Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

22 mai 2013

Mamadou Koulibaly, l'opposant à qui Ouattara tolère tout

Mamadou Koulibaly, l'opposant à qui Ouattara tolère tout ! 

Mamadou Koulibaly 0004

Pendant presque deux ans, l'ancien président de l'Assemblée nationale de la Côte d'Ivoire est resté muré dans le silence, suite à son échec aux élections législatives qui ont suivi l'installation télécommandée de Ouattara au pouvoir. Celui qui n'a jamais défendu ni Laurent Gbagbo ni ses anciens camarades socialistes, victimes des emprisonnements arbitraires, donne de la voix depuis quelques mois. Depuis que les alliés de Ouattara ont compris que jamais une élection ne se fera démocratiquement sous son pouvoir et qu'il faut chercher ailleurs d'autres alliances, Mamadou Koulibaly semble crier plus fort que tout le monde alors que son parti n'a aucune assise nationale. Que cherche-t-il ? Que vaut-il sur l'échiquier politique ivoirien ?

Lire l'article (réflexion) sur mes pages politiques

Posté par St_Ralph à 15:13 - Blog politique - Commentaires [2] - Permalien [#]

02 octobre 2012

Les manoeuvres de Ouattara autour de la guerre au Mali dévoilées

                    Les manoeuvres de Ouattara

           autour de la guerre au Mali dévoilées 

Azawad 0015      Lire l'article

            sur

Mon blog politique

            ou

  Ouattara et le Mali

Posté par St_Ralph à 19:15 - Blog politique - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 septembre 2012

Tombouctou, mon amour

      Tombouctou, mon amour

En prenant pour prétexte la défense de ce patrimoine de l'humanité,

veut-on nous pousser à la boucherie ? Quel est le crime des Touaregs ?   

Tombouctou_XIVe_s   Lire l'article sur

Mes pages politiques

                 ou

Tombouctou, mon amour

 

 

Posté par St_Ralph à 22:15 - Blog politique - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 septembre 2012

L'armée française assure l'intérim du président des Ivoiriens

                L'armée française assure l'intérim

                       du président des Ivoiriens       

            Lire l'article sur les pages politiques de Raphaël

numérisation0002

          La terreur que les rebelles du Nord - pompeusement rebaptisés Force Républicaine de Côte d’Ivoire (FRCI) - exercent dans des zones qui n’ont pas voté pour Ouattara aux dernières élections présidentielles a fini par obliger les populations à se terrer chez elles, à raser les murs, ou à ne jamais ouvrir la bouche une fois dans les rues. Et comme il a été poliment demandé à ceux qui ont peur de cette nouvelle armée de quitter la Côte d’Ivoire, les exilés au Libéria et au Ghana sont aujourd’hui légions. Depuis un an, chaque jour qui se lève est accompagné de son crime accompli par les FRCI et leurs complices dozos. La pratique est devenue si ordinaire que certains journaux locaux ont fini par perdre le compte de leurs forfaits. Voilà l'incroyable tableau qu'offre la Côte d'Ivoire !

          Même les populations nordistes qui vivent dans le sud se demandent pourquoi Monsieur le préfet continue de soigner son image auprès des Blancs en Europe plutôt que de s'occuper du pays. Un camp de refugiés attaqués par son armée ? Pas d’inquiétude ! Ce n’est que de la routine. Un camp militaire dévalisé par des inconnus. Pas d’inquiétude ! Il n’y a que les chefs d’Etat peu sûrs de leur pouvoir et devant soigner leur avenir politique – comme le président sud-africain - qui courent consoler leur peuple en pareille circonstance. Intouchable, notre homme reste toujours absent, indifférent aux maux des Ivoiriens.

          Mais voilà : non seulement les attaques armées se multiplient, mais en plus les civiles pro-Ouattara s'en prennent aux biens des populations et des partis de l'opposition en toute impunité. Dans l'ouest de la Côte d'Ivoire, dans une ambiance de carnaval, les Frci et les dozos organisent l'immigration et l'installation des Burkinabés sur les terres abandonnées par les autochtones en fuite. Leur vacarme, la vue de leurs tenues et de leurs armes font trembler les populations de frayeur. 

          Paradoxalement, devant ce chaos généralisé, c'est la présence de l'armée française qui donne au commun des ivoiriens un semblant de protection. Du moins cette armée étrangère ne l'effraie pas ; même s'il ne sait pas vraiment pourquoi elle est là. Il lui semble tout simplement que c'est elle qui tient la situation en main pour ne pas donner le sentiment qu'il n'y a personne au volant de la voiture Côte d'ivoire.

          En effet, si les FRCI attaquent les partisans de Gbagbo et les jettent en prison, qui peut protéger ces derniers quand des civils les poursuivent jusque dans leur siège officiel à Abidjan ? De toute évidence, aucune autorité locale - ni le président toujours en voyage, ni son armée, ni sa justice - n'est en mesure d'assurer la sécurité des biens et des personnes en Côte d'Ivoire. Finis les temps bénis où les gens pouvaient descendre dans les rues pour crier leur peine et réclamer quelque chose à leurs gouvernants. On affronte une démocratie les mains nues ; pas une dictature ! Alors tout le monde vit la peur au ventre. C'est pourquoi l'armée française est intervenue à Dabou et aux abords de la maison du FPI, assurant ainsi l'intérim du président de la république absent. A vrai dire, tout porte à croire que celui-ci s'absente pour cacher son incapacité à maîtriser la situation qui prévaut dans le pays. 

          Bonne gouvernance donc à l'armée française ! Mais pour combien de temps ? Cette "démocratie" sarkozienne qu'on l'a obligée à installer va-t-elle lui rester indéfiniment sur les bras ? Si la population se cache dans les hautes herbes à la vue des FRCI, alors qu'elle ose se montrer quand elle voit l'armée française, c'est que la Côte d'Ivoire est perdue ! Elle est perdue parce que les ivoiriens vivent dans la peur de tous les signes qui représentent l'autorité de Ouattara. Elle est perdue parce que l'armée française est obligée de protéger les populations contre l'armée de Ouattara. Elle est perdue parce que les Ivoiriens ont peur de Ouattara !

Raphaël ADJOBI

Posté par St_Ralph à 22:17 - Blog politique - Commentaires [0] - Permalien [#]