Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

20 février 2019

Des Marchés et des Dieux, comment l'économie devint religion (Stéphane FOUCART)

                         Des Marchés et des Dieux

                          Comment l'économie devint religion

                                       (Stéphane FOUCART)

numérisation0002

            Saviez-vous que la bourse de Paris dont l'architecture évoque une église ou un temple a été construite sur les ruines d'un couvent ? Saviez-vous que «la majorité des Bourses européennes bâties au XIXe siècle présentent peu ou prou des caractéristiques identiques - péristyle, fronton, plan quadrangulaire», ces mêmes signes extérieurs du sacré ? En partant de ce constat évident aux yeux de tous, Stéphane Foucart nous explique comment le dieu Marché - et non le dieu argent - a détrôné le Dieu de l'Eglise catholique qui a dominé l'Europe jusqu'au XVIIIe siècle après avoir lui-même détrôné les dieux romains.

            Devant cette évidente analogie entre le culte chrétien et la Bourse qui est le temple du dieu Marché, le lecteur ne peut que nourrir un ardent désir de comprendre. Et au fil des pages et des chapitres, notre curiosité est sans cesse renouvelée parce que nous avons le sentiment de découvrir les coins et recoins de la caverne d'Ali Baba. Ainsi, nous avons une explication claire du PIB (produit intérieur brut) - qui ne mérite absolument pas qu'on lui accorde l'importance qu'il a parmi nous - et une vision limpide des pratiques mises en place par les grands serviteurs des Bourses et des Marchés (Paris, Londres, New York, Tokyo...) pour faire entrer les pauvres et les secteurs de la vie ordinaire - eau, électricité, hôpitaux, enseignement, la poste - dans le marché de la consommation et donc de la croissance devenu le credo des économistes. Même le trafic d'organes humain est devenu un marché à conquérir pour nourrir la croissance et le PIB qui mesurent l'intensité du fonctionnement des Marchés.

            On découvre avec stupéfaction que détruire l'environnement, «abîmer le monde, le rendre moins accueillant génère automatiquement de la croissance» parce qu'il entraîne l'invention et la commercialisation de nouveaux produits pour la nourrir et entretenir les Marchés ; ce qui revient à dire que les écologistes sont des ennemis aux yeux des adorateurs de la Bourse et des grands serviteurs du Marché. Tous ceux qui ne reconnaissent pas publiquement qu'il n'y a pas de salut pour l'humanité hors du giron du Marché sont attaqués, dénigrés, excommuniés. Croire, c'est-à-dire effacer l'esprit critique, n'est-il pas la première caractéristique du fait religieux ? En effet, comme en religion, les économistes nous demandent de leur accorder notre confiance et de croire que le Marché est capable de faire des produits naturels en quantité finie sur notre terre des produits en quantité infinie ! Une prouesse qui relève du miracle ! Très vite, pour le lecteur, le CAC 40, le DOW JONES, le NASDAQ apparaissent comme un simple écran de fumée de l'encens des rites se rapportant à une autorité supérieure qui n'a «pas de visage, pas de parti [...] et pourtant (qui) gouverne le monde» (François Holland) : le Marché. 

Maurizio cattelan 1960 Bourse de Milan

            En lisant Des Marchés et Des Dieux, on retrouve le ton et la justesse des analyses de William Morris dans Comment nous vivons, comment nous pourrions vivre. A la fin du XIXe siècle, l'Anglais nous peignait le commerce mondial comme un monde de jeux où l'on parie sur les conquêtes et les défaites, un monde où les industriels organisent un véritable  «brigandage impuni et infamant» avec la complicité de leurs gouvernants. Avec Stéphane Foucart, c'est le dieu Marché et tous ses serviteurs qui sont mis à nu. En d'autres termes, le dernier confirme le premier en démontrant avec une agréable clarté  les mécanismes  qui alimentent les finances et contribuent à l'entretien de la splendeur des marchés. Cependant, si on quitte le livre de William Morris en se demandant à quel moment le riche sera-t-il satisfait de son sort pour ne pas s'enrichir davantage, on quitte celui de Stéphane Foucart en se demandant quel est le prochain dieu qui fera chuter le Dieu Marché de son piédestal pour prendre sa place ?

             °image : sculpture (1960) de Maurizio Cattelan devant la Bourse de Milan.            

Raphaël ADJOBI

Titre : Des Marchés et Des Dieux, comment l'économie devint religion, 253 pages.

Auteur : Stéphane Foucart

Editeur : Grasset, mai 2018.

Posté par St_Ralph à 11:31 - Littérature : essais - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 février 2019

Là où les chiens aboient par la queue (Estelle-Sarah Bulle)

                 Là où les chiens aboient par la queue

                                         (Estelle-Sarah BULLE)

Estelle-Sarah Bulle

            Les romans en quête du passé des familles françaises d'outre-mer sont assez rares. L'esclavage - puis son abolition qui a laissé intactes les injustices d'une période douloureuse - demeure encore pour beaucoup une toile de fond qu'ils n'aiment pas peindre dans leurs récits. Pour notre plaisir, Estelle-Sarah Bulle n'est pas de ceux-là.

            Retenons que si les mulâtres peuvent ne jamais évoquer leurs ancêtres noirs parce qu'ils sont Blancs aux yeux de tous, les métis - qualifiés de "sauvés" aux Antilles parce que la couleur de leur peau les éloigne quelque peu de l'aïeul esclave - se retrouvent, en métropole, irrémédiablement classés parmi les Noirs de tout horizon. Et entre les tours des immeubles parisiens ou de ses banlieues, leur pénible insertion ne peut que soulever bien des questions sur leur passé et leur soif d'un avenir français à part entière. Quiconque voudrait s'intéresser à ce passé et à ces aspirations, comme le fait Christelle-Sarah Bulle, ne peut que découvrir des souffrances et des combats permanents.

            La recherche du passé des Français d'outre-mer n'est jamais aisée du fait que «conserver est le réflexe des gens bien nés, soucieux de transmettre, de génération en génération, la trace lumineuse de leur lignée». Dans ce roman, l'enquêteuse n'a rien de tout cela. « Nul document à l'abri dans la pierre épaisse d'une maison familiale. Nulle trace d'ancêtres, trop occupés à survivre». Heureusement, son père - l'éternel "Petit-Frère" - et ses deux tantes, Antoine et Lucinde, possédaient «un registre d'expériences, de gestes, de mots» - souvent empreints d'un savoureux créole - qui nourrissent le récit qu'elle nous propose.

            Grâce à ces trois membres de la famille Ezéchiel, le livre nous plonge tout d'abord dans un quartier de Morne-Galant, « ce désert du bout du bourg» où, entre 1947 et 1948, les trois enfants ont péniblement tenté de comprendre leur situation de métis. Le récit révèle ensuite les mutations de la société guadeloupéenne entre 1948 et 1960 ; une période où « la vie dans l'île, avec sa hiérarchie coloniale, son absence d'ouverture et le manque de perspectives professionnelles était oppressante» pour les non-blancs, pendant que l'inondation de ce nouveau département de produits importés de la métropole les marginalisait davantage. Enfin, la vie de l'enquêteuse ainsi que celle de la fratrie Ezéchiel entre 1960 à 2006 nous montre une « France qui se renvoyait à elle-même l'image d'un peuple lisse, sans spécificités ethniques» rendant difficiles les relations humaines et sociales, et impossible le rêve politique. Oui, dans ces années-là, alors que les Antillais croyaient qu'ils étaient tous «en principe [...] la marmaille républicaine», dans les îles, à la moindre manifestation de mécontentement, « des passants sans histoire étaient arrêtés et menés en masse au poste» alors que ceux qui avaient rejoint la métropole - par le programme Bumidom ou non - vivaient la grande désillusion : ils étaient «devenus noirs [...] à partir du moment où avoir du boulot n'est plus allé de soi».

            Là où les Chiens aboient par la queue est un roman à quatre voix qui nous révèle le long parcours des Antillais - à travers la vie d'une famille guadeloupéenne - dans une république française dont les principes constamment bafoués font de la vie des non-Blancs un véritable chemin de croix. Ce livre montre aussi la difficulté pour les démunis d'entretenir la mémoire des leurs  et par la même occasion le danger de ne jamais voir leur histoire dans l'Histoire de France.

Raphaël ADJOBI

Titre     : Là où les chiens aboient par la queue, 283 pages.                                                                            

Auteur  : Estelle-Sarah BULLE                                                                                                                         

Editeur : Liana Levi, 2018

Posté par St_Ralph à 23:46 - Littérature : romans - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 janvier 2019

Le chemin parcouru par l'association La France noire (Raphaël ADJOBI)

 Le chemin parcouru par l'association La France noire  

Logo final

En une année scolaire et demie, c'est-à-dire entre septembre 2017 et la fin du mois de janvier 2019, l'association La France noire est intervenue devant plus de deux mille élèves - collégiens et lycées confondus. Depuis la rentrée scolaire 2018-2019, l'association a été sollicitée par 9 établissements, pour un travail interne ou pour participer à des journées ou semaines mises à part dans le cadre du parcours citoyen de l'élève. Nous ne pouvons que dire bravo et merci à tous les membres qui ont eu foi en ce beau projet : faire connaître la contribution des Noirs à l'Histoire de France aux jeunes générations. 

D'une façon générale, les Noirs refusent que l'on limite leur histoire avec la France à l'esclavage. Ils n'ont pas tort. Mais, de toute évidence, l'Education nationale fait ce qu'elle veut ! Et comme les Noirs ne font rien pour que les choses changent, l'Education nationale continue à enseigner l'histoire de l'esclavage outre-Atlantique comme on l'enseignait déjà au début du XXe siècle ; c'est-à-dire avec les idées et les images de propagande des esclavagistes. En un mot, les concepteurs des manuels scolaires sont restés imperméables aux nouvelles recherches qui leur permettraient de nuancer leur discours et leur regard sur ce pan de notre histoire commune.

Devant cette désagréable réalité imposée à tous, l'association La France noire a pris la ferme résolution d'apporter aux collégiens et aux lycéens les connaissances nouvelles que nous donnent les recherches actuelles pour leur permettre de dépasser un enseignement qui rappelle une autre époque. Quant à notre deuxième exposition intitulée "Les Noirs illustres et leur contribution à l'Histoire de France", elle montre aux jeunes : 1) les personnalités noires qui ont lutté pour les deux abolitions de l'esclavage en France ou qui ont marqué à leur manière le XVIIIe et le XIXe siècles, 2) les personnalités noires qui se sont illustrées lors des deux guerres mondiales, et plus largement le poids des colonies dans l'Histoire de la France. 

Critiquer, pester, s'indigner sans rien faire, c'est se montrer complice du crime. L'association La France noire  - constituée de Français noirs et blancs - est convaincue que si nous ne racontons pas notre histoire de façon juste aux jeunes générations, d'autres la raconteront à notre place mais selon leur vision des choses. Les jeunes sont très francs : "ce sont les Noirs qui devraient enseigner l'histoire de l'esclavage !" Voilà ce qu'ils disent, légitimant ainsi l'action de La France noire dans les établissements scolaires.

ARTICLE de l'Yonne Républicaine du 16 janvier 2019 (cliquez sur l'article) 

L'yonne Républicaine du 16 janvier 2019

ARICLE de l'Yonne Républicaine du 30 janvier 2019 (cliquez sur l'article)

La France noire à Avallon

Posté par St_Ralph à 15:15 - Arts, culture et société - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 janvier 2019

Frère d'âme (David Diop)

                                                 Frère d'âme

                                        (un roman de David DIOP) 

Frère d'âme (David DIOP)

            Peu de gens parmi nous savent - y compris ceux qui ont entendu parler des "tirailleurs sénégalais" - que les Africains ont participé en tant que sujets français à la première guerre mondiale contre l'Allemagne avant même la seconde au cours de laquelle ils constitueront la très grande majorité de l'armée française aux côtés des alliés. Ce roman primé par les lycéens vient donc rappeler à tous un pan de l'histoire de la France qui n'était plus officiellement blanche depuis presqu'un siècle. Il peut donc être présenté comme un beau témoignage de l'enracinement du sang des Noirs dans la terre française ! 

            Toute la beauté de ce roman se trouve dans son titre étrange qui est une belle allusion à l'expression "frère d'armes". En 1914, en première ligne dans les tranchées, Alfa Ndiaye découvre, en même temps que des milliers de paysans africains, le carnage que constituaient les guerres entre Européens ; surtout le froid qui vous pénètre jusqu'aux os, et les vêtements qui n'ont pas le temps de sécher avant la prochaine attaque. Depuis que les balles allemandes ont fauché son "plus que frère" Mademba Diop, le jeune Alfa Ndiaye se sent étrangement seul dans cet univers où l'abri est un trou humide et l'horizon un champ hérissé de mitrailleuses prêtes à cracher le feu. Alors, dans sa profonde tristesse, à chacune des sorties sur le champ de bataille, il va s'appliquer à rapporter la preuve qu'il venge son "plus que frère" sous le regard admirateur de ses compagnons noirs et blancs.

            Mais, peu à peu, l'accumulation des preuves de sa détermination intrigue ses camarades ainsi que son supérieur et finit par les plonger dans une grande méfiance. Alfa Ndiaye prend alors conscience de son total isolement aussi bien physique que mental. Or, à la guerre, un soldat isolé est un soldat en danger pour lui-même et pour les autres. Alfa Ndiaye le sait ; il sait aussi qu'il est un bon soldat qui doit désormais s'appliquer non seulement à éviter les pièges de ses ennemis mais aussi ceux de ses supérieurs.

            David Diop a réussi ici un roman très agréable en nous plongeant dans la conscience d'un soldat de l'armée coloniale française de plus en plus isolé sur le front de guerre. Forcément cette conscience nous permet de comprendre les sentiments que peuvent éprouver ces Africains éloignés des leurs sans la certitude de les revoir ou de connaître un enterrement conforme à leurs traditions. 

Raphaël ADJOBI 

Titre : Frère d'âme, 175 pages

Auteur : David DIOP

Editeur : Editions du Seuil, 2018

Posté par St_Ralph à 11:36 - Littérature : romans - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 janvier 2019

La libération de Laurent Gbagbo signifie la condamnation d'Alassane Ouattara

           La libération de Laurent Gbagbo

    signifie la condamnation d'Alassane Ouattara

Laurent Gbagbo 2019

            Le conflit postélectoral qui avait opposé Laurent  Gbagbo à Alassane Ouattara et s'était terminé par l'arrestation du premier le 11 avril 2011 a connu son dénouement juridique tant attendu le 15 janvier 2019. L'illustre prisonnier de La Haye a été acquitté par la Cour Pénale Internationale (CPI) chargée de se prononcer sur sa culpabilité dans les crimes commis entre novembre 2010 et avril 2011. En d'autres termes, de manière définitive, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé ne sont pas reconnus coupables des faits qui leur étaient  reprochés. Aussi, le tribunal a accompagné cette décision de leur remise immédiate en liberté.   

            L'accusation qui pesait sur Laurent Gbagbo était logique dans la conception européenne de la justice faisant suite aux conflits militaires. En effet - pour les Européens - celui qui perd la guerre a toujours tort, et est généralement accusé de crimes contre l'humanité. C'est sur ce postulat infamant que le détenu a passé sept ans et demi de sa vie dans les geôles de la Cour pénale internationale dans l'attente des preuves de sa culpabilité que devait apporter la procureure. Il est clair que ce seul postulat qui ne permet pas au doute de profiter à l'accusé confère au procès un caractère purement politique. Ainsi, en 2013, devant les preuves de la procureure jugées très insuffisantes, la liberté provisoire a été refusée à l'accusé parce que, selon la Cour, sa popularité aurait embrasé la Côte d'Ivoire. Et à la place de l'universel principe disant que «mieux vaut prendre le risque d'innocenter un coupable que de condamner un innocent», le tribunal international a choisi de priver de liberté un innocent.      

            Entre juin 2013 et janvier 2019, les recherches des preuves n'ont rien donné de nouveau. Presque tous les témoins présentés par la procureure ont fait allégeance à Laurent Gbagbo, plongeant chaque fois la Cour dans l'embarras et parfois même dans l'exaspération. D'autre part, chaque audience importante était l'occasion de voir accourir une foule d'admirateurs solidaires du combat de Laurent Ggbagbo pour le respect des institutions africaines que les Européens ont tendance à fouler allègrement aux pieds. Etat de chose qui participait indubitablement à l'impopularité du tribunal international. Enfin, la vacuité des discours de la procureure Bensouda a fini par convaincre la CPI qu'elle ne pouvait pas plus longtemps être réduite à ce rôle : une institution qui éloigne un homme de son pays pour protéger un président installé par la France. 

            Mais voilà que cette même cour internationale reporte la libération des prisonniers, donnant l'impression de prendre tout à coup conscience qu'en rendant à Laurent Gbagbo sa liberté, c'est-à-dire en reconnaissant qu'il n'est pas coupable des crimes avérés - parce que chiffrés - c'est affirmer en même temps que c'est Alassane Ouattara le coupable. En effet, quand deux personnes se renvoient la responsabilité d'un crime et que l'un est innocenté, l'autre est alors forcément coupable. Charles Blé Goudé, ancien ministre et co-accusé de Laurent Gbagbo, avait clairement lancé à la cour qu'il ne lui demandait pas de les libérer mais de dire la vérité. Car il savait très bien qu'au regard de la vérité, lui et son codétenu seraient libres. Et puisqu'ils sont finalement déclarés libres au regard de la vérité, Alassane Ouattara devient coupable ! On peut donc dire que si ce dernier reste libre de tout mouvement, ce serait une preuve supplémentaire du caractère politique de ce procès. En d'autres termes, en toute logique, si l'un sort de prison, l'autre doit obligatoirement y entrer.

            Par ailleurs, en suivant cette logique de la vérité, Laurent Gbagbo a tout droit de réclamer réparation à la France qui a bombardé sa résidence pour l'en extraire. La destruction de cet édifice, le traumatisme des occupants durant l'attaque, La précieuse bibliothèque partie en fumée, tous ces préjudices humains et matériels doivent être évalués et présentés à l'ancien président français pour être réparés.

            La CPI a-t-elle le pouvoir de contraindre Nicolas Sarkozy, ancien président français, à comparaître pour répondre de ces forfaits ? C'est à cette institution internationale d'apporter la réponse à cette question. Le fait qu'elle prend son temps pour exécuter sa décision du 15 janvier 2019 - la libération immédiate des détenus - nous laisse croire qu'elle ne sera pas capable de convoquer Dramane Ouattara et Nicolas Sarkozy à la barre à La Haye, confirmant par la même occasion son iniquité, sa vacuité, son inutilité, et donnant la preuve qu'elle n'est qu'un instrument de captivité des Africains opposés à la prédation de leur continent par les Européens.

            Que la CPI prenne son temps pour exécuter sa propre décision, pour dire à la terre entière ce que veut dire pour elle une "libération immédiate". Le monde entier a compris que le temps de la CPI n'est pas le temps de la justice de l'humanité ni celui de Dieu. Le temps de la CPI est un temps politique soumis à l'intérêt de quelques nations privilégiées ou protégées par les puissances de ce monde.                 

Raphaël ADJOBI                

Posté par St_Ralph à 21:55 - Actualités ivoiro-françaises - Commentaires [2] - Permalien [#]

13 janvier 2019

Des cameras de vidéosurveillance racistes (Raphaël ADJOBI)

           Des cameras de vidéosurveillance racistes

Vidéosurveillance 0

            Non, vous ne rêvez pas ! Prenez le temps de découvrir la face non cachée mais méconnue d'une technologie supposée très belle et fiable. Nous savons tous que c'est au nom de la sécurité des citoyens que la vidéosurveillance a inondé notre espace public. La France en compte soixante mille. Londres en comptabilise cinq cent mille, et la Chine six cent trente millions - de plus en plus spécialisées dans la reconnaissance faciale. Et ici comme ailleurs, les autorités assurent que cela s'est fait avec l'assentiment des populations. Elles ont sans doute raison, parce que «qui ne dit rien consent».

            Selon Olivier Tesquet (Télérama 3600 du 9/01/2019), fin 2017, Amazon a lancé Rekognition, sa technologie de reconnaissance des visages à destination des autorités. Curieuse, une association américaine de défense des droits civiques a testé l'appareil sur des parlementaires américains. Bel exercice pour s'assurer de la fiabilité de cet outil révolutionnaire destiné à assurer la sécurité de tous. Résultat : «vingt-huit des parlementaires, notamment celles et ceux à la peau noire, ont été confondus avec des criminels» ! Suite à cette expérience qui prouve que des données racistes équipent le logiciel de surveillance, les salariés d'Amazon ont demandé à leur entreprise de cesser la commercialisation de Rekognition auprès des forces de l'ordre.

Reconnaissance faciale 4

            Il convient donc de retenir ceci : on peut construire des logiciels racistes sur la base de données racistes à la demande des autorités nationales ou selon la volonté raciste de leur concepteur comme semble être le cas de Rekognition. Quant à ceux qui veulent passer outre cet aspect scandaleux de l'usage de cette technologie parce qu'ils voient en elle l'assurance de leur tranquillité, qu'ils sachent - toujours selon Olivier Tesquet - que la police londonienne a testé un de ces logiciels en 2017 pendant le carnaval de Notting Hill. Taux d'erreurs : 98% ! Raciste ou pas, les cameras de vidéosurveillance à reconnaissance faciale sont très loin d'être fiables.

            Maintenant, c'est à vous de réfléchir ; c'est à vous de confier votre identité et donc votre sécurité à de dangereux systèmes de surveillance de la police ou d'exiger que l'on fasse ce qui est juste. C'est à vous de voir si des hommes et des femmes - surtout noir(e)s - doivent être condamnés sur la base de l'aveugle confiances des nos Etats, majoritairement blancs, en leur science également aveugle.

Raphaël ADJOBI

Posté par St_Ralph à 19:25 - Découvertes - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 janvier 2019

Nos ancêtres ne sont pas gaulois, Contre-histoire de France (François Durpaire)

                  Nos ancêtres ne sont pas gaulois

                                           (François Durpaire)    

Nos ancêtres ne sont pas gaulois

           Chaque fois que quelqu'un tend à la France le miroir de son histoire avec les Noirs et les Arabes, on est certain de voir la France blanche faire la grimace, se braquer ; tant elle est habituée au même récit national sans cesse répété malgré les progrès des recherches. Mais ce n'est pas pour autant qu'il faut renoncer à lui apprendre à se voir de bon biais, comme dirait Montaigne. Et c'est justement l'entreprise dans laquelle s'est lancé François Durpaire avec ce livre.

            L'auteur commence son œuvre par ce constat simple mais indéniable qui nous rappelle un entêtant discours  : «s'il existe un mal français en histoire, c'est celui qui consiste à faire comme si notre passé était la continuité d'une même population depuis la nuit des temps». Et dans cette nuit des temps, quels sont les ancêtres auxquels le Français blanc s'identifie ? Bien évidemment les gaulois - qui d'ailleurs n'ont jamais constitué un seul noyau de population. Un passé illusoire donc. Un passé illusoire pourtant devenu le credo des gouvernants et des prétendus intellectuels qui occupent constamment le devant de la scène, sapant ainsi tous les efforts que certains accomplissent pour une meilleure cohésion sociale. Etat de chose qui pousse bon nombre d'enfants se sentant exclus à se forger une identité imaginaire à la place  de la nationalité française qu'on leur conteste, mettant à mal à leur tour cette même cohésion sociale. 

            Alors François Durpaire rappelle à tous qu'il est urgent que la France se décide à «passer de l'énonciation de ses principes - liberté, égalité, fraternité - à leur réalisation pratique». En quoi faisant ? Eh bien en allant dans le sens de ce qui peut nous rassembler. Et  «pour nous rassembler, notre histoire doit nous ressembler», assure-t-il. Cela suppose la révision du contenu des manuels scolaires. Le passé esclavagiste de la France, son passé colonial, les diverses vagues d'immigration qui ont marqué sa vie et constitué sa vitalité, tous ces éléments ne doivent pas être négligés pour que nous partagions le même récit. Oui, conclut l'auteur, «pour être partagée, [notre histoire] doit inclure l'ensemble de nos héritages».

            En tout cas, le Français descendant d'un Hongrois, d'un Allemand juif, d'un Africain kabyle ou d'un Africain noir qui clame que ses ancêtres sont gaulois n'est pas crédible. Il est même ridicule, pour ne pas dire risible. Alors, «pour rompre avec une généalogie mythologique où nos ancêtres seraient tous gaulois», François Durpaire revisite, avec cet essai, le passé de la France nourri par son aspiration à l'universel, et fait apparaître clairement que l'histoire d'un pays est le fait des relations humaines à travers le temps. L'histoire est donc «la vie du passé dans le présent». Et aujourd'hui où l'Education nationale veut que les collèges et les lycées prennent en compte le parcours citoyen de l'élève, nous pensons que les enseignants auraient tout intérêt à s'inspirer des propositions de l'auteur. 

Raphaël ADJOBI           

Découvrez l'association La France noire et soutenez-nous !

Titre : Nos ancêtres ne sont pas gaulois, 305 pages

Auteur : François Durpaire

Editeur : Albin Michel, 2018.

Posté par St_Ralph à 19:32 - Littérature : essais - Commentaires [4] - Permalien [#]

08 décembre 2018

A propos de la restitution à l'Afrique de ses œuvres d'art (par Raphaël ADJOBI)

  A propos de la restitution à l'Afrique de ses œuvres d'art 

Masque XIIe siècle - Nigeria

            Un an après le discours de Monsieur Macron à Ouagadougou en novembre 2017, plus personne ne se pose la question de savoir s'il faut ou non restituer les œuvres d'art africaines qui font les beaux jours de nos musées ou que nous entassons orgueilleusement dans les sous-sols de ces institutions. Aujourd'hui, il est plutôt question des moyens à mettre en œuvre pour les rendre à leur pays d'origine, et à quel rythme. Remarquons en passant que dans un pays dit démocratique comme la France où nous avons le grand défaut de croire qu'une fois qu'une loi est votée ou qu'une décision est prise, elle est définitive, il a suffi que le président exprime sa volonté personnelle pour que toutes les lois de la République convergent à la satisfaire. Il y a quelques décennies déjà, il a suffi que le président Jacques Chirac exprime sa volonté de voir les anciens combattants de l'empire colonial jouir enfin de la même pension que leurs frères d'armes blancs pour que les lois anciennes deviennent caduques. Même si la décision ne sera effective que sous le mandat de Nicolas Sarkozy. En clair, en France, ce n'est pas la raison et la réflexion des élus qui guident la république dite démocratique mais la force de la parole du président.

            Si le principe de la restitution de ses œuvres d'art à l'Afrique est désormais acquis, il convient tout de même de reconnaître que le débat qu'il a suscité,  avant et après le discours de Ouagadougou, a fait apparaître une évidence : le caractère vandale de l'action coloniale française en Afrique ! En effet, plus jamais, aucun adulte, aucun enfant voyant des arts africains dans un musée ne pourra dire que ce sont des biens français. Désormais chacun sait que ces objets sont le fruit d'un vol planifié par l'action dite civilisatrice de la colonisation française qui s'est appliquée à détruire tout ce qui n'était pas à son goût.

Figure de reliquaire - Kota, Gabon

            Mais au-delà de ce constat indéniable, il convient de dire ici combien il est indigne - pour ne pas dire honteux - pour la grande majorité des Français qui se sont exprimés sur ce sujet d'avoir fait preuve d'un manque de bon sens élémentaire. Quelle honte d'avoir vu s'étaler çà et là cette suffisance qui nous fait croire que nous sommes la mesure de toute chose et que par conséquent nos règles sont universelles et exigent que tout le monde s'y plie ; particulièrement les Africains ! Quelle honte de qualifier de "biens inaliénables" des œuvres que nous savons volées ou mal acquises ! Comment des œuvres volées ou que l'on prétend, sans preuve matérielle, avoir achetées à l'époque coloniale peuvent-elles entrer de manière légale dans les musées nationaux ?  Quelle honte de voir des voleurs rassemblés discutant pour savoir si leurs règles dites républicaines et démocratiques les autorisent ou non à restituer à autrui ce qu'ils lui ont pris ! Et de quel droit se permettent-ils de discuter de ce que l'Afrique fera de ses œuvres une fois qu'elle les aura recouvrées ? Toute une génération d'hommes et de femmes est incapable d'interroger l'histoire pour former son jugement : en 1815, après la défaite de Bonaparte, le Louvre qui avait pris le nom de Musée Napoléon en 1802 et s'était enrichi du butin des guerres avait dû alors restituer leurs biens aux états spoliés avec quelques grincements de dents dans les hautes sphères de l'Etat.       

            Il est certain que le débat franco-français hallucinant autour de la restitution des œuvres d'art africaines a renvoyé quelques rares personnes pleines de bon sens - et du sens de l'histoire aussi - à la fameuse Controverse de Valladolid, au XVIe siècle ; controverse durant laquelle toutes les éminences grises de l'Eglise catholique - pour ne pas dire d'Europe - s'étaient réunies pendant deux mois pour réfléchir à la question de savoir si les autochtones des Amériques étaient oui ou non des êtres humains, s'ils avaient une âme, s'ils descendaient d'Adam et Eve comme les Européens, et enfin s'ils avaient le droit de jouir d'une totale liberté hors du joug de l'esclavagisme.

            De toute évidence, hier comme aujourd'hui, pour beaucoup les Africains ne sont pas encore entrés dans l'humanité. Ainsi, pour tout ce qui concerne leur droit, il faut un débat entre hommes blancs. Hier comme aujourd'hui, le principe des droits de l'homme reste à géométrie variable aux yeux des Blancs quand il s'agit de l'appliquer aux Africains.

Raphaël ADJOBI 

Posté par St_Ralph à 16:28 - Réflexions - Commentaires [2] - Permalien [#]

12 novembre 2018

Nouvelle-Calédonie : les Kanaks n'ont pas peur de l'indépendance !

                                     Nouvelle-Calédonie :

       Les Kanaks n'ont pas peur de l'indépendance

Nouvelle-Calédonie 3

           Dans la consultation populaire de novembre 2018 en Nouvelle-Calédonie, l'affirmation claire et nette des Kanaks - populations autochtones - pour l'indépendance de leur territoire est très réjouissant pour le genre humain. En effet, il est courant de voir les défavorisés choisir de demeurer sous le joug de leur maître par peur de devenir encore plus pauvres s'ils le quittaient. Parce que les Kanaks n'ont pas peur de la pauvreté, parce qu'ils refusent de passer leur vie à demander une égalité de traitement et de considération qui ne viendra jamais, ils ont choisi l'indépendance ; pendant que les descendants de la coalition  des colons - Caldoches - et des métropolitains privilégiés ont évidemment choisi que rien ne change en Nouvelle-Calédonie.

            En effet, le résultat de ce référendum est  tout à fait logique. Presque toutes les populations venues d'Europe et occupant le versant occidental de l'île ont choisi que se maintienne le système politique et économique qui leur est tout à fait favorable : ainsi ils demeurent les propriétaires des terres et des commerces, et les Kanaks les prolétaires ; ils continueront à percevoir des salaires doublés ou triplés pour cause d'éloignement de la mère patrie et pourront continuer à narguer ceux qui ont tort d'être des autochtones ; les gendarmes et les militaires seront toujours très majoritairement blancs et toujours plus nombreux pour répondre aux révoltes qui pourraient naître du manque d'infrastructure éducative ouvrant sur un avenir meilleur. N'oublions pas que la France a le système éducatif le plus inégalitaire d'Europe. A système éducatif inégalitaire, citoyens inégaux ! C'est logique.

Nouvelle-Calédonie 4

            Représentant 40% de la population totale de l'île, les Kanaks ont voté à 43,60% pour l'indépendance. Ils se savaient largement minoritaires devant une population blanche qui gonfle sans cesse pour répondre au déséquilibre programmé par Paris depuis des décennies. Mais ils ont accepté ce référendum pour pouvoir affirmer leur attachement à l'indépendance. Par leur vote massif pour la liberté - vote qui dépasse leur représentation sur l'archipel - ils montrent que la fracture est bien réelle entre eux et ceux qui ont la chance d'avoir des oncles de Paris pour les aider à prospérer. Honte donc à tous ceux qui reprennent en chœur le credo de la méritocratie du président de la République avec la pleine assurance d'avoir une mère patrie prête à leur venir en aide contre ceux qui constituent pour eux un éternel danger.

            Ce référendum aurait dû être proposé aux seuls Kanaks. C'est à eux que la France aurait dû poser la question de savoir s'ils veulent être indépendants ou pas, c'est-à-dire Français ou pas. Cette question était tout à fait superflue pour les Blancs venus de France. Eux se savent Français et n'ont donc pas à se prononcer sur leur appartenance à la France. La question du référendum qui aurait dû être proposée aux Blancs vivant en Nouvelle-Calédonie aurait dû être celle-ci : "dans le cas ou les Kanaks, autochtones de l'île, choisiraient leur indépendance, seriez-vous d'accord pour rester avec eux, oui ou non ?" A défaut de deux consultations pour deux populations d'horizons diamétralement opposés, chacune a choisi son camp ou son point d'ancrage conformément à la formulation de la question du référendum. L'une la France, l'autre le Kanaki ou Nouvelle-Calédonie.         

            Bien logiquement, le président de la République a félicité la majorité blanche pour avoir choisi de rester dans le giron de la France. Qu'il sache cependant que ses félicitations ne nous feront jamais croire que cette majorité sortie des urnes est républicaine ! Non ! Elle est plutôt la confirmation d'une fracture réelle qui se vit quotidiennement. En effet, si les Kanaks tiennent à recouvrer leur liberté dans la pauvreté, c'est tout simplement parce qu'ils ont compris depuis l'arrivée des premiers bagnards que ceux-ci étaient pour Paris les instruments de la colonisation de leur île(1). Et c'est vrai : le colon est toujours favorisé par rapport au colonisé. C'est un principe immuable ! Et ce n'est que quand le nombre des colonisés devient insignifiant que les colons demandent leur indépendance à la métropole. En d'autres termes, la Nouvelle Calédonie sera indépendante quand il n'y aura presque plus de Kanaks sur cette île.

1- C'est en 1864 qu'une colonie pénitentiaire de 250 premiers bagnards est installée sur l'île (François Durpaire - Nos ancêtres ne sont pas Gaulois, Albin Michel, p. 149)

Raphaël ADJOBI           

Posté par St_Ralph à 22:28 - Actualités françaises - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 novembre 2018

L'Europe et l'immigration africaine : ouvrons les yeux sur l'origine du mal !

                   L'Europe et l'immigration africaine :

                ouvrons les yeux sur l'origine du mal !

            Il ne suffit pas de pointer du doigt la gestion des pays africains par des "dictateurs" pour comprendre la fuite des populations de ce continent vers l'Europe ; même si l'on souligne que ces gouvernants sont installés par les puissances européennes. D'ailleurs, avez-vous remarqué qu'aucun dirigeant européen n'a élevé la voix pour affirmer que les gouvernants africains sont responsables de la fuite de leurs ressortissants vers l'Europe ? Non, ils savent qu'ils ne peuvent pas pousser trop loin la mauvaise foi. Il convient donc de montrer clairement l'origine du mal pour comprendre cette attitude.   

Mine d'uranium en Afrique

            Disons d'emblée qu'au lieu d'attaquer le ventre des femmes comme le fait le président français, il est absolument nécessaire pour les pays européens de faire un état des lieux de leur présence en Afrique  : présence militaire et présence affairiste. Les dirigeants européens ne peuvent pas continuer à mentir à leurs populations en ne parlant que de politique à mettre en place pour juguler l'immigration ou pour savoir quelle catégorie d'immigrants doit être acceptée ou repoussée. La vraie question est : que se passe-t-il en Afrique ? En d'autres termes, quelle est la réalité du terrain qui pousse les populations les plus pauvres à fuir les pays africains ? Les Européens peuvent-ils agir sur cette réalité ?

            Pour aller plus loin, une remarque essentielle s'impose : en Europe on ne cesse de faire réciter à la jeunesse que "tout corps plongé dans un liquide subit, de la part de celui-ci, une poussée exercée du bas vers le haut et égale, en intensité, au poids du volume de liquide déplacé". Toutefois, cette vérité élémentaire n'est jamais associée à la vie ordinaire des nations. La jeunesse européenne étudie-t-elle les relations que leurs différents pays entretiennent avec l'Afrique ? Non ! Sait-elle ce que font les entreprises de leurs pays en Afrique ? Non ! Sait-elle à quoi servent les armes que fabriquent leurs pays et les armées qui stationnent un peu partout en Afrique ? Non ! Si le mot "géopolitique" est absent du vocabulaire du commun des Français, c'est parce que notre régime politique nous a rendu ignorants de la politique étrangère de notre pays. En effet, dans ce domaine précis, tous nos députés sont des incompétents parce que la politique étrangère de la France est le domaine réservé du président de la République. Les populations françaises n'ont donc aucune chance d'être informées de la source du mal de l'immigration africaine qui les frappe. Quel constat affligeant pour une république dite démocratique !    

            Alors il convient de dire à tous que les terres africaines sont un peu partout confisquées par les entreprises européennes - que protègent leurs armées - pour extraire des métaux précieux, faire des forages pour le pétrole, installer d'immenses plantations d'ananas, de bananiers, d'hévéa pour le caoutchouc nécessaire à la fabrication des pneumatiques ; des plantations qui accaparent les terres  pour toutes les sortes de produits nécessaires aux industries européennes ou à la consommation des populations. Ces entreprises retournent les terres, les rendent improductives ou  les  polluent tout simplement. Les rivières et les fleuves sont çà et là changés en dépotoir de produits industriels obligeant les populations à ne plus boire leur eau et à ne plus consommer les poissons qui hier étaient leur source de nourriture. C'est le cas du fleuve Bandama en Côte d'Ivoire. Ce fleuve a changé de couleur pour la simple raison que les industries européennes et chinoises qui fouillent la terre à la recherche de l'or déversent le cyanure nécessaire au travail de ce métal dans son cours. C'est aussi le cas en Guinée. Et c'est ce qui pourrait arriver en Guyane avec le projet français "la Montagne d'or" (France info *). Sur douze ans, quarante-sept mille tonnes de cyanure seront déversées dans les eaux et les terres de ce département français où la population n'est pas majoritairement blanche. L'aire d'exploitation sera une fosse large comme trente-deux fois le stade de France (BFMTV pour L'Express, 11/05/2018). Cet exemple vous donne une idée de l'immensité des terres arrachées par chaque entreprise aux populations africaines pour les besoins de l'Europe.

            Dans de nombreuses grandes villes africaines, comme Abidjan, les autorités détruisent les habitations des pauvres afin de confier les terrains aux entrepreneurs européens pour des projets immobiliers que les Africains n'ont pas les moyens d'occuper. On comprend aisément que ces projets sont destinés à accueillir les riches populations qui pourraient venir d'Europe. Mais le plus important pour les capitaux européens, c'est de réaliser des ouvrages ; en d'autres termes, le plus important pour eux est d'endetter les pays africains en réalisant des travaux dont ils n'ont aucune utilité dans l'immédiat. Comment l'Afrique paiera-t-elle ces dettes ? Bien simple : en cédant ses terres regorgeant de ressources minières à l'Europe ! Et que deviennent les populations qui cèdent leurs terres ?  A chacun de formuler une réponse.  

            En mettant tous ces petits soucis les uns à côté des autres, on arrive à ce théorème d'Archimède cité plus haut : le corps européen plongé dans le bain africain subit, de la part de celui-ci, une poussée exercée de l'Afrique vers l'Europe et égale en nombre d'immigrants, au poids de la population appauvrie et déplacée. Ce facteur-là, si l'Europe ne le retient pas dans la recherche des solutions pour arrêter l'immigration des populations africaines, elle pourra continuer longtemps à discourir. Ces immigrés économiques n'ont rien à perdre ! Donc ils n'ont pas peur de la mort. Il y a sur cette terre des milliers de jeunes Africains qui sont capables de vous crier à la face : "s'en fout la mort !"

            Deux solutions s'offrent aux Européens. Ceux qui n'ont pas de cœur et ont toujours bonne conscience de leurs actions de rejet violent de l'autre peuvent rejeter les immigrés à la mer.  Bien sûr, nous crierons tous au scandale, mais au bout de quelques jours nous aurons tout oublié. Ceux qui ne supportent pas de voir l'autre souffrir peuvent les accueillir puis les renvoyer chez eux. Mais pour que ce retour soit définitif, il faudra que cette dernière catégorie d'Européens accepte de remettre en question la belle vie qu'elle mène et qui n'est possible que grâce à l'expropriation et à l'appauvrissement bien organisés des populations africaines. Dans tous les cas, personne ne doit perdre de vue qu'entre 1850 et 1950, plusieurs millions d'Européens ont fui la misère de leur continent pour s'installer en Afrique, dans les Amériques, en Australie et sur d'autres îles de l'océan Indien. Cela non plus n'est pas enseigné aux jeunes générations qui, hier, croyaient - avant l'avènement de Mandela au pouvoir - que les Sud-Africains étaient blancs, et qui croient aujourd'hui que les Australiens et les populations des Amériques ont toujours été blanches. 

* France info   /  BFMTV pour L'Express

° Complément de lecture : William Morris

Raphaël ADJOBI 

Posté par St_Ralph à 19:32 - Actualités Monde - Commentaires [0] - Permalien [#]