Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

28 mars 2019

Louer une exposition pour animer sa ville ou son établissement

                                  Louer une exposition

               pour animer sa ville ou son établissement

            L'association La France noire, créée en 2015 pour promouvoir la contribution des Noirs à l'Histoire de France, dispose aujourd'hui d'une belle exposition pédagogique en deux parties pouvant constituer une excellente animation pour les municipalités.

            Pour en savoir davantage, prenez contact avec nous. Prenez aussi le temps de visiter notre site pour juger de la qualité de notre travail. Les deux thématiques qui le composent peuvent être retenues séparément : a) Les résistances africaines à la traite et les luttes des esclaves pour leur liberté dans les Amériques ; b) Les Noirs illustres et leur contribution à l'histoire de France.

Contact : 06.82.22.17.74 / lafrancenoire@orange.fr / www.lafrancenoire.com   

Les sponsors (Extérieur du déplaint)

Affiche 2e Expo modifiée

 

Posté par St_Ralph à 14:23 - Arts, culture et société - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 mars 2019

Femmes noires, osez le chic des cheveux crépus ! (Raphaël ADJOBI)

Femmes noires, osez le chic des cheveux crépus !

Cheveux crépus 7

            Femmes noires, ne craignez pas de vous mettre en valeur ! Pour triompher des pudeurs qui vous assaillent, osez le naturel et accédez au chic, c'est-à-dire «à la distinction élégante des personnes libres, désinvoltes et raffinées» (Michel Pastoureau, L'étoffe du diable, Seuil 1991). Inversez le code social qui constitue à vos yeux un handicap ou une infériorité et faites-en une promotion.

            Ces propos ont peu de chance d'être lus par beaucoup de femmes noires françaises, européennes et africaines qui portent des perruques aux cheveux raides, pour la simple raison que les Noirs qui lisent sont peu nombreux. En France, rares sont ceux qui fréquentent les librairies, les bibliothèques ou achètent des livres une fois qu'ils ont quitté les bancs de l'école. Aussi, femmes et hommes noirs sont inaccessibles aux campagnes de sensibilisation. Ce texte n'est en définitive qu'une "bouteille à la mer" parmi tant d'autres jetées sans jamais avoir rencontré une main pour en faire sienne.  

Cheveux crépus 3

            J'ignore s'il y a des hommes qui apprécient de voir des femmes noires emperruquées, et particulièrement leur compagne. En tout cas, ce déguisement capillaire est affreux parce qu'il produit toujours quelque chose d'étrange sur le visage de celle qui le porte. Si ces femmes attirent souvent le regard, ce n'est point le fait de leur beauté mais celui de leur étrangeté. On se demande toujours ce que peut penser une tête noire cachée sous des cheveux raides qui, de toute évidence, ne lui appartiennent pas. Aucune femme noire portant une perruque avec des cheveux de personnes blanches n'est belle ! Elle est tout simplement étrange, une bizarrerie dans le paysage des êtres naturels.

Cheveux crépus 4

            Dans son livre Elever des enfants noirs ou métis chez les Blancs, Annick DZOKANGA se demande avec raison comment ces femmes emperruquées vivent-elles leur identité noire ? Et elle ajoute : «Quelle portion de dignité, de fierté pourront-elles donner à leurs enfants, quand elles seront, à leur tour, en âge de procréer ? Comment, en tant que mères, seront-elles capables de transmettre le sens de l'amour-propre, du respect de soi à leurs enfants si elles n'ont pas réglé leurs propres complexes ? Pourront-elles coiffer sereinement et avec amour les cheveux crépus de leurs fillettes si elles n'ont pas, elles-mêmes, pacifié leurs relations avec leurs propres cheveux ?»

Cheveux crépus 6

            C'est à vous, "beautés emperruquées", que la question est posée : où en êtes-vous avec votre identité noire ? D'autre part, en matière de beauté capillaire, l'inspiration, l'inventivité et la créativité ne seraient-elles pas noires ? Les images qui accompagnent ce texte suffisent pour démontrer que si.

Cheveux crépus 5

Raphaël ADJOBI

Posté par St_Ralph à 10:32 - Arts, culture et société - Commentaires [3] - Permalien [#]

25 février 2019

La France noire, une association pour apprendre le passé des Français noirs (un entretien réalisé par Liss KIHINDOU)

                                    La France noire

  une association pour apprendre le passé des Français noirs

        (Un entretien réalisé par Liss KIHINDOU pour AMINA) 

 

La France noire dans AMINA

 

Comment est née l’idée de cette association ?

L'idée est partie d'un travail avec une classe de 5è en 2012. Suite à la lecture de Cannibale, le désormais célèbre roman de Didier Daeninckx, j'avais réalisé avec mes élèves une exposition sur «Les expositions coloniales» en y intégrant quelques figures noires françaises célèbres. Face au franc succès de ce travail présenté lors des portes ouvertes de l'établissement, je me suis dit que l'expérience méritait d'être poursuivie.

Qu’entendez-vous par « La France noire » ?

Le nom de l'association est choisi en réponse à toutes celles et tous ceux qui pensent que la France est blanche et catholique. Non, la France n'est pas blanche ! Elle ne l'est pas, de manière officielle, depuis 1848, date de l'abolition de l'esclavage. La France a aussi participé à la colonisation de l'Afrique et a fait des Noirs ses sujets jusqu'au début des années 1960. Les nouvelles générations doivent absolument savoir ces vérités. Quant aux adultes qui ne sont pas habitués à associer le nom France au mot «noir», nous leur offrons l'occasion de prendre une nouvelle habitude conforme à la réalité. Précision non négligeable : nous avons l'agrément académique - donc l'autorisation de l'Education nationale - pour faire ce travail.

Votre action est-elle bien accueillie ? Quels sont vos partenaires ?

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, militer pour l'enseignement d'une histoire qui ressemble à la réalité de la diversité de la population française est très bien accueilli dans les établissements scolaires. L'Education nationale prône l'enseignement de la citoyenneté. Cela nous encourage à nous appuyer sur la vérité scientifique pour amener les jeunes à changer leur regard sur eux-mêmes et sur les autres, à entendre un discours différent de ceux qui se veulent officiels. Pour consolider nos bases dans le paysage national, nous avons établi un partenariat avec la mairie de Joigny (89 Yonne) pour commémorer chaque 10 mai l'abolition de l'esclavage. Par ailleurs, nous avons le soutien du Conseil départemental et du crédit Mutuel. Mais nous ne pourrons rayonner qu'en établissant des partenariats avec d'autres associations comme Afrique sur Loire, par exemple.

Vous avez réalisé des expositions remarquables, que vous proposez aux établissements scolaires. Ceux-ci vous ouvrent-ils facilement les portes ? Quelle est la réaction des élèves ?

Nos expositions ainsi que les discours qui les accompagnent sont très appréciés des élèves et des enseignants. C'est très réjouissant. Par exemple, les élèves comprennent très vite la logique de l'esclavage des Noirs dans les Amériques qui consiste à terroriser par la violence des êtres habitués à la liberté. J'aime leurs applaudissements à la fin de mes interventions... Malheureusement, les établissements scolaires ne s'ouvrent pas aussi aisément aux intervenants extérieurs. Dans le système administratif de l'Education nationale, il n'est pas évident de savoir à quelle porte frapper. A vrai dire, il faut surtout compter avec la sensibilité de la personne qui recevra l'information concernant nos expositions. Il convient aussi de retenir que dans cet univers, le bouche-à-oreille fonctionne mieux que le courrier postal ou électronique.

Vous avez à ce jour noué plusieurs contacts, notamment avec des ambassades africaines, sont-elles toutes prêtes à vous accompagner ?

D'une façon générale, les ambassades africaines refusent d'aider les associations françaises. Est-ce une question de devoir de réserve ? En tout cas, les courriers que nous avons reçus disent qu'elles ne disposent pas de budget pour aider les associations. Seuls des hommes sensibles à l'idéal de fraternité que nous prônons à travers nos expositions acceptent de nous recevoir et nous aider. C'est ce qu'ont fait les ambassadeurs du Togo et de la Guinée, chacun à sa manière.

Quelle est votre plus grande fierté et quel est votre plus grand regret, depuis que vous avez commencé cette aventure ?

C'est chaque fois une grande fierté pour moi d'entendre les élèves me poser cette question : «pourquoi ne nous enseigne-t-on pas tout ce que vous nous dites ?» C'est la preuve qu'ils ont compris que les manuels scolaires n'ont pas toujours raison. Il est important d'apprendre à douter afin de sortir de l'ombre pour aller vers la lumière. Par ailleurs, avoir exposé à l'ambassade du Togo, sans avoir aucun lien avec ce pays, a été pour moi une belle conquête. Je n'oublierai jamais cette main tendue de Son Excellence M. Calixte Madjoulba qui nous a permis de rebondir alors que les demandes d'intervention étaient rares au premier semestre 2018. Un regret - qui ne doit pas en être un puisque le fait ne dépendait pas de nous - c'est de ne pas avoir pu exposer à l'Unesco, à Paris, alors que nous étions programmés pour le 19 novembre 2018 et que l'historien Pascal Blanchard avait accepté d'être le parrain de notre association pour plaider sa cause auprès des ambassadeurs africains. Mais nous n'avons pas renoncé à ce projet.

Posté par St_Ralph à 17:04 - Arts, culture et société - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 janvier 2019

Le chemin parcouru par l'association La France noire (Raphaël ADJOBI)

 Le chemin parcouru par l'association La France noire  

Logo final

En une année scolaire et demie, c'est-à-dire entre septembre 2017 et la fin du mois de janvier 2019, l'association La France noire est intervenue devant plus de deux mille élèves - collégiens et lycées confondus. Depuis la rentrée scolaire 2018-2019, l'association a été sollicitée par 9 établissements, pour un travail interne ou pour participer à des journées ou semaines mises à part dans le cadre du parcours citoyen de l'élève. Nous ne pouvons que dire bravo et merci à tous les membres qui ont eu foi en ce beau projet : faire connaître la contribution des Noirs à l'Histoire de France aux jeunes générations. 

D'une façon générale, les Noirs refusent que l'on limite leur histoire avec la France à l'esclavage. Ils n'ont pas tort. Mais, de toute évidence, l'Education nationale fait ce qu'elle veut ! Et comme les Noirs ne font rien pour que les choses changent, l'Education nationale continue à enseigner l'histoire de l'esclavage outre-Atlantique comme on l'enseignait déjà au début du XXe siècle ; c'est-à-dire avec les idées et les images de propagande des esclavagistes. En un mot, les concepteurs des manuels scolaires sont restés imperméables aux nouvelles recherches qui leur permettraient de nuancer leur discours et leur regard sur ce pan de notre histoire commune.

Devant cette désagréable réalité imposée à tous, l'association La France noire a pris la ferme résolution d'apporter aux collégiens et aux lycéens les connaissances nouvelles que nous donnent les recherches actuelles pour leur permettre de dépasser un enseignement qui rappelle une autre époque. Quant à notre deuxième exposition intitulée "Les Noirs illustres et leur contribution à l'Histoire de France", elle montre aux jeunes : 1) les personnalités noires qui ont lutté pour les deux abolitions de l'esclavage en France ou qui ont marqué à leur manière le XVIIIe et le XIXe siècles, 2) les personnalités noires qui se sont illustrées lors des deux guerres mondiales, et plus largement le poids des colonies dans l'Histoire de la France. 

Critiquer, pester, s'indigner sans rien faire, c'est se montrer complice du crime. L'association La France noire  - constituée de Français noirs et blancs - est convaincue que si nous ne racontons pas notre histoire de façon juste aux jeunes générations, d'autres la raconteront à notre place mais selon leur vision des choses. Les jeunes sont très francs : "ce sont les Noirs qui devraient enseigner l'histoire de l'esclavage !" Voilà ce qu'ils disent, légitimant ainsi l'action de La France noire dans les établissements scolaires.

ARTICLE de l'Yonne Républicaine du 16 janvier 2019 (cliquez sur l'article) 

L'yonne Républicaine du 16 janvier 2019

ARICLE de l'Yonne Républicaine du 30 janvier 2019 (cliquez sur l'article)

La France noire à Avallon

Posté par St_Ralph à 15:15 - Arts, culture et société - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 novembre 2018

Kiffe ta race (Rokhaya Diallo et Grace Ly)

          kiffe ta race de Rokhaya Diallo et Grace Ly

Kiffe ta race

            Des entretiens qui nous permettent d'accéder à des paroles rafraîchissantes sur les minorités françaises ; voilà l'univers que nous proposent Rokhaya Diallo et Grace Ly. L'une Noire et l'autre Jaune ; elles sont schématisées dans leur quotidien et ont eu la belle idée de laisser exprimer les paroles et les sentiments des minorités dans une France où tout le monde est jugé à l'aune de la majorité blanche.

            Les entretiens que ces deux jeunes dames proposent sur leur site Kiffe ta race sont tout à fait éblouissants de vérités et de justesse dans les analyses. Ce qui suppose des choix judicieux quant à leurs invitées. Elles méritent d'être suivies avec attention. 

Raphaël ADJOBI

 

Posté par St_Ralph à 16:03 - Arts, culture et société - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juin 2018

Des poupées noires pour former des criminels blancs (Raphaël ADJOBI)

      Des poupées noires pour former des criminels blancs

20180505_150425

            Tous les enfants du monde ont joué et joueront à la poupée. En d'autres termes, jouer à la poupée fait partie de toutes les cultures humaines. Mais savez-vous que les enfants noirs nés dans les Amériques entre le XVIe et le milieu du XIXe siècles n'ont jamais connu ces moments de tendre complicité avec cet objet que l'on humanise au gré de son imagination ?

            En effet, l'une des spécificités de l'esclavage des Noirs dans les Amériques est l'absence de cellule familiale sur une longue durée. C'est vrai, il n'y a jamais eu sur ce continent de groupe d'esclaves noirs constitué d'un père, d'une mère, avec des enfants grandissant sous un même toit et bénéficiant d'une transmission de connaissances et de savoir-faire jusqu'à l'âge adulte ! Durant trois siècles et demi, cette cellule humaine ordinaire appelée famille était inconnue des esclaves noirs des Amériques. Seuls les marrons qui avaient fui cette condition ont pu jouir d'une vie de famille devenue un privilège aux yeux des colons européens sous le ciel des Amériques.

            On ne s'étonnera donc pas d'apprendre que c'est seulement au milieu du XIXe siècle - vers 1848 - que sont apparues les premières poupées noires. Et elles ne seront fabriquées en série qu'à la fin des années 1960. Cette apparition tardive de la poupée dans les bras des enfants noirs confirme donc de manière explicite et historique - il faut le répéter - le fait que la famille noire était niée, que les mères étaient très tôt séparées de leurs enfants vendus, alors qu'elles subissaient les violences sexuelles des maîtres ou des contremaîtres blancs en même temps qu'elles élevaient les enfants des premiers.

            Or, nous savons tous que d'une façon générale les jouets sont révélateurs des cultures où ils naissent et sont utilisés, et la poupée révélatrice de ce que ces cultures donnent à voir à leurs enfants. Parce qu'elle est le jouet anthropomorphique (apparence de l'humain) par excellence, nous avons tout lieu de croire avec la critique et journaliste américaine Margo Jefferson qu'il convient de se demander «avec qui jouons-nous lorsque nous jouons, vivons avec une poupée d'une autre race ?» (Black Dolls, brochure de l'exposition de la collection de poupées noires de Deborah Neff - 23 février au 20 mai 2018 à La maison rouge, Paris). 

            Sachant qu'une poupée est un objet «transitionnel» (Donald Winnicott, psychanalyste britannique - 1896/1971), c'est-à-dire qui n'existe pas en tant que tel mais bien pour ce que l'enfant lui fait (câlins, brimades, mutilation), on peut aisément mesurer l'importance de créer et porter des poupées à son image. Ainsi, on a pu expérimenter (Kenneth et Mamie Clark en 1940 ; expérience renouvelée en 2005) que les enfants noirs qui jouent à câliner des poupées blanches estiment sans aucune hésitation qu'une peau blanche est plus belle qu'une peau noire. C'est dire que par la poupée blanche, inconsciemment, les enfants noirs ont appris à ne pas aimer leur couleur de peau et par voie de conséquence à se détester.

45555073

 

            Dans une société qui valoriserait le Noir, avec des enfants blancs habitués à jouer avec des poupées noires et mis dans la même situation on aboutirait au même résultat. Mais les Blancs vont procéder autrement. Dans cette Amérique où le racisme et la ségrégation ont été longtemps érigés en principe social, au XIXe et au XXe siècles, les Blancs avaient coutume d'offrir à leurs enfants des poupées noires afin qu'ils apprennent à «les mutiler, les égorger, les couper entre les jambes, et aller jusqu'à les pendre ou les brûler» (Britt Bennett, Je ne sais pas quoi faire des gentils Blancs, éd. Autrement, 2018). Comme le disait si bien Bernstein, «l'amour et la violence n'étaient pas antinomiques, mais fréquemment interdépendants» (cité par Brit Bennett, idem). Cette pratique était même très vite devenue une mode et s'était diversifiée à travers tout le territoire américain : des poupées noires à abattre avec des balles de base-ball dans les foires, des effigies de bébés noirs servant d'appâts aux alligators, des publicités vantant les «poupées de chiffon Nigger» qui supportent bien la maltraitance.... Oui, il y a de la créativité dans la cruauté raciste !  

            Il est donc clair que de même qu'à l'époque de l'esclavage les Blancs dressaient des chiens spécialement pour s'attaquer aux Noirs et les mettre à mort, de même au XIXe et au XXe siècles ils apprenaient à leurs enfants à mépriser les corps noirs afin de passer plus aisément à leur mutilation ou leur mise à mort. Raison pour laquelle n'importe quel Blanc qui tue un Noir dit toujours : « je croyais bien faire ».

Escl

            Quand de génération en génération on a été éduqué dans la haine du Noir, quand de génération en génération on a été éduqué à participer gaiement à des parties de chasse au nègre le dimanche après la messe, quand depuis l'enfance on a été éduqué à assister à des flagellations et à des pendaisons, quand on a appris à mutiler, égorger et pendre des poupées noires, à l'heure de la démocratie que fait-on de tout ce bagage culturel que l'on aimerait voir se perpétuer ? Eh bien, on s'engage dans la police pour accomplir légalement ce qui est interdit aux citoyens ordinaires. On comprend donc aisément que les partisans du Ku Klux Klan n'arborent plus des cagoules blanches coniques mais plutôt l'uniforme de la police pour poursuivre en toute impunité leur volonté d'éradiquer les Noirs du sol américain.

Raphaël ADJOBI

Posté par St_Ralph à 21:50 - Arts, culture et société - Commentaires [2] - Permalien [#]

26 janvier 2018

Ouvrir la voix (Amandine Gay) et l'association La France noire

                                          Ouvrir la voix

                                           (Amandine Gay)

images Ouvrir la voix

Le cinéma Agnès Varda de Joigny nous a permis de voir, le dimanche 21 janvier, "Ouvrir la voix", le documentaire de Amandine Gay sur le vécu quotidien des françaises noires dans une France dont la norme est la couleur blanche.

            Ce documentaire qui donne la parole aux femmes françaises et belges nous permet de découvrir les multiples facettes du racisme qui jalonnent leur vie. Des mots de rejet des camarades de la maternelle qui vous marquent pour la vie, à ceux plus sournois qui vous ferment les portes de certains circuits professionnels, en passant par les mots qui animalisent et chosifient, ce film-documentaire est un vrai miroir tendu à la majorité blanche de notre pays. Trop souvent, nous vivons avec des personnes qui ignorent totalement que leurs gestes, leurs mots, les normes qu'ils affectionnent et défendent sont pour ces femmes noires de vraies meurtrissures. A leurs yeux, une femme noire n'a rien à voir avec une femme blanche ! Leurs mots le montrent, le prouvent.

Amandine Gay - Docum

            Ce film-documentaire mérite d'être accompagné d'un débat à chaque projection ! Il est tout à fait frustrant de rentrer chez soi après l'avoir vu sans avoir échangé avec quelqu'un, sans savoir comment il a été reçu par nos compatriotes blancs.

            Retenons tout simplement que de la même façon que l'on n'en faisait pas assez pour les handicapés ou pour ceux qui ont une orientation sexuelle différente, de même il n'y a pas assez d'éducation pour enrailler le racisme. Le sage dit que la nature a créé des différences mais que c'est la société qui en fait des inégalités. Il convient donc d'apprendre à mieux connaître l'autre pour respecter sa différence.

            L'association La France noire envisage une projection-débat de ce film documentaire à Joigny dans le courant de cette année 2018 avec la participation des lycéens.    

Raphaël ADJOBI 

Posté par St_Ralph à 12:38 - Arts, culture et société - Commentaires [4] - Permalien [#]

04 décembre 2017

Le général Alexandre Dumas effacé de LA REVOLTE DU CAIRE, le célèbre tableau de Girodet

                            Le général Alexande Dumas 

                       effacé de LA REVOLTE DU CAIRE

                  le célèbre tableau de Girodet

166453 Girodet - Révolte du Caire

            L’été 1798, quand L’armée d’Orient dirigée par Napoléon - avec le général Alexandre Dumas qu'il avait nommé à la tête de la cavalerie - atteignit le Caire et mit en déroute les Mamelouks – ces anciens esclaves recrutés en Asie centrale qui dirigeaient depuis si longtemps l’Egypte – elle ne fut pas accueillie en libérateur. « Partout, au contraire, (elle) se heurta à la résistances des populations ».

            Malgré la politique de séduction mise en œuvre par les Français, quelques semaines plus tard, la révolte éclata. Du 21 au 23 octobre, « Le Caire fut mis à feu et à sang ». Les principaux groupes de rebelles s’étaient refugiés dans la mosquée Al-Azhar, dont ils avaient fait leur quartier général. C’est alors que le général Dumas « déboula à cheval dans la mosquée, dispersant les insurgés qui, croyant reconnaître dans le cavalier l’Ange exterminateur du Coran, s’égaillèrent en criant l’ange ! l’ange ! » (Récit d’Antoine-Vincent Arnault, 1766 – 1834 , repris par Tom Reiss dans Dumas, le comte noir, p. 291 éd. Flammarion, 2013).

            Selon Antoine-Vincent Arnault - qui a été le premier à rapporter ce récit dès le début du XIXe siècle - après cet exploit et une fois l’ordre rétabli, Dumas fut chaleureusement accueilli par Bonaparte. Le père des Trois mousquetaires, le fils du général, reprendra son récit dans ses mémoires avant Tom Reiss en 2012 (traduction française en 2013) :  

« Bonjour, Hercule ! lui dit-il ; c’est toi qui as terrassé l’hydre. Et lui tendit la main.

-Messieurs, continua-t-il en se retournant vers ceux qui l’entouraient, je ferai faire un tableau de la prise de la grande mosquée. Dumas, vous avez déjà posé pour la figure principale ».

            « Néanmoins, poursuit Tom Reiss, onze ans plus tard, lorsque Napoléon commanda au peintre Girodet sa fameuse Révolte du Caire qui dépeignait la mêlée épique à l’intérieur de la mosquée, la figure principale du général Dumas avait été effacée au profit d’un hussard blond aux yeux bleus s’élançant, sabre au clair, sur l’ennemi, dans une parodie de la bravoure héroïque de Dumas. Dans un autre tableau, le cavalier qui entre dans la mosquée n’est autre que Bonaparte lui-même ».

            Aujourd'hui, on évite de trop mettre en évidence cette deuxième version de La Révolte du Caire dont parle Tom Reiss ; sans doute parce que trop, c'est trop !

            L'été suivant la révolte du Caire, Bonaparte quitta discrètement la ville et s'embarqua de nuit pour la France avec quelques fidèles qu'il avait mis dans la confidence. Lorsqu'il reçut les instructions de Bonaparte par courrier, Kléber entra dans une violente colère et tonna : « Ce b...-là nous a laissé ici ses culottes pleines de... Nous allons retourner en Europe et la lui appliquer sur la figure !  » Malheureusement Kléber fut poignardé quelques mois plus tard dans une rue du Caire par un étudiant syrien (Dumas, le comte noir, p.291-292).

                        Napoléon, un usurpateur avant l'heure

            Déjà, en Italie - avant l'arrivée de l'armée d'Orient en Afrique - les prouesses d'Alexandre Dumas lors de la bataille de Mantoue furent minimisées dans le rapport officiel rédigé par l'aide de camp de Bonaparte pour que toute la gloire revienne à ce dernier. Selon Tom Reiss, "c'était Alexandre Dumas, à la tête de sa modeste force" qui a contraint les Autrichiens à hisser le drapeau blanc de la reddition sur leur principale place en Italie. Pourtant, A Paris, suite à ce rapport, «la bataille de Rivoli qui n'avait eu d'autre objectif que d'empêcher les renforts Autrichiens de sauver leur armée enfermée dans Mantoue», fut célébrée comme la plus grande victoire de la campagne d'Italie. Mantoue, la place forte prise par Dumas est oubliée, Rivoli, la voie qui y mène coupée par Bonaparte est fêtée ! 

            Quand il apprit dans le rapport du général Berthier que son rôle s'était borné à être «en observation», Dumas « prit aussitôt sa plume et adressa à Bonaparte une missive d'une telle insolence qu'elle sera plus tard citée en exemple dans tous les récits historiques à son sujet pour illustrer son légendaire caractère » :

                                                               18 janvier 1797

GENERAL

J'apprends que le jean-foutre chargé de vous faire un rapport sur la bataille du 27 m'a porté comme étant resté en observation pendant cette bataille.

            Je ne lui souhaite pas de pareilles observations, attendu qu'il ferait caca dans sa culotte.

            Salut et fraternité.              

GENERAL-DUMAS - 2

            Vingt-cinq membres du « 20e régiment de dragons, 1ere division du blocus de Mantoue » signèrent une lettre qu'ils adressèrent à Bonaparte dans laquelle ils soulignaient la bravoure et le grand sens de l'honneur de celui qui les avait dirigés dans les combats.

            «Quand Bonaparte envoya son rapport de janvier au Directoire - conclut Tom Reiss - il loua les mérites de tous les officiers qui avaient participé à la conclusion du siège de Mantoue. Pas une fois il ne cita le nom du général Dumas». Sans doute, cet homme était déjà trop célèbre en Europe, à son goût ; cet homme qui est entré dans les livres d'histoire étrangers depuis sa prise spectaculaire du Mont-Cénis ; cet homme que lui-même, Bonaparte, avait comparé à un valeureux général de l'empire romain ! Ce colosse de près de deux mètres que les Egyptiens croyaient être le chef de l'expédition - tant il les impressionnait - lui état insupportable depuis longtemps. Le premier jour de l'attaque des Mamelouks, «l'apparition de Dumas avait fait forte impression sur les Egyptiens. Que faisait ce géant noir en uniforme à la tête d'une armée de Blancs ? Leur saisissement n'avait pas échappé à Bonaparte qui, quelques jours plus tard, sut en tirer le meilleur parti». C'est en effet Dumas que Bonaparte chargea d'aller racheter les Français faits prisonniers :«Je tiens à ce que vous soyez le premier général qu'ils voient. Le premier à qui ils aient affaire» (J. Christopher Herold, cité par Tom Reiss dans Dumas, le comte noir, p. 263).

     Voici ce qu'écrivit dans ses mémoires René-Nicolas Desgrenettes, le médecin-chef de l'expédition en Egypte : «Les hommes de toutes les classes qui, parmi les musulmans, purent apercevoir le général Bonaparte, furent frappés de sa petite taille et de sa maigreur [...]. Celui de nos généraux dont l'extérieur les frappa fut celui du général en chef de la cavalerie, Dumas. Homme de couleur, et ressemblant par ses formes à un centaure, quand ils le virent franchir à cheval les tranchées pour aller racheter des prisonniers, ils croyaient tous qu'il était le chef de l'expédition» (Cité par Tom Reiss, p.263).

 Terminons en paraphrasant John Edgar Wideman (Ecrire pour sauver une vie, Le dossier Louis Till, p. 35) : les vérités et les mensonges se valent aux yeux du pouvoir et de ses historiens jusqu'à ce qu'ils choissisent ce qui peut servir leurs exigences, leur image à présenter à la postérité.    

Raphaël ADJOBI

Posté par St_Ralph à 12:05 - Arts, culture et société - Commentaires [2] - Permalien [#]

09 octobre 2017

Gauguin, Marie-Antoinette et le chevalier de Saint-George

Gauguin, Marie-Antoinette et le chevalier de Saint-George

Gauguin, le film

            En cette fin d’année 2017, le film d'Edourd Deluc censé retracer la vie de Gauguin retient l'attention pour une raison inattendue. Suite à la brillante intervention télévisée de l'historien Pascal Blanchard accusant le réalisateur de falsifier la réalité pour ce qui se rapporte à la sexualité de l’artiste en Polynésie, la France entière est plongée dans le doute quant à la manière dont les informations venant des anciennes colonies sont présentées en métropole. « Gauguin, Voyage de Tahiti » qualifié de film d’amour par les critiques pour faire rêver les Français n’a pas eu le courage de se confronter à la vérité historique en donnant à la compagne de l’artiste les traits de la fillette de 13 ans qui a partagé sa vie dans cette île du bout du monde. Le réalisateur a choisi pour Gauguin une compagne de 18 ans ou plus. Or, dans la conscience collective française, avoir des relations sexuelles avec une jeune fille de 13 ans n’a pas le même sens qu’avec une jeune de 18 ans. Par ce subterfuge du réalisateur, le crime de Gauguin est pardonné parce qu’il a été commis dans les colonies et aussi parce que sa réputation de grand artiste en fait une peccadille qui ne mérite pas d’être mentionnée dans un projet aussi grandiose qu’une œuvre cinématographique retraçant la partie la plus précieuse de sa vie.

Marie-Antoinette

            Les petits arrangements dans le cinéma français blanc qui ne dédaigne pas « le politiquement correct » n’échappent pas à tout le monde. Au moment de produire « Marie-Antoinette » en 2006, l’Américaine Sophia Coppola à tenu à ne pas se fier aux récits français qui ont tendance à faire de l’histoire une science figée avec des règles au point de rendre les personnages du passé aussi mécaniques que des automates. Non seulement elle s’est fiée à ses sentiments personnels pour humaniser le personnage de Marie-Antoinette avec des regards malicieux, des rires et des pleurs qui font tout le charme du film, mais encore elle n’a pas négligé certains faits que tous les films historiques français sur le XVIIIe siècle ont tenu à cacher.

Saint-Georges_Le_Chevalier_de

            En effet, un élément qui s’écarte totalement des productions cinématographiques françaises touchant cette époque, c’est la présence  de Noirs à Versailles dans le film de Sophia Coppola. Alors que le cinéma français nie l’existence d’une aristocratie noire à Paris au XVIIIe siècle, à deux reprises, le film de la réalisatrice américaine montre deux aristocrates noirs à Versailles, rendant anecdotique le page noir de Mme du Barry, la favorite de Louis XV. Oui, pour la première fois au cinéma, on montrait Marie-Antoinette à côté d’un Noir au clavecin. Et ce Noir n’était pas une invention de la réalisatrice américaine. Ce Noir était le Chevalier de Saint-George , ami et maître de musique de la jeune autrichienne devenue reine de France quand Louis-Auguste est devenu Louis XVI.

            Aux sentiments personnels des Français qui les poussent à retenir tel fait plutôt que tel autre pour construire leur récit historique, Sophia Coppola a préféré les siens qui donnent une vision du passé de la France non vicié par la préservation de son honneur qui semble être le souci majeur de nos institutions. De même, Pascal Blanchard n’a pas voulu que l’on propose à la jeunesse d’aujourd’hui, et à la postérité, l’histoire de la vie d’un artiste qui ne tient pas compte de la réalité des faits. Comme La Fontaine, ils semblent dire aux trompeurs : « Attendez-vous à la pareille ! »

Raphaël ADJOBI

Posté par St_Ralph à 19:13 - Arts, culture et société - Commentaires [4] - Permalien [#]

20 juin 2017

Le noir nous va si bien, petit récit des Français noirs et le cinéma français blanc (Louis Guichard et Guillemette odicino)

                         Le noir nous va si bien

    Petit récit des Français noirs et le cinéma français blanc           

                      (par Louis Guichard et Guillemette Odicino)

Aïssa Maïga

Je vous propose ici un bel article de Télérama (n° 3514 du 20 au 26 mai 2017) sur les comédiens français noirs ou Africains-Français. Les auteurs attirent tout de suite l’attention sur le fait que « de Firmine Richard à Aïssa Maïga, d’Alex Descas à Omar Sy, les acteurs de couleurs connus sont rares. Les autres ? Cantonnés aux rôles de faire-valoir des Blancs… Mais les scénarios qu’on leur propose évoluent. » Alors la question qu’ils posent est la suivante : « Un cinéma post-racial va-t-il advenir ? » En tout cas, au regard d’un courrier, évoquant l’expérience anglaise, reçu par le journal à la suite de l’article, ce n’est pas demain la veille.

« Omar, si, mais les autres, non ! » Telle est la blague inusable qui circule parmi les acteurs noirs à propos du manque de travail, c’est-à-dire de rôles au cinéma. Omar Sy, 39 ans, personnalité préférée des Français… Depuis le triomphe historique, en 2011, d’Intouchables, d’Eric Toledano et Olivier Nakache (plus de dix-neuf millions de rentrées en France), tous les films montés sous sur son nom attirent les foules. Avant lui, aucun comédien noir n’avait connu chez nous un succès aussi massif et durable. Mais où sont les autres Français de couleur sur les écrans ? Omar Sy est-il devenu l’alibi d’une tenace fermeture à l’autre, d’un deni de diversité, ou son rayonnement signifie que les temps ont changé ?

Firmine Richard

            Sur ce sujet, Firmine Richard, née en Guadeloupe il y a soixante-neuf ans, s’emporte vite, tant son constat à elle est, avant tout, celui du surplace. Quand un directeur de casting l’a repérée, dans un restaurant parisien, elle avait travaillé à la poste puis à la RATP, mais jamais dans le spectacle. Engagé dans le rôle principal de Romuald et Juliette, de Coline Serreau (1989), avec Daniel Auteuil, elle s’est jetée, à 40 ans, dans cette nouvelle vie inespérée. Mais elle a souvent déchanté. Ce qui l’énerve : le nombre incalculable de rôles de femme de ménage qu’on lui a proposés depuis cette Juliette, durant presque trois décennies – y compris dans l’un des films dont elle est le plus fière, Huit femmes, de François Ozon (2001). « J’en ai refusé, des scénarios où j’avais une serpillère et deux répliques… »

            Dans le film d’Ozon, la domestique noire était, d’abord, un clin d’œil cinéphile aux mélos de Douglas Sirk. La majorité des petits rôles proposés aux Noirs par le cinéma français n’ont pas cette excuse. Alex Descas, 59 ans, a lui aussi débuté dans les années 1980. Enfant d’ouvriers d’origine antillaise, il a fait toute sa scolarité à Paris et son apprentissage de comédien au cours Florent, sans ressentir d’écart entre lui et les autres débutants. La réalité du monde du travail lui a ensuite sauté au visage : « Pour moi, il n’y avait tout simplement pas de rôle. Juste quelques figurations, ou ce qu’on appelle, dans le jargon du métier, des silhouettes : de dealer, de voyou… C’était très violent d’être confronté à ce rien. J’ai préféré prendre mes distances, retourner aux petits boulots, et je l’ai fait savoir à quelques directeurs de casting que je connaissais. En substance, leur réaction fut : voilà qu’il veut des rôles de Blanc ! Alors que je voulais des rôles tout simplement. »

              Un fantasme blanc : apprendre au Noir à faire le singe !

            A l’époque, les clichés coloniaux persistent dans les scénarios, où le personnage éventuellement destiné à Alex Descas est fréquemment désigné comme « le Noir », sans nom ni prénom.« C’était pire que des caricatures : des Noirs fantasmés, introuvables dans la vraie vie. Lors d’un casting, un metteur en scène a voulu m’apprendre à marcher comme un Noir ! Un autre était déçu que je n’aie pas d’accent et me demandait de le prendre. J’ai toujours refusé ces films dont j’aurais pu avoir honte, pour moi, mais également pour mes semblables », raconte Descas.

Alex Descas

            La cinéaste Claire Denis donne, la première, un grand rôle à Alex Descas dans S’en fout la mort (1990). Elle qui a grandi en Afrique, auprès d’un père administrateur civil dans les colonies françaises, laisse libre cours à une fascination érotique mêlée d’empathie. Le partenaire d’Alex Descas est Isaac de Bankolé, que la réalisatrice a filmé dans Chocolat, en 1998, et qui a été le premier Noir récompensé par un césar (du meilleur espoir masculin). « Isaac, porté par le triomphe public de la comédie Black Mic-Mac (1986), de Thomas Gilou, concentrait alors la totalité des propositions, comme s’il n’y avait de la place que pour un seul Noir. Mais, en dehors de Claire Denis, Isaac ressentait le même effarement que moi devant la nature des rôles : par la suite, il a travaillé quasi exclusivement avec des cinéastes étrangers, et d’abord Jim Jarmusch. »

            A Cannes, cette année, Alex Descas présentera, avec Juliette Binoche, en ouverture de la Quinzaine des réalisateurs, Un beau soleil intérieur, signé à nouveau Claire Denis. Elle lui a donné ses plus beau rôles, comme celui du père taiseux et bienveillant de 35 Rhums (2008), inspiré des films d’Yasujiro Ozou. Et elle a sans doute influé sur le cours de sa carrière de comédien, souvent orientée vers l’art et essai (Charunas Bartas, Olivier Assayas, Raoul Peck, Parice Chéreau…). Mais aujourd’hui, malgré ce parcours cohérent, Alex Descas partage le constat de son aînée Firmine Richard : les choses n’ont guère évolué depuis une trentaine d’années. La fiction cinématographique reflète trop peu la réalité sociale du pays. « Même de grands metteurs en scène modernes que j’admire ne bougent pas dans ce domaine. Ils se cantonnent toujours au même monde bien blanc. » Quinquagénaire, il s’attriste du gâchis observé autour de lui, parmi sa génération : « Je connais des acteurs noirs dont j’ai envié l’éclat, le talent, la personnalité, mais qui n’ont rien pu en faire : aucun emploi. »

                          L'espoir viendra des réalisateurs Noirs

            A ses yeux, le seul porteur d’espérance s’appelle Lucien Jean-Baptiste : « lui-même comédien, il a compris qu’il ne fallait pas attendre des rôles qui ne viendraient jamais. Il a écrit ses propres films, connectés avec la société plurielle et mélangée d’aujourd’hui, et s’est durablement inscrit dans le paysage du cinéma français. Aux jeunes Noirs attirés par le métier, je conseille de suivre son exemple. » Lucien Jean-Baptiste, acteur-réalisateur de 53 ans, né en Martinique, vient d’obtenir un triomphe en salles avec Il a déjà tes yeux(un million quatre cent mille entrées) après celui de La première étoile, en 2009. Plein d’énergie et d’autodérision, attiré par le métier d’acteur dès l’enfance, il a longtemps réprimé ce désir, incompris par sa famille : la parole du conseiller d’orientation ayant force de loi, on le voulait mécanicien. Il a attendu la trentaine pour passer le concours de la classe libre du cours Florent, en un dernier sursaut, à tout hasard, avant de « retourner aux Antilles boire du punch jusqu’à la fin des temps ». Confronté à son tour au manque criant de rôles, il s’est alors improvisé auteur-réalisateur, cultivant l’art de ruser avec les décideurs du cinéma français : « Le film de mes débuts, La première étoile, je l’ai vendu comme une comédie sur les Noirs en vacances à la neige, alors qu’il s’agit de souvenirs familiaux, plutôt douloureux, sur mes parents peinant à joindre les deux bouts. »

Lucien Jean-Baptiste

            Il constate, lui, une lente amélioration du sort des acteurs noirs : « Il y a eu un avant et un après Omar Sy dans Intouchables, preuve qu’un Noir pouvait atteindre près de vingt millions d’entrées. Ce rôle exubérant, caricatural pour certains, était une étape. Exactement comme il y a eu, aux Etats-Unis, les facéties d’Eddy Murphy avant le sérieux de Denzel Washington. »

            Aïssa Maïga, 41 ans, premier rôle féminin d’Il a déjà tes yeux, actrice noire la plus connue de France après Firmine Richard, juge elle aussi que les grandes années de Canal+, qui a lancé Omar Sy, ont influé favorablement sur les représentations sociales et les pratiques : « Non seulement cette chaîne a rendu Omar immensément populaire, comme elle l’avait fait avec Jamel, mais elle a monté ou financé des films avec lui. La profession s’est aperçue que des comédies avec une tête d’affiche de couleur marchaient. Un cercle vertueux s’est mis en place. »

            La jeune femme, née au Sénégal, a débuté « en toute candeur », dans les années 2000, inconsciente de l’effet que sa couleur produirait lors des castings. Elle a tourné avec Claude Berri, Cédric Klapisch et Michel Gondry, mais n’a pas été épargné par les humiliations, qu’elle consignait dans un carnet, pour mieux les surmonter ; Elle a tenu bon, elle aussi, face à la persistance des stéréotypes : « Quand j’ai reçu le script d’Il a déjà tes yeux, j’ai sauté de joie : le portrait d’un couple de Noirs qui s’aiment, simplement ! Alors que, tant de fois, on m’a proposé des scénarios où mon mari me battait, où mon père voulait m’exciser, où mon frère était alcoolique… »

            Et maintenant ? D’abord, 2017 restera comme une année particulièrement encourageante : au premier semestre, en plus du grand succès public obtenu par le film de Lucien Jean-Baptiste avec Aïssa Maïga, il y a eu L’Ascension, histoire d’un jeune sans emploi qui gravit l’Everest pour prouver sa valeur à celle qu’il aime. Plus d’un million de spectateurs ont vu en salles cette comédie réalisée par un Blanc, Ludovic Bernard,  mais reposant entièrement sur les épaules d’un jeune acteur noir de 27 ans, Ahmed Sylla. Une telle conjonction au box-office suggère une attitude nouvelle du grand public, bien au-delà de l’accident heureux ou de l’exception.

            « La question de la présence des Noirs dans le cinéma est indissociable de leur place dans la société, rappelle Lucien Jean-Baptiste. Le problème, c’est que beaucoup d’entre eux sont issus de milieux défavorisés. Il faut mettre en place des programmes d’éducation dans les quartiers. Une heure de théâtre par semaine, à l’école, suffirait à faire naître des vocations de comédien. Changer les mentalités post-colonialistes est une affaire de société, au moins autant que de cinéma ».

            Pour tous, l’espoir porte sur l’effacement progressif du concept de « rôle de Noir(e) ». Alex Descas a récemment joué  sur scène dans Phèdre(s), face à Isabelle Huppert, sous la direction de Krzysztof Warlikowski. « Le théâtre de création distribue volontiers les rôles indépendamment de la couleur de peau, quitte à trahir joyeusement les textes. Pourquoi pas le cinéma ? » Lucien Jean-Baptiste songe à une version d’Othello où, à rebours de la convention, le rôle-titre serait tenu par un Blanc maquillé en noir, et celui de Iago, par un Noir fardé de blanc. Le directeur de casting Nicolas Ronchi, qui travaillait jadis pour Claire Denis et s’intéresse beaucoup à cette question, croit au volontarisme : « Pour n’importe quel rôle, je me sens le droit, et le devoir, de proposer à la production un comédien noir, quand bien même le scénario n’indique rien en ce sens. » Un pas, peut-être, vers la « société post-raciale » dont Aïssa Maïga a fait son idéal depuis que Barack Obama a lancé cette formule.

            A nouveau, les regards se tournent vers Omar Sy, qui disait dans Télérama, en janvier 2016 : « Ce que j’aime avant tout [quand je travaille aux Etats-Unis], c’est que là-bas je suis un Français, et pas un Noir. » Voilà qu’il s’apprête à importer ici cette sensation-là : on le verra, en octobre, tenir, dans une grosse production française (réalisée par Lorraine Lévy), le rôle si blanc du Dr Knock, d’après la pièce de Jules Romains. Une petite révolution. En tout cas « une étape décisive », selon Nicolas Ronchi : « Quand on est aussi connu et aimé, on joue qui on veut. Et ça ne peut que faire école. »

Louis Guichard et Guillemette Divino.

Photos : Jérôme Bonnet

Télérama 20 au 26 mai 2017

Posté par St_Ralph à 01:09 - Arts, culture et société - Commentaires [2] - Permalien [#]