Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

13 janvier 2007

Le chevalier de Saint-George, noir et célèbre sous Louis XVI

Chevalier_de_St_Georges

               Le chevalier de Saint-George

 

     Le noir oublié de l’histoire de France

 

 

En parcourant le journal français Le Nouvel Observateur, je suis tombé sur un article d’une demi-page intitulé « Le chevalier de Saint-George, un africain à la cour ». Je m’attendais à lire l’histoire d’un noir de peu d’importance qui ne pouvait retenir l’attention que par le pittoresque que sa présence à la cour de Louis XVI pouvait représenter. Bientôt surpris par le ton élogieux de l’article et des propos des contemporains de ce métis qui aurait connu la célébrité internationale au XVIII è siècle, je résolus de pousser plus loin mes investigations.

 

            Je tapai tout simplement « Le chevalier de Saint Georges » sur le moteur de recherches « Google » et une mine d’informations s’étala devant moi me faisant comprendre en quelques lignes que l’homme mérite assurément d’être connu des Français au même titre que ses illustres contemporains Jean-Philippe Rameau, Choderlos de Laclos, Beaumarchais, Voltaire,  et bien d’autres encore.

 

            Mais diable ! me disais-je, comment « … l’homme le plus accompli d’Europe pour l’équitation, la course, le tir, l’escrime, la danse et la musique » (John Adams, futur Président des Etats-Unis) est-il aujourd’hui inconnu des Français alors que le Chevalier d’Eon qui jouait les travestis a pris place dans la mémoire de ses compatriotes ? Comment ce métis français qui devint à 23 ans premier violon puis à 28 ans chef d’orchestre de la très prestigieuse société du « Concert des Amateurs », comment celui qui fut le préféré de Louis XVI pour diriger l’orchestre de l’opéra de Paris (L’Académie Royale de musique) – poste qu’il n’obtint finalement pas pour ne pas mécontenter certaines dames de la cour - passa-t-il inaperçu pendant tant de temps et reste aujourd’hui encore inconnu dans l’histoire de la France ?

 

            A ce moment précis me vint à l’esprit cette belle phrase qui orne la page d’accueil du blog d’un internaute :

 

            « Tant que les lions n’auront pas leurs propres historiens, les histoires de chasse glorifieront toujours le chasseur. »                  

 

 

            Certes, certains diront que Le Chevalier de Saint Georges n’était que le meilleur fleurettiste européen unanimement reconnu par ses adversaires y compris ceux qui disent avoir eu le dessus un jour. Antoine la Boëssière, son ami d’enfance et fils de son maître d’armes – Nicolas Texier de la Boëssière – le considère comme « l’homme le plus prodigieux qu’on ait vu dans les armes ». Henry Angelo, Maître d’armes italien installé à Londres parla de lui avec enthousiasme le considérant comme « le Dieu des Armes ».

 

Mais l’homme était surtout un musicien, un virtuose du violon qui excellait également dans la composition musicale. C’est avec ses qualités de violoniste, compositeur et chef d’orchestre qu’il joua un rôle remarqué dans la vie musicale de Paris. Deux ans après avoir pris la direction du « Concert des Amateurs », grâce à ses nombreux concertos pour violon et ses symphonies concertantes, « l’Almanach Musical » qualifia l’ensemble qu’il dirigeait de « meilleur orchestre symphonique à Paris, voire d’Europe ». Aujourd’hui, ça et là, on exhibe des preuves historiques pour affirmer que celui que l’on appelle dans le milieu musical le « Mozart noir » a inspiré le musicien autrichien qui était son cadet.

 

            Devant tant de gloire qui pouvait passer à la postérité, un homme – le plus avide de gloire que la France ait porté - ne pouvait rester insensible : Napoléon 1er. Si le chevalier de Saint Georges – qui reconquit à 15 ans le titre de noblesse perdu de son père en devenant gendarme de la garde du roi - fut un Colonel exemplaire, ce n’était sûrement pas ses qualités de soldat qui pouvaient le faire passer à la postérité puisque ce sont elles qui lui attirèrent les ennuis et précipitèrent sa mort le 10 juin 1799.  Ses talents de musiciens, si.

 

            Aussi, Napoléon, après avoir rétabli l’esclavage aux Antilles le 20 mai 1802, fit brûler toutes les œuvres de Saint Georges le même jour comme pour l’ensevelir une seconde fois. Il interdit par la suite aux « noirs et gens de couleur » l’entrée à l’armée, l’accès au territoire métropolitain, et le mariage entre les noirs et les blancs (8 janvier 1803). Ainsi, la destruction de ses œuvres et les lois raciales qui l’accompagnèrent ont conduit à l’oubli total le nom de l’un des hommes les plus célèbres du XVIIIè siècle.

 

            Le retour en grâce auprès des romantiques du XIX n’a pas suffi pour faire du chevalier de Saint Georges l’un des hommes illustres de la France. Et le XXè siècle marqué par la fièvre de la colonisation n’a pas permis la mise en valeur du talent d’un homme dont la couleur évoquait ceux à qui l’on déniait quotidiennement des qualités de génie. Il ne fallait donc pas s’attendre à ce que les Français blancs ressuscitent la mémoire du chevalier de Saint-Georges. Sa résurrection ne pouvait venir que de ces compatriotes afro français et de quelques français blancs désireux de réparer une injustice qui frappe un homme qui a fait la gloire de la France.

 

            Aujourd’hui plus que jamais, il appartient aux afro français et aux noirs d’ailleurs de s’approprier l’histoire du chevalier de Saint Georges afin que sa renommée grandisse et rayonne dans les cœurs et dans les mémoires. Ils ne doivent pas attendre que d’autres leur disent ce qui est bon pour eux. Qu’ils choisissent d’élever au rang du « plus grand » celui qu’ils veulent, même si cette personnalité déplaît à d’autres. Qu’ils deviennent les historiens de leur propre Histoire !

 

            Ne voit-on pas chaque jour les communautés blanches multiplier les expositions, les projections de films, les activités théâtrales et musicales – et cela jusque dans les écoles - pour faire acte de mémoire ? Ne voit-on pas les communautés blanches baptiser les rues de leurs cités des noms de personnes qui furent parmi eux des riches négriers, des esclavagistes, et des apôtres de théories racistes ? Ne les voit-on pas occulter les traits négatifs d’un tel pour ne souligner que l’aspect de son visage qu’ils jugent digne d’être montré au monde entier ? Ne les voit-on pas élever des statuts à la mémoire de leurs ancêtres dont parfois le seul nom est une injure à la mémoire d’autres peuples ?

 

            Je dis donc que les noirs se doivent aussi de ressusciter et célébrer leur passé pour ne pas l’oublier. Ils ne doivent point attendre que les blancs se chargent de louer un passé qu’ils pensent ne pas être le leur pour en tirer gloire. Il est certain que si les autorités de la communauté blanche ne participent pas ardemment à la résurrection de la mémoire du chevalier de Saint-Georges, c’est pour ne pas jeter des fleurs à la communauté afro française et aux noirs en général. Puisque la République ne veut pas s’approprier la gloire du chevalier de Saint Georges, cette tâche revient aux afro français comme un devoir, et un devoir de mémoire.

 

Raphaël ADJOBI    

                                                      Ecrit les 9 et 10 janvier 2007      

Posté par St_Ralph à 07:15 - Actualités françaises - Commentaires [13] - Permalien [#]

Commentaires

    meeerrrci!!!!!!!!!!!!!!

    J0AJJ BOCOU

    Posté par zakaria, 26 mai 2008 à 23:11
  • Heu l'information ne passe pas que par le livre

    Heureusement, je trouve çà dingue d'entendre des choses comme celles que dit kaisersoze et que je recois parfois par mails sur les noirs qui lisent pas ou qui font pas ci ou pas ça, c'est lassant ces généralités à la fin et puis surtout pour la question de la lecture, heureusement que la vérité ne se cache plus que dans les livres et qu'il y'a d'autres vehiculent qui permettent à ceux qui ne lisent pas de SAVOIR tout de même.
    Okay je ne lis pas, mais tous ces soi disant métis oubliés ou blanchis ou je ne sais quel terme, j'en ai entendu parler à la télevision dans des documentaires, que ce soit le chevalier st Georges ou Dumas père, ces émissions télé ou radios ne sont pas diffusées à 20H30 qu'il faut parler de méconnaissance, la chose qui m'affole le plus c'est le manque de TRANSMISSION parental et surtout le manque de CURIOSITE de ceux qui se plaignent. Tous ces gens j'en ai entendu parler ENFANT donc finalement je me demande à quoi çà sert de faire tout un foin au lieu de se poser des questions sur soi, mais c'est peut -être trop délicat parce que du coup çà voudrait dire se posait des questions sur ses propres parents, sa propre famille et sa propre curiosité. Je ne fais la leçon à personne, j'essaie de toujours apprendre quelque soit le média, mais je trouve que cette espèce de dictature du livre est un peu dépassé en tout cas pour justifier des connaissances. Quand Picouly a écrit son livre, son roman sur le chevalier St Georges lui aussi tenait ce genre de discours et je me suis dis mais enfin qui t'empêchait de chercher, c'est terrible d'avoir jusqu'à 40 ans ou je ne sais quel âge pour savoir, çà ne m'étonne pas du coup que la réaction soit violente au bout du compte.

    Posté par Caroline.K, 13 avril 2009 à 12:00
  • Désolée St Ralph,

    J'ai été super longue alors que j'ai horreur de çà sur le net, je trouve que le long est redhibitoire sauf entre personnes super initiés et tout et tout...
    Je voulais surtout te dire qu'il y'a un point d'interrogation à la fin de ma dernière phrase, oui je me pose encore la question figures toi.

    Posté par Caroline.K, 13 avril 2009 à 12:01
  • C'est marrant de dire Dumas père est métis son fils le célébre Alexandre Dumas n'était pas blanc de peau et il avait de beaux cheveux crépus. Oui le père des trois mousquetaires n'était pas un ptit blanc.

    http://ebooks.adelaide.edu.au/d/dumas/alexandre_pere/portrait.jpg

    Vous pouvez également vous tourner vers Gaston Monnerville ou vers Félix Eboué (ou vers Delgrès ou Toussaint Louverture)

    Posté par nicocerise, 01 janvier 2011 à 19:43
  • Merciiiii beaucoup, on a vraiment de quoi ètre fier de nos origines, je raconterai son histoire à mes enfants et mes ptit frères et soeur, les cours d'écoles c'est bien pour les diplomes, mais la culture c'est pour toute la vie, black is beautiful!!

    Posté par Clémentine, 15 février 2012 à 18:07
  • Ton enthousiasme me fait plaisir, Clémentine. Tu as tout à fait raison de faire connaître nos Anciens à tes enfants, frères et soeurs. Cette tâche nous revient. Il ne faut pas attendre que l'école le fasse ; car le contenu des programmes dépendent d'une catégorie de personnes qui ne pensent pas à nous.

    Posté par St-Ralph, 15 février 2012 à 18:23
  • LES NOIRS NE LISENT PAS ET RESTENT TOUJOURS NOS ESCLAVES...j'ai déjà lu ça quelque part.

    L'ignorance mène à l'insouciance, et l'insouciance rend possible et entretient la servitude.

    Posté par kaizersoze14, 24 mars 2007 à 22:45
  • Pas fini!

    Bonjour Raph,
    J’ai eu la chaire de poule en lisant les sévices que le noir on vécu en 1874,
    Personnellement je trouve leur histoire douloureux, mais pas aussi douloureux que l’esclavagisme actuelle en Afrique,
    envers nos propres enfants.
    Nos ancêtres on vendue notre peuple, par ignorance peut-être, ou d’autres raisons je ne sais pas…
    Mais, en ce temps du XXI siècle, avec beaucoup d’évolution etc…
    Comment un père et une mère peuvent s’entendre pour vendre leur propre enfant de 3ou 4ans pour 50 ou 100$ ?
    http://www.thevillageofhope.com/former_slaves.htm
    Qui peut écrire pour ces enfants?
    Bizarrement, leurs histoire ne nous fait pas honte! Plutôt un bon business pour les Dons!
    Après avoir regardé les figures des ces enfants, remplie des sourires à moitié inconscient et innocent.
    Je n’ai pas trouvé des mots…
    S’il vous plait, jeté un coup d’œil si possible lisez…
    Trouvez, des mots pour définir tout ceci, n’oubliez pas de me faire part…
    À bientôt!

    Posté par Humain, 28 mars 2007 à 01:49
  • Merci pour Joseph de Bologne

    Bonjour

    Merci pour ce billet plus que nécessaire, le mozart noir, escrimeur de classe et génie militaire est oublié !
    Sur le blog des métis célèbres vous trouverez d'autres métis injustements oubliés, ils sont nombreux a avoir subit "l'effacement" de l'histoire ...
    Alexandre de Médicis, le Général Dumas, le peintre Guillaume Guillon-Lethière professeur aux Beaux Arts en 1819 !
    http://apologiedumetissage.blogspot.com

    Posté par David, 29 mars 2007 à 20:16
  • Merci à tous !

    Merci à vous tous, Kaizersose, Humain, David pour votre visite. Je suis heureux de savoir que les recherches sur ce sujet vous intéressent également. Il est bon de savoir que les noirs se décident enfin à écrire leur propre histoire. Je suis presque honteux de découvrir seulement maintenant des preuves du passé douloureux des noirs, surtout les preuves de l'injustice qui les a frappés et qui continue aujourd'hui encore.

    Posté par St-Ralph, 09 avril 2007 à 21:26
  • merveille

    salut mon tres cher ami.je suis tres content pour votre commentaire sur mes deux poèmes et je vous en remercie bcp.En ce qui concerne celui que j'ai lu sur votre blog m'inspire un aspect tres romanesque et tres profond car restera incompréhensible pour certains lecteures.
    Merci
    Mawussi

    Posté par mawussi, 27 juin 2007 à 16:42
  • Merci pour le lien

    Merci pour le lien à mon site web, http://chevalierdesaintgeorges.homestead.com/Vie.html
    Mon blog is http://africlassical.blogspot.com/
    L'image raciste du chevalier de Saint-Georges est sur le couverture du disque Calliope 9373 (2007) à mon blog.

    Posté par William J. Zick, 16 août 2007 à 18:51
  • une autre page de l'histoire nègre

    http://jabiru.blog.lemonde.fr/2007/08/23/ceremonie-du-bois-caiman/
    A cette adresse une autre page de l'histoire qui n'est pas enseignée dans les écoles primaires de métropoles: La révolte des noirs antillais.
    Et le discours de Sarkozy qui nie l'histoire africaine, quelle honte!

    Posté par totem, 01 septembre 2007 à 14:19

Poster un commentaire