Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

18 juin 2010

Félix Eboué, le deuxième homme de l'appel du 18 juin 1940

Félix Eboué, le deuxième homme de l’appel du 18 juin 1940

       ou le héros Noir chassé de l’histoire de la résistance française 

F_lix_Ebou__et_de_Gaulle            Rares sont les Français de ce XXI è siècle qui connaissent le nom de Félix Eboué. Parmi les élèves, étudiants et même les enseignants, rares sont ceux qui, dans un manuel scolaire ont eu l'occasion de découvrir son image ou lire des textes parlant de son rôle dans l’histoire de la France. Pourtant, sans cet homme, il est certain que la place du Général de Gaule et celle de la France résistante auraient connu tout un autre visage dans l’Histoire de la deuxième guerre mondiale. 

Pour comprendre cela, il convient de restituer quelques faits. Quand la France a été défaite en un mois par l’armée allemande (10 mai 1940, elle envahit la France par les pays voisins du nord et entre dans Paris le 14 juin), dès le 16 juin, on discute au sein du gouvernement sur la continuation ou non de la guerre en constituant un front en Afrique du Nord. Mis en minorité, Paul Reynaud, chef du gouvernement et partisan de la continuation, démissionne. Le même jour, le maréchal Pétain, favorable à l’armistice, est nommé à sa place et le lendemain, le 17 juin, annonce officiellement aux Français l‘arrêt des combats et demande l’armistice à l’ennemi.

            Le Général Charles de Gaulle qui était secrétaire d’état à la défense dans le gouvernement de Paul Reynaud, s’était envolé pour Londres dès le lendemain de la démission de ce dernier. Partisan de la poursuite de la guerre comme l’ancien chef du gouvernement, le 18 juin, c’est-à-dire au lendemain du discours du maréchal Pétain demandant l’armistice, il lance à la radio londonienne un appel aux Français pour la poursuite du combat, pour le refus de la défaite.

            On parle alors de la France Libre. Ce terme qui va plus tard couvrir une multitude de Français de la France métropolitaine comme un manteau de gloire n’avait pas en fait le sens qu’on lui donne aujourd’hui. Il ne désignait pas les rares Français qui avaient réussi à fuir vers l'Angleterre, ni ceux qui vivaient dans la zone non occupée par les Allemands appelée « Zone libre.» « Tous les Français libres » dont parle de Gaulle dans un discours prononcé le 22 juin, sont tous ceux qui dans leur esprit et dans leur cœur aimeraient continuer le combat pour la libération de la France. Dans la réalité, cette France libre n’existait pas territorialement ni militairement. La France Libre n’était qu’une idée, une notion abstraite, un slogan de ralliement. 

     Félix Eboué concrétise la « France Libre » de Gaulle

            C’est exactement le 26 août 1940 que la « France Libre » va enfin avoir un sens concret ! Et cela grâce à un homme : Félix Eboué ! C’est cette étape importante de l’histoire de la seconde guerre mondiale que tout le monde doit retenir, parce qu'elle a fait du général de Gaulle, aux yeux des Anglais et des Américains, un chef militaire pour la reconquête de la France. Oui, c'est elle qui lui a conféré toute sa légitimité.

            Devant les nombreux appels au ralliement lancés depuis Londres, les gouverneurs des colonies sont obligés de choisir entre le pouvoir de Pétain et la rébellion incarnée par de Gaulle. Ayant constaté que l'armistice signé respectait la souveraineté de la France sur ses colonies et ses protectorats, les gouverneurs des colonies et les généraux restent fidèles à Pétain et à Vichy. Aussi, le contact pris avec le Résident général du Maroc Charles Noguès par de Gaulle échoue. Quand Félix Eboué avertit son supérieur Boisson à Dakar de son choix, celui-ci le menace de représailles pour son indiscipline. Une fois sa décision officialisée le 26 août 1940, il est relevé de ses fonctions et sera frappé plus tard d’une condamnation à mort par le gouvernement de Vichy. Au Gabon, le Gouverneur Masson se rallie à de Gaulle puis à Pétain et finit par se suicider comme pour fuir ses responsabilités.  

La_France_Libre             Aiguillonnés par le ralliement du Tchad avec Félix Eboué, le Congo-Brazzaville, l’Oubangui-Chari (actuelle Centrafrique) et le Cameroun, arraché par les armes aux partisans de Vichy par le général Leclerc, suivent. Grâce à Félix Eboué en liaison avec les représentants de Charles de Gaulle envoyés en Afrique (René Pleven, Leclerc), la France Libre a désormais un territoire et une armée de nègres aux pieds nus qui donnent de la consistance au maigre effectif de soldats blancs de l’Afrique Equatoriale. De Gaulle, exilé en Angleterre, peut alors, en septembre 1940, poser les pieds à Brazzaville sur un sol où il n'est pas étranger, un sol qui appartient à l'empire français. Il peut enfin participer militairement à la reconquête de la mère patrie. Sa légitimité peut désormais convaincre Roosevelt qui hésitait à lui donner sa confiance. Séduit par le patriotisme de Félix Eboué, le 12 novembre 1940, Le général de Gaulle le nomme gouverneur général de l'Afrique équatoriale française et membre du Conseil de défense de l'empire. Brazzaville devient la capitale de tous les territoires de la France Libre.  

de_Gaulle___Brazza_2            Il convient donc une fois pour toute, que tous les Français retiennent et enseignent que c'est en Afrique, avec Félix Eboué, que s'est joué l'histoire de Charles de Gaulle et celle de la participation des Français (majoritairement noirs au départ) à la libération de la mère patrie. C’est en Afrique que la France libre est passée de l’abstrait au concret.  A juste titre, le 13 juillet 1942, elle change de nom et devient la France combattante. Et c'est Eboué qui fera construire des routes pour permettre en janvier 1943 à la colonne Leclerc de remonter rapidement vers le Tibesti puis vers la France !

            De Gaulle n’oubliera jamais tout ce que fit cet homme. Dès novembre 1940, il crée l'ordre de la libération, avec rang unique de compagnons, en vue de célébrer ceux qui auront oeuvré à chasser l'ennemi nazi. Eboué fait partie de la première promotion, signée le 29 janvier 1941, avec quatre autres compagnons. Ce qui en dit long sur la reconnaissance de son rôle crucial dans l'organisation de la libération de la France. « Félix Eboué, grand Français Africain, est mort à force de servir. Mais voici qu’il est entré dans le génie même de la France », proclama-t-il à sa mort survenue le 17 mai 1944.

            Aujourd’hui, on ne cite plus Félix Eboué dans les commémorations officielles de la résistance. Dans les manuels scolaires, on ne le cite plus. En France, excepté sans doute la Guyane sa terre natale, on n'écrit plus sur l’homme. Les deux derniers livres sur lui datent des années 1950. Le dernier travail universitaire est d'un anglais (Brian Weinstein, Oxford University, 1972). C'est Benoît Hopquin qui, récemment, lui a rendu un vibrant hommage en retraçant sa vie et ses combats dans son livre Ces Noirs qui ont fait la France.  Peu de Français savent que Félix Eboué est le premier résistant à dormir au panthéon depuis 1949 en reconnaissance de ce qu’il a fait pour la France ? Heureusement que ceux qui l’ont côtoyé ont reconnu sa valeur. Aujourd’hui, pas un seul homme politique n'aurait l'idée de lui proposer le panthéon. Tous des ingrats et parfois même ignorants de l'histoire de la France ! Aussi je dis aux Noirs de France, mêlez-vous de votre histoire, de l’histoire de vos grands-pères et de vos ancêtres. Mêlez-vous de l’écriture de l’histoire de la France et ressuscitez la mémoire des vôtres qui en sont injustement écartés.

°Photo n°1 : Félix Eboué, gouverneur du Tchad accueillant le général de Gaulle à l’aéroport de Brazzaville en septembre 1940.

°Photo n°3 : Arrivée du général de Gaulle à Douala le 8 octobre 1940 ; à sa droite, le général Leclerc, commissaire général du Cameroun.   

Raphaël ADJOBI                   Faites un don ou ahérez à l'association La France noire

 

Posté par St_Ralph à 17:17 - Actualités françaises - Commentaires [12] - Permalien [#]

11 juin 2010

Le diable dévot (Libar M. Fofana)

                                            Le diable dévot 

                           ou les mésaventures du sexe féminin

                                   en Afrique noire musulmane

Le_diable_d_vot            Dans le monde musulman en général, le regard de l'homme de ce siècle sur la femme reste encore singulier.  On peut même se demander s'il y a eu des évolutions dans ce domaine depuis les siècles passés. En tout cas, les récits que nous découvrons ça et là nous surprennent toujours parce qu'ils semblent sortir de la nuit des temps. Le Diable Dévot de Libar M. Fofana s'inscrit parfaitement dans le même esprit.

           Mamadou Galouwa, surnommé l'imam fatwa (ce qui veut tout dire !), est sûr d'être en parfait accord avec les volontés d'Allah. l'érudition et la piété qu'il ne manque pas d'étaler dans ses sermons et dans la vie quotidienne ont fait de lui un être à part devant les hommes et sans doute devant Dieu. Mais voilà : un imam n'est accompli qu'après un voyage à la Mecque d’où il revient auréolé du titre de hadji. Et pour lui déplaire, un jeune imam ayant accompli ce pèlerinage espère prendre sa place. Pour le tirer d'affaire, un riche octogénaire de son village lui propose un billet en échange de la main de sa fille Hèra, âgée de treize ans. En un mot un pacte avec le diable.

            Cette proposition n'enchante guère Mamadou Galouwa ; mais il ne peut repousser davantage le séjour à la Mecque au risque de perdre sa place. Heureusement pour lui, il est convaincu d'une chose : son "salut" viendra de la chair de sa fille. Le lecteur peut alors avec raison se demander lequel du riche tentateur et du père d'Héra, l'imam dévot, est le diable personnifié ? 

            L'histoire pourrait se terminer sur les délibérations intérieures et la décision finale de Mamadou Galouwa. Mais il semble que le but recherché par l'auteur est de plonger le lecteur au coeur de la sexualité de la femme dans le monde musulman. Car c’est finalement la jeune Héra qui semble l'héroïne du roman. C'est en fait l'histoire de son sexe qui nous est narrée ; ses mésaventures étant intimement liées à la vie de son sexe. Aussi bien dans son combat pour un idéal social que dans ses rêves d'amour, son sexe ne cessera de faire l'objet des plus grandes dissertations.

            Ce qui retient l’attention dans ce livre, c’est l’inégale beauté du style entre le début et la fin : soigné et profond quand il s’agit de peindre les cœurs, les âmes ou interpréter les pensées des personnages, il devient moins agréable - disons quelconque - quand l’auteur multiplie les dialogues ou accélère les actions relatant la vie d'Hèra. Même si les mésaventures du sexe de celle-ci sont très instructives et la rendent attachante, ce sont les pages consacrées à l’imam dévot qui sont les plus belles d’un point de vue stylistique. Toutefois, le lecteur ne peut à aucun moment perdre de vue le réalisme cru, la peinture violente de l’étonnante cruauté des sentiments masculins faits de sordides calculs dans lesquels le cœur et l’âme de la femme ne sont jamais pris en compte. On croit avoir tout dit sur les astuces de l’homme pour s’approprier le sexe de la femme et voilà qu'on en découvre encore avec le diable dévot.

Raphaël ADJOBI

Posté par St_Ralph à 20:05 - Romans africains - Commentaires [11] - Permalien [#]

02 juin 2010

Cannibale (Didier Daeninckx)

                               Cannibale (Didier Daeninckx)

Avez-vous déjà lu un livre ayant pour sujet ou cadre des actions l'exposition coloniale de 1931 à Paris ? Voici un roman qui va vous plonger au coeur de cette célébration de la France comme puissance coloniale. Cette fête qui aurait pu faire prendre conscience de la dimension de l'autre dans la grande France fut en réalité une véritable mascarade où les noirs ont joué les sauvages, les cannibales. Des acteurs qui bien souvent travaillaient dans l'administration de leur pays.               

 

Cannibale            Lors de l'exposition coloniale de 1931, parmi les « pièces exotiques » que Paris voulait offrir en spectacle à toute la France, figuraient des gens venus de la lointaine Nouvelle Calédonie. Outre le rôle singulier qui leur était assigné dans leur cage au zoo, certains parmi cette population vont bientôt être choisis pour servir de monnaie d'échange dans un arrangement entre Paris et un cirque allemand de Francfort.

            Quand la séparation du groupe est décidée, Gocéné, à qui est promise la belle Minoé, fille du chef de Canala, va tenter l'impossible pour la retrouver afin que le serment fait à son père de ne jamais la perdre de vue durant leur séjour parisien soit respecté. Aidé de son ami Badimoin, il se lance dans une aventure rocambolesque qui nous découvre le Paris des années 30 mais aussi l'atmosphère de l'exposition coloniale et la volonté des autorités françaises d'imprimer dans l'esprit de leurs concitoyens l'image du noir cannibale et arriéré alors que le commun des Parisiens ne retient de ces évadés noirs que l'étrangeté de leur peau quand ce n'est pas l'indifférence qu’il leur témoigne.

            Ce petit livre peut être considéré comme une adroite vulgarisation d'un événement qui fut une preuve internationale du traitement inhumain dont la France s'est rendue coupable à l’égard de ses colonisés pour flatter son orgueil et que politiques et historiens tentent par le silence de ranger aux rayons des oubliettes de notre histoire. Parmi les éléments qui relèvent de la réalité historique, outre le prêt de Kanak à un cirque allemand pendant l'exposition coloniale de Paris, on peut noter qu'au nombre des Kanak exposés, figurait le grand-père du footballeur français Christian Karembeu. Je lui souhaite de lire ce livre comme un hommage rendu aux siens et à son grand-père en particulier.

                                             ° Lire aussi "Du cannibalisme" : http://raphael.afrikblog.com/archives/2012/11/19/25620905.html 

Raphaël ADJOBI

Titre : Cannibale (108 pages)

Auteur : Didier Daeninckx

Editeur : Gallimard ; collect. Folio.

Posté par St_Ralph à 18:37 - Littérature (Essais, romans) - Commentaires [36] - Permalien [#]

30 mai 2010

Opération Candy blog par Caroline K.

                                    Opération Candy blog de Caroline K.

Candyblog     Caroline K. lance une opération séduction sur son blog. C'est l'occasion de découvrir cette artiste qui réalise des portraits aux couleurs douces pour le bonheur de ses amis. J'espère avoir un jour le plaisir de vous la présenter plus longuement. En attendant, vous pouvez participer à son opération et gagner de sympathiques lots. Des lots qui se veulent des témoignages d'amitié.                

Posté par St_Ralph à 16:54 - Arts, culture et société - Commentaires [10] - Permalien [#]

27 mai 2010

Journal d'un négrier au 18è siècle (William Snelgrave)

             Journal d’un négrier au 18è siècle 

Journal_d_un_n_grier            Il est vivement conseillé à tous ceux qui entreprendront la lecture de ce livre de passer outre la très longue « introduction » de Pierre Gilbert S. J. Son parti pris révisionniste pourrait les détourner d’un livre riche d’enseignements. Il est visible en effet que Pierre Gilbert est de cette école de propagandistes chargés de soulager la conscience européenne du poids de la traite atlantique en faisant des Africains les principaux acteurs et bénéficiaires de ce commerce. Aussi ne retient-il du « Journal » du négrier William Snelgrave que les éléments qui servent son école.

            L’intérêt essentiel que l’on peut retenir de ce livre est qu'il est l'oeuvre d'un acteur du commerce triangulaire dont le témoignage nous permet de saisir l'atmosphère ordinaire qui entourait au 18 è siècle la traite négrière sur le continent africain. Les négriers y vivaient de longs mois ou de longues années en bonne entente avec les Africains. Blancs et noirs s’invitaient et passaient des soirées dans de longues discussions. Mais, comme le narrateur, les négriers ne cessaient de se lamenter quand, pour cause de paix, leurs voisins ne venaient point vendre des ennemis capturés. Aussi, il me semble une erreur de prêter foi à la peinture apocalyptique de la côte de Guinée – même sous le règne du roi des Dahomès – qu'avance l'auteur pour justifier le commerce dans lequel il est impliqué. D'ailleurs, quand il dit que les gouvernants européens devraient encourager les chefs africains à tirer « un profit considérable » des prisonniers qu'ils font à la guerre, le lecteur voit clairement qu'il est animé d'un sentiment mercantile et non pas philanthropique. Pourtant, c’est cette peinture d’une Afrique trop barbare et pleine de prisonniers et d’esclaves que reprendront en chœur tous les révisionnistes de la traite négrière. A ceux-ci, on peut donc être tenté de poser cette question : si l'esclavage sauve des vies, pourquoi tant d'hommes ont-ils été inutilement brûlés, décapités, fusillés en Europe à travers des siècles alors qu'ils auraient pu servir d'esclaves ?

           Il convient tout simplement de noter que les populations africaines dont parle ce témoin du 18è siècle avaient derrière eux déjà plus de deux siècles de commerce esclavagiste avec les européens. Le fait qu'ils avaient des fusils à la main et faisaient provisions de prisonniers montre clairement que cette peinture n’était nullement celle d’une Afrique exempte d’influence européenne. C’est plutôt celle d’une Afrique déjà devenue un vrai marché aux esclaves au point de faire de ses habitants des gens entreprenants, capables de marchander de pied ferme - mais point d'égal à égal - avec les négriers. Tout lecteur notera également que les sentiments chrétiens que l’auteur dit animer les Européens dans de nombreuses pages ne sont point crédibles du fait qu’il s’est rendu lui-même coupable – et de sang froid - du crime le plus horrible que contient son livre. Crime inhumain - preuve de la barbarie des négriers - adroitement repris par Olivier Merle dans son livre Noir négoce. Car il ne faut pas perdre de vue que si les européens refusaient aux Africains le droit d'être cruels, ils se réservaient cette marque comme la qualité essentielle pour discipliner ceux qu'ils voulaient dominer ou asservir.

Raphaël ADJOBI

Titre : Journal d’un négrier au XVIIIè siècle (251 pages).

Auteur : William Snelgrave

Editeur : Gallimard, 2008.

Posté par St_Ralph à 23:24 - Littérature (Essais, romans) - Commentaires [9] - Permalien [#]

19 mai 2010

Des Ivoiriennes en fête à Saint-Julien-les-villas (Aube)

                      Des femmes ivoiriennes en fête

                               à Saint-Julien-les-Villas

            Le 24 avril 2010, La petite commune de Saint-Julien-les-Villas, située dans l'agglomération troyenne, a accueilli une manifestation de l'Association des Femmes Abouré de France (afafce). Une fête très particulière parce qu'elle visait essentiellement à présenter la culture du pays abouré regroupant les communes ivoiriennes de Bonoua, Grand-Bassam, Moossou, Ebra, Yaou, Adiaho et Vitré.

 

HPIM1287

(M.Daniel Picara, maire de St-Julien-les-Villas, et la présidente Mme Palmot Valérie, au milieu des membres de l'AFAFCE)            

Le Choix de Saint-Julien les Villas pour abriter cette manifestation n'est pas le fait du hasard. C'est Madame Colombe Codazzi, française d'origine ivoirienne, membre du conseil municipal, et l'esprit d'ouverture qui caractérise la mairie de cette coquette commune administrée par M. Daniel Picara qui ont favorisé sa réalisation.

 

HPIM1282

(La présidente Valérie Palmot, posant avec Mmes Colombe Codazzi, Benoist Renée et Mlles Bizzari Patricia et Grimont annick, toutes les quatre très impliquées dans la vie de St-Julien les villas)              

La présence nombreuse des membres de l'association a permis une présentation très réussie - mais qui a malheureusement traîné en longueur - de tableaux des traditions du pays abouré (Groupe Akan) : une danse locale suivie de la présentation publique des jeunes filles nubiles, de la jeune mariée, de la jeune mère, et enfin l'entrée en scène de la cérémonie du dixième enfant.

 

HPIM1297            Les objectifs de l'AFAFCE, très localisés et par conséquent très concrets, présentés par sa présidente Madame Palmot Valérie, ont été vivement salués par le maire de Saint-Julien-les-villas. Si cette fête était assurément une occasion de retrouvailles des femmes (et de quelques hommes) originaires des cités abouré nommées plus haut, l'association ne perd pas de vue qu'en France, elle doit privilégier le souci de faire connaître la culture de ce petit sous-groupe Akan que constituent les abouré de Côte d'Ivoire. Il est certain qu'en s'appliquant à certaines contraintes comme la ponctualité et la rigueur dans le service-repas qui accompagne ses manifestations, l'association peut s'avérer une excellente ambassadrice de la Côte d'Ivoire dans de nombreuses régions de France. Car il est tout à fait heureux de constater qu'une association née en France ait l'audace et le souci de faire connaître un pan de la culture de la Côte d'Ivoire en marge des actions officielles (très rares) de ce pays. Mais ce qui est encore plus enthousiasmant, c'est l'active complicité des autorités de Saint-Julien-les-villas dans cette entreprise.

HPIM1302   

(Une belle reconstitution de la cérémonie du dixième enfant en pays abouré)

Raphaël ADJOBI

 

Posté par St_Ralph à 19:31 - Actualités ivoiro-françaises - Commentaires [7] - Permalien [#]

08 mai 2010

La crise grecque : un parfum de sous-développement

                       La crise grecque :

        un parfum de sous-développement

            Depuis 2008 que le monde entier a sombré dans la crise dévoilant au grand jour les méfaits du capitalisme non contrôlé par les états, l’Union Européenne ressemble à une organisation moins égalitaire. Avec le temps, nous découvrons que certains pays européens ont beaucoup de mal à se relever, montrant un visage presque pitoyable.

Manifestation_en_Gr_ce            A vrai dire, la crise grecque ne fait que montrer une réalité que l’Union Européenne cachait depuis des années sous des apparences de fêtes et de grandes messes vantant l’union sacrée d’une Europe retrouvée. Je ne veux pour preuve que l’état dans lequel se trouvait l’Espagne quand je l’ai découverte en 1977 à sa sortie du Franquisme : un pays arriéré qui vivait sur les vestiges des siècles où elle dominait fièrement le monde mais démuni de tout ce qui faisait alors un pays moderne. La Grèce et le Portugal étaient, à cette époque, logés à la même enseigne. Tels des aristocrates désargentés pointant à l'usine le jour et dormant la nuit dans leur château au confort moyenâgeux, ces grandes puissances des siècles passés vivaient chichement.

            Mais à l'heure de la Communauté Européenne, il fallait absolument hisser ces pays décadents au rang de nations développées. L'Union Européenne avait besoin de s’accorder dans un modernisme tapageur pour rivaliser avec les Etats-Unis et faire pâlir d’envie le reste du monde. Des moyens considérables furent mis en oeuvre pour soutenir leur marche forcée. En quelques années, les blasons redorés, ils reçurent en grande pompe le sacrement sous la forme de l'Euro. Cela rappelait le saut à deux pieds joints dans l’économie mondiale des pays sous-développés d’Afrique, d’Asie et de l’Amérique latine dans les années 70.

            Malheureusement, de la même façon que Le FMI a dû voler au secours des pays sous-développés et hypothéquer leur avenir à partir de la fin des années 80, aujourd’hui la Grèce se voit obligée d’accepter les vieux remèdes propres aux pays pauvres : augmentation des taxes diverses, réduction des salaires, révision des priorités de développement, en d'autres termes l'application du fameux et redoutable « plan d'austérité » synonyme de reconnaissance officielle de sa déchéance dans ce monde où l'argent est roi. Tout cela fragilise le tissu social du pays et le couvre d’une atmosphère digne d’une nation du tiers-monde au fond du trou. Certains veulent croire que le FMI n'est qu'une bouée de sauvetage (apparemment sans effet) en attendant une aide plus conséquente de l'Union Européenne retardée par les échéances électorales en Allemagne. Mais le mal n'est-il pas déjà fait ? En tout cas, si l'U.E ne croit plus en son pouvoir, les Grecs de leur côté ne sont plus séduits par son charme et se réchauffent le coeur comme ils peuvent en brûlant sa bannière étoilée qui, il y a quelques années, leur donnait l'impression d'être un état d'une nouvelle Amérique.

Sauvetage_de_la_Gr_ce            Ce qui arrive à la Grèce et que redoutent le Portugal et l’Espagne n’est-il pas en réalité le sort commun de tous ceux qui vivent au-dessus de leurs moyens ? En tout cas, les investissements colossaux entrepris par ces pays grâce  aux prêts de l’Union Européenne les font apparaître aujourd'hui comme de nouveaux riches en déroute et leur fortune perdue comme un mirage.

Raphaël ADJOBI

Dessin de Wiaz (Nouvelobservateur n°2374 de mai 2010)

Posté par St_Ralph à 17:30 - Actualités Monde - Commentaires [8] - Permalien [#]

27 avril 2010

Quand les Etats-Unis inventaient l'égalité (image)

        Quand les Etats-Unis inventaient l'égalité

 

Aparteid_aux_USA            

 

            Ce que le génie de l'Amérique blanche trouva de mieux à proposer pour rendre la fin de l'esclavage équitable pour tous, fut de décréter que les citoyens de ce pays devaient vivre « égaux mais séparés ». Les blancs annoncèrent donc aux noirs « qu'ils étaient libres, unis aux autres hommes de leur pays dans le domaine du bien commun, mais séparés d'eux comme le sont les doigts de la main dans le domaine de l'organisation sociale... »  (Ralph Ellison, Homme invisible, pour qui chantes-tu ?).

 

            Un simple regard sur cette photo et vous avez la parfaite illustration de ce que les Blancs de ce pays entendaient par « égaux » (pour aller à la guerre par exemple) « mais séparés » (dans le domaine de l'organisation sociale comme les lieux du savoir, des loisirs, et même des besoins naturels urgents). Mais il fallait bien comprendre qu'égalité ne voulait pas dire égalité de traitement ! Ah, ça, non ! Comme quoi, les notions abstraites telles que la liberté, l'égalité, la fraternité, sont bien relatives. Aussi, lorsqu'elles sont publiquement proclamées, cela ne veut point dire qu'elles sont acquises ; cela veut dire qu'elles sont à conquérir. 

 

Raphaël ADJOBI           

Photo : Elliot ERWITT/USA

 

Posté par St_Ralph à 17:56 - Réflexions - Commentaires [7] - Permalien [#]

11 avril 2010

Noir Négoce (Olivier Merle)

                                              Noir négoce

                                                                            (Olivier Merle)

Noir_n_goce

            On peut croire d'emblée qu'avec ce livre Olivier Merle signe l'un des plus beaux romans sur l'esclavage. C'est, sûrement, le roman que tous ceux qui se piquent de littérature aimeraient écrire sur le sujet. Dans Noir négoce, il reprend les arguments européens essentiels avancés pour justifier la traite négrière, mais également les lois et les sentiments méprisants qu'ils ont générés, afin de les analyser au regard d'une raison non intéressée par ce commerce. On imagine aisément que ce livre a nécessité une abondante documentation au point où l'on peut se demander s'il faut le qualifier de roman documentaire ou de documentaire romancé.

            Le 17 novembre 1777, Jean-Baptiste Clertant, alors âgé de 18 ans, fraîchement sorti de l'Ecole d'hydrographie du Havre et donc la tête pleine de la science de la navigation, embarque sur l'Orion appartenant à l'armateur Dumoulin, en qualité de second lieutenant. Malgré son érudition, c'est donc avec « beaucoup d'inexpérience, d'insouciance, d'enthousiasme et de confiance dans la vie » - et cela est fort heureux pour le lecteur - que le jeune homme va parcourir la route du commerce dit triangulaire. Voilà donc notre Candide au pays de l'esclavage !

            Sur l'Orion en partance pour les côtes africaines, la présence de deux anciens esclaves noirs devenus marins et la rudesse dont ils sont l'objet susciteront chez le jeune homme ses premières interrogations et des réflexions sur le racisme à l'égard des noirs. « Mais est-ce qu'on sait pourquoi les Noirs sont noirs, et pas blancs comme tout le monde ? » La réponse de son interlocuteur est cinglante : « Et sait-on pourquoi les Blancs sont blancs et pas noirs comme tout le monde ? » Vous l'aurez compris : dans ses premières pages, le livre tente subtilement de poser les bonnes questions sur le racisme anti-noir qui était, jusqu'au 18è siècle, l'oeuvre exclusive des élites politiques et commerçantes. Le commun du peuple vivant dans la presque totale ignorance du commerce des nègres et encore plus des théories qui le soutiennent, lorsqu'il voyait un noir ne retenait que l'étrangeté de la couleur de sa peau ; il ne disait point : « tiens, voilà un meuble ! » Ce sont bien les élites qui ont fait des Noirs des meubles et ont obligé le peuple à le croire par un enseignement régulier de génération en génération.

            Le contact avec l'Afrique va permettre à Jean-Baptiste Clertant de découvrir une réalité insoupçonnée : comment on passe du statut d'homme à celui de l'animal aux yeux des autres hommes. Réalité faite d'ingénieuses brutalités et de mépris devant lesquels les Européens tentent de se donner bonne conscience en récitant leurs théories comme des incantations qui transforment leur inhumanité en masque de philanthrope ou en bouclier nécessaire contre une éventuelle agression de la marchandise à convoyer. Il découvre en effet que « les tenants de l'esclavagisme possédaient des arguments, organisés suivant une véritable théorie raisonnée, éloignée de toute improvisation ». Ici, le héros formule des questions - notamment sur les fournisseurs locaux, ou comment mettre fin à la traite - et aboutit à des réponses que chacun peut soumettre à sa propre réflexion afin d'asseoir son propre jugement plutôt que de parler sous le patronage de prétendus spécialistes des traites négrières.

            Car que savaient-ils de l'esclavage et de l'état d'esclave, ces raisonneurs ? Et qu'en savons-nous ? Savez-vous comment vivaient les quatre cents ou cinq cent esclaves rangés comme des cuillères pendant quatre ou cinq semaines à bord d'un navire négrier avant l'abordage des côtes antillaises ou américaines ? Savez-vous comment les négriers vivaient pendant cette traversée et quels étaient les rapports qu'ils entretenaient avec la marchandise humaine qu'ils transportaient ? Sur cent esclaves embarqués, savez-vous combien mouraient à cause des conditions insalubres et étaient jetés à la mer pour nourrir les poissons ? Pour cela, il vous faut embarquer avec le héros et vous imaginer dans les conditions de vie des esclaves et découvrir en même temps la mentalité et les habitudes des négriers.

            L'arrivée aux Antilles enseignera à Jean-Baptiste Clertant les tractations qui régissent ce commerce mais lui fera découvrir surtout les inégalités établies entres les gros békés ou grands blancs, les petits blancs et les "gens de couleurs", c'est à dire tous ceux qui ont un soupçon de sang noir ou blanc dans les veines. Quant au nègre, « non [...], le nègre n'est pas sur l'échelle sociale des êtres humains » ! Le héros a tout lieu de croire que ce qui se peignait sous ses yeux était étranger à la société des hommes et qu'il découvrait « les us et coutumes de créatures d'une autre planète plutôt que ceux de territoires appartenant aux royaumes de France ».

            Nourri de toutes ces expériences, y compris celle de l'amour, à son retour en France après six mois d'absence, Jean-Baptiste Clertant va se placer du côté de ceux qui combattent les lois et les primes versées aux armateurs pour les inciter à convoyer les africains vers les colonies.

            Ceux qui agitent la contribution des africains à la traite atlantique comme un étendard qui confère innocence et bonne conscience devraient lire ce livre et se voir de bon biais, comme dirait Montaigne. Dans tout complot criminel, l'instigateur qui est également pourvoyeur de l'arme et le bénéficiaire final du crime est plus durement puni par rapport à son complice rabatteur. Aussi, on ne peut mettre sur le même pied d'égalité l'avidité et le projet destructeur préparé et nourri en Europe qui a permis de stimuler l'esprit de quelques chefs africains, et le rôle que ceux-ci ont joué contre les leurs. Appartient-il aux Allemands d'aujourd'hui de juger du degré de complicité des Français qui ont collaboré aux forfaits nazis ? Il me semble indigne que des Européens se permettent de montrer du doigt les rabatteurs africains. A ces esprits imbus de bonne conscience, je destine ces mots du livre : « La traite n'est que la conséquence de l'esclavage des noirs en Amérique, et non point l'inverse. [...] Si vous cessez d'aspirer d'un côte, ça cesse de se vider de l'autre ». Il fallait donc que l'aspirateur cessât de fonctionner.

 

RaphaëlADJOBI

Titre : Noir négoce (396 pages)

Auteur : Olivier Merle

Editeur : Editions de Fallois, février 2010.

Posté par St_Ralph à 10:37 - Littérature (Essais, romans) - Commentaires [10] - Permalien [#]

03 avril 2010

Discours sur le colonialisme (Aimé Césaire)

                 Discours sur le colonialisme

                                     (Aimé Césaire)                                      

J'avoue n'avoir jamais tenu ce livre entre les mains quand j'étais élève ou étudiant. C'est un certain complexe mais aussi un devoir que je me suis imposé qui m'ont conduit à sa lecture. J’attends vos avis sur le livre. J'attends, surtout, de ceux qui l'ont étudié sur les bancs du lycée ou de l'université qu’ils me fassent connaître ici le souvenir de leur lecture de l'oeuvre et les analyses qu'ils ont retenues de leurs enseignants.

 

Discours_sur_le_colonialisme

            A la manière de Jean-Jacques Rousseau réfutant l'idée selon laquelle les sciences et les arts ont contribué à rendre l'homme meilleur dans son Discours sur les sciences et les arts, puis dénonçant les fondements de l'inégalité dans les sociétés humaines dans De l'inégalité parmi les hommes, dans le Discours sur le colonialisme, Aimé Césaire se fait le critique violent de l'impérialisme européen et de la mise en place d'un colonialisme destructeur.

 

            Ce que Césaire trouve de plus détestable, ce sont les pensées qui accompagnent cette entreprise. Ce qu'il dénonce par dessus tout, c'est cette suffisance de la pensée européenne telle qu'elle est exprimée par ceux qui veulent asseoir sa suprématie sur les contrées dites exotiques dans les domaines de la civilisation et de la culture. Ce qui surprend tout d'abord, c'est le caractère moderne des propos de l’auteur. Ceux dont il dénonçait les pensées mystificatrices et racistes ont aujourd'hui des continuateurs auxquels l'on peut rappeler le contenu de ce discours. Ce qui surprend ensuite, c'est le ton : un véritable cri contre l'injustice ; cri qui apparaît d'autant plus violent que les faits et les propos racistes dénoncés sont insupportables.

 

            Césaire fait donc défiler les penseurs européens propagateurs des théories basées sur la supériorité de la race blanche comme devant le trône de la raison humaine et prononce pour chacun un jugement sans appel, clair et rationnel. Il ne manque pas non plus d'énumérer la cohorte de personnes qui, nourries par ces théories, ont piétiné l'Afrique et l'ont marquée de leurs mauvais exemples.

 

            La dernière partie de ce discours faisant la critique de la notion de « nation » et évoquant implicitement l'idée d'immigration à travers l'histoire, ne peut que laisser dans l'esprit du lecteur l'image de la fourmilière dans laquelle vient marcher le promeneur qui se fait ensuite envahir tout le corps par les fourmis. Le promeneur inconscient oublie toujours que les fourmilières, telles qu'on les voit dans les champs, sont des organisations structurées qui ont un commerce réglementé à l'intérieur mais aussi avec l'extérieur. En mettant le pied sur elles et en détruisant leur organisation, il engendre un mouvement d'éparpillement qu'il est fort difficile - pour ne pas dire impossible - d'endiguer.

 

Raphaël ADJOBI         

 

Titre : Discours sur le colonialisme (74 pages)

           (suivi de Discours sur la Négritude)

Auteur : Aimé Césaire

Editeur : Présence africaine (1955 et) 2004.

Posté par St_Ralph à 14:04 - Littérature (Essais, romans) - Commentaires [15] - Permalien [#]