Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

17 mai 2012

Vacherie Sarkozienne

              A lire sur Mes pages politiques

                        Vacherie sarkozienne  

numérisation0012

Posté par St_Ralph à 18:00 - Actualités françaises - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 avril 2012

Les dozos de Côte d'Ivoire, dernier vestige de la contribution des Noirs aux traites négrières

       Les dozos de Côte d’Ivoire, dernier vestige

de la contribution des Noirs aux traites négrières

Dozos de C            On les appelle communément « chasseurs traditionnels ». Mais rares sont ceux qui savent ce que cache ce vocable. De quelle chasse s’agit-il, en effet ? Dans cette zone de savane du nord de la Côte d’Ivoire, quel gibier chassait cette confrérie armée de fusils et de coupe-coupe et vêtue d’un uniforme reconnaissable de loin ? Naïfs sont ceux qui, aujourd’hui, ont vite cru que ces hommes subissaient des rites sensés les rendre invulnérables aux balles pour aller à la chasse aux sauterelles ou aux serpents pullulant dans ce nord peu peuplé. Il convient de tourner son regard plus loin vers le passé pour découvrir la vraie histoire de cette confrérie qui, faisant de son habillement un réel épouvantail, ne peut en aucun cas être prédatrice du monde animal. 

            Non, quand on travaille à se rendre invulnérable aux armes à feu, on ne va pas à la chasse aux animaux qui, jusqu'à preuve du contraire, ne portent pas de fusils. La formation de ces groupuscules aux déguisements effrayants remonte, de toute évidence, à la traite négrière musulmane, entre le 8è et le 16è siècle. Avant les peuples côtiers qui ne jouiront d’armes à feu qu’à l’avènement de la traite atlantique, les populations du Sahel, elles - avec les zones de savane, pour être plus large - vont, au contact des arabes, très tôt apprendre leur maniement. Aujourd’hui encore, dans tous les pays d’Afrique occidentale sahélienne de confession musulmane, jusqu’au Maroc et en Algérie, les fêtes au cours desquelles l’on tire des coups de fusils en groupe sont choses courantes. 

            Les dozos de Côte d'Ivoire ne sont en réalité qu'une survivance de la contribution des Noirs aux traites négrières musulmane et atlantique. Leur vocation première était la chasse à l'homme. Enlever hommes et femmes dans les champs, incendier les villages et faire des captifs, voilà ce à quoi ils étaient formés. Leur présence aujourd'hui dans le paysage  militaire du pays ne peut donc que réveiller des souvenirs peu agréables pour l'Afrique, des souvenirs dont notre continent ne tire aucune fierté. Certes, si le crime de l'esclavage a toujours été préparé et financé dans des cercles à l'étranger, s'il est vrai qu'il y a eu à chacune de ses étapes des résistants, force est de reconnaître que les réseaux de Noirs africains attirés par l'appât du gain ont prêté main forte aux Arabes et aux Européens pour leur faciliter la tâche. De même qu'aujourd'hui, malgré les mouvements de résistance à la recolonisation de l'Afrique, certains Noirs se prêtent volontairement comme instruments locaux aux actes de prédation des Européens sur le continent.

            Les Ivoiriens ne peuvent donc nullement être fiers d'abriter en leur sein un vestige du passé qui n'honore pas la mémoire de l'Afrique. Quand, il y a plus de dix ans, les dozos ont commencé à défrayer les chroniques des médias locaux, c'est avec des quolibets que le public accueillait leurs aventures qu'il jugeait pittoresques. On redoutait leur violence, certes ; mais c'était tout. Et parfois même, pour se garantir des vols et des intrusions nocturnes à leur domicile, certains riches propriétaires louaient leurs services et en faisaient des gardiens. Personne n'osait alors s'indigner de l'existence d'une telle milice au sein d'une nation moderne comme la Côte d'Ivoire. Cela dura jusqu'au moment où ces dozos s'engagèrent aux côtés des rebelles ivoiriens venus du Burkina Faso et qu'on les vit égorger allègrement les populations. Dès lors, tout le monde prit peur. Mais qui aurait à l'époque osé demander leur disparition ? Les Nordistes ivoiriens auraient crié à la chasse aux diaoulas ! On se tut donc et on se mit à serrer les fesses. Malheureusement, en 2011, l'irréparable se produisit : les dozos massacrèrent la population de Doukoué dans le seul but de permettre aux populations du nord (communément appelées "dioula"), du Mali et du Burkina de s'approprier des terres nouvelles. Devenus les supplétifs de l'armée des rebelles au service du prétendant de la France et de l'Onu au fauteuil de président de la République, ils ont eu le sentiment qu'ils avaient une mission sacrée à accomplir puisqu'ils étaient désormais intouchables. 

Dozos de C            Les Ivoiriens ont toutes les raisons d'avoir honte de voir que les gouvernants actuels, installés par des forces étrangères, s'appuient sur les FRCI, des soldats issus d'une ethnie ou d'une ère géographique spécifique, pour gouverner. Mais plus grande encore doit être leur honte de voir ces dozos, vestige du passé esclavagiste de l'Afrique, devenir les supplétifs d'une armée que l'on voudrait nationale. Comment une confrérie de chasseurs d'esclaves ayant des pratiques occultes et sanguinaires peut-elle servir une nation parallèlement à son armée qu'on voudrait républicaine ? N'est-ce pas laisser le diable entrer dans nos rangs ?  Seule une dictature peut faire de ces êtres singuliers un organe d'utilité publique parce que leurs moeurs violentes immuables lui sont nécessaires. Et qu'aucune presse étrangère ne s'interroge sur l'existence dans les FRCI de cette excroissance dépareillée aux moeurs sauvages et non point militaires - alors que les patriotes sont qualifiés de miliciens antidémocrates - est assez troublant. Oui, trop troublant pour ne pas ressembler à de la complicité avec le nouveau pouvoir aux allures dictatoriales.    

Raphaël ADJOBI   

Posté par St_Ralph à 22:18 - Histoire - Commentaires [13] - Permalien [#]

09 avril 2012

La Religieuse (Denis Diderot)

                                                      La Religieuse

                                                      (Denis Diderot)

La Religieuse II 0001            Rares sont les romans que l'on relit avec plaisir une quinzaine d'années plus tard ; sachant que le temps et l'âge changent nos goûts et émoussent certains de nos sens tout en perfectionnant d'autres. La Religieuse de Denis Diderot est de ces romans dont la relecture vous donne l'impression que le temps n'a point affecté vos sens. Ce livre d'une extraordinaire beauté à la fois par l'écriture et la justesse des sentiments nous introduit dans le passé des institutions religieuses que sont les couvents européens. Un univers peu connu du grand public, aujourd'hui comme hier, qui mérite un regard attentif parce que s'y cachent des souffrances humaines insoupçonnées. 

            Lorsqu'à seize ans la belle Suzanne Simonin entre au couvent Sainte-Marie, ce n'était pas la vocation qui animait son coeur. Comme de nombreuses jeunes filles du 18è siècle, c'est la volonté familiale qui l'y a conduite. Ce récit est le mémoire de sa vie qu'elle adresse au marquis de Croismare après sa fuite du troisième couvent duquel elle désespérait ne jamais pouvoir sortir malgré les démarches entreprises pour renoncer à ses voeux. Afin de le déterminer à changer son sort en lui apportant son secours, elle y peint avec précision les souffrances subies aussi bien au sein de sa famille que dans les différents couvents où l'ont conduite les contraintes familiales pour faire d'elle la parfaite épouse de Dieu. 

            Malgré les persécutions dont elle était l'objet et l'aversion qu'elle avait pour l'ordre religieux, Suzanne Simonin s'appliquait à respecter scrupuleusement les devoirs des deux premiers cloîtres : le couvent Sainte-Marie et le couvent de Longchamp. Cependant, dans son coeur, elle savait qu'il ne fallait pas qu'elle demeurât trop longtemps dans ces lieux pour ne point "finir par être une mauvaise religieuse". Pour prévenir ce moment, il lui fallait par un stratagème prendre contact avec un homme de loi pour l'aider à rompre ses voeux. Sa voix et son talent de musicienne firent le reste. Bientôt, toutes les religieuses la côtoyèrent et quelques personnes du monde cherchèrent à la connaître. Quand enfin, elle rejoignit le couvent de Saint-Eutrope près d'Arpajon, ce fut comme si elle tombait de Charybde en Scylla. C'est dans cette dernière partie - la plus longue d'ailleurs - que le lecteur découvre l'un des aspects les plus ignorés des couvents : la sexualité des religieuses. C'est avec beaucoup de finesse que Denis Diderot parvient à nous rendre compte des passions des coeurs et des affres des sens dans cet univers féminin.     

La religieuse 0001            La Religieuse est un excellent roman historique s'attachant à nous montrer le fonctionnement des familles européennes à l'époque de la toute puissance de l'église catholique sur la vie quotidienne et sur la conscience des hommes et des femmes. Nous plongeons ici dans une époque où la foi chrétienne rythmait la vie, les unions entre époux, les héritages familiaux. Un roman historique qui nous peint également avec beaucoup de vivacité le monde cruel et inhumain des couvents où les jeunes filles entrent le plus souvent par respect de la volonté des familles quand ce n'est pas pour y cacher un chagrin d'amour ou pour échapper à la pauvreté. Ce roman est, en d'autres termes, le cri de toutes les jeunes filles qui, entrées en religion malgré elles, supportaient leur état avec dégoût et parfois avec abnégation. 

Raphaël ADJOBI

Posté par St_Ralph à 12:41 - Littérature : romans - Commentaires [4] - Permalien [#]

28 mars 2012

Côte d'Ivoire, le coup d'Etat (par Charles Onana)

Côte d'Ivoire, le coup d'Etat

(par Charles Onana)

numérisation0004 Voici le livre le plus documenté, le plus complet sur la vie politique ivoirienne de 1990 à 2012. La préface du Président Thabo Mbeki est à elle seule un témoignage historique. L'ancien président de l'Afrique du Sud qui a été pour un temps chargé du dossier ivoirien décrit clairement les clefs d'une injustice internationale avec les déclarations de diplomates à l'appui. Mais on apprécie surtout la part belle que l'auteur fait aux documents officiels et aux témoignages des acteurs de l'ombre de la tragédie ivoirienne.

Ce livre est à conseiller avant tout aux Européens, à ceux qui ferment les yeux sur la politique étrangère de la France pour ne regarder que la rondeur de leur ventre, l'épaisseur de leur portefeuille, la beauté de leur voiture et le compteur de la pompe à essence. Il est à conseiller à ceux qui ont appris à répéter que les Africains sont pauvres parce qu'ils sont fainéants et incapables de se gouverner, prompts à se faire la guerre pour un oui ou pour un non. Il est destiné aux incultes et aux naïfs de tout acabit qui sont convaincus de la mission civilisatrice de la France et qui pensent que leurs impôts et leurs soldats servent à aider les Africains. On lit ce livre en pensant aux Français qui parlent souvent de l'Afrique qu'ils ne connaissent pas mais qu'ils croient connaître mieux que les Africains au point de leur proposer des solutions à leurs problèmes.

Ce livre est en réalité, en grande partie, un discours adressé à la presse française dont l'auteur souligne le rôle dans la formation de l'opinion publique en même temps qu'elle sert d'outil de diversion ou de camouflage au régime français. Journaliste lui-même, Charles Onana semble, de manière évidente, avoir eu constamment le comportement de ses pairs français devant les yeux en écrivant ce livre. Aussi pose-t-il la bonne question : « Les Français peuvent-ils être fiers de ce qui se passe actuellement en Côte d'Ivoire depuis le départ de Laurent Gbagbo ? »

Nous avons ici un portrait très intéressant de chacun des trois acteurs principaux de la crise ivoirienne. Il faut connaître le parcours d'Henri Konan Bédié, de Laurent Gbagbo et d'Alassane Ouattara avant de dire que tel ou tel est démocrate. On ne peut se permettre de juger les hommes sans les connaître. Ces portraits nourris de nombreux témoignages sont donc à lire absolument. Celui d'Alassane Ouattara nous éclaire sur son plan machiavélique savamment calculé pour mettre la Côte d'Ivoire à genoux. Dans un rapport datant de 1993, l'Assemblée Nationale dénonçait la privatisation "en bloc" des sociétés d'Etat non déficitaires qu'Alassane Ouattara démantelait sans aucun scrupule. Elle y précisait que l'absence du secteur bancaire dans le comité de privatisation était le « signe d'une braderie du patrimoine national et d'appauvrissement de l'Etat. » Les députés soulignaient, devant l'indifférence totale d'un homme peu soucieux du tissu social ivoirien, « le danger réel que représente pour la Nation la concentration des entreprises ivoiriennes entre les mains d'un seul groupe » étranger. Ils constataient qu'il leur était impossible, malgré leur insistance, de « connaître le montant des recettes des privatisations, et l'utilisation qui en est réellement faite. » Ils ne pouvaient le savoir parce que « les produits des privatisations - poursuit le rapport - sont domiciliés auprès de la Banque centrale et de quelques banques commerciales et non pas auprès du Trésor public ». Il fallait être mû par une idée fixe pour être sourd à tant d'observations sur les manquements qui fragilisaient le pays pour longtemps. Le lecteur appréciera par ailleurs la pertinence des analyses de l'auteur des différents propos d'Alassane Ouattara sur l'idée qu'il se fait de la Côte d'Ivoire. Les dires de feu l'Ambassadeur de France en Côte d'Ivoire Renaud Vignal (2001-2003) complètent merveilleusement bien le portrait déjà effrayant de l'homme.

Cette expropriation des Ivoiriens de leurs outils économiques entreprise entre 1990 et 1993 devait être achevée. Il fallait qu'Alassane Ouattara revînt. C'est, apparemment, en remarquant chez lui cette volonté cynique que les puissances étrangères en ont fait leur cheval de Troie ou leur négrier. Tout le reste ne fut que manipulation de l'opinion internationale pour faire passer un coup d'Etat en entreprise humanitaire ou en oeuvre d'assainissement démocratique.

Selon l'auteur et le président Mbeki, L'U.A (l'Union Africaine) sort affaiblie de la guerre postélectorale ivoirienne parce que marginalisée par les grandes puissances qui se sont appuyées sur elle pour intervenir en Côte d'Ivoire au seul regard de leurs intérêts. Quant à l'Onu, ils estiment qu'elle a compromis sa légitimité comme force neutre. « Il sera désormais difficile pour l'Organisation des Nations Unies - dit le président Mbeki - de convaincre l'Afrique et les autres parties du monde en développement qu'elle n'est pas seulement un instrument entre les mains des grandes puissances ».

Avant de se permettre de donner des avis sur les événements politiques ou de juger les hommes politiques ivoiriens, chaque Africain devra lire ce livre. Quant aux Ivoiriens, je le leur conseille pour qu'ils découvrent ce que veut dire "vouloir la démocratie et la liberté" et ce qu'il convient d'être et de faire pour cela. Les extraits des autobiographies de Laurent Gbagbo et de Simone Ehivet les édifieront. Pour ce qui concerne Alassane Ouattara, quand il sera capable de tenir la plume pour écrire un livre qui ne sera pas un livre de compte, sans doute nous exposera-t-il la parfaite noirceur de son âme.

Ivoiriens, lisez les cinq premiers chapitres du livre et vous comprendrez que vous ne sortirez du trou où vous a mis Alassane Ouattara que par une heureuse fortune ! Sinon, vous mourrez tous esclaves d'un système sans scrupule dont le fer de lance est un homme qui avait une vengeance personnelle à assouvir contre votre pays. Il a triomphé et il se repaîtra de votre chair, il rongera vos os et sucera votre moelle. Vous gémirez de douleur. Mais peut-être qu'avec le temps, vous prendrez vos gémissements pour des manifestations de plaisirs et de bonheur. Si toutefois cela vous arrive, ne vous étonnez pas que l'on dise de vous que vous êtes des imbéciles heureux !

Raphaël ADJOBI

Titre : Côte d'Ivoire, Le Coup d'Etat, 413 pages

Auteur : Charles Onana (Préface du président Mbeki)

Editeur : éditions Duboiris

Posté par St_Ralph à 00:01 - Littérature politique - Commentaires [10] - Permalien [#]

22 mars 2012

Les énigmes de Favrolles

                                          Les énigmes de Favrolles

                                          (un roman de Chrys Demange) 

Les enigmes de Favrolles 0008            Dans son premier roman publié en 2006, Chrys Demange avait montré un réel talent pour peindre le monde des enfants. Il aurait été dommage qu’un tel don ne produisît pas d'autres fruits. Heureusement, l’appétit venant en mangeant, elle a enchaîné, en 2007, deux autres publications : Un sacré chenapan et Les énigmes de Favrolles.  Ce dernier roman qui retient ici notre attention a ceci de singulier qu’il est une adaptation du roman policier au monde des enfants de 10 à 13 ans.

            Les énigmes de Favrolles sont en effet une série d’enquêtes policières menées par les jumeaux Agathe et Romain accompagnés de leur chien Black. Les histoires qui entraînent les jeunes détectives dans les aventures proposées ici sont toutes nées des rumeurs propagées par les habitants très cancaniers de Favrolles, ce petit village du Berry. Le but de ces deux Sherlock Holmes en herbe et de leur chien est de remonter, à chaque fois, rapidement à la source de la rumeur afin de l’étouffer au plus vite pour garantir la quiétude des habitants. Heureusement, c’est de bon cœur que ceux-ci se prêtent aux questions des enfants et font tout pour satisfaire leur curiosité. Ils ont d’ailleurs très vite fini par croire que ces trois petits êtres sont d’utilité publique.

            Courte et bien menée, chacune des aventures policières révèle à la fois l’âme des habitants de Favrolles et la perspicacité des enfants. Mais parce que ces derniers apparaissent - sans doute avec le temps - comme des éléments qui agrémentent la vie du petit village, les énigmes qu’ils résolvent ne semblent pas contribuer à raréfier les rumeurs. Aussi, eux-mêmes finissent par croire que « tant qu’il y aura des favrollinois à Favrolles, ils n’empêcheront jamais les gens d’extrapoler à partir d’un fait banal et d’en faire une histoire abracadabrante ».           

            Dans l'univers des livres où le choix des lectures pour enfant n'est pas aisé, il est bon de compter sur l'aide des enseignants qui introduisent dans les classes les écrits des auteurs modernes ayant une belle plume. Ceux des classes de CM2 et 6è trouveront dans les énigmes de Favrolles des récits policiers bien agréables qui aiguiseront la curiosité de leurs élèves.             

Raphaël ADJOBI  

Posté par St_Ralph à 21:28 - Littérature jeunesse - Commentaires [7] - Permalien [#]

14 mars 2012

Manifeste pour les "produits" de haute nécessité

Manifeste pour les "produits" de haute nécessité

numérisation0001            Ma place à la fois dans le monde du travail et la société de consommation me donnait depuis quelques années le sentiment d'être embarqué dans un train tiré à folle allure par le capitalisme. Quiconque en descend est soit écrasé soit perdu à jamais sur le bord de la voie. Ce petit manifeste me faire comprendre que cette image n'est point irrationnelle mais la peinture exacte d'une triste réalité. Le terme "déconstruire" signifierait alors trouver les moyens d'arrêter ce train, ou lui imprimer un rythme qui serait conforme à la vie de ceux qu'il transporte. 

            Ce manifeste fait suite au mouvement social qui s'est installé en Guadeloupe et en Martinique en janvier et février 2009. Ceux qui l'ont lu n'ont certainement pas manqué d'y repenser lors des récents troubles survenus à l'île de la Réunion en février 2012. Ses rédacteurs ont vu dans l'ampleur et la profondeur de l'âme du mouvement, plus qu'une colère contre les békés. Pour eux, les affres de la "hausse des prix" ou de la "vie chère" ne sont que les résultantes du libéralisme économique qui condamne chacun de nous à n'être qu' « un consommateur » ou « un producteur » : le consommateur ne travaillant que pour consommer ce que produit sa force de travail devenue marchandise ; et le producteur étant réduit à la seule perspective de faire des profits sans limite sur des consommateurs.

            Ce texte est donc la peinture d'une économie devenue sa propre finalité. Il nous tend le miroir de la course aux nécessités immédiates, au pouvoir d'achat, au panier de la ménagère, à cette vie prosaïque à laquelle le poétique fait tant défaut. Il montre que la vie de nos hommes politiques se limite à gérer les misères les plus intolérables et à réguler les sauvageries du "Marché". 

            Pour accompagner le panier de la ménagère plein des produits de première nécessité, le manifeste plaide pour des produits de "haute nécessité" qui font appel à la part poétique de la vie et donc à des exigences existentielles d'un autre ordre.   

            Puisque le mouvement social de 2009 a montré la faillite de tous les pseudo-pouvoirs intermédiaires (régions, préfets, département, association des maires) entre les Antilles et le pouvoir central métropolitain, les rédacteurs du texte proposent l'émergence d' « une force politique de renouvellement et de projection apte à nous faire accéder à la responsabilité de nous-mêmes par nous-mêmes et au pouvoir de nous-mêmes sur nous-mêmes » ; car c'est le déficit de responsabilité qui crée l'amertume, la xénophobie, la crainte de l'autre et le manque de confiance en soi. D'autre part, selon les rédacteurs, les Antilles doivent rechercher leur autosuffisance en se fournissant en produits de toutes sortes dans les Caraïbes plutôt que de se laisser dominer par les intermédiaires entre elles et la métropole. Enfin, ils estiment nécessaire de faire en sorte que le travail « même acharné, même pénible » redevienne un lieu d'accomplissement pour l'homme.

            Si les propositions contenues dans ce manifeste apparaissent quelque peu utopiques, c'est parce que nous avons constamment en tête le manque de volonté politique de nos dirigeants quand il s'agit de mettre à genoux les réseaux de grands profits comme la grande distribution ou les paradis fiscaux. Mais force est de constater qu'elles pourraient s'appliquer à d'autres populations à travers le monde. L'on pourrait même dire qu'elles s'inscrivent dans l'idée de "déconstruction ou décroissance", le nouvel ordre économico-social, dont de nombreux acteurs économiques projettent l'avènement.             

Raphaël ADJOBI 

Titre : Manifeste pour les "produits" de haute nécessité, 12 pages

Editeur : Edition Galaade Institut de Tout-Monde

Posté par St_Ralph à 15:26 - Actualités Monde - Commentaires [4] - Permalien [#]

03 mars 2012

Henri Konan Bédié, nous irons pisser sur votre tombe à la queue leu leu !

                                    Henri Konan Bédié,

                     nous irons pisser sur votre tombe

                                    à la queue leu leu ! 

Henri K            Le dernier grand événement que la Côte d'Ivoire a connu - à savoir sa défaite en finale de la Coupe d'Afrique des Nations - a révélé, à tous les observateurs locaux et sans doute aussi du monde extérieur, qu'il y a un rejet clair et net par les Ivoiriens du président que la France, les Etats-Unis et l'ONU ont choisi pour eux. Ils se sont réjoui de la défaite des Eléphants (l'équipe nationale) parce qu'ils ne voulaient pas que des actions d'envergure nationale viennent conforter ou saluer l'autorité d'Alassane Ouattara sur le pays ! Ils ne voulaient en aucune façon montrer de la sympathie pour son régime en festoyant de quelque manière avec lui !   

            La forme de l’expression de ce sentiment n’est pas anodine. Elle traduit une situation très grave : la claire séparation entre le président et le peuple ivoirien par un abîme insondable ! Oui, force est de constater que le fossé qui s'est creusé entre le nouveau régime et la population a fini par isoler complètement Alassane Ouattara au point que tout ce qu'il entreprend la laisse tout à fait indifférente. 

En effet, voir l'autorité de l'état ivoirien ouvertement partagée avec les Français comme aux premières heures des indépendances où le pouvoir colonial s'est mué en une multitude de conseillers techniques grassement payés sur les deniers publics est assurément humiliant et inadmissible. Il n'y a qu'un étranger, un homme pas assez pétri des valeurs nationales ivoiriennes pour replacer notre chère Eburnie sous la tutelle de la France, militairement, administrativement et économiquement. Les Ivoiriens et beaucoup d’Africains regardent cette situation comme une véritable catastrophe !    

            Mais, ce qui est encore plus insupportable et pousse les Ivoiriens à baisser davantage la tête comme dans l'attente religieuse d'une intervention qu'ils n'osent qualifier de divine, ce sont les pratiques qu'ils observent quotidiennement dans leur pays. Ils ont cru que les tueries de Douékoué qui les ont ébranlés, les humiliations infligées aux anciennes autorités du pays à l’Hôtel du Golf qui les a médusés, le rabaissement des militaires et des civils rassemblés dans des camps de redressement forcés de chanter des hymnes à la gloire du nouveau maître qui les a estomaqués laisseraient la place à une ère de reconstruction générale et équitable après l'investiture officielle de Ouattara accomplie avec l’onction française par l’auguste main de Nicolas Sarkozy. 

            Ce que les Ivoiriens constatent et qui nourrit cet extrême et singulier ressentiment jamais vu sous d’autres cieux, c’est le spectacle d’insécurité, d’injustice et de brutalités de toutes sortes qu’offre le paysage ivoirien. Les Forces Nouvelles (l’armée des rebelles de Soro au service de Ouattara), trop vite pompeusement rebaptisée Force républicaine de Côte d’Ivoire n’a pas permis une véritable réunification des armées dans le pays. Sous l’étiquette FRCI, les populations reconnaissent aisément les pratiques brutales et iniques des rebelles des Forces Nouvelles. Avec les dozos, ils sont les véritables maîtres du pays : ils troublent les meetings et tuent impunément ; ils incendient des villages et donnent la chasse aux populations ; ils détroussent les paysans quand l’envie leur prend ; ils règlent leur compte à tous ceux qui les regardent d’un œil qu’ils jugent mauvais ; ils règlent et dérèglent les élections. Bref : ils font la pluie et le beau temps !. Taï, Gnagbodougnoa, Bonoua, Divo, Vavoua, Alépé, Issia, Saïoua, Sikensi, Bonon, Arrah, Séguéla, etc…, ont subi la colère et la terreur des FRCI et des dozos, sans qu’aucune voix des alliés du pouvoir ne s’élève pour s’indigner ou pour réclamer que cela cesse. Surtout pas celle d’Henri Konan Bédié, le désormais fidèle parmi les fidèles d'Alassane Ouattara !. Bien au contraire, on vous dit clairement que « celui qui ne veut pas voir les FRCI doit quitter le pays ». On croit rêver ! 

            Résultat : Les rebelles gèrent encore le Nord du pays comme aux heures de sa partition avec la bénédiction de l’Onu et de l’armée française. Pendant ce temps, au lieu de construire le reste du pays que l'on pourrait croire sous son pouvoir et celui de la France, Alassane Ouattara se soucie essentiellement de faire la chasse aux pro-Gbagbo : gel des comptes bancaires pour mieux les asphyxier, encouragement de la chasse à l’homme dans l’ouest afin de libérer des terres et des maisons pour le compte des populations nordistes et burkinabé, licenciement massif au sein des institutions du pays et dans la fonction publique pour placer des agents et fonctionnaires issus du nord. Si à l’extérieur, Alassane Ouattara a pris la ferme résolution de contenter la France afin de s’assurer son indéfectible soutien, à l’intérieur, il semble faire tout son possible pour séduire les populations du nord afin qu’elles l’acceptent comme l’un des leurs en donnant quartier libre aux dozos et aux FRCI pour faire ce que bon leur semble. Mais même certaines populations du nord commencent à ne plus se reconnaître dans toutes ces pratiques venues d'un autre monde.                      

            Quand, par moments, Les Ivoiriens relèvent la tête, que voient-ils ? Nullement la figure de Mamadou Koulibaly qui les a abandonnés, mais celle presque satanique d'Henri Konan Bédié qu'ils voudraient vouer aux enfers. La figure de leur espoir a cédé la place à celle de leur ressentiment parce qu'ils ont enfin compris que c'est le manque de constance de cet homme qui est la source de tous leurs maux. 

                            Le mutisme criminel d'Henri K. Bédié  

            Etait-il nécessaire qu'Henri K. Bédié parlât si fort de l'Ivoirité alors que les institutions du pays étaient là pour vérifier dans les faits administratifs, et rien que dans les faits administratifs, la véritable nationalité d'Alassane Ouattara ? Celui-ci n'est devenu ivoirien qu'en 2010 ; un an avant que la direction du pays ne lui soit complaisamment remise. Le manque de sagesse du patron du PDCI ne lui a pas permis de comprendre que quand on est sûr d'avoir raison, on laisse faire la loi plutôt que de régler le litige sur la place publique. Nous savons tous désormais que pour éteindre le feu qu’il a allumé par son manque de diplomatie, Laurent Gbagbo a dû plier sur les suppliques des instances étrangères et tordre le cou à la loi républicaine, permettant ainsi à Alassane Ouattara de devenir ivoirien et par voie de conséquence candidat aux élections présidentielles.Henri K 

            Monsieur Henri Konan Bédié, malgré ce que vous saviez sur l'identité et les intentions réelles d'Alassane Ouattara, qu'avez vous fait quand il s'est officiellement porté candidat ? Vous êtes allé l'embrasser et vous avez signé un pacte avec lui. Etiez-vous poussé par le diable ou par la France ? Supposons que la France ait joué le rôle du diable. Etiez-vous obligé d'embrasser la cause de votre ennemi d'hier en le rejoignant dans son QG électoral au moment de la crise postélectorale due à l'incertitude des résultats ? Comme diraient les Ivoiriens, vous vous êtes montré "petit", à ce moment-là ! Un tel suivisme irréfléchi est indigne d'un homme qui a connu tous les honneurs dans son pays. Oui, à ce moment-là, vous étiez devenu insignifiant, réduit à la dimension d'un enfant suivant les pas de son protecteur qui le tient en otage pour servir de bouclier honorable aux yeux de l'extérieur.   

            Pour vous remercier, que vous a-t-on promis ? Votre nom en lettres d'or sur le troisième pont que Laurent Gbagbo était sur le point de jeter sur la lagune Ebrié ! Quelle plénitude ! Mais savez-vous que déjà des millions d'Ivoiriens sont certains que votre nom n'y demeurera pas très longtemps parce que le pont sera vite débaptisé ? Savez-vous qu'au regard de votre inconstance et de ses conséquences criminelles et humiliantes qui sont le lot quotidien des ivoiriens, nous rêvons tous d'aller pisser sur votre tombe à la queue leu leu ? Nous nous bousculerons gaiement au cri de « pousse-toi, que je l'arrose abondamment ! » Il ne faut finalement pas grand chose pour soulager nos peines, vous savez ? 

            Car quoi ? Peut-on être Ivoirien, une ancienne éminente autorité du pays et rester muet devant tant d'injustices, tant de crimes impunis, tant de souffrances quotidiennes de vos compatriotes ? Leurs pleurs et leur cris qui montent des villes et des villages brûlés et meurtris ne parviennent-ils pas jusqu'à vous ? Mon Dieu, peut-on être sourd à ce point alors que vous prétendiez, il n'y a pas si longtemps, pouvoir diriger ce pays ? Pourquoi ne faites-vous pas entendre votre voix ? Vous n’en avez pas de personnelle, sinon de fabrication étrangère ! Un vendu, voilà ce que vous êtes !

            Que d'occasions manquées, M. Henri Konan Bédié, pour dire "assez !" à votre allié et à votre donneur d'ordre et organisateur étranger ! Que d'occasions manquées pour vous désolidariser des crimes et des injustices et vous réconcilier avec les Ivoiriens qui attendent qu’un leader reconnaisse leurs peines et les aide à panser leurs plaies. Il aurait suffi que devant les excès de la dictature d’Alassane Ouattara vous disiez « assez ! » pour que vos frères vous tendent les bras et se réconcilient avec vous. Est-ce l'espoir d'un poste de Premier Ministre pour l'un des membres de votre parti qui vous contraint au silence ? Est-ce le prix de tant de morts, de tant de souffrances ? Quelle maigre pitance ! Non, nous ne mangeons pas de ce pain !   

            Visiblement, vous avez perdu tout sens de l’orgueil et de l'honneur, et nous tout espoir de vous revoir parmi nous. Vous voilà un étranger à nos yeux au même titre que celui qui dirige la Côte d'Ivoire. Il ne nous reste qu'à vous dire : Vade retro satanas !                           

Raphaël ADJOBI

Posté par St_Ralph à 23:19 - Actualités ivoiro-françaises - Commentaires [9] - Permalien [#]

28 février 2012

Les Afro-Français et la tentation du vote Front National ; la position du MAF

     Les Afro-français et la tentation du vote FN

                                 La position du MAF* 

numérisation0007            Depuis le début de l'année 2012, exaspérés par le mutisme des candidats à la présidentielle sur les questions qui les touchent de près, les Afro-Africains semblent gagnés par une fièvre de sympathie pour le Front national (FN). Les témoignages qui fusaient çà et là ont fini par ébranler quelque peu les esprits au point de menacer l'efficacité d'un éventuel appel au vote unitaire que le MAF compte proposer à ses membres. 

            Visiblement, les Afro-Africains n'apprécient guère de voir leur sort assimilé à celui des immigrés de tous les horizons. En couvrant leurs préoccupations d'un mutisme coupable ou en les confondant avec d'autres, les hommes politiques ont laissé le champ libre aux vieux démons de la France qui surgissent à chaque échéance électorale de grande envergure. Partout, il n'est plus question que d'immigrés et de civilisation supérieure. Une façon très claire de clamer le péril de la maison France-gauloise-blanche. Les ennemis, ce sont tous les autres qui ne sont ni Blancs, ni gaulois ; donc les Afro-Français. Devant l'amplification de cette atmosphère malsaine, seule la voix de François Bayrou a tonné pour dire clairement qu'il y a des limites que l'on ne saurait franchir en cette terre de France sans conséquence grave. Les autres se sont contenté de murmurer du bout des lèvres quelques sons inaudibles. 

            D’autre part, la politique africaine de la France étant complètement exclue du débat des présidentielles – ce qui occulte par voie de conséquence les manquements dont la France s’est rendue coupable en Côte d’Ivoire et en Libye –, de nombreux Afro-français se souviennent que Marine Le Pen a été la seule responsable politique à dénoncer, dès les premières heures, l’acharnement des Européens sur Laurent Gbagbo et Mouammar Kadhafi. Le premier est en prison dans l'indifférence générale des autres partis politiques. Ils n'oublient pas que leurs parents, grands-parents et arrière-grands-parents sont victimes de la politique de leur pays. Ils n'oublient pas que leurs impôts entretiennent des armées qui tuent leur passé. 

            Voilà donc les motivations d'une sympathie assez singulière qui pourrait menacer la belle cohésion que tente d'instaurer le jeune Mouvement des Africains-Français pour peser dans le choix du futur président. Pour éviter la dispersion des voix de ses membres, le MAF a décidé
de décortiquer, semaine après semaine, le programme des différents candidats afin de ne retenir que celui qui défend le mieux ses intérêts. En réalité, il semble que cette longue consultation, qui a commencé le 11 février dernier par le programme du FN, a pour seul but de dissuader les Noirs de France à apporter leur vote à Marine Le Pen. Pour le MAF, il ne faut en aucun cas laisser croire que le Front National détient la solution des Noirs en France.

                           Le programme antichrétien du FN        

            Voter pour Marine Le Pen et son programme, clame le MAF, c’est accepter que les enfants des immigrés n’aient plus la nationalité française ; pour être Français, il faudra être de parents français. C’est ce que l’on appelle le droit du sang par opposition au droit du sol. A première vue, cela n'est pas une mesure dramatique. Mais ceci entraînant cela, le programme stipule qu'un enfant d’immigré n’aura plus le droit à la scolarisation en France. D’autre part, un malade immigré n’aura pas le droit de bénéficier des soins dans les mêmes conditions qu’un Français. Le FN estime même nécessaire de libérer les logements à loyer modérés (HLM) occupés par les immigrés pour loger les Blancs. Un programme que le MAF juge antichrétien dans un pays qui se dit attaché aux valeurs chrétiennes. 

            Si le MAF continue l’analyse des différents programmes des candidat avant d’arrêter de manière définitive le choix du candidat pour lequel les membres devront voter tous « d’une même voix » (comme le dit le mot de ralliement), tout porte à croire que François Hollande a les faveurs du Mouvement malgré ses prises de positions malheureuses à l’égard de Laurent Gbagbo. Il faut reconnaître que le parti socialiste français et l’Internationale Socialiste ont brillé par leur absence dans la défense du camarade Laurent Gbagbo, quand ils ne lui ont pas jeté la pierre. Il n'est pas dit non plus que le parti socialiste répondra aux attentes du MAF, ni qu'il fera plus de places aux minorités dans sa sphère politique. Mais le Mouvement laisse croire que l'aventure mérite d'être tentée avec François Hollande. De même que l'on a tout intérêt à choisir son adversaire quand on le peut, il est judicieux de choisir comme coéquipier celui qui a une inclination naturelle à nous écouter. 

                 Le MAF en congrès le 14 Avril 2012. Et après ?   

            Pour réussir son opération de positionnement dans le débat avec les partis politiques et le futur pouvoir de notre pays, Calixthe Beyala, le fer de lance du  MAF, mise sur un grand succès du premier congrès national du Mouvement qui aura lieu le 14 avril 2012, à 13 heures, au Palais des Congrès de Paris. De toute évidence, ce congrès est de la plus haute importance. Il témoignera publiquement de la capacité de mobilisation du Mouvement. Mais il sera surtout le premier signe de sa visibilité dans le paysage politique français.           

            La présidente du Mouvement qui se plaît à critiquer les marches de protestation ou de soutien, prend paradoxalement conscience qu'un congrès rassembleur est une façon à la fois de faire du bruit et montrer sa force. C'est aussi une façon de signifier aux autres que l'on existe et que l'on a des préoccupations à faire connaître ou à défendre. Elle sait, comme de nombreux membres du MAF, qu'il ne faut en aucun cas rater ce rendez-vous en se retrouvant en petit comité le 14 avril 2012. Une maigre assistance serait le signe d'un échec qui effacerait le Mouvement non seulement de l'esprit des candidats mais encore de la scène politique à laquelle il veut accéder. 

            Certes, le Mouvement a des faiblesses très criantes. D'abord, il y a une réelle absence de définition claire du MAF. Tantôt on parle de lobby qui ne saurait se permettre de faire descendre ses membres dans les rues pour crier son indignation à la manière d'un quelconque groupe de soutien ; tantôt le Mouvement est présenté comme un parti politique. Si tel est le cas, alors Calixthe Beyala doit savoir qu'appeler à manifester ou à apporter son soutien à des mouvements de protestation n'est pas incompatible avec les desseins d'un parti politique. Que doit être le MAF ? Un mouvement de salon (sans les moyens financiers d'un lobby) ou un mouvement populaire capable d'exprimer publiquement son humeur devant les événements qui portent atteinte à ses valeurs ? Il faudra choisir au plus vite !   

            D'autre part, le MAF n'existe que par le nombre de ses adhérents. Rien d'autre ! Dans la pratique, nous n'avons pas connaissance de l'existence d'un bureau national provisoire. Il n'existe pas de section ou de représentation du Mouvement à l'intérieur du pays, mis à part à Lille. Tous ceux qui ont plaidé pour la création de différentes sections dans les grandes villes afin de rapprocher le Mouvement et ses instructions de ses membres ont vu ce projet écarté par Calixthe Beyala. Aussi, il est impossible aux adhérents ne vivant pas à Paris ou à Lille de se connaître et de tenir des réunions loin des yeux de sa présidente. Il est à craindre que l'absence de contact entre les membres et le manque d'action n'éteignent les ardeurs des premières heures de la naissance du Mouvement. La tentation du vote FN ne s'expliquerait-elle pas aussi par ce manque d'activité et d'implication directe des membres du MAF au sein de leur Mouvement ? Cela demande réflexion. 

            Cette remarque nous mène à la dernière grande faiblesse du MAF : la communication ! Il existe bien un site du Mouvement. Mais il ne semble pas destiné à communiquer avec les adhérents : pas de compte rendu des réunions parisiennes ; les questions posées par ce biais restent sans réponse (je l'ai testé !) ; les membres qui n'assistent pas aux réunions parisiennes avec Calixthe Beyala demeurent dans l'ignorance totale de ce qui se dit et se fait au sommet du MAF. Les SMS laconiques ne peuvent en aucun cas constituer le seul moyen de communication. A qui la faute si l'adhérent qui ne connaît pas de section locale n'est pas informé des actions et des prises de position de son mouvement ?     

            Enfin, combien sommes-nous ? Combien d'adhérents le Mouvement compte-t-il dans les grandes villes ? Personne ne le sait. Ni sur le site du MAF ni par les SMS les adhérents ne sont tenus au courant de leur importance en chiffres ! Faut-il attendre que les journaux et les chaînes de télévision le leur apprennent ? 

            Beaucoup de choses restent à faire. Mieux, tout reste à faire pour que le MAF - qui a fait naître tant d'espoir - ait des chances de poursuivre cette aventure au-delà du congrès du mois d'avril 2012. Il ne faut donc pas désespérer malgré ses manquements et son excessive centralisation qui le prive d'une base dynamique. Le fer de la lance du chasseur a beau briller, si le manche n'est pas solidement tenu par le bras du chasseur, et si celui-ci n'a pas les pieds suffisamment agiles pour le porter, la proie ne vivra que des frayeurs inutiles. Le MAF doit donc veiller à construire ses bases afin d'exister non pas seulement par son porte-parole mais par l'ensemble de ses membres actifs. Quand ceux-ci seront dans la capacité de mener des actions partout en France où les valeurs qu'ils défendent seront menacées, alors l'aventure se poursuivra. Il ne faut pas que l'on puisse dire demain : un seul être quitte le MAF et le Mouvement est réduit à rien !

            Le temps viendra où, en famille (politique), il faudra trouver les idées pour structurer et dynamiser le Mouvement. Mais pour l'heure, il est urgent de réussir ce premier congrès. Chacun doit se sentir concerné et faire le déplacement afin d'assurer son succès. Une présence massive des Africains-Français pourrait ébranler certains esprits politiques et faire évoluer les choses dans le sens de nos convictions. Il faut y penser sérieusement !   

*MAF : Mouvement des Africains-Français

Raphaël ADJOBI

Posté par St_Ralph à 23:31 - Actualités françaises - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 février 2012

John William, le chanteur franco-ivoirien, et moi

John William, Le chanteur franco-ivoirien, et moi

John William 0001            C'est bien triste que je rédige cet article sur John William, ce chanteur Franco-Ivoirien que j'ai découvert en 1968 et qui est demeuré à jamais l'une mes références en matière de chanson française. Je me souviens de son passage en Côte d'Ivoire en 1970 avec Marcel Zanini qui, à l'époque, avait repris avec beaucoup de succès une chanson brésilienne sous le titre "Tu veux ou tu veux pas". Je suis triste parce qu'au moment d'écrire cet article, j'apprends qu'il est mort depuis un an (8 janvier 2011).

            J’avais manqué l’occasion d’aller le voir à Auxerrexpo lors de son passage dans l’Yonne ; il y a de cela… une quinzaine d’années. Avec ou malgré le temps, on finit par oublier l’âge de ceux que l’on aime. On les imagine toujours avancer moins vite en âge que nous. L’amour est bien trompeur parfois, sinon toujours.

            Né à Grand-Bassam en 1922 d’une jeune mère de 15 ans, le jeune Yao quitte la côte d’Ivoire à huit ans avec son père blanc Charles Huss. Ernest Armand Huss – son nouveau patronyme depuis la reconnaissance du fils par le père – va très vite se retrouver seul, abandonné aux brimades des pensionnats de France. Quant au père, il est vite reparti pour d’autres aventures en Afrique. Heureusement, une marraine formidable lui redonnera le sourire. A 17 ans, alors qu’il travaillait comme ajusteur-outilleur dans une usine parisienne, la guerre éclate. Compte tenu de l’avancée des troupes allemandes, les ouvriers sont évacués à Laval. Le 9 mars 1944 – il a alors plus de vingt ans – il fait partie des 13 otages choisis par les Allemands après le sabotage de l’usine où il travaillait.

            Et c’est en Prison qu’il va découvrir sa voix. Parce que ces copains de cellule lui prédisaient tous une carrière de chanteur, une ambition sécrète se forma en lui et l’aida à survivre.

John william & Maya 0002            Mais à vrai dire, sa vie de prisonnier dans les camps allemands, c’est récemment que je l’ai découverte. En mai 20O5, le journal La Croix lui a consacré deux pleines pages ! C’était la première fois que je voyais son image et quelques bribes de sa vie dans une presse nationale. Serge Bilé n’a pas manqué de penser à lui quand il écrivit son livre « Noirs dans les camps nazis ». Malgré la découverte du volet triste de sa vie, je ne garde de lui que le chanteur qui me fit tant rêver. Je ne garde de lui que l’image de John William, ce patronyme choisi dans les années 1950, comme le voulait la mode des noms de spectacle de cette époque.

            Depuis 1968,  pour moi « Une île au soleil » chante le charme de l’île de Grand-Bassam. Cette liberté qu’à chaque être humain d’associer telle ou telle image au texte qu’il lit ou qu’il écoute construit notre mémoire et fait le charme de notre vie. Je sais que beaucoup de fans de John william adorent « Si toi aussi tu m’abandonnes ». Quant à moi, le texte que je préfère c’est « Je suis un nègre ». Sa belle construction et sa profondeur ne cessent de me charmer depuis 1968. 

                        

John William N&B 0006Je suis un nègre(1952) 

J'ai quitté mes amis et ma Louisiane
Pour un lointain pays, adieu savane !
On m'appelle Mambo
De couleur est ma peau
Je suis un nègre

Je n'ai pas de métier et dans la ville
Je traîne mes longs pieds las et dociles
J'ai trouvé le métro
Mais pas de p'tit boulot
Je suis un nègre

Je n'ai plus mon vieux soleil
Je n'ai plus jamais sommeil
Mambo !

Je ne regarde pas les belles dames
Car je n'ai pas le droit d'avoir une âme
Mon cœur est pourtant bon
Mais voilà l'obsession
Je suis un nègre

Mais voici qu'on me sourit
On me remercie
J'ai sauvé un enfant blanc
Comme je suis content !
Depuis, je suis portier
On peut me voir au cabaret
Tous les soirs

J'ai des galons brodés sur ma casquette
Et des boutons dorés sur ma jaquette
Je suis très imposant
J'amuse les passants
Je suis un nègre

L'orchestre joue des chants de ma Louisiane
Que j'écoute, lointain, comme un profane
New York c'est bien joli
Mais j' préfère mon pays
Je suis un nègre

J'entends le son des tam-tams
De la trompette qui clame
Sa joie

Mais un soir dans la rue, des mitraillettes
Crachant le feu, la mort, firent la fête
Ce n'était pas pour moi
Mais j'étais là, ben quoi !
J'étais un nègre

Je suis au Paradis avec les anges
C'est drôle en une nuit comme la vie change
En haut, je suis heureux
En bas, j'étais peureux
J'étais un nègre

J'ai retrouvé le soleil
J'ai retrouvé mon sommeil
Mambo !

Je n'ai plus de couleur, plus de visage
On n' se retourne plus sur mon passage
Je suis l'ami du Ciel
Et du Père Éternel
Je suis une âme
 

Raphaël ADJOBI

Posté par St_Ralph à 17:02 - Arts, culture et société - Commentaires [4] - Permalien [#]

09 février 2012

L'Académie française offre le fauteuil de Léopold S. Senghor à Valéry Giscard d'Estaing

                           L'Académie française offre

                le fauteuil de Léopold Sédar Senghor

                            à Valéry Giscard d'Estaing 

numérisation0002            Combien sommes-nous à savoir que le 11 décembre 2003, Valéry Giscard d'Estaing, l'ancien président français (1974 – 1981), à été élu au fauteuil n°16, - laissé vacant par le poète sénégalais Léopold Sédar Senghor - dès le premier tour de scrutin, par dix-neuf voix sur trente-quatre. Je parie que, comme moi, cette information vous a échappé. Si toutefois ce n'est pas le cas, elle a dû tout de même très vite quitter votre mémoire. Revenons donc ensemble sur l’événement et posons-nous quelques petites questions.  

            Réfléchissons un peu. L'ancien président de la République aurait-il produit quelque écrit de qualité qui le rapprocherait du francophone Léopold Sédar Senghor au point de les réunir sous la coupole pour jouir de la même immortalité ? Je cherche et je ne vois rien venir à l'horizon. Mais le hasard fait bien les choses ! Je découvre que l'homme est l'auteur de quelques essais politiques sans grand succès et d'un unique roman, Le Passager, écrit en 1994. Toutefois, le grand public - et peut-être même ses amis - ne le découvriront écrivain qu'en 2009 avec son pitoyable La Princesse et le Président, dans lequel il s'est mis à fantasmer et à s'imaginer l'amant de la princesse Lady Diana. Nous nous étions tous moqué de lui au point de le dégoûter de l'écriture littéraire. Mais l'homme est têtu et croit à son étoile depuis qu'il a pris l'habit vert et se croit chantre de la Négritude comme l'ancien propriétaire du fauteuil n°16. Le voilà donc, depuis quelques mois, avec le troisième roman de sa vie d'écrivain : Mathilda, dédié « à l'Afrique, le continent maternel ». Je vous l'avais dit ! Bientôt, on l'appellera Giscard l'Africain. Je l'imagine déjà réécrivant "Joal" et se pâmant d'admiration devant « les signares à l'ombre verte des vérandas ».

            On a le sentiment que pour Valéry Giscard d'Estaing, le temps presse. Il lui faut au plus vite étoffer sa maigre bibliographie afin de justifier l'honneur qui lui est fait d'entrer sous la coupole comme par effraction. Le peu de cas fait autour de sa réception dans cette illustre maison témoigne de l'insignifiance de son mérite. C'est comme s'il avait reçu la communion sans confession et qu'il lui faut dorénavant faire preuve d'une vie irréprochable pour se racheter. 

            A propos, les Immortels qui accueillent les récipiendaires sont-ils encore assez lucides pour distinguer les vrais serviteurs de la littérature française du clinquant tapageur des titres honorifiques de la société politique ? Savent-ils encore faire la différence entre Jean Marie Gustave Le Clézio et Nicolas Sarkozy ? Au regard de leur décision concernant Valéry Giscard d'Estaing, l'écrivain Eric Chevillard pronostique que Nicolas Sarkozy a toutes ses chances. « Il lui suffira d'écrire un ou deux livres sur le tard - Casse-toi, pauvre conne (une relecture sentimentale de La Princesse de Clèves) ou A la recherche du temps perdu à travailler plus pour vivre moins (une autobiographie) - et on lui trouvera un siège ».

Raphaël ADJOBI

Posté par St_Ralph à 22:41 - Arts, culture et société - Commentaires [8] - Permalien [#]