Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

05 février 2018

Je ne suis pas une héroïne (Nicolas Fargues)

                          Je ne suis pas une héroïne

                                      (Nicolas Fargues)

   ou quand un Blanc se fait l'avocat des femmes noires                          

Je ne suis pas une héroïne

            C'est le livre des défis ! Quand un homme entreprend d'écrire un récit à la première personne en se mettant à la place d'une femme, c'est déjà troublant. Si en plus de cela, cet écrivain est un Blanc et la femme une Noire, le trouble nous conduit à redoubler d'attention pour ne pas perdre pied. Une plongée étourdissante dans la peau et l'esprit d'une jeune française noire de son époque, voilà donc l'incroyable prouesse narrative que nous propose Nicolas Fargues.

            A la fin de l'année 2017, Amandine Gay a fait entendre la voix des femmes noires vivant dans une France dont la norme est la couleur blanche, grâce à son film-documentaire Ouvrir la voix. Avec Je ne suis pas une héroïne, Nicolas Fargues lui emboîte le pas pour souligner lui aussi que les institutions de notre pays et le regard de la majorité blanche ne portent pas sur nos compatriotes noires les mêmes jugements que sur les femmes blanches, ne les renvoient pas aux mêmes références culturelles, sociales, humaines. En d'autres termes, les Français blancs peinent à voir dans une femme noire française une femme tout court.

            Comme pour illustrer sa pensée, à travers les récits amoureux de la jeune Gérald, Nicolas Fargues nous livre une somme de clichés et de préjugés dont est accablée la femme noire française ou belge ; des lieux communs chosifiants et animalisants que nos compatriotes blancs gagneraient à découvrir pour se voir de bon biais, comme dirait Montaigne. D'autre part, il n'a pas échappé à l'auteur que, "La France ayant du mal à reconnaître et à intégrer ses minorités, il était devenu plus naturel pour un jeune Français noir de cette génération dite consciente de s'identifier à la langue des Droits civiques américaines qu'aux valeurs prétendument inclusives de la République".

            Je ne suis pas une héroïne est, de toute évidence, un roman politique sur l'identité française ; et pour cette raison, il mérite l'attention d'un très large public. Si à trente ans, les rencontres amoureuses de Gérald sont souvent blanches, c'est parce qu'elle vit dans une société majoritairement blanche et surtout parce qu'elle s'est hissée à un niveau intellectuel où l'homme noir est une denrée rare. Ceux qui verraient dans ce constat un souci d'intégration se trompent ; de même qu'ils se trompent quand ils taxent de communautaristes les Noirs rejetés à la périphérie des grandes villes. La politique assimilationniste du pouvoir blanc doit prendre conscience que l'identité française ne consiste pas à faire de la couleur blanche la norme pour tous mais à respecter la diversité nationale.

Raphaël ADJOBI

Titre : Je ne suis pas une héroïne, 263 pages

Auteur : Nicolas Fargues

Editeur : P.O.L., 2018   

Posté par St_Ralph à 14:05 - Littérature : romans - Commentaires [2] - Permalien [#]

26 janvier 2018

Ouvrir la voix (Amandine Gay) et l'association La France noire

                                          Ouvrir la voix

                                           (Amandine Gay)

images Ouvrir la voix

Le cinéma Agnès Varda de Joigny nous a permis de voir, le dimanche 21 janvier, "Ouvrir la voix", le documentaire de Amandine Gay sur le vécu quotidien des françaises noires dans une France dont la norme est la couleur blanche.

            Ce documentaire qui donne la parole aux femmes françaises et belges nous permet de découvrir les multiples facettes du racisme qui jalonnent leur vie. Des mots de rejet des camarades de la maternelle qui vous marquent pour la vie, à ceux plus sournois qui vous ferment les portes de certains circuits professionnels, en passant par les mots qui animalisent et chosifient, ce film-documentaire est un vrai miroir tendu à la majorité blanche de notre pays. Trop souvent, nous vivons avec des personnes qui ignorent totalement que leurs gestes, leurs mots, les normes qu'ils affectionnent et défendent sont pour ces femmes noires de vraies meurtrissures. A leurs yeux, une femme noire n'a rien à voir avec une femme blanche ! Leurs mots le montrent, le prouvent.

Amandine Gay - Docum

            Ce film-documentaire mérite d'être accompagné d'un débat à chaque projection ! Il est tout à fait frustrant de rentrer chez soi après l'avoir vu sans avoir échangé avec quelqu'un, sans savoir comment il a été reçu par nos compatriotes blancs.

            Retenons tout simplement que de la même façon que l'on n'en faisait pas assez pour les handicapés ou pour ceux qui ont une orientation sexuelle différente, de même il n'y a pas assez d'éducation pour enrailler le racisme. Le sage dit que la nature a créé des différences mais que c'est la société qui en fait des inégalités. Il convient donc d'apprendre à mieux connaître l'autre pour respecter sa différence.

            L'association La France noire envisage une projection-débat de ce film documentaire à Joigny dans le courant de cette année 2018 avec la participation des lycéens.    

Raphaël ADJOBI 

Posté par St_Ralph à 12:38 - Arts, culture et société - Commentaires [4] - Permalien [#]

23 janvier 2018

Le procès de l'Amérique (Ta-Nehisi COATES)

                                   Le procès de l'Amérique

                                           (Ta-Nehisi Coates)

Le proècès de l'Amérique

            Assurément, Toni Morrison a raison de voir en Ta-Nehisi Coates le digne successeur de James Baldwin, l'auteur de La prochaine fois le feu. En effet, d'une œuvre à l'autre, la voix de Ta-Nehisi tonne juste. Dans Le procès de l'Amérique, cette voix "dévoile les astuces et les artifices qui embrouillent, et laisse apparaître la cohérence et les finalités de ces organismes privés ou parapublics, ayant pour mission [...] d'épargner à l'Amérique blanche une promiscuité dont les effets les plus redoutés ne sont pas le métissage, mais la dévaluation immobilière et [...] l'inquiétant sentiment d'égalité que pourraient éprouver les Noirs s'ils étaient traités en citoyens protégés par les lois". Ces mots repris à la préface signée par Christiane Taubira résument excellemment l'esprit du livre.

            Le procès de l'Amérique est en effet l'effrayant exposé des nombreuses techniques mises en place à travers le temps pour permettre la prédation contre tous les Noirs qui aspirent à vivre comme les citoyens blancs. C'est comme le prix à payer pour le passage du statut de sujet à celui de citoyen dans le système colonial français. Mais aux Etats-Unis, Noirs et Blancs vivent sur le même territoire et le rite de passage est extrêmement douloureux parce que l'objectif premier est qu'il n'y ait pas de passage du tout !

            De la même façon que par le passé "les maîtres blancs échangeaient des tuyaux sur la reproduction de la main-d'œuvre, la meilleure façon de la faire travailler et les punitions efficaces" à lui infliger, de même à l'heure de la démocratie, les Blancs s'échangent les techniques à mettre en place pour exproprier les agriculteurs noirs, pour empêcher les citadins noirs d'être propriétaires de leur maison, pour les obliger à vivre endettés le restant de leurs jours s'ils s'entêtent à le devenir, pour les dissuader d'avoir des prétentions à vivre dans les mêmes quartiers que les Blancs, pour faire rater aux enfants noirs la possibilité de faire des études...

            C'est ici l'occasion de dire avec force à tous les Noirs à travers le monde - et surtout à ceux qui croient avoir l'insigne honneur d'être désignés parmi nous comme les représentants de l'élite noire française - qui dissertent avec arrogance sur ce qu'ils appellent la grande tendance des Africains-Américains à végéter dans la misère, que les ghettos existent aux Etats-Unis parce qu'on a trop longtemps refusé aux Noirs les privilèges dont jouissent leurs compatriotes blancs. Il est certain qu'après la lecture de ce livre, vous ne pourrez qu'avoir beaucoup de respect pour le combat des Noirs Américains, et surtout pour ceux qui sont aujourd'hui leurs porte-voix. Chacun comprendra clairement qu'il est criminel pour n'importe quelle nation de constater un mal spécifique à une catégorie de sa population et refuser de proposer une solution spécifique au nom de la prétendue égalité de traitement des citoyens.

Raphaël ADJOBI

Titre : Le procès de l'Amérique, 123 pages (Traduit par Karine Lalechère).

Auteur : Ta-Nehisi Coates

Editeur : Autrement, 2017.  

Note : Selon Jean-Louis Borloo, la France fait la même chose, et doit donc se corriger.  

Posté par St_Ralph à 12:22 - Littérature : essais - Commentaires [5] - Permalien [#]

10 janvier 2018

Il faut apprendre le passé des Français noirs (Raphaël ADJOBI)

      Il faut apprendre le passé des Français noirs

        (Un entretien accordé à L'Yonne républicaine 89)

joigny_3573907

Voici l'article de Sophie Thomas, de L'Yonne Républicaine (89), suite à notre entretien du 9 janvier 2018. Si les Noirs de France faisaient quelque peu attention au contenu des manuels scolaires qui jalonnent les études de leurs enfants, ils comprendraient l'importance de l'existence de La France noire et lui apporteraient leur soutien. Car tous les livres qui sont à la base de leur formation ne contiennent "rien d'une quelconque histoire les concernant [...].Tous ces bouquins ne disent rien de bien sur eux"(Magyd Cherfi, Ma part de Gaulois, 2016). Cliquez donc ici pour lire avec attention l'article.

Si chaque année, chaque Français noir adhérait à 2 ou 3 associations, les combats que nous menons avanceraient efficacement au lieu de piétiner. Je suis moi-même membre de quatre associations : La France noire (siège à Joigny 89) , Afrik'aucoeur (siège à Auxerre 89), Les amis de Laurent Gbagbo (siège à Paris), et les Les Inventifs (siège à Dijon 21). C'est ainsi que l'on fait avancer les causes qui nous tiennent à cœur et non pas en se contentant de dire "oh, c'est bien !"

L'adhésion annuelle à la France noire est de 20€. Rejoignez-nous: La France noire, 53 rue des Saints, 89300 Joigny - Tel : 06.82.22.17.74 (NOTRE BLOG : https://lafrancenoire.com/blog/)

numérisation0005

 

Le P'tit Maillotin et le cours d'histoire

 

Posté par St_Ralph à 15:02 - La France noire info. - Commentaires [2] - Permalien [#]

06 janvier 2018

L'Afrique répond au discours sur les bienfaits de la colonisation française (Une réflexion de Raphaël ADJOBI)

                                       L'Afrique répond

   au discours sur les bienfaits de la colonisation française

           (Toute la beauté de cet article se trouve dans l'avant-dernier paragraphe)

benin_looting

            L'idée "scientifique" européenne dominante au XVIe siècle - aidée sans doute par la découverte de l'Amérique et de l'intérieur de l'Afrique - était que "la civilisation est l'aboutissement d'un long cheminement marqué par des étapes successives, ayant débuté par la sauvagerie" (1). Une conception linéaire de l'humanité qui fait des peuples d'Afrique et des Amériques des sauvages relégués à l'étage inférieure et le Blanc, le civilisé, au plus haut sommet de l'échelle humaine ; conception qui sera nourrie plus tard par les théories des penseurs du XVIIIe siècle pour justifier l'esclavage. S'appuyant sur cet esprit pseudo-scientifique, Montesquieu soutient que certains peuples méritent d'être tenus en esclavage et d'autres non : "il faut borner la servitude naturelle à de certains pays particuliers" ; forcément à ceux où "parce que les hommes (sont) paresseux, on les (met) en esclavage" (Chap. VIII, Livre XV). En effet, selon lui, en Europe, c'est "parce que les lois (sont) mal faites (qu') on a trouvé des hommes paresseux" à mettre en esclavage (id.).

            Malgré la multiplication des abolitions de l'esclavage dans les colonies européennes des Amériques à partir du milieu du XIXe siècle, les travaux de Darwin viendront dynamiser la tendance à hiérarchiser les êtres et à inférioriser les Noirs. Convaincus de l'infériorité des peuples dit "sauvages", coloniser leurs territoires devient alors une entreprise civilisatrice. Bien entendu, ces peuples infériorisés sont tenus à l'écart des valeurs humanistes comme les Droits de l'homme et la laïcité. Civiliser "le sauvage", oui, mais il n'est pas question de le hisser sur le même pied d'égalité que le Blanc, en lui permettant de jouir des mêmes droits.

French_troops_landing_on_Mehdia_Beach_in_1911

            Il ne faut donc pas s'étonner que les hommes de lettres et les politiques soient si convaincus de l'impérieuse nécessité de coloniser l'Afrique, de la débarrasser des pratiques et des valeurs incompréhensibles afin d'élever ses populations au rang de peuples civilisés ! Le discours de Jules Ferry devant les députés le 28 juillet 1855 est très éclairant sur cette vision européenne de l'humanité : "les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures". Il importe "que les nations européennes s'acquittent avec largeur, grandeur et honnêteté de ce devoir supérieur de la civilisation". Oui, pour les Français du XIXe et du début du XXe siècle, civiliser l'autre dit "le sauvage" était un devoir de tout peuple européen parce que jouissant d'une supériorité naturelle.

            Aussi, comme Victor Hugo, tous les politiques et tous les intellectuels de ces époques voyaient dans la colonisation un apport du bonheur aux peuples africains. Mais surtout, tous savaient que la colonisation était le moyen qui restait à la France de résoudre ses propres problèmes. Victor Hugo pouvait donc dire avec force conviction à ses compatriotes : "Emparez-vous de cette terre. Prenez-la [...]. Versez votre trop-plein dans cette Afrique, et du même coup, résolvez vos questions sociales, changez vos prolétaires en propriétaires [...]. Croissez, cultivez, colonisez, multipliez ; et que, sur cette terre, de plus en plus dégagée des prêtres et des princes, l'esprit divin s'affirme par la paix et l'esprit humain par la liberté" (2).

zoom_le_role_positif_de_la_colonisation_plantu_

            La colonisation, la destruction des croyances et des structures politiques et sociales africaines ("dégagée des prêtres et des princes"), l'expropriation des biens et des terres ("emparez-vous de cette terre") pour transformer les prolétaires européens en riches propriétaires, tout cela constituait aux yeux de la France politique et intellectuelle une entreprise civilisatrice dispensatrice de paix et de liberté ! Et le discours n'a pas varié en ce début du XXIe siècle où le paysan et l'homme politique sorti de l'ENA sont fiers de clamer qu'ils ont appris aux Africains et aux Noirs en général à travailler, qu'ils leur ont apporté la civilisation chrétienne et leur ont appris à parler notre noble langue française au lieu de leurs charabias africains ( Référence au Chicago Tribune, 1891, cité par Ta-Nehisi Coates in Le procès de l'Amérique).

            Cependant, il suffit de prendre du recul et d'écouter l'Afrique pour voir le vrai visage de la France qui s'attribue le titre de bienfaitrice, ainsi que le caractère criminel de son entreprise. Comme son discours procède souvent par image, le vieux continent - comme on l'appelle - nous propose une parabole :

            Un singe se promenait dans la forêt. Il sautait d'un arbre à l'autre, lorsqu'il se trouva devant une lagune, et en la regardant entre peur et ravissement - car tous les singes ont peur de l'eau - il vit un poisson nageant dans la vase épaisse, près du bord. "Quelle horreur ! pensa le singe. Ce petit animal sans bras ni jambes est tombé à l'eau et il est en train de se noyer". Le singe, qui était un bon singe, se fit beaucoup de souci. Il voulait sauver le petit animal, mais la terreur l'en empêchait. A la fin, il s'arma de courage, plongea, attrapa le poisson et le tira vers le bord. Il réussit à se hisser sur la terre ferme et resta là, tout content, à regarder le poisson qui faisait des bonds. "J'ai fait une bonne action, pensa le singe, voyez comme il est heureux !" (3)  

            Ce qui fait le plus peur aujourd'hui, c'est qu'à force de s'allier à eux dans leur entreprise prétendument bienfaitrice, certains poissons eux-mêmes commencent à croire les singes.

Raphaël ADJOBI

(1) Le sauvage et le préhistorique, Marylène Patou-Mathys, 2011)

(2) 18 mai 1879, lors du banquet anniversaire de l'abolition de l'esclavage en présence de Victor Schœlcher.

(3) Extrait de La Reine Ginga et comment les africains ont inventé le monde, José Eduardo Agualusa, édit. Métalié, 2017.   

Posté par St_Ralph à 21:29 - Réflexions - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 décembre 2017

La petite danseuse de quatorze ans (Camille Laurens)

                      La petite danseuse de quatorze ans

                                             (Camille Laurens)

La Petite danseuse de 14 ans

            "La petite danseuse de quatorze ans" nous renvoie précisément à la sculpture bien connue de tous d'Edgar Degas représentant une des jeunes filles de l'Opéra du palais Garnier communément appelées les "petits rats" dès l'âge de six ans, et qu'on appelle plus tard "les marcheuses" quand, à treize ans, elles apparaissent sur scène. En allant à la découverte de la vie de ce "petit rat" qui a servi de modèle à l'illustre artiste, Camille Laurens nous entraîne dans un douloureux voyage dans la vie parisienne de la fin du XIXe siècle ; siècle industriel où les enfants pauvres étaient souvent traités comme des esclaves ou des bêtes.

            A vrai dire, ce livre est l'histoire de l'Opéra de Paris vue du côté de ces nombreuses jeunes filles qui, à l'époque, ne rêvaient nullement de devenir danseuse étoile mais plutôt de gagner de quoi se nourrir et à nourrir leur famille avant de finir prostituées dans une maison close ou sur les trottoirs de Paris. Etat de chose qui confirme le sentiment des bonnes familles de l'époque pour lesquelles une femme qui travaille fait montre de sa dépravation, son célibat ou son veuvage. Quant aux mères - souligne Camille Laurens - si elles rêvent toutes de gloire pour leur progéniture, le plus souvent elles incitent très tôt leurs filles à trouver la protection d'un homme. Et dans ce siècle, où "les mœurs en usage sont une absence totale de mœurs", comme le dit si bien Théophile Gauthier, tout le monde savait ce que voulait dire la "protection" d'un homme.

            Au regard de cette peinture sociale, l'analyse de la sculpture de Degas devient à la fois passionnante et émouvante. L'image de "La petite danseuse de quatorze ans" nous apparaît alors non pas comme la représentation mythique de la danseuse d'Opéra, mais la travailleuse ordinaire ; ce n'est pas "l'idole sous les feux de la rampe, mais la besogneuse de l'ombre". Camille Laurens nous montre en quoi Degas, issu du mouvement impressionniste, se distingue de tous les autres, comment il "saisit la réalité sans filtre", comment "il appuie pour faire peur" alors que les autres suggèrent pour séduire malgré leur goût commun pour les scènes de leur époque ; goût qui les éloigne du style pompeux de leurs prédécesseurs attachés aux sujets historiques, mythologiques ou religieux.

            Au-delà des analyses artistiques de l'œuvre de Degas, permettons-nous de dire que ce livre est à conseiller aux enseignants des classes de lycée qui y trouveront non seulement une belle peinture sociale du XIXe siècle, mais encore une présentation claire et convaincante des mouvements littéraires comme le réalisme avec Balzac et le naturalisme avec Zola.

Raphaël ADJOBI       (Pour contacter l'auteur du blog, cliquer sur sa photo)

Titre : La petite danseuse de quatorze ans, 163 pages.

Auteur : Camille Laurens.

Editeur : Stock, 2017.

Posté par St_Ralph à 11:02 - Littérature : romans - Commentaires [5] - Permalien [#]

04 décembre 2017

Le général Alexandre Dumas effacé de LA REVOLTE DU CAIRE, le célèbre tableau de Girodet

                            Le général Alexande Dumas 

                       effacé de LA REVOLTE DU CAIRE

                  le célèbre tableau de Girodet

166453 Girodet - Révolte du Caire

            L’été 1798, quand L’armée d’Orient dirigée par Napoléon - avec le général Alexandre Dumas qu'il avait nommé à la tête de la cavalerie - atteignit le Caire et mit en déroute les Mamelouks – ces anciens esclaves recrutés en Asie centrale qui dirigeaient depuis si longtemps l’Egypte – elle ne fut pas accueillie en libérateur. « Partout, au contraire, (elle) se heurta à la résistances des populations ».

            Malgré la politique de séduction mise en œuvre par les Français, quelques semaines plus tard, la révolte éclata. Du 21 au 23 octobre, « Le Caire fut mis à feu et à sang ». Les principaux groupes de rebelles s’étaient refugiés dans la mosquée Al-Azhar, dont ils avaient fait leur quartier général. C’est alors que le général Dumas « déboula à cheval dans la mosquée, dispersant les insurgés qui, croyant reconnaître dans le cavalier l’Ange exterminateur du Coran, s’égaillèrent en criant l’ange ! l’ange ! » (Récit d’Antoine-Vincent Arnault, 1766 – 1834 , repris par Tom Reiss dans Dumas, le comte noir, p. 291 éd. Flammarion, 2013).

            Selon Antoine-Vincent Arnault - qui a été le premier à rapporter ce récit dès le début du XIXe siècle - après cet exploit et une fois l’ordre rétabli, Dumas fut chaleureusement accueilli par Bonaparte. Le père des Trois mousquetaires, le fils du général, reprendra son récit dans ses mémoires avant Tom Reiss en 2012 (traduction française en 2013) :  

« Bonjour, Hercule ! lui dit-il ; c’est toi qui as terrassé l’hydre. Et lui tendit la main.

-Messieurs, continua-t-il en se retournant vers ceux qui l’entouraient, je ferai faire un tableau de la prise de la grande mosquée. Dumas, vous avez déjà posé pour la figure principale ».

            « Néanmoins, poursuit Tom Reiss, onze ans plus tard, lorsque Napoléon commanda au peintre Girodet sa fameuse Révolte du Caire qui dépeignait la mêlée épique à l’intérieur de la mosquée, la figure principale du général Dumas avait été effacée au profit d’un hussard blond aux yeux bleus s’élançant, sabre au clair, sur l’ennemi, dans une parodie de la bravoure héroïque de Dumas. Dans un autre tableau, le cavalier qui entre dans la mosquée n’est autre que Bonaparte lui-même ».

            Aujourd'hui, on évite de trop mettre en évidence cette deuxième version de La Révolte du Caire dont parle Tom Reiss ; sans doute parce que trop, c'est trop !

            L'été suivant la révolte du Caire, Bonaparte quitta discrètement la ville et s'embarqua de nuit pour la France avec quelques fidèles qu'il avait mis dans la confidence. Lorsqu'il reçut les instructions de Bonaparte par courrier, Kléber entra dans une violente colère et tonna : « Ce b...-là nous a laissé ici ses culottes pleines de... Nous allons retourner en Europe et la lui appliquer sur la figure !  » Malheureusement Kléber fut poignardé quelques mois plus tard dans une rue du Caire par un étudiant syrien (Dumas, le comte noir, p.291-292).

                        Napoléon, un usurpateur avant l'heure

            Déjà, en Italie - avant l'arrivée de l'armée d'Orient en Afrique - les prouesses d'Alexandre Dumas lors de la bataille de Mantoue furent minimisées dans le rapport officiel rédigé par l'aide de camp de Bonaparte pour que toute la gloire revienne à ce dernier. Selon Tom Reiss, "c'était Alexandre Dumas, à la tête de sa modeste force" qui a contraint les Autrichiens à hisser le drapeau blanc de la reddition sur leur principale place en Italie. Pourtant, A Paris, suite à ce rapport, «la bataille de Rivoli qui n'avait eu d'autre objectif que d'empêcher les renforts Autrichiens de sauver leur armée enfermée dans Mantoue», fut célébrée comme la plus grande victoire de la campagne d'Italie. Mantoue, la place forte prise par Dumas est oubliée, Rivoli, la voie qui y mène coupée par Bonaparte est fêtée ! 

            Quand il apprit dans le rapport du général Berthier que son rôle s'était borné à être «en observation», Dumas « prit aussitôt sa plume et adressa à Bonaparte une missive d'une telle insolence qu'elle sera plus tard citée en exemple dans tous les récits historiques à son sujet pour illustrer son légendaire caractère » :

                                                               18 janvier 1797

GENERAL

J'apprends que le jean-foutre chargé de vous faire un rapport sur la bataille du 27 m'a porté comme étant resté en observation pendant cette bataille.

            Je ne lui souhaite pas de pareilles observations, attendu qu'il ferait caca dans sa culotte.

            Salut et fraternité.              

GENERAL-DUMAS - 2

            Vingt-cinq membres du « 20e régiment de dragons, 1ere division du blocus de Mantoue » signèrent une lettre qu'ils adressèrent à Bonaparte dans laquelle ils soulignaient la bravoure et le grand sens de l'honneur de celui qui les avait dirigés dans les combats.

            «Quand Bonaparte envoya son rapport de janvier au Directoire - conclut Tom Reiss - il loua les mérites de tous les officiers qui avaient participé à la conclusion du siège de Mantoue. Pas une fois il ne cita le nom du général Dumas». Sans doute, cet homme était déjà trop célèbre en Europe, à son goût ; cet homme qui est entré dans les livres d'histoire étrangers depuis sa prise spectaculaire du Mont-Cénis ; cet homme que lui-même, Bonaparte, avait comparé à un valeureux général de l'empire romain ! Ce colosse de près de deux mètres que les Egyptiens croyaient être le chef de l'expédition - tant il les impressionnait - lui état insupportable depuis longtemps. Le premier jour de l'attaque des Mamelouks, «l'apparition de Dumas avait fait forte impression sur les Egyptiens. Que faisait ce géant noir en uniforme à la tête d'une armée de Blancs ? Leur saisissement n'avait pas échappé à Bonaparte qui, quelques jours plus tard, sut en tirer le meilleur parti». C'est en effet Dumas que Bonaparte chargea d'aller racheter les Français faits prisonniers :«Je tiens à ce que vous soyez le premier général qu'ils voient. Le premier à qui ils aient affaire» (J. Christopher Herold, cité par Tom Reiss dans Dumas, le comte noir, p. 263).

     Voici ce qu'écrivit dans ses mémoires René-Nicolas Desgrenettes, le médecin-chef de l'expédition en Egypte : «Les hommes de toutes les classes qui, parmi les musulmans, purent apercevoir le général Bonaparte, furent frappés de sa petite taille et de sa maigreur [...]. Celui de nos généraux dont l'extérieur les frappa fut celui du général en chef de la cavalerie, Dumas. Homme de couleur, et ressemblant par ses formes à un centaure, quand ils le virent franchir à cheval les tranchées pour aller racheter des prisonniers, ils croyaient tous qu'il était le chef de l'expédition» (Cité par Tom Reiss, p.263).

 Terminons en paraphrasant John Edgar Wideman (Ecrire pour sauver une vie, Le dossier Louis Till, p. 35) : les vérités et les mensonges se valent aux yeux du pouvoir et de ses historiens jusqu'à ce qu'ils choissisent ce qui peut servir leurs exigences, leur image à présenter à la postérité.    

Raphaël ADJOBI

Posté par St_Ralph à 12:05 - Arts, culture et société - Commentaires [2] - Permalien [#]

28 novembre 2017

Ecrire pour sauver une vie, Le dossier Louis Till (John Edgar Wideman)

                             Ecrire pour sauver une vie

                                            Le dossier Louis Till

                                            (John Edgar WIDEMAN)

Ecrire pour sauver une vie

            Qui est Louis Till ? Réponse : c’est un de ces nombreux soldats noirs-américains engagés sur les champs de bataille, en Europe, durant la seconde guerre mondiale et qui ont fini exécutés par leur propre hiérarchie parce qu’ils ont été accusés d’avoir violé une Blanche. L’écrivain français Louis Guilloux, qui avait servi d’interprète dans ces nombreux procès ayant abouti à la condamnation des Noirs, évoquait ce sujet dans son livre OK, Joe ! ; un témoin de ces procès au dénouement connu d’avance auquel l’Américaine Alice kaplan avait rendu hommage dans The interpreter.

            Pourquoi John Edgar Wideman revient-il sur la sentence qui a condamné à mort Louis Till si nous la savons inique au même tire que tous les autres ? Y a-t-il des éléments nouveaux qui appelleraient à la révision de son procès ? Non ! L’auteur revient sur le procès et la mort de Louis Till pour essayer de comprendre la logique implacable qui structure la pensée de l’Américain blanc dès lors qu’il y a dans son récit la présence ou la marque d’un Noir. C’est aussi pour extirper de son être la place prise par cet homme et son fils et se sauver lui-même en les oubliant. Car ce livre est aussi le récit de sa propre vie bercée par ces deux noms de l'histoire américaine.

            Figurez-vous qu’en 1955 – dix ans après l’exécution de son père en Europe – « Emmet Till, âgé de quatorze ans […], prit un train à Chicago pour aller voir de la famille dans le Mississipi. Quelques semaines plus tard, un autre train rapportait sa dépouille. Emmet Louis Till avait été assassiné parce qu’il était noir et avait prétendument sifflé une femme blanche ».

            Plus d’un demi-siècle s’est écoulé depuis cet événement, mais le visage d’Emmet Till continuait de hanter l’auteur parce qu’il avait alors, comme la victime, quatorze ans.  Mais plus que cela, c’est le lien logique que le juge et le « jury d’une blancheur immaculée » ont établi entre le crime de viol qui a condamné le père en 1945 et le prétendu sifflet qui a abouti au lynchage du fils qui n’arrête pas d’ébranler John Edgar Wideman. Tel père, tel fils, avaient donc conclu les Blancs. Jugement logique et imparable !

            Pour John Edgar Wideman, le jugement de Louis Till – comme le sort infligé à son fils – est comme « n’importe quel bon roman à l’ancienne. Il se déploie peut-être d’un bout à l’autre du monde connu, mais au moment de la scène finale, l’intrigue est résolue, les comptes réglés, l’ordre rétabli, les personnages ont ce qu’ils méritent ». Ce qui veut dire que l’histoire est racontée par quelqu’un qui a tout dirigé de la seule façon possible afin qu’elle se termine « comme elle est censée se finir dès le premier mot de la première page ».

            John Edgar Wideman arrive donc à cette conclusion que « le crime de Till est un crime d’existence […]. Que Louis Till enfreigne ou pas la loi, la justice considère son existence comme un problème. Louis Till est une mauvaise graine qui, tôt ou tard, éclatera et en sèmera d’autres. Till nécessite une action préventive ». C’est pourquoi, selon lui, l’armée a entrepris plutôt une mission qu’une enquête. Pour les Blancs, la peau noire est intimement liée au viol. Elle est le moteur « prévisible de la concupiscence et de la violence bien connues qui bouillonnent […] dans le sang noir des soldats de couleur[…] Tous les individus noirs de sexe masculin étant coupables de vouloir violer les femmes blanches, aucun soldat noir pendu par les agents ne pouvait être innocent ». Parce que la peau noire et le viol constituent "une rébellion de pulsions ataviques incontrôlables", on comprend pourquoi « d’un bout à l’autre des Etats-Unis, les tribunaux continuent encore et toujours à relaxer des assassins comme si les vies noires auxquelles ils ont mis fin ne comptaient pas ».

Raphaël ADJOBI

Titre : Ecrire pour sauver une vie, le dossier Louis Till, 224 pages

Auteur : John Edgar Wideman

Editeur : Gallimard, 2016, traduction de Catherine Richard-Mas.

Posté par St_Ralph à 16:03 - Littérature : romans - Commentaires [3] - Permalien [#]

18 novembre 2017

De la traite et de l'esclavage des Noirs en Libye au XXIe siècle

   De la traite et de l'esclavage des Noirs en Libye

                                     au XXIe siècle

migrants-congo

            Le lundi 13 novembre 2017, j’ai eu l’honneur d’être l’invité de la section départementale d’un célèbre club service international pour donner une conférence sur « Les résistances africaines à la traite et les luttes des esclaves pour leur liberté dans les Amériques ».

            J’avais commencé mon exposé par une définition de l’Histoire qui passe parmi nous pour une science alors qu’elle est un récit dont le contenu s’éloigne de la vérité dès lors que le narrateur néglige ou travestit certains faits devant le structurer. Puis j'ai insisté sur l'immensité de l'Afrique qui est comparable aux Etats-Unis, l'Europe et la Chine mis ensemble. Par conséquent, avais-je dit, il convient de ne jamais la considérer comme homogène, physiquement et humainement. Ensuite, j’avais pris soin de délimiter les zones du continent africain qui connaissaient la pratique de l’esclavage comme l’Europe – le servage n’étant rien d’autre qu’un mot issu du latin désignant l’esclavage – avant de souligner que la zone forestière l'ignorait totalement. Pour preuve, j’avais fait remarquer à l’assistance que la fin de la traite négrière atlantique au milieu du XIXe siècle a coïncidé avec la fin de la traite et de l’esclavage dans cette partie de l’Afrique. Cela est un fait historique indéniable. A la fin du XIXe siècle, les déportations et les assassinats des chefs africains opposés à la colonisation européenne - avec son lot de travaux forcés - constituent des preuves supplémentaires de la non-pratique de cette forme d’asservissement de l'homme par l'homme dans la zone forestière africaine. 

                                Les foyers de l'esclavagisme africain

            Dès le lendemain de ma prestation, mon attention a été attirée par la vente aux enchères de migrants d’Afrique noire par des populations libyennes, blanches et arabes. C’est alors que m’est revenue avec violence ma réponse au doyen du public de la veille. Répondant à sa question sur l’esclavagisme que l’on dit exister aujourd’hui encore en Afrique, j’avais, à nouveau, clairement délimité les zones géographiques africaines où cette pratique était très ancienne et persiste encore : une zone qui part du Sahel jusqu'au nord du continent. J’avais alors avancé le cas de la Mauritanie où l'esclavagisme est courant en ce XXIe siècle et celui du Soudan où la traite a été constatée jusqu'au milieu du XXe siècle. J’avais alors parlé de l’expérience de Joseph Kessel et de son reportage pour le journal Le Matin en 1930. Le journaliste avait participé, au sud du Soudan, à la capture d'une bergère noire et témoignait des techniques mises en œuvre par les trafiquants pour se procurer la marchandise humaine qu'ils destinaient aux pays arabes d'Afrique du nord et du Moyen-Orient. Oui, l'esclavagisme est une pratique ancienne depuis le Sahel jusqu'au nord de l'Afrique où persiste encore en ce XXIe siècle ce que Malek Chebel appelle "l'esclavage de traîne" (1). 

 

eSNLiELSvuzqrJi-800x450-noPad

                       Ce qui se passe aujourd’hui en Libye n’est donc en vérité qu’une suite logique de l’histoire de l’Afrique : la persistance, dans sa zone islamisée, de la pratique de l’esclavage depuis le Moyen Âge ! N'oublions pas que Soundjata Kéïta l'avait aboli dans son empire au XIIIe siècle. Mais rien ne nous dit qu'il était parvenu à contrôler et maîtriser cette abolition. Tous ceux qui se vantent d’acheter et de vendre des Noirs sont issus de cette zone qui part du Sahel jusqu'au nord de l'Afrique. C'est dans cette zone sahélienne et nordique que l'on retrouve les confréries appelées "chasseurs traditionnels" qui ne sont rien d'autre que des chasseurs de gibier humain, des intermédiaires entre l'Afrique des forêts et le monde arabe.

                           Des chefs d'Etat africains sans réel pouvoir !

            Mais, après ce constat, la vraie question qui mérite d’être posée est celle-ci : que font les dirigeants africains dont les populations sont victimes de cette nouvelle traite et de ce nouvel esclavage ? C’est bien de montrer d'un doigt accusateur les Européens et les Arabes des siècles passés. C'est bien d'accuser les ancêtres de l'Afrique des forêts de ne pas avoir su lutter efficacement, pendant des siècles, contre les prédateurs européens et arabes. Maintenant qu’ils sont spectateurs de la répétition du même crime, que font-ils ?

            Retenons tous ceci : le mutisme des gouvernants africains devant le drame de leurs citoyens en exode massif vers des contrées lointaines - exode qui les expose à l’esclavagisme arabe connu depuis plusieurs siècles - témoigne de la vacuité de leur pouvoir. Certes, poussé par un journaliste, le président de l'union africaine a parlé. Mais que vaut la parole d'un président nègre ? Quel pouvoir a la parole d'un nègre ? « Tous les Noirs du monde actuel sont privés de pouvoir. Le pouvoir c'est tout simplement le contrôle de sa propre vie », le contrôle de la vie des siens pour un gouvernant !  « Si vous n'avez pas le contrôle (de votre vie et celle des vôtres), vous ne pouvez prendre vos responsabilités » (2). Oui, un président noir n’a aucun pouvoir devant ses pairs européens ou arabes. Un président noir est vide de toute substance valorisante pour les siens et pour la diaspora africaine.

Migrants

            Inutile de regarder du côté de la prétendue communauté internationale à la solde de l’Occident ; une communauté internationale qui n’est rien d’autre qu’un miroir aux alouettes pour les Africains. Elle est très douée pour les discours et pour détrôner un chef d’Etat nègre. Pour apporter une solution à une souffrance humaine, ses actions se limitent à des rassemblements chiffrés à des millions d’euros pour rédiger un discours final. En effet, on ne s’imagine jamais ce que cela coûte de réunir ces messieurs, de les loger durant des jours et des jours, les nourrir matin, midi et soir, leur assurer les voyages en avion pour les rassembler, les frais de carburant et les indemnités diverses pour produire un texte d’une page et un compte rendu de quelques dizaines de pages pour la postérité ! Assurément, les pauvres sont ingrats : ils ne savent pas apprécier le coût de tout ce que les puissants de ce monde font pour eux ! Assurément, les nègres sont des ingrats ! Il n’y a tout de même pas perte de gisements de pétrole dans cette affaire de vente de migrants noirs en Libye !

            Inutile de regarder du côté des médias français non plus. C'est la Corée que nous ne sommes pas capables de situer sur une carte qui les intéresse. Eux non plus d'ailleurs, mais en parler leur donne l'air d'être plus intelligents que nous. C'est pourtant la France qui a bombardé la Libye ! Mais une fois que les gouvernants français regardent ailleurs, nos journalistes déménagent pour ne pas rater l'actualité du président. C'est donc une journaliste américaine qui est venue leur montrer que la maison démocratique que la France dit construire en Libye grâce à ses amis au pouvoir brûle ! Pauvre France ! Pauvre Afrique ! Pauvre Afrique, l'obligée d'une pauvre France ! Les deux font la paire !

            Aux Français et aux Africains qui ne cessent de répéter qu'il faut tourner la page chaque fois que l'on évoque l'esclavagisme, je redis encore ceci : les peuples qui tournent les pages sombres de leur passé sans les lire, sans les enseigner, condamnent les générations futures à revivre les mêmes affreux événements.

(1) Malek Chebel : L'esclavage en Terre d'Islam, Fayard 2007.

(2) Nikki Giovanni, cité par Léonora Miano in "Marianne et le garçon noir", note p. 30).

Raphaël ADJOBI

Posté par St_Ralph à 15:56 - Actualités Monde - Commentaires [4] - Permalien [#]

08 novembre 2017

Marianne et le garçon noir (Léonora Miano)

                        Marianne et le garçon noir

                                           (Léonora Miano)          

Léonora Miano

            Avec Marianne et le garçon noir, Léonora Miano emprunte le chemin de la littérature noire-américaine faite de récits douloureux du corps des Noirs livré en pâture aux policiers blancs ou aux discours méprisants ; ces récits qui suscitent la passion des lecteurs français qui devraient par conséquent savoir qu'ici comme là-bas le Noir se heurte au même plafond de verre et aspire à la même liberté et à la même fraternité. Les neufs intervenants auxquels elle donne la parole, nous disent unanimement – en des termes différents – que La France sera résolument engagée dans la voie de la construction de la fraternité nationale « le jour où les descendants des inventeurs de la race consentiront à questionner leur héritage en la matière, et les raisons qui justifièrent, de la part de leurs aînés, cette fracturation du genre humain ». Et ils ajoutent : « Il ne suffit pas de clamer l’inanité de la notion de race. Il est nécessaire de savoir à quels besoins répondait son élaboration et, surtout, de quels fardeaux elle leste le legs culturel et politique auquel on ne souhaite pas renoncer » (Léonora Miano, p. 20).

            En effet, la France ne peut dire vouloir construire une fraternité nationale avec sa population noire tout en chérissant son passé colonial et en maintenant les règles anciennes qui établissent encore son empire sur certaines contrées de l’Afrique. Car le traitement que la France réserve à l’Afrique influe lourdement sur sa politique sociale et humaine à l’égard de sa population noire. C’est ce même regard de mépris plein du sentiment de suprématie blanche qu’elle porte sur l’Afrique qui anime ses relations avec ses citoyens noirs. D'autre part, l’ensemble des rédacteurs de ce livre semblent dire aux Africains – et j’espèrent que ceux-ci en prendront rapidement conscience – qu’aussi longtemps qu’ils ne seront pas capables de transformer leur regard sur eux-mêmes et leurs relations avec les autres régions du monde, le sort des Afro-descendants de France et d’ailleurs sera le mépris de leurs gouvernants et d’une grande partie de leurs concitoyens blancs. Oui, qu’ils sachent que l’image catastrophique véhiculée par l’Afrique collera toujours à la peau des Afro-Européens, où qu’ils se trouvent (Wilfried N’Sondé, p. 201-202). Car ici, « la première chose qu’on voit de toi, c’est ton enveloppe, ton corps. Et on projette des tas de choses dessus » (Yann Gaël, p. 227).    

            Chacun des intervenants qui prennent la parole après Léonora Miano livre le récit d’une ou plusieurs expériences – personnelles ou non – accompagnées de profondes réflexions sur l’état de la société française où les Noirs se demandent chaque jour comment vivre dans « cette France du XXIe siècle qui a conservé les codes du XVIIIe » (Amzat Boukari-Yabara, p. 103). Et ce sont assurément les multiples réflexions qui font de cette œuvre un très bel essai. Même les derniers textes qui se drapent d’un manteau poétique gardent ce ton de vérité lancée à la France blanche et à ses gouvernants. Chers compatriotes blancs, cessez de nous répéter « masquez cet esprit critique qu’on vous a inculqué […] cachez ce corps qu’on vous envie que tant d’autres travaillent à imiter eh bien cachez-le vous cachez-vous pour le confort de tant d’autres diluez-vous donc dissolvez-vous […] on est ici né nais-y ici mais si renais-y plus blanc plus écarlate que l’on te pardonne de n’être pas comme nous […] ». Surtout ne me dites plus « pensez donc comme moi que je puisse avoir raison de vous » (Yann Gaël, p. 103).

Raphaël ADJOBI    (Cliquez sur ma photo pour me contacter)

Titre : Marianne et le garçon noir, 267 pages ;

Auteur : Ouvrage collectif sous la direction de Léonora Miano

Editeur : Pauvert, 2017.

Posté par St_Ralph à 17:07 - Littérature : essais - Commentaires [8] - Permalien [#]