Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

24 juin 2008

Joseph Kessel sur la piste des esclaves

           Joseph Kessel sur la piste des esclaves

L_esclave_au_bois

 

Au début du 20 è siècle, entre les deux grandes guerres, alors que sur le continent européen de jeunes étudiants africains, nourris aux idéaux de la liberté et de la dignité humaine, pourfendaient par des discours enflammés le colonialisme européen en Afrique,  sur la terre de leurs ancêtres sévissait un fléau qu’ils ne voyaient pas ou qu’ils ignoraient parce qu’il était d’un autre type : le commerce des esclaves.

Le romancier Joseph Kessel, l’ami des truands, des noctambules et de tous ceux qui aiment les aventures risquées, était devenu un journaliste célèbre après un reportage retentissant sur la guerre anglaise en Irlande. Dans un ouvrage volumineux (934 pages) mais magnifique, Yves Courrière retrace la vie de ce colosse né en Argentine de parents russes.    Des dizaines d’anecdotes sur sa vie fourmillent dans ce livre.

            En 1930, lors d’un séjour en Egypte, Joseph Kessel fait la connaissance d’un trafiquant d’armes et le voici embarqué comme grand reporter du journal Le Matin aux confins de l’Afrique pour découvrir la réalité du commerce des esclaves noirs. Plutôt que de commenter le livre, je vous offre ici quelques extraits qui se veulent le témoignage d’une réalité vécue et donc indiscutable. N’oubliez pas que les événements se déroulent au début du 20 è siècle et que les luttes pour la décolonisation de l’Afrique sont déjà en germes.

« Au cours de ses pérégrinations dans la ville à la recherche de Saïd, que personne ne semblait connaître, Kessel accumula les preuves des mauvais traitements infligés aux esclaves. Il entendit les cris déchirants d’un jeune garçon battu à mort pour avoir volé à son maître une demi-bouteille de tetch (1), il vit un homme et une femme pendus par les pieds au-dessus d’un feu où le maître jetait à poignée du piment rouge qui leur brûlait yeux et poumons… » (p. 359).

Au crépuscule, Kessel, ses amis et leur guide parvinrent à un village aragouba. « Tandis qu’ils parcouraient les ruelles du village [… ], Saïd révéla au journaliste français comment il se procurait les esclaves ;

 

- J’ai deux moyens. Quand un village est trop pauvre ou son chef trop avare pour payer l’impôt, il s’adresse à moi. Je donne l’argent et je prends des esclaves. L’autre moyen est d’avoir des chasseurs courageux. Quand j’ai le nombre de têtes suffisant, je les rassemble dans un entrepôt comme celui-ci.      

 

Ils étaient arrivés dans une cour où quelques planches traînaient par terre. Saïd les souleva et Kessel, en se penchant sur le trou profond qu’elles masquaient, vit quatre femmes endormies. Dans une cave voisine, gardés par un convoyeur au visage farouche, six esclaves étaient étendus. Dans la suivante, ils étaient trois. » (p.362-363).

4_Esclaves___Zanzibar

 

Une scène de chasse : Après une longue marche, harassés et ruisselants, Kessel et ses amis « se retrouvèrent au crépuscule devant une vallée miraculeuse où serpentait un petit cours d’eau. L’herbe y était grasse, les bouquets d’arbres verdoyants. Sur le versant opposé, de minuscules silhouettes de femmes conduisaient un troupeau tintinnabulant du pâturage vers quelque hameau perdu dans la montagne. Incapable de communiquer avec Sélim, qui parlait un idiome inconnu (…), Kessel renonça à lui demander de quel animal il préparait l’affût. […] Jef se sentait plein d’admiration pour ce jeune chasseur assez habile pour affronter un animal, seulement armé d’un poignard. […]

 

Au réveil,, les quatre hommes virent Sélim à plat ventre à l’entrée du couloir étroit. Tel un jaguar, il épiait, les muscles immobiles, les yeux rivés au sentier, la main crispée sur un morceau de cotonnade. Comme la veille au soir les clochettes du troupeau tintèrent faiblement… leur bruit se rapprocha… des bœufs puis des chèvres passèrent près du buisson d’épineux… et Sélim bondit.

 

La fillette qui suivait le troupeau n’avait pas eu le temps de pousser un cri. Bâillonnée, entravée par la cotonnade, elle n’était qu’un mince paquet sans défense sur l’épaule de Sélim qui gravissait la sente avec l’agilité d’un chamois […] abandonnant l’équipe du Matin qui venait d’assister à un rapt comme cette région du monde en connaissait depuis des millénaires ! » (p.363-364)

            Les images que je joins à ce récit sont également du 20 è siècle. Si les pays européens qui ont également Kessel_par_Ypratiqué l’esclavage l’ont déclaré « crime contre l’humanité », nous ne devons pas oublier qu’au 21 è siècle des pays africains et du Moyen Orient ne lui reconnaissent toujours pas ce caractère criminel. Ainsi, l’esclavage a été aboli trois fois en Mauritanie : en 1905 sous la colonisation française ; en 1960 lors de l’indépendance, et en 1980 par le pouvoir militaire. C’est dire la difficulté pour ce pays et d’autres à éradiquer cette pratique. Mais en réalité, s’il y a difficulté à éradiquer le mal, c’est parce que la loi officielle n’est jamais accompagnée de mesures de réhabilitation des personnes en état d’esclavage ; ce qui les obligent donc à demeurer sous le joug de leurs maîtres.

            

1. Hydromel violent qui porte vite à la tête. Boisson nationale éthiopienne.

 

 

Raphaël ADJOBI

 

Posté par St_Ralph à 14:11 - Littérature (Essais, romans) - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

    Choquant...toujours!

    Eh oui! Chaque histoire racontée ravive en moi ces souffrances! Aujoud'hui encore, ça existe de manière tacite en Afrique, haiti etc.. Les états Africains devraient avoir honte de laisser faire à la face du monde!

    Posté par aÏda, 24 juin 2008 à 15:13
  • Stupéfiant et scandaleux !

    Excellent propos qui afflige, certes, mais prouve combien l´esclavage arabe est resté ancré dans le paysage culturel africain. Et si nous acceptons la civilisation et ses normes humanistes, nous devons nous y conformer, et pas seulement du bout des lèvres. Il suffit d´aller en mauritanie, au Maroc, au Mali pour y rencontrer des conditions esclavagistes têtues et honteuses au 21ième siècle. A part cela tous prétendaient être civilisés. Et parler de fraternité africaine ou de panafricanisme. En vérité, dans l´arrière pays, le barbare d´hier était joyeusement à l´oeuvre, même au Bénin ou au Sénégal avec de criminelles excisions de filles. Scandaleux et immonde. L´Afrique, comme je le dis souvent, doit se moucher le nez bien souvent devant son incapacité à abandonner ses erreurs, ses traditions criminelles et désuètes afin que l´africain de demain s´émancipe de son arriérisme mental et soit en mesure de prétendre au progrès auquel il aspire réellement. Croire qu´on peut faire le progrès sans se donner les moyens ou l´esprit de la liberté, c´est aller à l´école sans savoir à quoi sert le savoir et pourquoi il est utile. Pour ma part je suis bien méfiant envers l´islam et ses fausses et criminelles traditions. La religion...elle ne cache trop souvent qu´un barbare illuminé qui cherche à s´exercer à abri de la foi.

    Musengeshi Katata
    "Muntu wa Bnatu, Bantu wa Muntu"
    www.realisance.afrikblog.com

    Posté par Musengeshi Kat, 24 juin 2008 à 20:52
  • Oui, choquant et scandaleux !

    Oui, Aïda et Musengeshi
    Ces récits font bouillir notre sang, et le mutisme des dirigeants africains devant ce crime est tout à fait écoeurant.
    Oui, Aïda, moi aussi j'ai honte en voyant que l'on ne fait rien, ni au niveau des états africains, ni au niveau d'une organisation internationale comme l'Union Africaine.
    Oui, Musengeshi, c'est à l'Afrique de s'occuper de ses propres problèmes. Plutôt que de ne voir que le mal que lui fait l'Europe, il serait bon qu'elle commence par s'occuper du mal qu'elle se fait à elle-même. D'autre part, il serait bon de revoir les contenues des enseignements de l'histoire et de la littérature dans les écoles africaines. Il est urgent que les Africains sachent leur histoire et celle des noirs en général.
    Et tu as tout à fait raison Musengeshi d'accuser la religion musumane de complicité criminelle. Le livre de Maleck Chebel, un Français de confession musulmane, montre clairement le lien étroit entre l'Islam et l'esclavage en Afrique. L'Islam a codifié l'esclavage ! Cela, les Africains ne doivent pas l'oublier. Et j'ai honte pour tous ces Africains qui accusent le catholicisme d'avoir favorisé le colonialisme mais qui sont incapables d'adresser le moindre reproche à l'Islam. Tu peux lire mon billet sur le livre de Maleck Chebel en cliquant sur la rubrique Littérature. Le titre " L'Esclavage en terre d'Islam ".

    ° Hier 24 juin, Arte a diffusé deux reportages sur l'esclavage en Afrique au 21 è siècle. Edifiant ! Pour revoir le film par Internet, il faut aller sur Arte TV.

    Posté par St-Ralph, 25 juin 2008 à 11:47
  • Exemplaire

    Pour le première fois depuis longtemps, je tombe sur un blog qui semble conscient de la réalité et désirer la faire connaître sans parti-pris.
    Monsieur Raphaël, chapeau bas!

    Posté par Boubacar, 09 juillet 2008 à 12:02
  • Merci Boubakar

    Merci Boubakar pour ces quelques mots qui me vont droit au coeur. J'espère te voir souvent sur mon blog.

    Je profite de l'occasion pour dire à tous que je vais bientôt reprendre les présentations et les analyses de mes lectures.

    Posté par St-Ralph, 25 juillet 2008 à 20:02

Poster un commentaire