Lectures, analyses et réflexions de Raphaël

Vous trouverez ici des comptes rendus de lectures livresques concernant essentiellement l'histoire des Noirs d'Afrique et celle des Afrodescendants des Amériques et d'Europe. Les actualités de la diaspora africaine ne sont pas oubliées.

19 novembre 2008

Histoire millénaire des Africains en Asie

                     Histoire millénaire des Africains

                                                   En Asie

L_Afrik_en_Asie

            Le titre du livre est à lui seul le résumé de son contenu. Aucun savant, aucun peuple ne peut contester depuis la fin de ce deuxième millénaire après Jésus-Christ que les ancêtres originels de l’espèce humaine aient évolué d’abord en Afrique pour ensuite migrer par vagues successives vers l’est. Il y a deux ou trois ans, j’ai vu le magnifique film montrant les ancêtres primitifs, les Homo erectus, quitter l’Afrique pour aller coloniser d’abord le Moyen Orient, puis l’Europe et l’Asie. Runoko Rashidi confirme que ce chapitre ne souffre d’aucune contestation scientifique.

 

            Mais quand on aborde les époques plus modernes à partir de quelques millénaires avant Jésus-Christ, malgré bien souvent la concordance des constats, les conclusions diffèrent et parfois de manière très surprenantes. Il apparaît clairement que chaque fois que les Européens se trouvent devant des résultats de fouilles archéologiques qui leur révèlent que les habitants d’un lieu ne sont pas – de l’avis général – Aryens, ils concluent qu’il y a problème. Tous les éléments noirs ou négroïdes découverts ne suffisent pas à les convaincre du passé nègre du site. Non, se disent-ils, il est impossible que les Noirs d’Afrique soient à l’origine de quelque grandiose civilisation de l’Antiquité.

            Ce livre est à la fois le résultat des lectures des travaux d’éminents anthropologues, de travaux d’archéologues et aussi des recherches personnelles de l’auteur sur le terrain au Moyen Orient, en Afrique et en Asie. Un grand voyageur Runoko Rashidi ; et ce sont les voyages qui ont confirmé ses recherches.

 

            La première partie du livre donne les preuves de la présence des Noirs au Moyen Orient  depuis plusieurs siècles. Runoko Rashidi démontre que contrairement à l’idée selon laquelle les grandes migrations des Noirs hors de l’Afrique se sont faites sous le joug de l’esclavage, la présence africaine en Irak et en Iran par exemple étaient vieille de plus d’un millier d’années avant les fameuses révoltes des esclaves Noirs au VIII è sicle (ap. J-C) et leur règne de quinze ans sur le sud de l’Irak actuel. Histoire très connue que rapporte également Malek Shebel dans L’Esclavage en Terre d’Islam. Puis il nous présente les Têtes-Noires de l’antique Sumer, le pays biblique de Shinear en Mésopotamie florissant au troisième millénaire avant Jésus Christ que certains chercheurs nomment abusivement des Eurafricains. Là-dessus, je ne vous en dis pas plus.

 

            Il y a dans ce livre des pages parfois troublantes comme la colonisation du Sud de l’Arabie par les éthiopiens qui étaient des chrétiens au début du premier millénaire ; ou encore la présence des Noirs dans le sud du japon longtemps avant son peuplement par des peuples venus du Nord.

                                       

            Quant à la présence des Noirs en Asie du sud, les preuves abondent aussi bien en monuments qu’en présence de traces de Noirs aux traits négroïdes. Ce qui prouve que longtemps avant les Ethiopiens et les Egyptiens aux traits fins, il y avait des peuples noirs des forêts d’Afrique qui ont gagné tous ces lieux de la terre. Si la majorité des peuples d’Asie d’aujourd’hui adorent des Bouddhas aux traits moins négroïdes, c’est tout simplement parce qu’ils ont senti le besoin d’ériger d’autres monuments aux traits proches des leurs plutôt que ceux négroïdes qu’ils avaient trouvés. Les ruines d’Angkor dont l’auteur publie quelques photographies parlent d’elles-mêmes. Tout semble confirmer la thèse de nombreux chercheurs selon laquelle les Noirs seraient les premiers habitants de l’Asie.

 

            Je finis cet article sur un documentaire vu à la télévision française (Arte) le 8 novembre. Les fouilles de Méroé au Soudan, dirigées par une archéologue allemande ont révélé une civilisation aussi épanouie que celle de l’Egypte Ancienne. Des pyramides, des bas reliefs et des inscriptions hiéroglyphiques attestent des règnes de reines noires. Certains monuments rappellent même par leurs ornements la Grèce antique aux dires de chercheurs. Troublant !

 

            Nous entrons dans l’ère de la connaissance de la vraie Histoire des Noirs. Je termine avec cette recommandation du Dr. Chancellor Williams : « Les populations africaines de Palestine, d’Arabie et de Mésopotamie doivent être étudiées avec plus de minutie. Tout cela nécessite une nouvelle race d’érudits, une érudition dont la seule mission sera de découvrir la vérité, et qui ne devra pas frémir de terreur si cette vérité venait à se révéler contraire à ce que l’on préférerait croire. » (in Destruction of Black Civilisation ; citée par Runoko Rashidi, p.15).

 

Raphaël ADJOBI         

 

Titre : Histoire millénaire des Africains en Asie

Auteur : Runoko Rashidi

Edition : Monde Global

Collection essais / Histoire des Diasporas / Lire aussi : Les premiers habitants de la Chine

Posté par St_Ralph à 09:51 - Littérature (Essais, romans) - Commentaires [16] - Permalien [#]

Commentaires

    La présence des Noirs en Asie

    La Civilisation a débuté sur le continent Africain.Partant de ce fait, elle est irréfutable l'idée que ces Africains,hommes Noirs de peau puissent aller coloniser d'autres terres dans leurs migrations vers l'est.Les fouilles du Méréo témoignent de l'antériorité des Soudanais dans leur apport à la civilisation égyptiennes,car d'après les écrits du Pr Cheick A.Diop, ces derniers furent un temps,une colonie des premiers.En plus des découvertes archéologiques sur la possible présence des Noires sur le continent Asiatique, il suffit d'observer les traits négroïdes et la couleur de peau de certains Hommes dans sa population pour être en phase avec l'auteur de ce livre.Si un collectif d'archéologues et de chercheurs publiaient un "manifeste" pour défendre cette idée,je pense que ces travaux feront plus d'écho qu'elle en a actuellement. Mais comme il n'est jamais bon d'attendre toujours les actions des autres quand on peut ,même à sa moindre mesure le faire.En ce sens que ce résumé est une retransmission qui a sa part d'éclairage.Merci st-ralph de nous faire partager tes lectures et réflexions qui sont toujours bonnes à absorber.Surtout quand il et question de sujet qui nous touche nous, membres de ce village.

    Posté par mohamed billy, 20 novembre 2008 à 20:10
  • L'Afrique et l'histoire des Noirs.

    Je me demande le degré de connaissance de l'histoire des Noirs dans les pays anglophones d'Afrique. Je me pose cette question parce qu'il y a une réalité de fait dans les pays francophones : le nombre très réduit des travaux publiés ou portés à la connaissance du public.
    Le livre de Runoko Rashidi existait de très nombreuses années avant sa traduction en Français. Et au regard de la bibliographie en Anglais, je me dis que ce dont nous disposons en francçais est bien maigre. En français, bien souvent les travaux sont encore à l'état d'archives.
    La présence des Noirs en Asie est certaine au regard de la population actuelle. Mais la grande question qui fait l'objet des études des chercheurs, c'est depuis quand y sont-ils ? Cette présence est-elle le fait de l'esclavage des Noirs ? Est-elle le fait d'une migration volontaire comme au premier temps de l'humanité ? Les travaux de Runoko Rashidi tendent à démontrer que bien avant la déportation des Noirs en Asie, il y a eu une colonisation de cette partie du monde par des Noirs. Selon lui, les littératures chinoise et japonaise ainsi que les dictons populaires conservent des traces de ce passé nègre de l'Asie. Passionnant !

    Posté par St-Ralph, 21 novembre 2008 à 13:38
  • Je t'ai tagué...

    Salut Saint Raph,
    Je t'ai tagué dans le cadre d'une chaîne intitulée "pourquoi bloguer sur l'Afrique" ? Viens voir de quoi il s'agit sur mon blog...

    Posté par Théo, 21 novembre 2008 à 23:35
  • Sur la datation des premiers indices sur cette présence de Noirs en Asie et de sa nature, je n'en sais absolument rien.là dessus je suis à la rue.c'est un travail de fourmi que les archéologues et chercheurs auront le mérite d'éclaircir. Les conclusions des travaux de cet auteur ne m'étonneront pas sur la colonisation des Noirs à un moment donné de l'histoire.

    Par ailleurs le peu de traduction d'ouvrages anglophones en langue française comme celui ci que tu évoques est un malaise à constater dans le milieu universitaire francophone.D'abord la plupart des traducteurs, il me semble sont des francophones occidentaux et rarement africains.Et vu le manque d'intérêt que porte ces pays notamment la France sur ces questions liés au Noirs, alors j'imagine que c'est peut être une des raisons sinon la principale du nombre réduits de ces travaux.Les pays anglophones comme les états unis et le royaume-uni qui ont des départements d'études Africaines au sein de leurs Universités et qui fonctionnent comme des institutions ont depuis réglé ce problème et accueillent un grand nombre de chercheurs africains auxquels ils n'hésitent pas à allouer des bourses pour des travaux de ce genre.Ici c'est tous le contraire,On a les murs et on fait bien attention au contenu de ces livres. je pense.

    Posté par mohamed billy, 22 novembre 2008 à 11:13
  • supplément

    j'ajoute que le simple Nom de l'auteur nous indique son origine Nigériane, à moins de me tromper et qu'il a surement été traduit par un européen à moins encore st-ralph que tu m'informes, toi qui as le livre en main.
    merci

    Posté par mohamed billy, 22 novembre 2008 à 11:18
  • Réponse plus tard...

    Bonsoir Mohamed Billy. Je te réponds plus tard. J'ai des difficultés à poster des messages depuis chez moi...

    Posté par St-Ralph, 23 novembre 2008 à 15:17
  • A propos de l'auteur...

    Runoko Rashidi est un historien Américain. Ont dit de lui qu’il est Américain Africain. J’avoue que cela ne me dit pas grande chose sinon que c’est un Américain passionné de l’Afrique. Et pourtant, comme tu le fais remarquer, le nom a une consonance très nigériane. A moins que cela soit un pseudonyme délibérément choisi.
    Quant au problème du nombre limité de textes traduits en français, je suis d’accord avec toi pour dire que la France fait par ce manquement de la rétention d’informations. Le livre de Runoko rashidi existe depuis 1984. C’est seulement en 2005 qu’il a été traduit par M. Maurice Akingeneye que je suppose être un Africain.
    Tu as tout à fait raison de dire que la France s’intéresse très peu à la question des Noirs et à leur histoire. Après un séjour d’un an en Angleterre, ce que m’a dit mon fils quant à la place de la littérature africaine dans les Universités de ce pays rejoint ce que tu dis. Pour lui, les Universités françaises sont très en retard sur la circulation du livre.

    Posté par St-Ralph, 23 novembre 2008 à 16:31
  • Tags

    Bjr St-ralph,

    je t'ai tagué dans le cadre de l'opération lancé par théo sur la blogosphère Afro-orienté.allez a bientôt!

    Posté par mohamed billy, 24 novembre 2008 à 16:17
  • Ecrire notre histoire!

    C'est vrai que la France fait tout pour que l'histoire vraie des noirs ne soient pas connues par sa population. aujourd'hui encore, les travaux de Cheikh Anta Diop ne sont pas connus, ni acceptés par les européens, ou tout simplement l'idée d'avoir des ancêtres noirs leur fait marrer! qui pensent que des négres ne peuvent ps être à l'origine d'une civilisation aussi magnifique que celle de l'Egypte. Donc c'est à nous Africain de tout faire pour mettre en place des départements d'histoires et d'archéologies dignes de ce nom dans nos universités, faire aimer ces matières à nos enfants, et de 'créer'd'autes historiens tels que Cheikh ANTA,Théophile Obenga, Ahmadou Ampaté Ba etc... pour ne citer qu'eux. La vérité ne viendra pas de l'occident qui s'est toujours battu pour nous imposer l'idée d'une suprématie de la race et de la culture aryenne, quitte à falscifier l'histoire.

    Posté par AÏDA, 27 novembre 2008 à 10:59
  • Justement....

    J'étais en train de me dire qu'aucun Européen ne cherche à savoir ce que retiennent les Chinois, les Japonnais ou les Turcs commes éléments essentiels faisant partie de leur histoire passée et ce qu'ils enseignent à leurs enfants. C'est donc aux Africians, comme tu le dis Aïda, qu'il revient d'asseoir leur histoire sans nullement tenir compte de ce qu'en pense un tel ou un tel. Ce qui manque réellement, c'est une volonté politique qui commence à mettre en place (dans les manuels scolaire) les connaissances actuelles que fournissent les recherches. Pour le moment, l'Afrique n'enseigne à ses enfants que ce que les anciens colonisateurs estiment certain.

    Posté par St-Ralph, 28 novembre 2008 à 12:33
  • les saints noirs canonisés par l'église Chrétienne

    St Ralph, je viens de lire attentivement les commentaires ci-dessus et je me rends compte que les vrais chrétiens savent pertinement que l'église Crétienne des premiers âges comptent pas mal de saints Noirs qu'elle a ELLE-MEME canonisés: Saint SEBASTIEN (père soldat romain origine aryenne et mère esclave éthiopienne de grande beauté) qui souvent est représenté cheveux très bouclés mais... blonds et teint à peine mat! Saint SULPICE(ou SOULPICE de son vrai nom, en son temps) et le merveilleux Saint MAURICE (prénom venant de MAURE : MAUROS= noir en grec ancien), et j'en passe..... Ceci dit, l'actuelle église chrétienne fait peut-être l'impasse depuis l'invasion mauresque arrêtée à Poitiers, mais je n'oublie pas que l'église chrétienne des premiers siècles, ELLE, ne faisait en aucune façon l'impasse sur ses saints négroïdes martyrisés au moins autant que les saints blondinets, d'ailleurs à l'époque des empereurs byzantins, les anges étaient représentés pour la plupart fort mats cheveux bouclés très serrés, les fresques découvertes vers 1791 en témoignent...! mais l'Inquisition étant passée par là, il fallait ''blanchir'' au plus vite et gommer tout traits négroïdes... J'ai vécu 22 ans à Nantes (ville négrières par excellence avec Bordeaux) et sensibilisée très jeune par une mère blonde aux yeux verts sur les atrocités commises par les négriers Hollandais qui bâtissaient maints hôtels particulierts sur le quai de la Fosse sinistrement connu pour ses détentions d'esclaves arrivant d'Afrique par bateaux et partant pour les colonies :le témoignage de leur passage existe encore au bas des murs des ces.... merveilleux hôtels.... avec des marques bien particulières faites par ces malheureux en témoignage de leur passage en ces lieux! Témoignage d'une chrétienne blondinette à yeux verts et teint blanc, qui elle n'oublie jamais ces saints merveilleux ''blanchis et blondis'' au cours des siècles. Ghislaine

    Posté par lilaine1983, 11 août 2009 à 08:09
  • Beau témoignage !

    Merci de tout coeur, Ghislaine, pour ton témoignage et les remarques très intéressantes que tu apportes dans ce message. Je ne manquerai pas, lors d'un passage à Nantes (ville que je ne connais pas) d'être attentif aux hôtels particuliers et aux marques dont tu parles..

    Oui, cette pratique qui consistait à blanchir les statues noires est une vérité aux dires de bon nombre de chercheurs. Dans son livre, Runoko Rashidi rapporte l'histoire d'une rencontre extraordinaire qu'il a faite en Turquie. Visitant une maison où chrétiens et musulmans disent que Marie aurait séjourné après la crucifixion de Jésus, il a eu l'occasion de voir une statue de Marie de couleur brune, puis une de couleur noire. Il a alors fait remarquer à une religieuse qu'il y a une vierge noire en Russie, une en Espagne, une au Costa Rica et, selon l'histoire, une en France. La religieuse expliqua alors que la statue noire qu'il venait de voir était originaire d'Egypte ou d'Ethiopie, mais qu'elle avait été directement amenée de la ville du Puy, en France. Cela faisait vingt ans que Runoko Rashidi cherchait à voir cette vierge noire à laquelle étaient adressées les prières de Jeanne d'Arc. Une statue de plus de cinq cents ans ! L'histoire de la ville du Puy et de la vierge noire est une réalité. Et c'était à un monastère d'Ephèse qu'elle a été donnée. Son livre présente une photo de cette vierge noire que la religieuse a accepté de se laisser photographier avec elle.

    Merci Ghislaine, "chrétienne blondinette aux yeux verts et teint blanc". Comme tu dis, les premiers siècles ne trouvaient rien à redire à l'expansion de la chrétienté à la représentation de tous ses saints que l'eglise reconnaissait. Les gens oublient que l'Egypte et l'Ethiopie étaient chrétiens plusieurs siècles avant bon nombre de pays européens.

    Posté par St-Ralph, 11 août 2009 à 13:08
  • Et tous les autres

    Sas oublier que Sait Augustin était berbère, que l'empereur romain Septime Sévère était originaire de Lybie, Jésus était Palestinien, Saint Gélase Ier était un pape d'origine berbère, ... Et ainsi de suite...

    Posté par tanguy, 06 avril 2011 à 16:58
  • Je trouve ces découvertes fascinantes mais ils manquent des explications, des descriptions et des images sur ce que vous dîtes. Montrez-nous les preuves! Mais j'y crois...

    Posté par Kassylyz, 12 novembre 2012 à 01:26
  • connetre mes hitoires

    J'aimerais bien contre beaucoup plus

    Posté par veetyls, 23 décembre 2013 à 15:58
  • connetre mes hitoires

    J'aimerais bien contre beaucoup plus

    Posté par veetyls, 23 décembre 2013 à 15:58

Poster un commentaire