en réponse à ces personnes odieuses qui bafouent allègrement la dignité des femmes noires. Il est temps qu'ils exigent de leurs gouvernants des actions diplomatiques auprès des autorités libanaises – s’il en existe dans un pays constamment en ruine – pour que soient sanctionnées ces pratiques barbares et pour qu'elles cessent définitivement. S'il faut menacer leurs intérêts partout en Afrique pour les obliger à retrouver une conduite plus humaine, les Noirs ne doivent pas hésiter à le faire. 

           ° Image illustrative : lynchage d'une jeune femme en Inde 

Raphaël ADJOBI   

Posté par St_Ralph à 21:23 - Actualités Monde - Commentaires [10] - Permalien [#]

11 avril 2013

Ils ont tenu à rester assis pour que nous puissions nous lever

                    Ils ont tenu à rester assis

            pour que nous puissions nous lever

Souvenons-nous : le 11 avril 2011, à coups de canons, la France a réussi à extirpé du palais présidentiel ivoirien Laurent Gbagbo qui refusait de céder le siège sur lequel le Conseil Constitutionnel de son pays l'avait installé. Le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes venait d'être bafoué par un pays occidental dit amoureux de ce droit.

            N'oublions donc pas que, comme Rosa Parks en 1955 aux Etats-Unis, Laurent Gbagbo est resté assis afin que nous puissions nous lever pour gagner le combat des indépendances africaines. Le samedi 13 avril, participez à la marche internationale de soutien à Laurent Gbagbo à partir de 12 h, de la Place de Clichy à la Place de Stalingrad.            

  Lire l'article sur Les pages politiques de raphaël

Les photos et le texte de la marche  du 13 avril

Ils ont tenu à

        

 

 

Posté par St_Ralph à 21:34 - Actualités Monde - Commentaires [4] - Permalien [#]

17 décembre 2012

Les tueries par arme à feu : l'Amérique récolte ce qu'elle a semé

                           Les tueries par arme à feu :                        

                  L'Amérique récolte ce qu'elle a semé 

numérisation0002

            « De 7 à 17 ans, les fusils Daisy feront de vos Noëls des moments inoubliables », clame une publicité américaine pas très ancienne. Mais, en cette année 2012, il est certain que la dinde de Noël aura un goût de chair humaine dans de nombreuses demeures du pays de l'oncle Sam.           

            « L'Amérique pleure ses enfants et se demande "pourquoi ?" » C'est ce que l'on lit et entend çà et là. L'Amérique chercherait-elle vraiment à comprendre ce qui lui arrive ? Absolument pas. On ne peut nullement croire à ces interrogations de circonstance. 

            En juillet dernier, après la fusillade qui a suivi la première du film Batman à Aurora, dans une banlieue de Denver, et qui a fait 12 morts et 58 blessés, nous avons eu droit aux mêmes questions et aux mêmes lamentations. Cette fois, à une semaine de Noël, ce sont 20 enfants et 6 adultes qui sont les victimes d'un jeune de 20 ans, à Newtown, dans le Connecticut au nord de New York. Mais quand tout le monde aura essuyé ses larmes, chaque Américain défendra avec force et vigueur la liberté de se protéger des autres citoyens. Et cette liberté passe par le droit de disposer d'une arme à feu ! C'est un droit auquel de nombreux Américains tiennent comme à la prunelle de leurs yeux. 

            Ce qui arrive à l'Amérique aujourd'hui n'est rien d'autre que la conséquence de la construction d'une très vieille tradition, d'une très vieille culture. Pour bien la comprendre, il faut aller au-delà des lobbies des armes qui n'ont fait que tirer profit d'une volonté politique longtemps considérée comme le moteur de la construction d'une Amérique blanche et forte. Il faut remonter à la conquête des terres de cette partie du monde contre les Indiens, puis passer par la traite négrière et enfin par la ségrégation raciale pour en saisir les racines profondes. Oui, c'est dans la volonté de construire une nation blanche et puissante contre les Indiens puis contre les Noirs qu'est née la culture des armes. Avant que chaque Américain ne puisse jouir de ce droit, il était exclusivement réservé aux seuls Blancs. 

numérisation0004

            Il fallait chasser le sauvage indien, le tirer comme un bison ou le parquer dans des réserves afin de se faire de la place. Une fois ce travail réussi, il fallait prévenir les révoltes des esclaves noirs et se protéger de leurs petits larcins. N'oublions pas non plus la belle époque où on allait à la chasse au nègre après la messe du dimanche ! Pour accomplir tout cela, pour montrer la domination d'une race blanche et forte, sûre d'elle-même, le port d’une arme était évidemment nécessaire. D'où les belles publicités américaines dans lesquelles les armes à feu faisaient partie des cadeaux que l'on offrait à ses chers enfants non seulement pour leur faire plaisir mais encore pour leur apprendre à devenir des Américains forts sachant défendre leurs positions raciale et sociale. Tout un programme d'éducation ! 

            Malheureusement, l'être humain à la mémoire courte. Quel journal de notoriété nationale ou internationale oserait porter cette explication sur la place publique maintenant que posséder une arme n'est plus réservé aux seuls Blancs ? On se contente de poser des questions et d'étaler sa grande affliction mais on n'est pas capable de dire la vérité pour ne pas jeter la pierre au passé de toute une nation. Que les Américains se disent qu'ils meurent par les armes parce que leurs ancêtres les ont condamnés à vivre l'arme à la main. Si réellement ils en souffrent, qu'ils aient l'audace d'interdire sa vente au public. Quand des citadins achètent librement des armes, ce n'est point pour chasser le pigeon. 

° Les images sont extraites de l'excellent livre d'Annie Pastor, Les pubs que vous ne verrez plus jamais, édit. Hugo Desinge, sept. 2012. 

Raphaël ADJOBI

Posté par St_Ralph à 20:22 - Actualités Monde - Commentaires [2] - Permalien [#]

26 novembre 2012

Laurent Gbagbo, démocrate avant Fillon et Copé

    Un tract sur la toile pour réhabiliter Laurent Gbagbo

numérisation0007

Posté par St_Ralph à 08:07 - Actualités Monde - Commentaires [2] - Permalien [#]