Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

01 octobre 2019

Batouala, véritable roman nègre (René Maran) - Une analyse de Raphaël ADJOBI

                                                    BATOUALA

                                           Véritable roman nègre

                                                      (René Maran)

Batouala - René Maran

Quand on sait que ce classique de la littérature française a obtenu le prix Goncourt en 1921, et surtout qu'il a provoqué une indignation générale dans les milieux politiques de l'époque, on le lit avec la fièvre d'y découvrir un récit enflammé contre la colonisation, cette entreprise de «destruction des cultures africaines et de leurs modes d'expression» afin d'imprimer dans la conscience des Noirs "la supériorité de la culture occidentale". A vrai dire, cette critique est bien timide, pour ne pas dire à peine perceptible.

            Il est donc nécessaire de se plonger dans le contexte historique pour comprendre pourquoi Batouala a été à la fois salué par un prix et des cris d'horreur. En effet, à l'époque des expositions coloniales célébrant le rayonnement de son empire colonial, à l'heure où de nombreux intellectuels étaient convaincus du devoir de la France de civiliser les peuples de ses colonies africaines, présenter cette entreprise comme celle de la destruction des cultures africaines semblait alors totalement irrévérencieux et même antipatriotique.

            C'est donc cette singularité du discours introduisant ce récit - plus que le bref passage du livre où les Noirs jugent les colons - qui a retenti comme une détonation dans le beau paysage de l'esprit colonial de l'époque. En effet, si avant Cheik Hamidou Kane, avec L'aventure ambiguë (1961), René Maran a été le premier Français à faire des Noirs des personnages principaux jugeant les Blancs - les personnages secondaires - il a surtout été le premier, avant Aimé Césaire avec son Discours sur le colonialisme (1950), à pourfendre le colonialisme dans l'introduction de Batouala. C'est cette audace de René Maran qui lui a coûté son poste d'administrateur des colonies en Oubangui (actuelle Centrafrique) et a fait de lui l'un des précurseurs de la négritude.

© Raphaël ADJOBI

Titre : Batouala, 186 pages

Auteur : René Maran

Editeur : Magnard, Classiques contemporains, 2002.  

Posté par St_Ralph à 20:37 - Littérature : romans - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 avril 2019

Le chant des revenants (Jasmyn WARD)

                                  Le chant des revenants

                                               (Jesmyn Ward)

Le chant des revenants

            Le chant des revenants est certes un roman entraînant - le lecteur est toujours désireux de savoir comment les choses vont finir - mais peu enthousiasmant. Mêlant à la fois le discours intérieur et le discours oral, la lecture de ce roman requiert une grande attention pour bien distinguer et apprécier les faits passés et présents ainsi que leur étrangeté.  

            Le vieux River Red et sa femme Philomène ont deux enfants, Léonie et Given. Après la mort de ce dernier, qui a oublié qu'avec les Blancs «c'est pas ce que tu vois qui compte, (mais) ce qu'eux ils voient», plus rien ne se passe comme avant. Et pour compliquer davantage les choses, le cousin du meurtrier devient le père de leurs deux petits-enfants : Joseph et la petite Michaela. Vu sous cet angle, on s'attendrait à lire les difficultés pour une famille noire et une famille blanche à entretenir une relation harmonieuse sous le ciel des Etats-Unis d'Amérique. La réalité va largement au-delà de ces prévisibles difficultés.  

            Tout l'intérêt de ce livre est de nous replonger dans l'esprit du documentaire Le 13e (amendement), produit en 2016 pour dénoncer le mécanisme mis en place contre les populations noires «pour assurer un arrivage régulier de détenus afin de générer du profit pour les investisseurs» blancs. En effet, en partant du fantasme blanc selon lequel le Noir est dangereux, «juste après la guerre de Sécession (1861 - 1865), les Afro-Américains étaient déjà arrêtés en masse pour des délits mineurs et forcés de travailler pour reconstruire le pays» (Ava Duvernay, réalisatrice). Dans Le chant des revenants, il est précisément question d'une de ces immenses fermes pénitentiaires de coton. Et le vieux River a été un pensionnaire de Parcheman, comme l'est aujourd'hui son gendre blanc. Ce récit est clairement celui d'une Amérique des campagnes où l'éducation apparaît happée par la violence invisible des fermes pénitentiaires rythmant le quotidien des hommes et des femmes. Le chant des revenants est aussi le récit de ce passé et de ce présent chaotique nimbé des images et des soucis des morts qui semblent vouloir comprendre le sens de leur vie qu'ils n'ont pas eu le temps de connaître suffisamment ; une touche de survivance de croyances africaines qui confèrent à ce roman toute son étrangeté.     

Raphaël ADJOBI    

Titre : Le chant des revenants, 270 pages

Auteur : Jasmyn WARD

Editeur : Belfond, 2019

Posté par St_Ralph à 10:44 - Littérature : romans - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 février 2019

Là où les chiens aboient par la queue (Estelle-Sarah Bulle)

                 Là où les chiens aboient par la queue

                                         (Estelle-Sarah BULLE)

Estelle-Sarah Bulle

            Les romans en quête du passé des familles françaises d'outre-mer sont assez rares. L'esclavage - puis son abolition qui a laissé intactes les injustices d'une période douloureuse - demeure encore pour beaucoup une toile de fond qu'ils n'aiment pas peindre dans leurs récits. Pour notre plaisir, Estelle-Sarah Bulle n'est pas de ceux-là.

            Retenons que si les mulâtres peuvent ne jamais évoquer leurs ancêtres noirs parce qu'ils sont Blancs aux yeux de tous, les métis - qualifiés de "sauvés" aux Antilles parce que la couleur de leur peau les éloigne quelque peu de l'aïeul esclave - se retrouvent, en métropole, irrémédiablement classés parmi les Noirs de tout horizon. Et entre les tours des immeubles parisiens ou de ses banlieues, leur pénible insertion ne peut que soulever bien des questions sur leur passé et leur soif d'un avenir français à part entière. Quiconque voudrait s'intéresser à ce passé et à ces aspirations, comme le fait Christelle-Sarah Bulle, ne peut que découvrir des souffrances et des combats permanents.

            La recherche du passé des Français d'outre-mer n'est jamais aisée du fait que «conserver est le réflexe des gens bien nés, soucieux de transmettre, de génération en génération, la trace lumineuse de leur lignée». Dans ce roman, l'enquêteuse n'a rien de tout cela. « Nul document à l'abri dans la pierre épaisse d'une maison familiale. Nulle trace d'ancêtres, trop occupés à survivre». Heureusement, son père - l'éternel "Petit-Frère" - et ses deux tantes, Antoine et Lucinde, possédaient «un registre d'expériences, de gestes, de mots» - souvent empreints d'un savoureux créole - qui nourrissent le récit qu'elle nous propose.

            Grâce à ces trois membres de la famille Ezéchiel, le livre nous plonge tout d'abord dans un quartier de Morne-Galant, « ce désert du bout du bourg» où, entre 1947 et 1948, les trois enfants ont péniblement tenté de comprendre leur situation de métis. Le récit révèle ensuite les mutations de la société guadeloupéenne entre 1948 et 1960 ; une période où « la vie dans l'île, avec sa hiérarchie coloniale, son absence d'ouverture et le manque de perspectives professionnelles était oppressante» pour les non-blancs, pendant que l'inondation de ce nouveau département de produits importés de la métropole les marginalisait davantage. Enfin, la vie de l'enquêteuse ainsi que celle de la fratrie Ezéchiel entre 1960 à 2006 nous montre une « France qui se renvoyait à elle-même l'image d'un peuple lisse, sans spécificités ethniques» rendant difficiles les relations humaines et sociales, et impossible le rêve politique. Oui, dans ces années-là, alors que les Antillais croyaient qu'ils étaient tous «en principe [...] la marmaille républicaine», dans les îles, à la moindre manifestation de mécontentement, « des passants sans histoire étaient arrêtés et menés en masse au poste» alors que ceux qui avaient rejoint la métropole - par le programme Bumidom ou non - vivaient la grande désillusion : ils étaient «devenus noirs [...] à partir du moment où avoir du boulot n'est plus allé de soi».

            Là où les Chiens aboient par la queue est un roman à quatre voix qui nous révèle le long parcours des Antillais - à travers la vie d'une famille guadeloupéenne - dans une république française dont les principes constamment bafoués font de la vie des non-Blancs un véritable chemin de croix. Ce livre montre aussi la difficulté pour les démunis d'entretenir la mémoire des leurs  et par la même occasion le danger de ne jamais voir leur histoire dans l'Histoire de France.

Raphaël ADJOBI

Titre     : Là où les chiens aboient par la queue, 283 pages.                                                                            

Auteur  : Estelle-Sarah BULLE                                                                                                                         

Editeur : Liana Levi, 2018

Posté par St_Ralph à 23:46 - Littérature : romans - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 janvier 2019

Frère d'âme (David Diop)

                                                 Frère d'âme

                                        (un roman de David DIOP) 

Frère d'âme (David DIOP)

            Peu de gens parmi nous savent - y compris ceux qui ont entendu parler des "tirailleurs sénégalais" - que les Africains ont participé en tant que sujets français à la première guerre mondiale contre l'Allemagne avant même la seconde au cours de laquelle ils constitueront la très grande majorité de l'armée française aux côtés des alliés. Ce roman primé par les lycéens vient donc rappeler à tous un pan de l'histoire de la France qui n'était plus officiellement blanche depuis presqu'un siècle. Il peut donc être présenté comme un beau témoignage de l'enracinement du sang des Noirs dans la terre française ! 

            Toute la beauté de ce roman se trouve dans son titre étrange qui est une belle allusion à l'expression "frère d'armes". En 1914, en première ligne dans les tranchées, Alfa Ndiaye découvre, en même temps que des milliers de paysans africains, le carnage que constituaient les guerres entre Européens ; surtout le froid qui vous pénètre jusqu'aux os, et les vêtements qui n'ont pas le temps de sécher avant la prochaine attaque. Depuis que les balles allemandes ont fauché son "plus que frère" Mademba Diop, le jeune Alfa Ndiaye se sent étrangement seul dans cet univers où l'abri est un trou humide et l'horizon un champ hérissé de mitrailleuses prêtes à cracher le feu. Alors, dans sa profonde tristesse, à chacune des sorties sur le champ de bataille, il va s'appliquer à rapporter la preuve qu'il venge son "plus que frère" sous le regard admirateur de ses compagnons noirs et blancs.

            Mais, peu à peu, l'accumulation des preuves de sa détermination intrigue ses camarades ainsi que son supérieur et finit par les plonger dans une grande méfiance. Alfa Ndiaye prend alors conscience de son total isolement aussi bien physique que mental. Or, à la guerre, un soldat isolé est un soldat en danger pour lui-même et pour les autres. Alfa Ndiaye le sait ; il sait aussi qu'il est un bon soldat qui doit désormais s'appliquer non seulement à éviter les pièges de ses ennemis mais aussi ceux de ses supérieurs.

            David Diop a réussi ici un roman très agréable en nous plongeant dans la conscience d'un soldat de l'armée coloniale française de plus en plus isolé sur le front de guerre. Forcément cette conscience nous permet de comprendre les sentiments que peuvent éprouver ces Africains éloignés des leurs sans la certitude de les revoir ou de connaître un enterrement conforme à leurs traditions. 

Raphaël ADJOBI 

Titre : Frère d'âme, 175 pages

Auteur : David DIOP

Editeur : Editions du Seuil, 2018

Posté par St_Ralph à 11:36 - Littérature : romans - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 août 2018

Cent ans de solitude (Gabriel Garcia Marquez)

                                            Cent ans de solitude

                                           (Gabriel Garcia Marquez)

Cent ans de solitude

            Si comme moi vous avez souvent entendu parler de ce roman sans jamais l'avoir ouvert pour vous y plonger, alors n'hésitez pas à sauter le pas. Gabriel Garcia Marquez nous livre ici un magnifique récit aux contours labyrinthiques et tout en spirale qui donne au lecteur le net sentiment de vivre un éternel recommencement des événements. En effet, suivre la famille Buendia, de génération en génération, vous donne l'impression que "le temps ne passait pas mais tournait en rond sur lui-même".

            Au temps de la conquête de l'intérieur des terres américaines par les vagues d'émigrants européens fuyant la misère de leur continent à la recherche d'une vie meilleure, la famille Buendia fonda Macondo, un village d'une vingtaine de maisons en terre glaise et en roseaux dans une contrée que personne ne pouvait situer sur une carte du pays. Mais voilà que bientôt, dans ce "village qui s'enlisait irrémédiablement dans les fondrières de l'oubli", tous les ans, au mois de mars, un groupe de gitans, avec à sa tête un gros bonhomme à la barbe broussailleuse du nom de Melquiades, venait y planter sa tente dans un tintamarre assourdissant pour faire découvrir à la population les nouvelles inventions à la mode dans les villes. Ainsi, chaque fois, José Arcadio Buendia découvrait une invention nouvelle qu'il passait l'année entière à expérimenter pour en saisir le secret. Et quand Melquiades mourut, le doyen de la famille Buendia se retrouva avec un mystérieux manuscrit qu'il passera sa vie entière à déchiffrer, et après lui chaque mâle de son clan.

            Ce qui séduit dans ce récit, c'est le ton avec lequel Gabriel Garcia Marquez dresse le portrait et décrit la vie des membres de la famille Buendia qui, de génération en génération, gravitent autour du mâle qui reprend en main la recherche du secret du manuscrit. A la suite des gitans, périodiquement, de nouveaux arrivants plongeaient Macondo dans une frénésie d'habitudes nouvelles qui s'éteignaient quelques années plus tard comme un feu de camp après le départ de joyeux fêtards. Alors, les Buendia comptaient dans leurs rangs les victimes de l'amour causées par le cataclysme. Le lecteur découvre très vite que dans ce clan familial, où les uns et les autres étaient obsédés par la solide solitude dans laquelle ils se trouvaient, chaque caractère semblait se forger ou se révéler par rapport à l'amour. Si "les femmes dans cette famille avaient des entrailles de pierraille" - et le cœur aussi - les hommes agissaient comme on prend "un billet éternel pour un train qui n'arriverait jamais à destination". Ainsi, alors que deux amoureux mourront pour Remedios-la-Belle après de vains soupirs, le colonel Buendia engendrera dans de multiples contrées dix-sept fils après trente-deux guerres livrées en vingt ans. Quant à Ursula, la centenaire trisaïeule, elle semblait jouer des tours à la mort parce qu'elle se fit la promesse d'exorciser le sort qu'elle croyait s'acharner irrémédiablement sur sa famille.

            Cent ans de Solitude est assurément un récit étourdissant aux portraits surprenants et étonnamment homogènes dans le groupe des hommes comme dans celui des femmes ; ce qui donne au lecteur l'impression d'une irrémédiable fatalité planant sur les personnages. Impression qui se confirme à la fin du roman dans la vie amoureuse des deux derniers descendants de la famille Buendia. Un roman très dense dans sa structure mais passionnant qui mérite amplement la réputation mondiale qui lui est faite.

Raphaël ADJOBI

Titre : Cent ans de solitude, 461 pages

Auteur : Gabriel Garcia Marquez

Editeur : Editions du Seuil, 1968.

Posté par St_Ralph à 06:06 - Littérature : romans - Commentaires [4] - Permalien [#]

05 février 2018

Je ne suis pas une héroïne (Nicolas Fargues)

                          Je ne suis pas une héroïne

                                      (Nicolas Fargues)

   ou quand un Blanc se fait l'avocat des femmes noires                          

Je ne suis pas une héroïne

            C'est le livre des défis ! Quand un homme entreprend d'écrire un récit à la première personne en se mettant à la place d'une femme, c'est déjà troublant. Si en plus de cela, cet écrivain est un Blanc et la femme une Noire, le trouble nous conduit à redoubler d'attention pour ne pas perdre pied. Une plongée étourdissante dans la peau et l'esprit d'une jeune française noire de son époque, voilà donc l'incroyable prouesse narrative que nous propose Nicolas Fargues.

            A la fin de l'année 2017, Amandine Gay a fait entendre la voix des femmes noires vivant dans une France dont la norme est la couleur blanche, grâce à son film-documentaire Ouvrir la voix. Avec Je ne suis pas une héroïne, Nicolas Fargues lui emboîte le pas pour souligner lui aussi que les institutions de notre pays et le regard de la majorité blanche ne portent pas sur nos compatriotes noires les mêmes jugements que sur les femmes blanches, ne les renvoient pas aux mêmes références culturelles, sociales, humaines. En d'autres termes, les Français blancs peinent à voir dans une femme noire française une femme tout court.

            Comme pour illustrer sa pensée, à travers les récits amoureux de la jeune Gérald, Nicolas Fargues nous livre une somme de clichés et de préjugés dont est accablée la femme noire française ou belge ; des lieux communs chosifiants et animalisants que nos compatriotes blancs gagneraient à découvrir pour se voir de bon biais, comme dirait Montaigne. D'autre part, il n'a pas échappé à l'auteur que, "La France ayant du mal à reconnaître et à intégrer ses minorités, il était devenu plus naturel pour un jeune Français noir de cette génération dite consciente de s'identifier à la langue des Droits civiques américaines qu'aux valeurs prétendument inclusives de la République".

            Je ne suis pas une héroïne est, de toute évidence, un roman politique sur l'identité française ; et pour cette raison, il mérite l'attention d'un très large public. Si à trente ans, les rencontres amoureuses de Gérald sont souvent blanches, c'est parce qu'elle vit dans une société majoritairement blanche et surtout parce qu'elle s'est hissée à un niveau intellectuel où l'homme noir est une denrée rare. Ceux qui verraient dans ce constat un souci d'intégration se trompent ; de même qu'ils se trompent quand ils taxent de communautaristes les Noirs rejetés à la périphérie des grandes villes. La politique assimilationniste du pouvoir blanc doit prendre conscience que l'identité française ne consiste pas à faire de la couleur blanche la norme pour tous mais à respecter la diversité nationale.

Raphaël ADJOBI

Titre : Je ne suis pas une héroïne, 263 pages

Auteur : Nicolas Fargues

Editeur : P.O.L., 2018   

Posté par St_Ralph à 14:05 - Littérature : romans - Commentaires [2] - Permalien [#]

17 décembre 2017

La petite danseuse de quatorze ans (Camille Laurens)

                      La petite danseuse de quatorze ans

                                             (Camille Laurens)

La Petite danseuse de 14 ans

            "La petite danseuse de quatorze ans" nous renvoie précisément à la sculpture bien connue de tous d'Edgar Degas représentant une des jeunes filles de l'Opéra du palais Garnier communément appelées les "petits rats" dès l'âge de six ans, et qu'on appelle plus tard "les marcheuses" quand, à treize ans, elles apparaissent sur scène. En allant à la découverte de la vie de ce "petit rat" qui a servi de modèle à l'illustre artiste, Camille Laurens nous entraîne dans un douloureux voyage dans la vie parisienne de la fin du XIXe siècle ; siècle industriel où les enfants pauvres étaient souvent traités comme des esclaves ou des bêtes.

            A vrai dire, ce livre est l'histoire de l'Opéra de Paris vue du côté de ces nombreuses jeunes filles qui, à l'époque, ne rêvaient nullement de devenir danseuse étoile mais plutôt de gagner de quoi se nourrir et à nourrir leur famille avant de finir prostituées dans une maison close ou sur les trottoirs de Paris. Etat de chose qui confirme le sentiment des bonnes familles de l'époque pour lesquelles une femme qui travaille fait montre de sa dépravation, son célibat ou son veuvage. Quant aux mères - souligne Camille Laurens - si elles rêvent toutes de gloire pour leur progéniture, le plus souvent elles incitent très tôt leurs filles à trouver la protection d'un homme. Et dans ce siècle, où "les mœurs en usage sont une absence totale de mœurs", comme le dit si bien Théophile Gauthier, tout le monde savait ce que voulait dire la "protection" d'un homme.

            Au regard de cette peinture sociale, l'analyse de la sculpture de Degas devient à la fois passionnante et émouvante. L'image de "La petite danseuse de quatorze ans" nous apparaît alors non pas comme la représentation mythique de la danseuse d'Opéra, mais la travailleuse ordinaire ; ce n'est pas "l'idole sous les feux de la rampe, mais la besogneuse de l'ombre". Camille Laurens nous montre en quoi Degas, issu du mouvement impressionniste, se distingue de tous les autres, comment il "saisit la réalité sans filtre", comment "il appuie pour faire peur" alors que les autres suggèrent pour séduire malgré leur goût commun pour les scènes de leur époque ; goût qui les éloigne du style pompeux de leurs prédécesseurs attachés aux sujets historiques, mythologiques ou religieux.

            Au-delà des analyses artistiques de l'œuvre de Degas, permettons-nous de dire que ce livre est à conseiller aux enseignants des classes de lycée qui y trouveront non seulement une belle peinture sociale du XIXe siècle, mais encore une présentation claire et convaincante des mouvements littéraires comme le réalisme avec Balzac et le naturalisme avec Zola.

Raphaël ADJOBI       (Pour contacter l'auteur du blog, cliquer sur sa photo)

Titre : La petite danseuse de quatorze ans, 163 pages.

Auteur : Camille Laurens.

Editeur : Stock, 2017.

Posté par St_Ralph à 11:02 - Littérature : romans - Commentaires [5] - Permalien [#]

28 novembre 2017

Ecrire pour sauver une vie, Le dossier Louis Till (John Edgar Wideman)

                             Ecrire pour sauver une vie

                                            Le dossier Louis Till

                                            (John Edgar WIDEMAN)

Ecrire pour sauver une vie

            Qui est Louis Till ? Réponse : c’est un de ces nombreux soldats noirs-américains engagés sur les champs de bataille, en Europe, durant la seconde guerre mondiale et qui ont fini exécutés par leur propre hiérarchie parce qu’ils ont été accusés d’avoir violé une Blanche. L’écrivain français Louis Guilloux, qui avait servi d’interprète dans ces nombreux procès ayant abouti à la condamnation des Noirs, évoquait ce sujet dans son livre OK, Joe ! ; un témoin de ces procès au dénouement connu d’avance auquel l’Américaine Alice kaplan avait rendu hommage dans The interpreter.

            Pourquoi John Edgar Wideman revient-il sur la sentence qui a condamné à mort Louis Till si nous la savons inique au même tire que tous les autres ? Y a-t-il des éléments nouveaux qui appelleraient à la révision de son procès ? Non ! L’auteur revient sur le procès et la mort de Louis Till pour essayer de comprendre la logique implacable qui structure la pensée de l’Américain blanc dès lors qu’il y a dans son récit la présence ou la marque d’un Noir. C’est aussi pour extirper de son être la place prise par cet homme et son fils et se sauver lui-même en les oubliant. Car ce livre est aussi le récit de sa propre vie bercée par ces deux noms de l'histoire américaine.

            Figurez-vous qu’en 1955 – dix ans après l’exécution de son père en Europe – « Emmet Till, âgé de quatorze ans […], prit un train à Chicago pour aller voir de la famille dans le Mississipi. Quelques semaines plus tard, un autre train rapportait sa dépouille. Emmet Louis Till avait été assassiné parce qu’il était noir et avait prétendument sifflé une femme blanche ».

            Plus d’un demi-siècle s’est écoulé depuis cet événement, mais le visage d’Emmet Till continuait de hanter l’auteur parce qu’il avait alors, comme la victime, quatorze ans.  Mais plus que cela, c’est le lien logique que le juge et le « jury d’une blancheur immaculée » ont établi entre le crime de viol qui a condamné le père en 1945 et le prétendu sifflet qui a abouti au lynchage du fils qui n’arrête pas d’ébranler John Edgar Wideman. Tel père, tel fils, avaient donc conclu les Blancs. Jugement logique et imparable !

            Pour John Edgar Wideman, le jugement de Louis Till – comme le sort infligé à son fils – est comme « n’importe quel bon roman à l’ancienne. Il se déploie peut-être d’un bout à l’autre du monde connu, mais au moment de la scène finale, l’intrigue est résolue, les comptes réglés, l’ordre rétabli, les personnages ont ce qu’ils méritent ». Ce qui veut dire que l’histoire est racontée par quelqu’un qui a tout dirigé de la seule façon possible afin qu’elle se termine « comme elle est censée se finir dès le premier mot de la première page ».

            John Edgar Wideman arrive donc à cette conclusion que « le crime de Till est un crime d’existence […]. Que Louis Till enfreigne ou pas la loi, la justice considère son existence comme un problème. Louis Till est une mauvaise graine qui, tôt ou tard, éclatera et en sèmera d’autres. Till nécessite une action préventive ». C’est pourquoi, selon lui, l’armée a entrepris plutôt une mission qu’une enquête. Pour les Blancs, la peau noire est intimement liée au viol. Elle est le moteur « prévisible de la concupiscence et de la violence bien connues qui bouillonnent […] dans le sang noir des soldats de couleur[…] Tous les individus noirs de sexe masculin étant coupables de vouloir violer les femmes blanches, aucun soldat noir pendu par les agents ne pouvait être innocent ». Parce que la peau noire et le viol constituent "une rébellion de pulsions ataviques incontrôlables", on comprend pourquoi « d’un bout à l’autre des Etats-Unis, les tribunaux continuent encore et toujours à relaxer des assassins comme si les vies noires auxquelles ils ont mis fin ne comptaient pas ».

Raphaël ADJOBI

Titre : Ecrire pour sauver une vie, le dossier Louis Till, 224 pages

Auteur : John Edgar Wideman

Editeur : Gallimard, 2016, traduction de Catherine Richard-Mas.

Posté par St_Ralph à 16:03 - Littérature : romans - Commentaires [3] - Permalien [#]

21 septembre 2017

Black boy (Richard Wright)

                                                Black boy

                                              (Richard Wright)

Richard Wright

            Black boy est-il un roman ? De même qu’il est impropre de dire que Les confessions de Jean-Jacques Rousseau est un roman, de même l’on peut dire que cette œuvre célèbre de Richard Wright n’en n’est pas un. Il conviendrait d’ajouter un qualificatif au mot roman pour mieux la définir. Black boy est en effet un récit autobiographique d’une profondeur difficilement égalable compte tenu des multiples analyses et réflexions sur la nature de l’homme, du Blanc et du Noir et de la complexité des relations qu’ils entretiennent dans un Sud américain construit dans la violence et la suprématie blanche et qui n’offre à la postérité que « son héritage de crimes et de sang » et son fardeau d’angoisse pour les opprimés.

            En lisant ce livre, toute personne noire ou « racisée » ne peut s’empêcher de se poser cette question : qu’est-ce que ça fait aux Blancs de ce XXIe siècle de voir vivre à leurs côtés des Noirs sur lesquels leurs ancêtres avaient le droit de vie et de mort ? Il semblerait que certains propos qui parfois leur échappent comme des escarbilles d’un feu mal éteint ne seraient que la preuve de la nature profondément méchante de l’homme blanc que les règles des sociétés modernes ont du mal à transformer. Et celui qui, comme Richard Wright, vit dans une société où cette nature blanche s’exprime sans frein ne peut que constamment se demander « ce qui rend les Blancs si méchants ». Du début à la fin de cette œuvre, il cherche à sonder la profondeur du cœur et de l’esprit de l’homme blanc pour savoir "où se donne le branle" de sa méchanceté, en d'autres termes où réside l'impulsion initiale semblable à une bile qui empoisonne l'esprit du Blanc.

            Le Blanc serait-il fait pour vivre méchant ? Dans ce Sud américain, quand un Noir meurt, on dit simplement qu’il « avait été pris par la mort Blanche, ce fléau dont la menace était suspendue au-dessus de la tête de chaque mâle noir ». C’est encore ce que se disent de nombreuses familles noires dans les Etats-Unis de ce XXIe siècle où des Blancs s’engagent dans la police pour pouvoir perpétuer légalement et donc impunément une tradition de verseur du sang des Noirs.

            Et ce fléau a, peu à peu et imperceptiblement modelé le comportement des Noirs au point de lui avoir donné une réalité tangible que chaque lecteur découvrira dans les personnages de Shorty capable de recevoir volontairement des coups de pied pour de l’argent, et de Harrison qui, pour le même but, accepte de se battre à la demande des Blancs contre un autre Noir qui ne lui a rien fait. L’un et l’autre symbolisent tous les Noirs qui ont intégré le racisme comme un jeu de rôle traditionnel ; un jeu de rôle dont les règles sont tracées par des Blancs qui vous font comprendre clairement que vous vivez dans une culture blanche et non dans une civilisation à dimension humaine, que vous vivez dans « un pays où les aspirations des Noirs sont circonscrites, délimitées ».

            Mais Black boy n'est pas que cela ; c'est un livre aux facettes multiples : réflexions sur le pouvoir de la lecture, sur l’éducation religieuse, sur la relation entre le pouvoir et la religion, sur le pouvoir de la faim sur les corps et l’esprit, sur certaines inclinations attachées à l’homme noir comme le vol et le mensonge qui méritent d’être connues de tous… Aussi, aux enseignants des lycées et des universités, je demande d’oublier Les Confessions de Jean-Jacques Rousseau au moment de choisir pour la jeunesse l’étude d’un ouvrage autobiographique. Ne pas préférer Black boy, c’est accepter de vivre dans un monde où l’autorité de l’Etat et la tradition sont tout et l’intelligence et la perception des faits ne seraient rien.

°J'avais promis à Liss Kihindou de commencer par "Un enfant du pays" du même auteur. Promesse non tenue parce que j'avais "Black boy" sous la main.

Raphaël ADJOBI

Titre : Black boy, 445 pages.

Auteur : Richard Wright

Editeur : Gallimard, collection Folio, 1985.

Posté par St_Ralph à 22:32 - Littérature : romans - Commentaires [5] - Permalien [#]

06 septembre 2017

L'ivresse du sergent Dida (Olivier Roger)

                           L’ivresse du sergent Dida

                                                   (Olivier Rogez)

L'ivresse du sergent Dida

                Voici un agréable roman au ton résolument politique ! Ici, il n’est point question de soldat traquant l’ennemi sur un champ de bataille, s’attaquant aux femmes et aux enfants dans les villes et les villages envahis, mais de l’ambition politique qui pousse au pouvoir et des difficultés que l’on éprouve à le conserver.

            Dans un pays africain où, comme partout ailleurs sur ce continent, la France tente par des barouds d’honneur d’entretenir sa belle image en déclin rendant toute ambition nationale vaine, les soldats au pouvoir végètent dans une atmosphère de corruption leur conférant un semblant de pouvoir sur les plus faibles. Comme partout ailleurs dans le monde où il n’y a pas de vie politique véritable, quand le chef tout puissant vient à disparaître, s’expriment souvent des ambitions insoupçonnées. Et dans une telle circonstance, il n’est pas étonnant que la France cherche à faire en sorte que rien ne change dans ses affaires avec ce pays en misant sur des hommes qui lui conviennent.

            Mais voilà que le jeune sergent Dida, jusque là destiné à des tâches subalternes, décide de saisir l’occasion pour prendre le pouvoir avec l’aide d’un riche homme d’affaires dont le rêve se résume à « être en haut, et regarder les autres en bas qui t’envient à crever ».

            Bien entendu, la France, l’Onu et la communauté internationale se mettent en branle devant un sergent Dida ahuri de voir son petit pays poussiéreux considéré comme la prunelle de leurs yeux. Et c’est à partir de ce moment que l’auteur délivre les plus belles pages du livre et cela jusqu’à son terme ! Le récit et le discours politique deviennent alors éclatants de justesse, magnifiques ! Après Les Montagnes bleues de Philippe Vidal, c’est assurément le deuxième roman français montrant une vision politique claire pour les opprimés.

            Pour les puissances occidentales et le FMI, tant que le capitaine Dida ne touche pas à leurs intérêts, tant qu’il ne change rien à ce qu’ils ont contribué à mettre en place et qui fait partie de leurs certitudes, il peut garder le pouvoir. Malheureusement, nous savons qu’aucun pouvoir adossé à une armée non républicaine – non formée dans les écoles et selon les valeurs de la République – ne peut prétendre être républicain. Par conséquent, bientôt, le pouvoir vacille et les puissances étrangères se frottent les mains avec l’espoir de voir le pays dirigé par quelqu’un qu’ils connaissent et à qui ils auront remis les rênes. Les certitudes toujours !

            Mais contre toute attente, le capitaine Dida prône une révolution et se met à parler de dignité ! Voilà que contrairement aux autres Africains qui accèdent au  pouvoir par la magie du verbe mais ne savent quel chemin prendre pour sortir leur pays de son état lamentable pour accéder au rêve, Dida veut transformer son rêve en réalité. Voilà donc que « l’engrais organique issu de la putréfaction du régime faisait fleurir l’espoir d’un avenir meilleur, ou du moins décent ». Après tout, l’Australie n’a-t-elle pas été construite par des bagnards issus d’une société anglaise dont ils étaient la lie purulente ? Et « l’Amérique n’avait-elle pas été construite par des mafieux devenus de respectables hommes d’affaires ? » Avec la révolution, Dida devient populaire. Mais pour les soldats, c’étaient eux qui comptaient ; pas le peuple. Et comme en Afrique il suffit de brandir le chiffon rouge de l’ethnicisme ou du tribalisme pour que le monde entier vous donne raison, tous ceux qui voulaient sa place commencèrent à chercher dans leur passé un mot, une phrase, un geste, un regard qui serait subitement le signe de leur rejet et de celui de leur ethnie.

            Les analyses du rêve de Dida et des certitudes européennes représentées par l’ambassadrice de France permettent à l’auteur de rédiger des pages politiques magnifiques que chacun gagnerait à découvrir pour comprendre les relations entre pouvoir dominant et pouvoir dominé. De toute évidence, comme nous, Olivier Rogez a de l’admiration pour ceux dont « l’audace et le courage insensés (…) résident dans la volonté farouche de remettre en cause l’état des choses » françafricaines.

Raphaël ADJOBI

Titre : L’ivresse du sergent dida, 312 pages.

Auteur : Olivier Roger

Editeur : édit. Le passage, 2017

Posté par St_Ralph à 08:31 - Littérature : romans - Commentaires [0] - Permalien [#]